Prix du Jeune entrepreneur BNP Paribas : les lauréats en Centre-Est sont connus !

 |   |  654  mots
Les six lauréats de la région Centre-Est du Prix La Tribune du Jeune entrepreneur BNP Paribas.
Les six lauréats de la région Centre-Est du Prix La Tribune du Jeune entrepreneur BNP Paribas. (Crédits : Marie-Amélie Journel)
[ #1000SUp ] Applications pédagogiques, publicités biodégradables, stockage d'échantillons cliniques... les projets des lauréats de la sélection Centre-Est du Prix du Jeune entrepreneur BNP Paribas ont, une nouvelle fois, étonné par leur diversité et leurs promesses.

Pour la quatrième année consécutive, "La Tribune" a décidé d'honorer le monde des startups et de ses plus beaux représentants avec le Prix du Jeune entrepreneur BNP Paribas (#1000SUp). Après  l'Ile-de-France, à Paris, et la région Centre-Sud, à Toulouse, ce sont les finalistes de la sélection Centre-Est qui se sont présentés ce jeudi à Lyon.

Six catégories, six lauréats. Les voici :

Dans la catégorie Green Business, le jury composé des représentants des sponsors de l'évènement - BNP Paribas, EDF Entreprises, Orange, AG2R La Mondiale, Bpifrance, "La Tribune" étant à la baguette - a voté pour la startup Biodegr'Ad dirigée par Guillaume Pâris de Bollardière qui utilise les trottoirs de nos rues comme des panneaux d'affichages. Les publicités sont totalement écologiques, l'impression à partir de pochoirs étant réalisée grâce à un jet d'eau pulvérisée à haute pression ou à partir de colorants non polluants.

L'autre start-up finaliste était Monabee, cofondée par Clara Trevisiol qui commercialise une solution de gestion d'énergie. Dans son viseur, notamment, les producteurs d'électricité photovoltaïque.

Des containers à toutes les sauces

C'est la startup Capsa fondée par Cédric Denoyel qui a remporté la finale régionale dans la catégorie Industrie. Son idée ? Transformer les containers maritimes en logements, en bureaux, en abris de jardin, en garages... Entre autres. Toutes les options sont possibles, notamment dans l'événementiel ! Le ministère de la Justice fait appel à Capsa pour réaliser des cellules de prison. La RATP vient de lui commander plus de 500 mètres carrés d'abribus pour améliorer les conditions d'attente des participants à la COP21.

Dans la catégorie Numérique, trois startups étaient en lice : K-Net, portée par Frank Bisetti qui propose un accès à la fibre optique dans les zones les plus reculées, Dowino, un studio d'animation fondé par Pierre-Alain Gagne qui réalise des jeux pédagogiques "serious games" spécialisés dans la responsabilité sociale et la santé publique notamment, et Very up créée par Nicolas Bourgerie. C'est cette startup qui a été primée. Son application intelligente permet de transformer tous types de contenus en une formation digitale qui s'adapte à tous les « élèves ».

Une éco-biobanque à disposition

Le lauréat de la catégorie Santé est Florent Bellon, le créateur de Cell&Co qui, avec son concept d'éco-biobanque, gère et conserve les échantillons biologiques. Un développement aux Etats-Unis est déjà envisagé.

Son challenger ? Santé Partners créée par Frédérik Ughetto qui propose des programmes sur mesure aux salariés des entreprises. Son principe ? Si le corps et l'esprit sont équilibrés, la performance de l'entreprise sera plus élevée.

Dans la catégorie Services, C'est Gregory Giovannone, le fondateur de PermiGo qui a remporté les suffrages. Sa solution : démocratiser l'obtention du permis de conduire, en le rendant plus accessible grâce à l'utilisation des nouvelles technologies. Le finaliste était Weezevent, la startup de Pierre-Henri Deballon qui offre aux organisateurs d'événements des solutions pour reprendre le contrôle sur la billetterie et pour optimiser leurs autres flux de recettes, avec la vente de produits dérivés, par exemple.

Dans la catégorie Start, qui récompense les projets en cours de développement, c'est la start-up NGTV fondée par Tristan Vernay et Guillaume Noé qui a été honorée avec sa solution technologique permettant aux joueurs de futsal de connaître avec précision leurs statistiques personnelles dès la fin du match.

Les finalistes étaient Clotoo, cofondée par Romain Cloitre, qui souhaite développer un réseau d'imprimantes 3D pour créer des petits objets à partir de modèles de designers, et So et Li, d'Emilie Cumet, qui revisite la mode pour les bébés avec ses charmants modèles 100% made in France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :