Nicolas Sarkozy repart à l'offensive et propose un "contre-choc fiscal"

 |   |  479  mots
Nicolas Sarkozy veut en finir avec les 35 heures et l'ISF, relancer les privatisations et réaliser 100 milliards d'économies.
Nicolas Sarkozy veut en finir avec les 35 heures et l'ISF, relancer les privatisations et réaliser 100 milliards d'économies. (Crédits : © Francois Lenoir / Reuters)
Le président de Les Républicains a détaillé les grandes lignes de son programme économique dans une interview aux Echos. Il souhaite baisser massivement les impôts, tout en engageant de grandes économies (près de 100 milliards). Il a également évoqué les 35 heures, l'ISF et les fonctionnaires...

Nicolas Sarkozy entend faire voter dès l'été 2017, s'il revient à l'Elysée, un programme de baisses d'impôts et de charges sociales d'"au moins 25 milliards d'euros" pour relancer l'économie française.

Dans une interview à paraître jeudi dans Les Echos, l'ancien chef de l'Etat détaille le "contre-choc fiscal" qu'il a déjà évoqué en décembre et qui est "indispensable" selon lui pour remédier à la "gravité du décrochage de la France". Il prendrait la forme d'une baisse de 10% de l'impôt sur le revenu et d'une suppression de l'impôt de solidarité sur la fortune pour les ménages.

Prérenniser le CICE

Pour les entreprises, Nicolas Sarkozy veut transformer le Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE) en véritable baisse de charges et aller plus loin en réduisant encore le coût du travail de 13 milliards d'euros. Il évoque notamment le passage à "zéro charges" au niveau du smic, des mesures pour faciliter la sortie des 35 heures et une baisse des charges pesant sur les emplois à domicile.

"Au total, transformation du CICE comprise, ce sera une baisse de charges sociales de 30 milliards d'euros", dit-il. "Ce contre-choc fiscal de l'été 2017 serait, au global, un geste fort pour les classes moyennes, pour l'emploi et la compétitivité de la France."

A la question de savoir si ces mesures ne risquent pas de creuser les déficits, il répond qu'il faudra voter simultanément des économies tout en reconnaissant que l'effet de celles-ci ne sera pas immédiat.

Se rapprocher de la moyenne européenne

L'objectif est de "se rapprocher le plus possible" de la moyenne européenne en termes de dépenses publiques - soit autour de 50% du PIB contre 57% actuellement - et cela nécessitera "un effort de 100 milliards de réduction de dépenses sur le quinquennat".

"Pour cela, il faudra voter simultanément des mesures concernant les dépenses de l'Etat, des collectivités territoriales et des régimes sociaux, notamment de retraite et d'assurance-maladie", explique le président des Républicains.

Cela passera par le rétablissement du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, y compris dans les collectivités locales, une dégressivité des allocations chômage, une baisse du taux de remboursement de l'assurance maladie et un relèvement de l'âge légal de départ à la retraite à 63 ans dès 2020 et 64 ans dès 2025.

Des privatisations

Nicolas Sarkozy se déclare en outre favorable à une reprise du programme de privatisations, dont les recettes seraient affectées à la réduction de la dette publique.

"Je ne suis pas sûr que la présence de l'Etat au niveau actuel dans le capital d'Air France, de Renault, d'EDF ou de La Poste se justifie toujours. Faire évoluer les pourcentages de détention est nécessaire", dit-il.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2016 à 8:09 :
il faut en premier qu'i explique comment il va faire pour rendre a la France en moins de trois mois le deficit qu'il a realise en cinq ans
et reembaucher les chomeurs du a ses surcharches de taxes et d'impots
sans oublier que les explications sur les fraudres electoral
on attend toujours
a écrit le 05/02/2016 à 8:52 :
En réponse à "blumble". Je n'ai pas dit qu'une bonne guerre était une bonne chose pour résoudre les problèmes, mais que nos aïeux n' avaient trouvé que cette solution pour le faire. Donc, nous n'avions pas à nous plaindre des errements de notre classe politique jusque là mais hélas, les évènements récents prouvent et on peut le regretter qu'elle en arrive à la même conclusion......d'autant que cela est plus pernicieux. (on n'écrit pas à la foi, mais à la fois!!)
Réponse de le 05/02/2016 à 9:39 :
Blumble devrait analyser la part des armes et armements dans l'economie americaine : celà lui ouvrierait surement les yeux !
a écrit le 05/02/2016 à 5:21 :
Avec le trou abissal de la dette française, aggrandi tous les jours par ce gouvernement socialiste qui distribue sans compter, c'est d'un magicien dont on a besoin comme Président.
Les agences de notation sont complaisantes avec la France. Elles sont silencieuses! Merci à celles-ci.
Réponse de le 05/02/2016 à 12:06 :
Qui est celui qui a le plus creusé les déficits budgétaires et commerciaux ? Celui la même qui prétend aujourd'hui faire des économies de 100 milliards j'ai nommé Mr Sarkozy !
Quand aux socialistes depuis qu'ils sont au pouvoir chaque année les déficits ont décru.
Ainsi le déficit commercial était à -42 milliards en 2007, année de la prise de fonction de Mr Sarkozy,il a connu un record en fin de mandature avec-74 milliards d'euros en 2011.Ensuite sous la présidence socialiste il n'a cessé de décroitre régulièrement jusqu'à -45.7 milliards d'euros en 2015. Et oui les chiffres sont têtus.
Pour le déficit budgétaire c'est idem ! C'est sous Mr Sarkozy qu'il a explosé jusqu'à connaitre un record à plus de 7 % en 2009 !!!
Depuis Mr Hollande l'a réduit à moins de 4 %.
Je ne dis pas qu'il est bon mais il est certainement moins mauvais que le précédent président .
a écrit le 05/02/2016 à 3:43 :
Supprimer l'impôt sur la fortune??? Quel intérêt pour les classes moyennes?
c'est absurde de vouloir toujours exonérer les riches.
Etre riche n'est pas un péché, mais c'est toujours avoir du superflu dont on peut se passer, alors que la majorité n'a pas cette possibilité, notamment la classe moyenne
Réponse de le 07/02/2016 à 12:19 :
l'ISF ? du racket par l'effet d'une double imposition !!
a écrit le 04/02/2016 à 21:34 :
NS va te faire , aller je reste polis !
a écrit le 04/02/2016 à 20:57 :
L'écho de 2007 n'arrive qu'aujourd'hui ?
a écrit le 04/02/2016 à 17:34 :
Il est tellement aux abois avec tous ses problèmes de justice, un sondage qui le donne en bas de l'échelle, son arrogance à virer K. MORISET, il se croit encore président pour donner des ordres, il déjeune avec Juppé qui le vilipende, il mange à tous les râteliers, il fait un livre mea-culpa, et il rêve.....
Tout cela pour faire diversion, pour que l'on pense qu'il n'est pas inquiété. Que nenni...
Les Français ont enfin compris. Ni lui ; ni Hollande. Vous verrez....
A bon entendeur....
a écrit le 04/02/2016 à 17:32 :
sarkozy veut faire baisser les impôts alors qu'il a oublier que ces lui qui les a fait monter comme les veuves qui ne payer pas avant c'est de sa faute lui hollande a commencer a baisser pour les veuves mais n'a pas encore supprimer les promesses c'est comme les compresses on essuie et après on jette,Ou est la vérité Surtout dans les rumeurs il parait qui fait construire une villa au Maroc,Là il va falloir le déclarer au impôts,
a écrit le 04/02/2016 à 17:21 :
Ce type est prêt à tout pour se faire élire ! Faut dire que vu les casseroles qu'il se trimbale l'immunité présidentielle lui ferait le plus grand bien. On l'a vu à l'oeuvre et surtout on l'a assez vu ! Si on l'a viré c'est pas pour le reprendre.
Réponse de le 04/02/2016 à 19:57 :
"Ce type est prêt à tout pour se faire élire". Ayez au moins l'honnêteté de reconnaître qu'il est loin d'être seul dans ce cas... à droite comme à gauche d'ailleurs. Quant aux casseroles permettez-moi d'avoir un doute. Bettencourt dont on affirmait que les preuves contre lui étaient accablantes ? Non-lieu. Karachi ? Même pas concerné (et d'ailleurs il serait peut être temps de renvoyer l'affaire si on veut juger Balladur et Léotard autrement qu'à titre posthume... mais à vrai dire le problème est que rien n'est moins prouvé que le lien entre l'attentat de 2002 et l'arrêt des commissions). Le financement de la campagne de 2007 par Kadhafi ? l'instruction semble au point mort. Ne reste plus que le soi-disant trafic d'influence (soi-disant parce qu'il n'a pas eu le moindre début d'exécution et les propos de Sarko lors des écoutes entre lui et son avocat relèvent surtout de la fanfaronnade, Monaco ayant démenti toute intervention ). Ca a peu de chances d'aller bien loin. On imagine mal un procureur requérir autre chose qu'un non-lieu pour des faits aussi mineurs et en plus mis au jour par des méthodes aussi contestables. Le simple fait que ces écoutes au long cours aient été autorisées comme s'il s'était agi de terroristes internationaux ou de Pablo Escobar donne une idée des priorités d'une partie de notre "justice" dont l'objectif premier ne semble pas d'assurer la sécurité dans notre pays...
a écrit le 04/02/2016 à 17:21 :
Attention Pinocchio ton nez s'allonge drôlement.
a écrit le 04/02/2016 à 16:58 :
Comment nos aïeuls résolvaient les problèmes sociétaux? réfléchissez sur les 150 dernières années. De quel manière le chômage a été résolu durant ces périodes? Qu'ont ils fait pour ramener de l'emploi, remplir les usines, construire des infrastructures? En détruisant le trop plein au moyen de la guerre. C'est triste comme présentation, mais cette constatation permet d'analyser les errements de nos politiciens actuels qui n'ont aucune expérience d'une période de plus de 30 ans sans guerre. Le plein emploi, une activité industrielle florissante n'ont eu lieu qu'après des pertes dont il a fallu se relever. Dès lors que les trente glorieuses se sont passées, les crises sont apparues (pétrole, finances) qu'aucun dirigeant n'a pu maitriser et les nations qui arrivent à se maintenir sont celles qui avaient été frappées le plus durement. Nos aïeux n'avaient pas des politiciens meilleurs que les nôtres mais des solutions plus radicales.
Quant à vouloir diminuer les déficits, ce ne sera qu'un jeu comptable proche du bonneteau: en faire disparaître certains pour en accroître d'autres et où les seuls contributeurs sont les contribuables c'est-à-dire nous qui seront discriminés ou non suivant la forme prise par l'impôt (direct ou TVA "sociale"!!).
Réponse de le 04/02/2016 à 18:38 :
Quelle fine analyse ! Une bonne guerre pour régler les problèmes économiques ! Je mets de côté votre ignorance à la foi de l'histoire et de l'économie et souhaite de tout coeur que vous ne soyez pas postulant au remplacement prochain de Laurent Fabius...
a écrit le 04/02/2016 à 15:53 :
En fiscalité ce président comme d'autres peut être n'y connaît rien. j'ai vécu trois saison avec Nicolas qui supprime la déduction des intérêts de prêts pour l'achat de sa résidence principale, ensuite arrivé au pouvoir la déduction revient? enfin avant la fin du quinquennat il la retire? Allez faire un plan de financement avec de tels revirements.
a écrit le 04/02/2016 à 15:07 :
Comment peut on croire cet homme qui à augmenté la dette de 600 milliards en 5 ans, qui à monté les Français les uns contre les autres , qui dans le même temps c'est augmenté son salaire présidentiel (belle exemplarité!!) , ou faites ce que je dit mais pas ce que je fait!!
Que tout ces politiques de droite comme de gauche les sarko , fillon , lemaire ,juppé ,hollande , valls, et autres consorts qui monopolise la place publique depuis plus de 30 ans , en ayant tous échoué s'en aille , loin et vraiment très loin.
Ils sont tous responsables de l'état dans lequel la France est , et vienne faire des promesses....
Ils ont été tour à tour ou même temps pour certains , maire , député , sénateur , secrétaire d'état , ministre , président.
Et tous ont ce même syndrome , celui des chats , de toujours retombé sur leurs pattes!
Hontes à eux , a cette classe politique à bout de souffle;
Regardé les bancs de l'assemblée nationale a moitié vide ou en train de dormir, et ce sont les mêmes depuis de nombreuses années : profession politicien , n'ayant jamais travaillé dans le secteur privé , ne sachant même pas ce que c'est que pole emploi....ayant les privilèges d’être payé plus de 8000 € pendant 5ans , d'avoir autant de note de frais par mois et de bénéficier pendant 5 ans d'un salaire de 8000€ par mois en cas de non ré-élection.....combien de salarié ont une garantie de salaire de 100% , réponse AUCUN sauf député ou sénateur.

il est vraiment temps que le peuple reprenne le pouvoir à cette monarchie républicaine ;

Tout reste à construire , il faut maintenant donné un bon coup de balais...

Il faut une nouvelle classe politique issu de la société civile sans appartenance politique , en redonnant le pouvoir au peuple , en supprimant tout ce qui ne sert à rien (sénat , haut fonctionnaires protégés , salaire et revenus des anciens présidents, etc..)la liste est très longue , et il y a de quoi faire de puissantes économies.

Citoyen réveillez vous !
a écrit le 04/02/2016 à 14:51 :
Incroyable Sarkozy me donne envie de voter Hollande !
a écrit le 04/02/2016 à 14:48 :
il nous a déja choqué une fois, jamais nous autoriserons une deuxième fois.
a écrit le 04/02/2016 à 14:39 :
C'est du réchauffé puisque il est prévu que le CICE soit transformé en baisse de charges!
C'est un peu comme lorsque la N.K.M. nous promet des supers investissements dans les transports en Ile de France. C'est déjà acté depuis longtemps, cela se nomme le "Grand Paris" !
Pas mieux?
Les investissements, c'est maintenant à la mode, au gouvernement, à l'assemblée, au sénat, dans les régions et les communes. Même Marine, Jean-Luc et Jean-Claude nous jouent la musique investissent, mot qu'ils ne connaissaient pas il y a encore peu!
Les comiques!
a écrit le 04/02/2016 à 14:31 :
A défaut de contre choc fiscal, on pourrait peut être éviter un contre choc politique, en accordant aucun intérêt aux propositions de NS, celles-ci étant du même ordre que celles de 2007, et l'on sait ce qu'il advint par la suite. Bien sûr 9 ans ont passé depuis, nous avons vieilli d'autant mais on a encore, au moins personnellement, les idées encore claires et la mémoire vive. Au delà du personnage, dont les outrances lui ont joué de mauvais tours, il y a le bilan politique et la balance ne lui ait pas forcément favorable.
a écrit le 04/02/2016 à 14:11 :
Donc il promet de faire tout ce qu'il n'a pas été capable de faire au moment où il était en mesure de le faire ... Toujours la même rengaine . Je vous promets la lune , et nous l'avons ..........en carte postale . Malheureusement pour lui nous avons de la mémoire !
a écrit le 04/02/2016 à 14:01 :
Ce programme de Monsieur Sarkozy, est la résultante IMPLICITE de penser que c'est injuste que les fortunes de nos PAUVRES RICHES MÉRITANTS soient vampirisées par toutes ces couches de population d’assistés incapables d'être ou de devenir riche.
Outrancier il était, outrancier il reste.
a écrit le 04/02/2016 à 13:41 :
Malin le SARKO baisser les charge sociales mais comment une TVA sociale entre 1.5 et 3 % faut le dire ISF supprimer cela l'arrange il la paie. Baisse des impôts lui qui a augmentai son traitement de PLUS DE 140 % mais de qui ce moque t-il en plus d'une dette de 600 milliards en 5 ans
a écrit le 04/02/2016 à 13:17 :
Bon...a étudier en détails ..Vu que Normal 1er ,nous a fait déjà le coup des promesses vaseuses non tenues en 2012 ...et l'on mesure 31/2 ans après, l'amplitude de la catastrophe économique... reste a savoir combien ,le montant de l'ardoise que va laissé le capitaine de pédalo...? Sarkozy ,a intérêt de nous éclairé sur le remboursement....!
a écrit le 04/02/2016 à 13:12 :
En restant dans l'Europe ? Dans le machin et la monnaie qui a détruit notre pays en moins de dix ans .. En restant sous les fourches de fonctionnaires anonymes au services des américains et des banquiers..

Sarkozy appartiens au passé.

a écrit le 04/02/2016 à 12:21 :
Cela n'a pas l'air très sérieux et c'est du déjà vu. Pas de refonte ou de grandes réformes de l'état. Baisse des impôts mais pas vraiment de baisse des dépenses de l'état et des collectivités locales.
Avec Sarkozy On est bien parti pour mal arriver.
a écrit le 04/02/2016 à 11:26 :
Nous l'avons eut pendant un mandat et qu'a t-il fait a part creusé la dette de la France d'une façon magistrale a part cela pas grand chose.Les élections approchent soudain des idées Non il est grand temps de rentrer bien au chaud a la maison
a écrit le 04/02/2016 à 11:25 :
Le probleme c'est que toute les promesses de 2007 sont parties en fumées dès son election

Il ferait mieux de soutenir Lemaire
a écrit le 04/02/2016 à 11:24 :
Ces politiques ont toujours de bonnes idées ,dés qu ils ont perdu le pouvoir ,ou bien SARKO adopte la politique d HOLLANDE lors de la derniére campagne presidentielle
"tout promettre ,mais rien tenir"
Réponse de le 04/02/2016 à 13:29 :
Rien tenir... vous y allez un peu fort !

Si vous voulez jeter un oeil ... :

http://www.luipresident.fr/toutes-promesses
a écrit le 04/02/2016 à 11:14 :
Le programme économique de PAUL BISMUTH :
- suppression de l'ISF et remboursement des montants indument payés par les habitants de NEUILLY pendant 5 ans
- exonération de charges sur les conférences données, notamment les siennes (= plan de formation)
- suppression des droits de succession dès lors qu'elle sert au financement d'une SRP (société des repentis politiques) pour financer la promotion de Jean Sans Terre.
- limitation des pénalités pour les abus de biens sociaux dès lors qu'il n'y a pas d'enrichissement personnel (oui oui on peut !!)
- défiscalisation à 65% des "dons" aux partis politiques dans la limite de ... (euh non pas de limite)

Le tout financé par une croissance à +3% lié à la seule présence du "patron" gaulois.
a écrit le 04/02/2016 à 11:06 :
La priorité n'est pas de baisser les impôts des particuliers mais de baisser les charges des entreprises notamment celles assises sur les salaires et notamment pour les entreprises confrontées à la concurrence internationale (secteur primaire et secteur secondaire hors BTP). Mais NS avait déjà fait la même erreur en 2007 en préférant la loi TEPA plutôt que la TVA sociale. Quant aux dépenses il faut d'abord voir ce qu'on peut économiser à fourniture de services et de prestations financières constante et ensuite prendre en considération le déficit à résorber. Quand on confronte les deux on voit tout de suite que la baisse des impôts est impossible mais là encore NS a montré dans le passé qu'il se fichait complètement de la dette. Par contre on peut restructurer les prélèvements en simplifiant sans les baisser.
Réponse de le 04/02/2016 à 12:32 :
comme souvent je partage largement votre analyse. Ceci dit, je ne crois pas possible à moins d'usine à gaz de différencier les entreprises. A un moment donné il faut accepter qu il y ait des effets d'aubaine si ça profite largement au pays au total. Je crois également possible de voir la pression fiscale baissée si la conjoncture ne se retourne pas brutalement et qu on ne relâche pas les efforts budgétaires. Des objectifs clairs et du sérieux, tout le contraire du sieur Sarkozy
Réponse de le 04/02/2016 à 14:38 :
Pour baisser les charges des entreprises, au lieu de s'attaguer au travail (qui fait vivre l'entreprise), pourquoi ne pas s'attaquer aux revenus du capital (qui ne font pas avancer l'entreprise à la différence de ce qui est réinvesti ...). Taxation des dividendes, imposition sérieuse (comme le travail) des bénéfices.
Réponse de le 04/02/2016 à 20:06 :
@réponse de labo
Le chargement du travail par des cotisations pénalise en fait les consommateurs ou les travailleurs fragiles car il s'agit d'un impôt indirect qui ne s'applique qu'aux produits français donc au mieux les entreprises les répercutent dans les prix et au pire elles licencient. Par contre les dividendes sont perçus par des personnes qui paieront des impôts sur les particuliers (la gauche de la gauche a donc tort de préférer la baisse d'impôt sur les ménages, dont certains sont riches, à la baisse des charges). Enfin vu de l'entreprise le dividende est simplement le prix du capital qu'il faut aussi savoir attirer pour investir...
Réponse de le 04/02/2016 à 21:13 :
@labo: faut arrêter ce genre de propos demago. Les dividendes sont chargés au même taux qu un prelevement de gerance(=salaire d'un petit patron) et la taxation des plu valus et l'une des plus fortes au monde. On affiche un taux d'IS dément à l'assiette toute mitée et c'est encore les PME qui trinquent. Les boites du CAC40 ne sont quasi pas concernés par ces mesures, c'est se tirer 2 balles dans le pied.C'est stupide de taxer beaucoup plus que nos concurrents le capital qui est très mobile mais qui est surtout le carburant des investissements et donc du travail. Qui dit investissement et fort capital dit également travail plus qualifié et meilleurs salaires. A 5 millions de chômeurs au diable l ideologie, on est plus en 1960, il faut favoriser la prise de risque, encourager les investisseurs, pour permettre d'embaucher et former et dans le même temps transferer les charges qui pèsent sur le travail (santé, famille par exemple) vers le citoyen consommateur.
a écrit le 04/02/2016 à 11:01 :
"un relèvement de l'âge légal de départ à la retraite à 63 ans dès 2020 et 64 ans dès 2025".

A ce rythme la , ceux nés dans les années 60/70 ne partiront jamais à la retraite, déja qu'ils trinquent en ce moment dans des plans de départ dit "volontaires"pour en réalité finir à Pôle emploi ( +8,4% en 2015) puis au RSA.
Réponse de le 04/02/2016 à 13:23 :
C'est une façon comptable de réduire les retraites. De moins en moins de personnes auront tous leurs trimestres.
a écrit le 04/02/2016 à 10:57 :
ça ressemble furieusement à son paquet fiscal 2007, c'est à dire baisse d'impôt pour les plus riches et augmentation pour tout le monde après pour financer...Il critique le gouvernement actuel qui ne renseigne pas quelques milliards d'euro d'économie, mais lui croit nous faire avaler 100 milliards en déremboursant des médocs, en ne remplaçant pas des fonctionnaires (on a déjà vu le résultat pour notre sécurité et les économies générées) et en rendant les allocs chomdu dégressives: une blague!

Il s'assoit à nouveau sur les engagements européens au passage, tout pareil quoi.

C'est vraiment un has been de chez has been.
a écrit le 04/02/2016 à 10:55 :
Un programme formidable sur le papier mais aura t-il la possibilité de le réaliser?
L'impôt tue l'impôt, c'est connu mais depuis 30 ans , l'État ne cesse de ponctionner
les français. Il faudrait aussi diminuer le nombre de députés et sénateurs , et revoir les textes qui entravent la liberté de penser , bref la pensée unique. On lui souhaite bien du courage.
a écrit le 04/02/2016 à 10:47 :
Que ce soit Sarkozy, Hollande ou Lepen, il est désolant qu'il n'y en ait aucun qui ait un vrai projet pour la France. Ce que nous voulons c'est savoir où nos hommes politiques veulent nous emmener ds 10, 20 ou 30 ans. Que voulons nous comme rôle de l'état ? comme service publique ? comme couverture maladie ? comme secteurs industriels clé ? comme fluidité du marché du travail, etc. A partir de là, on déduit les moyens d'y arriver : réformes fiscales, réforme du contrat de travail, etc. Je sais que c'est peu attirant comme discours, que ça ne correspond pas aux échéances électorales, mais ça donnerait un objectif et une cohérence. On nous balance des chiffres sans explications : pourquoi 100 mds d'euros d"économie sur 5 ans et pourquoi pas 50 ou 200 ?
Réponse de le 04/02/2016 à 11:47 :
"On nous balance des chiffres sans explications : pourquoi 100 mds d'euros d"économie sur 5 ans et pourquoi pas 50 ou 200 ?"


En avril 2015 , l'UMP voulait faire 150 milliards d'économie toujours sans plus d'explication.
a écrit le 04/02/2016 à 10:38 :
Enfin un programme réaliste et ambitieux. La France a un besoin urgent d'une diminution de la fiscalité, de la suppression de l'ISF pour enfin favoriser l'investissement et l'entrepreneuriat!
Dommage seulement qu'il ne le réalisera pas......
a écrit le 04/02/2016 à 10:37 :
Le petit prince a soif d'exister, mais pour lui c'est le début de la fin et c'est tant mieux parce qu'il s'est déjà bien servi.
a écrit le 04/02/2016 à 10:34 :
Le prochain président devra obligatoirement proposer une réforme fiscale permettant de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique; autrement dit, réduire le cout du travail en augmentant le prix de l'énergie. C'est au peuple de choisir.
Réponse de le 04/02/2016 à 12:49 :
"baisser la fiscalité du travail et augmenter la fiscalité énergétique"...euh l'énergie est une composante du coût du travail, donc baisser les charges et augmenter les taxes sur l'énergie revient au même pour les entreprises. Par contre pour le consommateur ça va diminuer son pouvoir d'achat, et donc grever la consommation. Hors en France elle est un des derniers moteur à peu près en état de marche...vous avez d'autres bonnes idées comme ça ?
a écrit le 04/02/2016 à 10:26 :
Et oui, comment faire encore des trous dans les caisses de l'Etat. Que l'on fasse des baisses d'impôts quand on a un déficit nul, OK. Mais pas quand on a du déficit annuel et qu'on atteint prés de 100 %de déficit cumulé. Surtout que ces baisses ne vont réellement profiter qu'aux hauts revenus. Ce qui veut dire qu'elles seront, in fine, payer par les classes moyennes et les plus pauvres.
L'Allemagne n'a jamais baissé ses impôts, alors que sa situation budgétaire est bien plus saine que celle de la France.

Comment les marchés financiers vont apprécier cette démagogie ?
a écrit le 04/02/2016 à 10:24 :
Je ne vois pas pourquoi une baisse d'impôts relancerait la consommation. Ceux qui paient des impôts épargnent déjà 17% de leurs revenus. S'ils se mettent à consommer, ce sont des voyages à l'étranger, des berlines allemandes ou des smartphones étrangers. Cette consommation n'entraine qu'un enrichissement des entreprises étrangères et des nuisances multiples :pollution, chômage, puisque l'on s'est évertués à importer plus pour gagner plus et défiscaliser plus.

La seule solution pour créer de l'emploi c'est de renoncer à l'industrialisation, à l'automatisation, à l'efficacité et à la concentration de tout : c'est développer la convivialité et non la productivité. C'est localiser plus pour recréer du lien entre les citoyens. multiplier les petites fermes de polyculture, les artisans, les petits commerces, les PME. Freiner les multinationales, les lobbies, les chaînes, les franchises, les fermes de 1000 vaches. On ne veut pas de poulets nourris au soja Brésilien, on ne veut pas de compétition internationale mais de la coopération régionale.
Non au développement du PIB envers et contre tous pour le bien être de 1% de la population. Non à Uber qui vole la valeur ajouté des taxis Kényans pour la déplacer dans un paradis fiscal.
Réponse de le 04/02/2016 à 11:14 :
Admettons qu'on tourne le dos au reste du monde, qu'on s'essaie dans une voie vouée à l'appauvrissement Comment financera-t-on l'éducation de nos enfants? Notre santé? La dépendance de nos seniors? Malgré pas mal de travers de la mondialisation et les inconvénients liés à la productivité, je préfère quand même vivre à l'ère de l'économie de marché plutôt que comme au Moyen Age.
Réponse de le 04/02/2016 à 11:14 :
Admettons qu'on tourne le dos au reste du monde, qu'on s'essaie dans une voie vouée à l'appauvrissement Comment financera-t-on l'éducation de nos enfants? Notre santé? La dépendance de nos seniors? Malgré pas mal de travers de la mondialisation et les inconvénients liés à la productivité, je préfère quand même vivre à l'ère de l'économie de marché plutôt que comme au Moyen Age.
a écrit le 04/02/2016 à 10:24 :
Les mon songes c est bon la politique de Sarkozy c'est du pisé menu
a écrit le 04/02/2016 à 10:22 :
Il a la mémoire courte ce cher Nicolas, car avec son collaborateur Fillon ils ont été les initiateurs de l'augmentation des impôts que FH a poursuivi. Alors, ses promesses !! Avec les bulles financières immobilières qui se sont créées un peu partout dans le monde nous ne sommes pas à l'abri d'une nouvelle explosion qui sera pire que celle de 2008.
a écrit le 04/02/2016 à 10:19 :
Il avait promis çà en 2007 et il n'a rien fait ,en 2012 il était persuadé de gagner malgré ses hausses d'impôts , sa politique et ses ministres de gauche.Il veut se faire élire par les électeurs de droite et ensuite plaire aux électeurs de gauche car il méprise ceux qui votent pour lui et admire ceux qui ne sont pas tombés sous son charme.
Pour 2017, il promet ce qu'il ne tiendra pas car les républicains c'est une droite canada dry de centre gauche alors mieux vaut HOLLANDE avec MACRON :ils commencent à faire leur" Bad Godesberg"
et seul un socialiste peux faire les réformes nécessaires sans être taxé de réactionnaire : SCHROEDER en Allemagne ,BLAIR en GB .
a écrit le 04/02/2016 à 10:17 :
59 ans chomage , a savoir on est plus solliciter a 59 ans ( dans certain metier on peu travailler aller au delà fonctonnaire assi
les allocations degressivité les gens vont vivre comment ? LE LOYER 50% DU BUDJET EDF ET GDF 25 % SARKO les heures sup jamais payer
sarko qui partage sa paye un bonimenteur le parc automobile de nos dirigeants qui nous coute une fortune
je suis pour un salaire universelle supprimée tout les partenaires caf , pole emploi
ras le bol de tout ses fonctonnaires qui decide a notre place le monde du travail a changer les nouvelle thecnologie et autre
un salaire universelle 800 euros puis rester travailler dans sont quartier
avant la degresivitée des allocations qui commence par trouver du travail
dans ce pays ils restent des ministres des dirigeants des fonctonnaires et des joueurs de foot les ouvriers les paysans zero bravo la france
a écrit le 04/02/2016 à 10:05 :
Toute proposition qui vise à baisser la pression fiscale, baisser le coût du travail et réduire le budget de l'état (collectivités comprises) va dans le bon sens.
Jamais par le passé n'a été mené une baisse simultanée du coût du travail et de la pression fiscale.
Bien sûr, il est possible de dire "ce n'est pas suffisant" ou bien "c'est ambigu" mais on ne peut pas attendre une réponse à toutes les questions que cette baisse simultanée va poser en trois paragraphes.
Ce qui compte, c'est la trajectoire et la volonté politique.
Bien sûr que mener cette baisse simultanée va au départ impliquer un accroissement de l'endettement car il faudra toujours plus de temps pour baisser les dépenses que pour baisser les impôts.
Bien sûr que nous sommes endettés et que les responsables politiques sont responsables mais nous aussi car nous avons laissé faire et nous bloquons souvent les réformes : qui a accepté facilement le passage de l'âge de la retraite à 62 ans ? La timide réforme des régimes spéciaux ? Les exemples de nos renoncements collectifs sont si nombreux...
a écrit le 04/02/2016 à 10:03 :
5 ans au pouvoir et il n'a rien fait. NEXT!
a écrit le 04/02/2016 à 9:58 :
C'était bien aussi quand on entendait plus parler de lui, c'était logique...

Avec tout le mal qu'il a fait au pays qu'il arrive encore à trouver des journalistes pour écouter ce qu'il dit c'est limite.

Il va certainement arriver à se dépêtrer du dossier Kadhafi à sa place je me ferais tout petit comme il a dit en partant de l’Élysée. Honte sur nos institutions d'avoir permis à un tel personnage de gouverner pendant 5 ans.
a écrit le 04/02/2016 à 9:54 :
Vrai m ent marre de Sarkozy c est tout les jours pour riant ?? Hollande c est pas mieux des vrais politiquer ??
a écrit le 04/02/2016 à 9:50 :
Comment des personnes peuvent encore croire en cet homme ? Personnellement, j'ai donné, j'ai cru, j'ai vu, j'en suis revenue. Plus jamais ! J'ai surtout compris que c'était un bon homme de spectacle, un assoiffé de pouvoir et un grand défenseur de ... ses propres intérêts.
Il ferait tout et n'importe quoi, il dirait tout et son contraire, il utiliserait n'importe qui pour arriver à ses fins.
Sauf qu'il est l'homme du passé, de son passé. Il n'est plus crédible, plus audible et tellement manipulateur et pas fiable.
Et puis, cette façon de nous prendre pour des demeurés en tentant de nous faire avaler des couleuvres. Non, là c'est la cerise sur le (mauvais) gâteau. Trop, c'est trop !
Les temps ont changé, les pratiques doivent également changer. Sarkozy, plus jamais !
a écrit le 04/02/2016 à 9:46 :
ça va décoiffer ?.................à moins que ce ne soit que du vent qui sera favorable à la Marine !!
a écrit le 04/02/2016 à 9:23 :
Il est bien gentil, Sarko, mais il veut faire ce qu'il n'a pas réussi à faire pendant ses cinq années de présidence. Et 25 milliards de choc fiscal, ce n'est pas un choc fiscal : il en faudrait cinq ou dix fois plus pour déclencher quelque chose, et faire une vraie relance à la Reagan (la seule possible : alléger les impôts des classes moyennes, qui dépenseront tout de suite cet argent). Bref : Sarko fait plus partie du problème que de la solution.
Réponse de le 04/02/2016 à 11:06 :
vu ce que rapporte l'impot sur le revenu et le nombre de foyers qui le payent, vous m'expliquerez quel impôt vous baissez pour atteindre votre objectif et après qui en profitera...
a écrit le 04/02/2016 à 9:20 :
Rien de nouveau sous le soleil.
Il propose d'augmenter les revenus des plus riches et de baisser celui des plus pauvres...un beau programme antisocial
a écrit le 04/02/2016 à 9:15 :
Si c'est comme en 2008 on ne sera pas concerné par la baisse des impôts a part bien sur ses amis de Neuilly !
a écrit le 04/02/2016 à 9:09 :
Retour a la case départ, il ne restera plus rien d'un pays développé!
a écrit le 04/02/2016 à 9:03 :
C'est toujours très ambigu parce qu'il n'est jamais dit explicitement ce qui est un chiffre annuel ou un chiffre cumulé sur la durée d'un mandat (ce qui n'a guère de sens). Et 100 milliards de dépense en moins par an, sans toucher pour de bon à la masse salariale de la fonction publique (pas par le simple non-remplacement des départs, il faudrait des licenciements et des baisses de salaires), c'est impossible.
a écrit le 04/02/2016 à 8:56 :
NS a changé nous dit-on ?

Les mêmes recettes qu'il a mis en oeuvre par le passé (moins de charges, moins d'impôt, moins de...) sans aucun résultat, pire un endettement colossal de 600 milliards d'€ en 5 ans...Manque-t-il d'imagination ? Mr Sarkozy, variez vos lectures, voyez d'autres personnes, essayez de comprendre et non de rejeter, et sans doute serez vous un peu plus humble...

"Non, je n'ai pas changé..." Nicolas Iglésias
Réponse de le 04/02/2016 à 9:27 :
En terme de hausse de l'endettement Hollande fait "aussi pire" malgré son choc fiscal. En termes de chômage aussi, bien que le gros de la crise était passé en 2012.
Réponse de le 04/02/2016 à 10:50 :
f actuellement faux, Bruno_bd, on peut adresser pas mal de reproches à Hollande mais sur la dette on note un fort ralentissement de la progression depuis 2/3 ans
http://www.journaldunet.com/economie/magazine/1041647-dette-publique/
Réponse de le 04/02/2016 à 20:20 :
@clem : vous voyez une baisse de la hausse, vous ? vous avez la foi du charbonnier, moi j'y vois une hausse quasiment au même rythme que pendant le quinquennat Sarko sauf pendant la période du plus profond de la crise. Plus cruel encore
1) ce vague ralentissement est essentiellement dû à la chute des taux d'intérêts qui fait que malgré un nominal de dette monstrueux la France ne paie quasiment pas d'intérêts dessus. Merci la BCE.
2) Hollande ayant brûlé toutes ses munitions en réouvrant les 60000 postes supprimés dans l'éducation (2,5 milliards par an en année pleine avec les brillantissimes résultats que l'on sait, poursuite de la dégringolade dans Pisa) il se trouve fort dépourvu quand le contexte impose d'embaucher des militaires, des policiers et de renforcer les capacités de défense. Autrement dit il y a gros à parier que déficits et dette vont repartir de plus belle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :