Piketty pour un revenu universel... non universel

 |   |  696  mots
(Crédits : Reuters)
Thomas Piketty dit soutenir l'idée d'un revenu universel, défendue par Benoît Hamon. Mais il écarte une distribution à tout individu, ce qui est la définition même du revenu universel

De l'art de jouer sur les mots... Dans une tribune co-signée avec plusieurs économistes proches, publiée par Le Monde, Thomas Piketty affirme son intention de défendre la proposition de revenu universel portée par Benoît Hamon, candidat à l'élection présidentielle dans le cadre de la primaire à gauche. Mais très vite, l'économiste star précise sa pensée, écartant en réalité l'idée d'un revenu distribué à tous, ce qui correspond bien à la définition du revenu universel...

« Certains voudraient évacuer le débat en évoquant un coût pharaonique de 300 ou 400 milliards d'euros. Mais ce chiffrage fantaisiste n'a absolument aucun sens. Benoît Hamon n'a jamais dit qu'il allait verser 600 euros par mois à 50 millions d'adultes. Au contraire : il a explicitement évoqué le fait que le nouveau système pourrait être sous conditions de ressources et concernerait uniquement les salaires inférieurs à 2 000 euros, avec des montants qui ne seraient évidemment pas les mêmes pour tous (Libération, 5 janvier). De fait, cela n'aurait guère de sens de verser 600 euros par mois à des personnes gagnant 2 000 euros ou 5 000 euros de salaire mensuel, pour ensuite leur reprendre immédiatement la même somme en augmentant d'autant leurs impôts. Il est temps que cela soit définitivement clarifié, pour que le débat se focalise enfin sur les bonnes questions. »

Hamon veut une généralisation, à terme

 En réalité, les choses sont déjà assez claires, dans l' esprit de Benoît Hamon. S'il a affirmé que, dans un premier temps, il envisagerait de réserver le revenu universel à des personnes disposant de moins de 2000 euros par mois, il maintient l'objectif d'une généralisation, à terme, pour un coût approchant les 400 milliards d'euros. Ce serait l'ultime étape d'un processus.

« Je vois trois étapes » dit Benoît Hamon . « La première, c'est la revalorisation et la distribution automatique des minima sociaux - on peut ainsi imaginer que l'Etat reprenne cette compétence aux départements - et leur attribution aux jeunes. Car nous sommes le seul pays qui considère qu'à partir de 18 ans, il faut en baver - pas d'allocations chômage, pas de minima sociaux - au motif qu'il ne faudrait pas faire rimer insertion professionnelle avec assistanat. Dans quel autre pays voit-on cela ? Le revenu universel doit donc d'abord concerner les 18-25 ans.

Deuxième étape, celle d'une généralisation. Il faudra alors voir, en fonction des expérimentations et de ce qu'on aura fait pour les jeunes, si cette allocation distribuée à tous sera accordée sous condition de ressources - moins de 2 000 euros - ou pas. Cela permettrait de viser les emplois les moins bien payés et pour lesquels on veut accorder de l'autonomie. Le revenu universel est un des instruments par lequel on organise la réduction du temps de travail. »

Quant à la troisième étape, celle de la généralisation totale, elle reste l'objectif.

« Aujourd'hui, je ne peux pas dire «2022», par exemple... Je souhaite que cela puisse se faire à l'échelle du quinquennat. Mais je me refuse de dire cela. »

Carlos Ghosn devrait aussi le recevoir!

La perspective d'un revenu distribué à tout individu est à ce point crédible, dans l'esprit de Benoît Hamon, qu'elle justifie l'idée de voir un Carlos Ghosn recevoir le revenu universel.

« Un journaliste me disait, surpris, que Carlos Ghosn [PDG de Renault, ndlr] recevrait la même allocation que lui. On rembourse bien la grippe de monsieur Ghosn comme la grippe de n'importe qui ici ! Pour ce faire, nous allons donc construire des formes de redistribution permettant progressivement de financer le revenu universel. »

Sur son site, Benoît Hamon affirme noir sur blanc la perspective d'une généralisation:

Ce revenu sera ensuite étendu à l'ensemble de la population.

En réalité, Thomas Piketty s'oppose bel et bien à ce qu'il est convenu d'appeler le revenu universel. Si les mots ont encore un sens, il s'agit bien d'un revenu distribué à tous, ce que l'économiste et ses amis jugent absurde. Sinon, il n'est pas universel. Thomas Piketty se rapproche en réalité de la proposition d'un Manuel Valls, d'un "revenu décent" attribué aux personnes sans ressources.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2017 à 12:39 :
C'est absurde comme le quotient familial de l'impôt sur le revenu actuel. Lui aussi donne un crédit d'impôt important aux conjoints qui ne travaillent pas de la même façon qu'à Carlos Gohsn qui paye cet impôt. L'erreur de raisonnement vient du fait qu'on ne peut pas parler du RU sans l'associer à l'impôt qui le finance et c'est la différence des deux qui compte (comme la formule de l'impôt sur le revenu). Ceci montre simplement que le RU remet forcément en cause notre système fiscal. Chiffrer les dépenses ainsi n'a pas plus de sens que le ratio des 57% de dépenses publiques. Si vous voulez augmenter les dépenses de 80Ge et ce ratio de 4 points, c'est facile il suffit d'augmenter les impôts de 100 euros par français et par mois et de créer en même temps un RU de 100 euros et le tour est joué. Donc ces chiffres sont idiots.
a écrit le 28/01/2017 à 0:02 :
LES FRANCAIS SONT COMME L ISTOIRE DE LA GRENOUILLE QUE L ON MAIS DANS UNE MARMITE D EAU ET QUI NE COMPREND PAS QUE L EAU CHAUDE VAS FINIR PAR LA TUE? CETTE ISTOIRE ET VALABLE POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE? COMME POUR L ECOMOMIE EN FALLITE.PARS LA DISPARITION DES EMPLOIES???QUEL EPOQUE TERRIBLE QUE CELLE OU DES IDIOTS DIRIGENT DES AVEUGLES///WILLIAN SHAKESPEARE////
a écrit le 26/01/2017 à 17:47 :
L'idée du revenu universel est tirée du marxisme-léninisme sous une forme adaptée au socialisme de nuance capitaliste, on peut dire.
Lorsque des socialistes petits bourgeois s'aventurent dans les idées communistes pour faire du capitalisme Marx devrait être excédé.
Réponse de le 28/01/2017 à 12:41 :
Il n'y a pas plus anti-marxiste que le revenu universel
a écrit le 26/01/2017 à 10:54 :
Assez d'avis de Mr Piketty. L'esprit doit rester le minimum vital pour survivre dans la jungle actuelle. Sinon, faire comme ... Roosevelt. Quelqu'un connait cet ancien président..?? Ha! Faut pas toucher au grisbi. J'oubliai...
a écrit le 26/01/2017 à 10:14 :
Quel bonheur que d'être dans l'opposition ! On peut distribuer gratuitement le rêve. Mais quand par malheur on est propulsé aux commandes, alors les promesses sont oubliées, oh avec de bonnes excuses naturellement. En la circonstance, Hamon sait qu'il n'a aucune chance de gagner la présidence de la République, alors pourquoi se priver.
a écrit le 26/01/2017 à 0:06 :
Ce revenu universel de base n'est pas plus difficile à financer que les pensions retraite qui s'élèvent à 245 milliards. Son principal atout est sa gestion hyper simple. Comme il est imposable IR, il est immédiatement et automatiquement récupéré dans le cadre de l'impôt prélevé à la source pour ceux qui ont des revenus suffisants. Les services sociaux et les budgets des départements seront dégagés de la charge de gestion financière des aides sociales et pourront se consacrer au cœur de leur métier : l'aide qualitative aux pauvres et la cohésion sociale.Fini l'assistanat!
Réponse de le 26/01/2017 à 10:55 :
Le revenu universel ne sera pas "automatiquement récupéré" par l'IR pour deux raisons:
- 54% des ménages ne sont pas imposables;
- la tranche la plus haute d'imposition a un taux de 45%.
Ce sont peut-être 20% du RU qui seront récupérés via l'IR.
Il n'est d'ailleurs jamais dit clairement si le RU serait imposable. Tout est flou; c'est d'un argument de campagne qu'il s'agit, pas d'un véritable projet.
Réponse de le 21/02/2017 à 19:02 :
Il faut bien avoir en tête que sur les ~ 350 Milliards d'euros que va coûter le Revenu Universel, un partie sera bien évidemment payé par l'impôt des plus riches (qui augmentera forcément j'en conviens, mais c'est de la redistribution des richesses ), une partie par la redirection des aides sociales existantes (RSA, alloc etc...), mais enfin une dernière partie par la redistribution de ce revenu dans l'économie Française (+ de consommation et plus d'emplois, donc plus de TVA et plus d'impôts encaissé, moins de chômage etc...). L'effet relativement bénéfique est que le flux d'argent va passer des classe aisées (salaires confortables des personnes en fin de carrière, des managers etc...) qui possèdent déjà de gros patrimoines et ont plutôt tendance à le mettre de côté vers les personnes plus pauvres et nécessiteuses qui vont le réinvestir dans l'économie Française. On aurait donc un lissage de la distribution des richesses en France et une classe moyenne beaucoup plus importante, ce qui parait plutôt juste. Je me demande si le hic n'est pas que ça pourrait bien s'accompagner d' une forte inflation?
a écrit le 25/01/2017 à 18:51 :
Ils est vrai que dans l'absolu c'est stupide mais comme on ne peut pas proposer une telle réforme sans que l'oligarchie en bénéficie si on veut l'instaurer il faut le donner à tout le monde.
Réponse de le 27/01/2017 à 15:36 :
Citoyen blasé a tout à fait raison.L'universalitė est indispensable pour faire passer cette mesure.J'aime bien Piketty , mais comme tous les économistes keynesiens,il reste accroché à la valeur travail (alors qu'il y a de moins en moins de travail et cela va s'aggraver à l'avenir).
D'ailleurs,pour aider à mettre en place le RU, la réforme de l'impôt sur les personnes (IR)proposée par le même TP ,me paraît indispensable.Piketty propose de rendre l'IR vraiment progressif avec une tranche supérieure à
60% et la fin du quotient familial et conjugal.Dans sa proposition ,il fusionne l'IR avec le CSG .Pour les allocations familiales,il propose de les rendre universelles à nouveau (le gouvernement de FH a mis un terme à l'universalité des celles-ci).Donc,TP est contradictoire, il est pour l'universalité
dans un cas et pas pour le RU.
Réponse de le 31/01/2017 à 20:58 :
@Réponse de Favorable au RU : Je pense qu'on ne peut défendre à la fois un impôt progressif et le RU. Les premières simulations de Piketty sur la fusion CSG/IR donnaient moins de 200 Ge de recette. On ne peut pas financer un RU avec ça. Si on met en place un RU substantiel (au moins égal au RSA), c'est lui qui assure la progressivité et seule une grande CSG peut le financer.
a écrit le 25/01/2017 à 18:20 :
En réalité ce serait un revenu de survie ?
Cela compensera à peine la précarité du travail et la complexité des dispositifs d'aide, à l'exemple du RSA qui décourage plus d'un ayant droit. Les dispositifs sont nombreux, compliqués, parfois inefficaces et coûtent très cher. Une simplification s'impose.

L’équilibre va être difficile à trouver, entre ceux qui ont un emploi (qui seront de moins en moins nombreux) et ceux qui n'en ont pas et qui ont besoin d'une aide.
Pas pour des raisons financières, c'est une simple question de répartition des richesses produites, mais plus pour des raisons culturelles ou générationnelles.
Ceux qui ont connu la croissance des 30 glorieuses, ont pu se constituer ou hériter d'un patrimoine. Les nouvelles générations (même bardées de diplômes) survivent de stages et d'emplois précaires.
Ce n'est plus comme avant, ce ne le sera plus jamais et maintenant il faut s'adapter au nouveau contexte économique, beaucoup plus instable et concurrentiel et garantir pendant les périodes transitoires un minimum de revenu de survie. C'est aussi une question de cohésion de la société.
a écrit le 25/01/2017 à 16:30 :
Un revenu universel qui ne serait pas universel ! Décidément, c'est de mieux en mieux, mais on pouvait se douter que ce serait les mêmes qui seraient marrons. Ce qui par ailleurs n'éclaircit pas la question des immigrés, car eux touchent probablement moins de 2000 euros, et ceux qui vont arriver en masse ne travailleront pas (pourquoi travailleraient-ils puisque a) on leur assure un revenu et b) ils ne maitrisent souvent pas la langue et sont donc incapables de trouver un emploi autre qu'au noir)
a écrit le 25/01/2017 à 16:12 :
Piketty ne peut/veut pas vallser! D'où cette contorsion économique...
Il défend benoîtement la thèse de Manuel Valls.
a écrit le 25/01/2017 à 16:06 :
Le seul social qui vaille : Un travail, un salaire !
Réponse de le 25/01/2017 à 23:08 :
Oui monsieur 100% d'accord avec vous, le revenu social c'est le travail.
Je bénéficie moi même du RSA, je suis doublement diplômé mais malheureusement nada, rien à l'horizon.
"Leurs" RSA, revenu universel qu'ils se le gardent, mais malheureusement, là aussi, c'est le seul moyen qu'ils ont trouvés de contrôler le peuple et d'acheter la paix sociale.
Du pain et des jeux, comme au temps de Rome.
Réponse de le 31/01/2017 à 21:02 :
Ca du travail il y en aura toujours...Mais du travail permettant de vivre décemment ou du travail dont le salaire est versé régulièrement, ça il va falloir oublier pour une partie importante de la population. D'où le RU...
a écrit le 25/01/2017 à 15:27 :
Juste pour les français qui gagnent moins de 2000 euros par mois? Donc ceux qui gagnent entre 2000 et 3000 euros par mois seront ceux qui seront pénalisés par cette mesure.
Réponse de le 31/01/2017 à 21:09 :
Si on fait cela intelligemment personne n'est pénalisé : supprimez les allocations familiales, les bourses, le RSA et la prime d'activité...supprimez l'impôt sur le revenu et les cotisations non contributives. A la place versez la même somme d'argent à chaque adulte (en baissant d'autant les autres
allocations compassionnelles : AAH, ASPA) et la moitié de cette somme à chaque mineur. Financez cela par une augmentation de la CSG. Même somme d'argent, même taux de CSG pour tout le monde ; expliquez-moi, qui est pénalisé ?
a écrit le 25/01/2017 à 15:22 :
Monsieur Hamon,
vous avez du oublier un "0".
Comment voulez-vous vivre avec 600€/mois, si j'y arrive a peine avec 6000€....
a écrit le 25/01/2017 à 15:02 :
En fait, pour Hamon, apparatchik formé à MJS, il s'agit de trouver une construction intellectuelle pour justifier de passer à un niveau encore supérieur le système d'allocations d'état, pour transformer les français en un peuple de zombies "autonomes" vis-à-vis du travail, de la famille, de l'aventure de la vie, mais entièrement sous la coupe de l'état. D'abord les jeunes: comme les banques cherchent à les fidéliser le plus tôt possible, l'état leur offrirait dès 18 ans un statut d'allocataire à vie. Avec le canabis pour tous..
Réponse de le 25/01/2017 à 21:29 :
"l'aventure de la vie": j'aime bien cette expression, c'est romantique, et tout et tout. Ca donnerait envie de verser une larme. Alors évidemment avec un SMIC, des enfants, des loyers en augmentation, le coût de la vie, des conditions salariales de plus en plus précaires, un monde où tout est mis en concurrence, l'aventure de la vie, ça devient vite juste le parcours du combattant (au mieux) ou une descente en enfer (dans beaucoup de cas).
Enfin, j'imagine que vous avez la possibilité de bien vivre votre aventure de la vie et que si les autres ne peuvent pas le faire, ce sont de vils assistés qui n'ont que ce qu'ils méritent. Les libéraux de tout poil sont ce qui me fait rire le plus... Je garde cette expression en tout cas en tête: quand je verrai quelqu'un dans la misère, je lui dirai qu'il faut qu'il vive l'aventure de la vie, ça le fera peut-être rire aussi un peu et lui fera passer un bon moment au moins.
Réponse de le 25/01/2017 à 22:18 :
@ Jean Aymare
" Je veux imaginer sous quels traits nouveaux le despotisme pourrait se produire dans le monde : je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leur âme. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres. […]
Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire , qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? "
Alexis de Tocqueville
a écrit le 25/01/2017 à 13:47 :
Je suis d'accord avec l'economiste Thomas Piketty : le RU de Mr Hamon n'est pas une solution d'avenir et il faut un travail decent pour les Français avec un revenu décent et non un assistanat perpétuel qui renforcera le travail au noir. Non , non et non : non pour le revenu universel et plus de contrat en CDI pour les Français et plus d'emplois stables pour les Français et non à des solutions françaises " a la con" comme de l'utopie sociale et la régularisation du canabis en prime. Non aux conneries politiques de gauche et de la gauche utopiste !!!
a écrit le 25/01/2017 à 13:45 :
Super économiste mais mauvais en français, j'espère que ses bouquins sont plus clairs que ses déclarations.
a écrit le 25/01/2017 à 13:24 :
#interprétation
a écrit le 25/01/2017 à 13:23 :
#interprétation

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :