Bandeau Présidentielle

Quels emplois demain ? La réflexion est en cours...

 |   |  850  mots
Les robots supprimeront les emplois ? C'est l'une des nombreuses questions que soulèvent les changements technologiques en cours.
Les robots supprimeront les emplois ? C'est l'une des nombreuses questions que soulèvent les changements technologiques en cours. (Crédits : CHINA DAILY)
Coordonnée par l'Etat, l'industrie du futur est en marche. Une étude de la Fabrique de l'Industrie tente de dresser les perspectives en matière d'emploi et de formation.

Avec la reprise de l'investissement, la transformation numérique, la digitalisation de l'industrie entrent progressivement  dans les esprits. Mais quel visage aura l'industrie de demain ? Pour en dessiner les contours, l'Etat et les industriels ont lancé "l'Alliance pour l'industrie du futur ". Dans ce cadre, les fédérations professionnelles, les partenaires sociaux, les think tank multiplient les réflexions pour tenter de cerner les problématiques liées à l'emploi et tenter de définir les métiers de demain. Après les Arts et Métiers en juin, entre autres, la Fabrique de l'Industrie s'est penchée ce mercredi sur la question alors que certains experts redoutent que la robotisation de l'industrie se traduise par une vague massive de suppressions d'emplois, notamment les moins qualifiés.

"Cette crainte s'explique assez facilement. Le plus souvent, les destructions d'emplois sont visibles à proximité des robots, au sein même des usines. Il est plus difficile de constater les emplois générés par cette robotisation car ils ont été créés en dehors de l'usine, dans d'autres secteurs", explique Denis Ranque, l'un des deux coprésidents de la Fabrique de l'industrie, avec Louis Gallois.

Boule de cristal

Quels seront les métiers de demain ? Difficile de le savoir avec certitude, compte tenu des bouleversements technologiques actuels et prochains. Dans le numérique, un nouveau métier apparaît tous les trois ans en moyenne selon le Syntec Numérique. " On ne connait pas 80% des métiers qu'exerceront les enfants aujourd'hui à l'école maternelle", prolonge Denis Ranque.

En dépit de ces incertitudes, les entreprises, avec les territoires dont les problématiques économiques diffèrent, doivent anticiper les mutations à venir provoquées par le numérique. " Avec la consolidation de l'investissement, la formation professionnelle doit être l'autre priorité des pouvoirs publics et des entreprises. Déjà, les métiers changent très vite. ce sera encore plus vrai dans le futur. Il faut donc que la formation initiale, la formation continue soient au centre de la stratégie des entreprises", avance Louis Gallois qui, pour servir cet objectif, plaide encore et encore pour que les allègements de charge ne concernent pas seulement les bas salaires mais également les emplois plus qualifiés.

Dans son rapport sur la compétitivité remis en 2012 à Jean-Marc Ayrault alors Premier ministre, Louis Gallois avait réclamé la mise en place d'allègements de charges pour les emplois dont les salaires grimpaient jusqu'à 3,5 Smic. Dans le cadre du Pacte de compétitivité, le gouvernement avait choisi l'option du crédit d'impôt, a priori moins coûteuse pour les finances publiques, matérialisée par le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), qui se limite aux salaires inférieurs à 2,5 Smic.

Se former, encore et toujours

En clair, parce qu'un salarié devra vraisemblablement changer de métier plus souvent qu'aujourd'hui, le niveau global de compétences des salariés doit augmenter afin que leur employabilité soit optimale. Ceci est vrai pour les jeunes générations qui arriveront progressivement sur le marché du travail mais également pour les personnes qui l'auront déjà intégré. Dans ce contexte, l'école et l'entreprise doivent se rapprocher indique l'étude la Fabrique de l'industrie, qui met en avant le concept d'usine-école à l'image de l'enseignement pratiqué aux Arts et métiers.

"Il y a pu avoir une suspicion de la part du monde de l'éducation sur les intentions des industriels dans le domaine de la formation. Espérons que tout le monde avait bien compris que l'industrie n'avait pas de noirs desseins. L'objectif n'est pas de gagner une seconde sur la cadence de production mais de faire en sorte que les salariés soient le plus compétents possibles", explique Denis Ranque. Dans les entreprises, ces changements induisent une modification de la gouvernance. La hiérarchie verticale pourrait ne plus être adaptée. En revanche, le think tank estime que le travail, plus individualisé, doit être encadré différemment. A la régulation hiérarchique doit se substituer une organisation plus "plate", qui nécessite une approche différente, proche du "coaching".

A l'école, la fabrique de l'Industrie plaide pour une modification des pratiques pédagogiques. Les cours doivent-ils être moins théoriques ? Moins magistraux ? Les réponses ne sont pas définitives. En revanche, il est recommandé de mettre l'accent et de valoriser les approches transversales, le travail en équipe, l'autonomie et l'expérimentation.

Le rôle des partenaires sociaux

Alors que la réflexion est en cours, on l'aura compris, quel rôle peuvent jouer les partenaires sociaux et en particulier les syndicats de salariés ? "La transformation numérique provoque des bouleversements dans les habitudes de travail. Elle offre plus d'autonomie aux salariés et les responsabilise davantage qu'aujourd'hui. Or, plus de responsabilités, c'est aussi plus de pression, le matin, le soir, le week-end ou pendant les vacances. Parce que tous les gens ne sont pas égaux face à la pression, il faut écouter les partenaires sociaux pour que le monde de demain soit le plus apaisé possible", prolonge Louis Gallois.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2016 à 19:36 :
Le futur métier en France c'est en premier le salaire unique qui devra être créé. Les autres ayant fait de longues et coûteuses études payerons le salaire unique, permettant à l'individu libre d'aller aux champignons, faire les soldes, les promenades en famille avec du temps libre comme un retraité.
a écrit le 23/11/2016 à 18:47 :
Oui, bref encore une réflexion à la papa qui a vécu durant les trentes glorieuses durant lesquelles il suffisait de tendre le bras pour trouver du boulot, durant lesquelles le débauchage pour de meilleurs conditions de travail était courant, durant lequel les patrons respectaient les salariés afin de ne pas les perdre. Bref le monde inversé par rapport à aujourd'hui.

Il serait temps de remettre à plat la question du travail, il y en a de moins en moins je ne vois pas à quoi ça sert de former des gens pour être au chômage si ce n'est pour faire plaisir à l'électorat de fillon.

Seul un vrai revenu minimum palliera aux graves dérives du néolibéralisme et à l'avancée technologique.
Réponse de le 24/11/2016 à 1:22 :
"il y en a de moins en moins"

C'est faux, il y a de plus en plus d'emplois. Simplement ces dernières années il ne s'est pas créé assez d'emplois pour absorber 1) la croissance démographique française 2) le recul de l'âge de départ à la retraite.
Réponse de le 24/11/2016 à 6:46 :
pourquoi vous ne creez pas plein d'emplois pour les gens qui n'en n'ont pas en creant des boites pas rentables ou ils seraient bien payes ( avec votre temps, votre argent et vos competences, s'entend...)?
la reponse est simple: vous voulez les maintenir dans un etat de pauvrete juste pour mieux les exploiter sur leur dos, sinon vous l'auriez deja fait
Réponse de le 24/11/2016 à 9:14 :
Tom: "Malgré la croissance, l'économie a détruit des emplois au premier trimestre" http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/05/13/09005-20150513ARTFIG00132-malgre-la-croissance-l-economie-a-detruit-des-emplois-au-premier-trimestre.php

EN plus c'est une source que vous aimez bien, la prochaine fois que vous viendrez vous opposer à mes propos n'hésitez pas à venir avec du concret pour changer, merci.

churchill: "pourquoi vous ne creez pas plein d'emplois pour les gens qui n'en n'ont pas en creant des boites pas rentables ou ils seraient bien payes "

Je ne suis ni actionnaire majoritaire ni président de la république vous devriez arrêter vos délires ça nous ferait des vacances, merci.

Bien entendu comme je vous l'ai dit plusieurs fois je signale votre commentaire qui ne dit rien qui n'est que trollage.

Adieu svp.
a écrit le 23/11/2016 à 17:42 :
Le métier du future ? Chômeur ! Aucune remise en cause du travail tel qu'on le conçoit depuis moins de deux siècles... On veut nous faire croire que le travail ne peut être envisagé différemment, alors que l'économie collaborative est en plein essor. C'est pourtant ça l'avenir de notre société dont l’establishment ne veut pas entendre parler.
a écrit le 23/11/2016 à 17:19 :
Les commentaires des journalistes et des économistes sont sans intérêt dans la mesure ou ils oublient de tenir compte du role de l'énergie; on produit plus en travaillant moins grace au progrès technique et à l'usage de l'énergie. Il faut impérativement tenir compte de l'énergie. C'est ce qui caractérise notre époque, sinon nous serions encore au moyen age. Réveillez vous!
a écrit le 23/11/2016 à 15:00 :
Très intéressant, merci pour cet article.
a écrit le 23/11/2016 à 15:00 :
Très intéressant, merci pour cet article.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :