Pourquoi les fonctionnaires sont-ils descendus dans la rue ?

 |   |  624  mots
Des syndicats de fonctionnaires ont appelé à descendre dans la rue ce 26 janvier pour faire pression sur le gouvernement alors que des négociations salariales doivent débuté en favrier. Mais la ministre dela Fonction publique a déjà indiqué que les marges de manoeuvre étaient maigres.
Des syndicats de fonctionnaires ont appelé à descendre dans la rue ce 26 janvier pour faire pression sur le gouvernement alors que des négociations salariales doivent débuté en favrier. Mais la ministre dela Fonction publique a déjà indiqué que les marges de manoeuvre étaient maigres. (Crédits : REUTERS)
Les fédérations de fonctionnaires CGT, FO et Solidaires ont appelé ce 26 janvier à la grève avec un certain succès. Le pouvoir d'achat était au cœur de la mobilisation alors que le point d'indice dans la fonction publique est gelé depuis 2010. Des négociations salariales doivent débuter en février.

Taxis, contrôleurs aériens, enseignants et fonctionnaires en grève... Ce mardi 26 janvier, la France était frappée par une forte mobilisation sociale. Cependant, les mouvements n'avaient rien de convergents, ils étaient plutôt parallèles. Et si les taxis protestaient contre la « concurrence déloyale » des VTC, pour les fonctionnaires, c'était la question du pouvoir d'achat qui était au cœur de la mobilisation...

Le gouvernement a peu de marges de manoeuvre

C'est sur ce mot d'ordre que les fédérations de fonctionnaires CGT, FO et Solidaires ont  appelé les agents publics à descendre dans la rue, alors que l'évolution du point d'indice qui sert de base au calcul du salaire des fonctionnaires est gelée depuis 2010. Et pourtant, à titre préventif, la ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu a déjà prévenu : les fonctionnaires ne doivent pas s'attendre « à une grosse augmentation du point d'indice lors des négociations salariales prévues en février  parce que nous sommes dans une situation difficile ».

Certes, mais les syndicats ne l'entendent pas de cette oreille. Réunies lors d'une conférence de presse commune préparatoire à la grève de ce 26 janvier, les différentes fédérations ont avancé leurs arguments chiffrés. Ainsi pour Jean-Marc Canon, « patron » des fonctionnaires CGT :


"La situation en termes de pouvoir d'achat est absolument inédite avec un point d'indice gelé depuis près de six ans ce qui n'était jamais arrivé auparavant, explique la valeur du point a ainsi décroché de plus de 7 % de l'indice des prix à la consommation alors que parallèlement, les cotisations progressent. Les cotisations retraite ont ainsi augmenté d'un peu plus de 2 % depuis 2010 dans le but de les aligner sur celles du privé. Soit en tout une baisse de 9 % à 10 % en moyenne du pouvoir d'achat pour les fonctionnaires."

Mais d'autres inquiétudes pointent. Ainsi, les agents territoriaux, eux, sont inquiets quant à leur devenir du fait de la réforme territoriale, notamment la fusion des régions, effective depuis le 1er janvier 2016, et la loi NOTRe du 7 août 2015 qui a entrainé des transferts de compétences entre collectivités locales.

"Les agents ne savent pas ce qu'ils vont devenir. Par exemple, ceux de la Métropole
d'Aix-Marseille-Provence ne savent pas encore qui va les payer fin janvier et de quel
régime indemnitaire ils vont bénéficier", indique par exemple Yves Kottelat, le secrétaire général de la fédération des services publics de FO. Sans oublier les enseignants qui, eux, au-delà du problème du pouvoir d'achat, étaient également mobilisés contre la réforme des collèges. A Paris, la manifestation a rassemblé des milliers de personnes. Interrogé par l'AFP, Jean-Marc Canon (CGT)  a précisé que "la mobilisation est certes comparable à celle du 15 mai 2014 en termes de manifestants, et un peu moindre dans les grandes villes, mais nettement supérieure en termes de grévistes (30% contre 15 à 16%)". Pour sa part, le ministère de la Fonction publique fait part d 'une participation de 10,32% des fonctionnaires d'Etat à la grève,  5,78% pour la fonction publique hospitalière et 4,60% pour la fonction publique territoriale.

Division syndicale

Et après ? Une réunion intersyndicale est prévue le mercredi 27 janvier pour réfléchir aux suites à donner et maintenir la pression sur le gouvernement... malgré les propos peu optimistes de la ministre de la Fonction publique. D'ailleurs, le gouvernement pourra se rassurer en constatant que ni l'Unsa, ni la CFDT, ni la CFTC ne se sont jointes au mouvement, alors que la FSU (fédération la plus forte chez les enseignants) n'appelait pas à la grève tout en « soutenant » le mouvement. On est sans doute pas à la veille du grand soir social dans la fonction publique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2016 à 17:58 :
Ils descendent dans la rue parce qu'ils en ont l'habitude. C'est en fait une question de culture, et pratiquement inscrit dans les gênes.
a écrit le 27/01/2016 à 13:35 :
Pourquoi ne pas indexer le "point d'indice" sur le bénéfice/déficit du budget..
a écrit le 27/01/2016 à 11:52 :
si il est vrais que certain fonctionnaires sont trop paye et ont trop d avantages sociaux,et c est nous qui les payons avec nos impots , pour une fois qu un gouvernement essai de reduire cette diiferance, ca rue dans les branquards , mais il faut savoir prendre des decitions impopulaire en economies???
a écrit le 27/01/2016 à 10:26 :
De quoi se plaignent-ils...
Réponse de le 27/01/2016 à 11:54 :
Il te reste plus qu'à lire l'article.
a écrit le 27/01/2016 à 9:47 :
Pour faire commenter les trolls.
a écrit le 27/01/2016 à 9:38 :
Il est vrai que les fonctionnaires ,les retraités n ont pas été augmentés depuis pas mal d années !!mais les impôts et taxes en tous genres eux ont flambé, ce qui a pour conséquence une baisse du pouvoir d achat !!!c était le but de ce gouvernement de tirer les classes moyennes vers le bas!!! c est fait !!Vous dîtes dans votre article que le gouvernement a peu de marges de manœuvre ???? c est à mourir de rire ,regardez les cadeaux que l on fait : encore un milliard pour la Tunisie etc!!!!
a écrit le 27/01/2016 à 9:06 :
en réponse à Monsieur Chanut: vous avez raison.Cette cotisation alimente un fond de solidarité qui redistribue vers l'ASS,l'ACCRE-AS(créateurs d'entreprises), l'AER et des fonds pour les intermittents du spectacle!(encore un gouffre pour l'assurance chômage). Mais ni l'Etat patron ni les fonctionnaires ne cotisent à l'UNEDIC.Il faudrait un nivellement progressif des cotisations public/privé.
a écrit le 27/01/2016 à 7:58 :
par souci , d 'égalité constitutionnelle, ils ne réclament, tout de même pas le droit au chômage ???!!!!
a écrit le 27/01/2016 à 7:41 :
Voici ce que j'ai trouvé sur le site Boursorama sous le pseudo Castro31:"Moi je suis fonctionnaire et donc mal payé'C'est un pléonasme).Résultat je bosse le moins possible et ce que je fais j'essaie de le saboter au maximum faisant volontairement des vices de procédure qui coûtent finalement à l'Etat beaucoup, beaucoup plus cher que l'obole qu'il me verse." Chacun appréciera comme il convient les propos de ce Monsieur. Dans le Privé c'est la porte illico!Nos impôts servent à payer ce genre de personnage, qui est loin d'être une exception dans la Fonction Publique!
Réponse de le 27/01/2016 à 8:07 :
Pas la peine de s'exciter, c'est un troll.
Aller sur boursorama avec le pseudo castro, c'est comme si j'allais sur le forum dédié à Metallica avec le pseudo justin bieber.
Réponse de le 27/01/2016 à 9:10 :
Pour avoir un bon service, il faut lui donner la foi dans son rôle de fonctionnaire et la reconnaissance salariale et non pas le dénigrer pour lui mettre un service privé a la place surtout quand c'est une service que la loi nous impose!
a écrit le 27/01/2016 à 7:40 :
Les 5,5 millions de chômeurs ..ne font pas de manifs de masse...? par contre, quelques centaines de milliers de prof fonctionnaires à l'abri du chômage ... eux descendent dans la rue ...c'est sûrement cela la fameuse spécificité française ...
a écrit le 27/01/2016 à 7:38 :
Les fonctionnaires se sont des semaines de 32h de boulot, congés à la pelle, absentéisme par abonnement, avantages et privilèges injustifiés - Prime d'absentéisme : pour les faire venir au boulot payée par les contribuables, le m'en foutisme... Il serait temps qu'un vrai leader politique et le courage du langage de vérité et de réformer cette caste de nababs d'assisté de la République qui endette notre pays. Alignement d'urgence sur le contrat de droit privé !
a écrit le 27/01/2016 à 7:29 :
nos elus !!! doivent s occuper en priorité des paysans .. point
a écrit le 27/01/2016 à 7:28 :
Deux marges de maneuvre importantes pour le gouvernement:baisse historique du prix de l'essence et régularisation des évadés fiscaux
a écrit le 27/01/2016 à 7:15 :
un article à alimenter les brèves de comptoirs ....et on est servi sur ce forum !
a écrit le 26/01/2016 à 23:25 :
Essentiellement pour continuer à ne pas faire grand chose à nos frais, et éventuellement même, pour en faire encore moins. Il n'y a que les fonctions régaliennes qui nécessitent des fonctionnaires, Armée, Justice, Police. Tout le reste peut être fait par des sociétés privées sous délégation de service publique. C'est ce qui a été fait au Canada et cela fonctionne très bien.
Réponse de le 27/01/2016 à 3:44 :
Ah oui ? Essayer de faire fonctionner une ecole ou une ville de maniere privatisee.
Par ailleurs, c'est totalement faux, le Canada (comme les USA d'ailleurs) ont un systeme d'education publique ou d'energie.
Réponse de le 27/01/2016 à 8:35 :
@phidias
Ce que vous dites est vrai moyennant une régulation (contenu et tarif du service) mais a contrario qu'est-ce qui empèche de gérer une administration comme une entreprise sous contrat ? Pour moi rien (la preuve : on l'a fait aux PTT). Quant à votre propos sur le choix des fonctionnaires, je pense qu'il faut le corriger : dans l'armée on n'a pas forcément besoin de beaucoup de fonctionnaires...par contre un inspecteur du travail qui dresse des PV doit être fonctionnaire. Tout dépend du poids de l'autorité et du contrôle dans le poste occupé.
Réponse de le 27/01/2016 à 9:06 :
entièrement d'accord avec phidas. Autres exemples la Suède qui a privatisé sa fonction publique comme l'éducation nationale dont les enseignants sont sous contrats privés résultats caracole en tête dans les classements européens internationaux de l'éducation... au contraire de l'enseignement français en pleine déconfiture depuis plusieurs années qui est plus un club med et auberge espagnole triste constat.
a écrit le 26/01/2016 à 23:04 :
Pour les grève ils sons l as pour le chômage riant pour la précarités riant pour les retraites riant ils ont votez Hollande le prix à payer ?
Réponse de le 26/01/2016 à 23:28 :
tout les fonctionnaires ne sont pas de gauche...simple Préjuger !!
a écrit le 26/01/2016 à 22:05 :
Aujourd'hui, les fonctionnaires sont surpayés, pour longtemps jusqu'à leur retraite payée par l'état. La valeur du point est bloquée, mais ils s'octroient des avancements exceptionnels. Une grande partie sont maintenant en classe exceptionnelle, tout en haut de leur échelle, d'autant plus intéressant quand ils arrivent en fin de carrière.
Le contribuable paiera.
Réponse de le 26/01/2016 à 23:26 :
Commentaire totalement erroné, et de plus Boule ne sait pas de quoi il cause, c'est du "on m'a dit que" mais on ne connait jamais le nom du "on" !!!
a écrit le 26/01/2016 à 21:16 :
Parce qu'ils n'ont rien d'autre à faire.
a écrit le 26/01/2016 à 19:48 :
il faut cesser de rabâcher que le gel du point d'indice correspond à une stagnation de la rémunération des fonctionnaires ; c'est une contrevérité destinée à cacher les autres mécanismes automatiques qui font augmenter de droit les salaires des fonctionnaires , dont un accordant à minima un taux d' augmentation égal à celui de l'inflation .
les salariés du privé ne bénéficient pas de ces " parachutes " qui améliorent les revenus des fonctionnaires indépendamment de la situation économique du pays .
Réponse de le 27/01/2016 à 3:46 :
Contreverite total, le point est vraiment gele et il n'y a aucune augmentation lie a l'inflation dans la function publique d'Etat. Invention. Les salaires on CONCRETEMENT baisses depuis 5 ans.
a écrit le 26/01/2016 à 19:32 :
Pourquoi ne pas faire participer les fonctionnaires à la solidarité ?...la vrai...par exemple par une cotisation chômage...!!! après tout le privé paye bien pour eux..!!!!
Réponse de le 26/01/2016 à 22:54 :
Euh, bobo, la cotisation exceptionnelle des fonctionnaires pour le chômage des gens du privé existe depuis... 1982!! elle est égale à 1% de leur rémunération. Bien à vous et merci de lire La Tribune.
Réponse de le 26/01/2016 à 23:23 :
Contribution de solidarité....ils n'ont pas attendu le commentaire de Bobo !!!!
ca fait plus de 20ans quelle existe !!!
a écrit le 26/01/2016 à 18:42 :
Des bêtises ont été faites par le passé, il faudra corriger, les impôts ne doivent servir en grande partie à payer des salaires.
Réponse de le 27/01/2016 à 8:41 :
Les impôts doivent être totalement redistribués (solidarité). Les services, eux, doivent être facturés (redevances) et de fait en observant le tarif par unité d'oeuvre on saura si l'organisation qui les fournit est efficace : que cette organisation soit constituée ou non de fonctionnaires est secondaire.
a écrit le 26/01/2016 à 18:34 :
au lieu de dégraisser l'administration ( état et territoriale ) et d'améliorer la productivité des fonctionnaires on fige les salaires c'est plutôt contre -productif ; il y a certes des réformes à mener mais pas en démotivant les compétences
a écrit le 26/01/2016 à 18:33 :
Fonctionnaires votez hollande pour une revalorisation des salaires ils n jas riant avoirs biens faits comme les reyraites les riches plus les autres riant merci à Hollande et valls Marco P s ?
a écrit le 26/01/2016 à 17:52 :
Les fonctionnaires s'inquiètent de leur avenir personnel, pas de l'avenir du pays. Il faut certes des agents de l'État, mais ce doit-être des gens productifs et pas des privilégiés qui pensent que leur poste leur permet de harceler les autres parce qu'ils ont le tampon !!! Mais bon, ils n'ont pas grand chose à redouter parce que ce sont des votes potentiels dans l'urne et que les politiques sont uniquement intéressés par leur élection/réélection :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :