Qui est Jean-Jacques Urvoas, le "Monsieur sécurité" du Parti Socialiste

 |   |  573  mots
Jean-Jacques Urvoas est un ex-rocardien et ex-strauss-khanien.
Jean-Jacques Urvoas est un ex-rocardien et ex-strauss-khanien. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
En nommant Jean-Jacques Urvoas au ministère de la Justice, François Hollande choisit un homme réputé fidèle et acquis à sa cause. Celui qui est reconnu pour son expertise sur les questions sécuritaires atterrit au ministère de la Justice... Un paradoxe qui ne manquera pas d'être décrié par une frange de la gauche toujours très remontée contre l'exécutif en vue de la réforme constitutionnelle...

Il voulait le ministère de l'Interieur, il a eu celui de la Justice. C'est quasiment au pied levé que Jean-Jacques Urvoas a été parachuté ce mercredi 27 janvier place Vendôme pour succéder à « l'icône » Christiane Taubira. Il faut dire qu'à peine 24 heures auparavant, il était nommé rapporteur du projet de loi constitutionnelle.

Le Finistère, son fief

Ce juriste de 56 ans, socialiste depuis toujours (il a pris sa carte à 18 ans), a accompli presque toute sa carrière dans l'appareil du grand parti de gauche. Tour à tour assistant parlementaire, directeur de cabinet du maire de Quimper, puis député du Finistère, il fera de la Bretagne son fief politique. Une carrière parfois mise entre parenthèses lorsqu'il enseigna le droit constitutionnel. C'est à partir des années 2000 qu'il grimpe les échelons et devient président de la fédération PS du Finistère avant d'obtenir un siège au conseil national du Parti Socialiste.

Mais c'est Martine Aubry qui scellera son destin en lui confiant en 2009 les questions liées à la sécurité. Peut-être le regrette-t-elle aujourd'hui. Dès lors, il deviendra le spécialiste de ces questions au sein du parti. Il consacrera cette étiquette à travers un livre publié en 2011 et intitulé "11 propositions choc pour rétablir la sécurité".

"Il aurait mérité d'être ministre de l'Intérieur"

Dans les années 2000, la question sécuritaire était très en vogue dans le PS. Les Socialistes sont encore traumatisés par la défaite cinglante de Lionel Jospin en 2002, dépassé par Jean-Marie Le Pen. La leçon la plus communément admise de cet épisode par les socialistes s'est focalisée sur la faiblesse du volet sécuritaire du candidat Jospin. Dès lors, les socialistes se sont employés à se réapproprier ce terrain, au risque de diviser. Mais dans cet exercice, Jean-Jacques Urvoas excelle. Un chef de l'Unsa Police, cité par Libération, dira d'ailleurs de lui :

"C'est l'un des seuls au PS qui ait ce niveau de connaissance de la sécurité (...) il aurait mérité d'être ministre de l'intérieur".

L'expérience gouvernementale du président Hollande a ainsi montré que l'aspect sécuritaire resterait un marqueur de son mandat. Si Manuel Valls a incarné cette ligne, il a aussi pu compter sur Jean-Jacques Urvoas, alors président de la Commission des lois de l'Assemblée nationale. Ce dernier a ainsi travaillé avec zèle sur le projet de loi sur le renseignement qui a fait suite aux attentats de Charlie Hebdo, malgré les fortes réticences à la gauche de la gauche. Mais Jean-Jacques Urvoas assume. Un paradoxe d'ailleurs, si l'on en croit un portrait au vitriol dressé par "Libération" qui rappelle son opposition à la loi Loppsi 2, la loi sur le renseignement portée par Nicolas Sarkozy.

Rocardien et strauss-khanien

Il reste néanmoins réputé pour son sérieux et sa capacité de travail. On dit même qu'il n'aime pas les vacances. Celui qui s'assumait rocardien, n'a jamais caché son émoi lors de la chute de Dominique Strauss-Khan, qu'il a soutenu jusqu'au bout, y compris dans la tourmente. Aujourd'hui, il est placé sur le devant de la scène. Il devra assumer le projet de loi constitutionnelle, un projet plus clivant à gauche qu'à droite. Il devra agir avec doigté s'il ne veut pas que son nom soit associé à l'explosion de la gauche comme le craignent certains politologues.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2016 à 9:35 :
Bof, encore un apparatchik
a écrit le 27/01/2016 à 19:26 :
Il aurait été plus judicieux de muter Cazeneuve à la Justice, et placer Urvoas à L'Intérieur.
a écrit le 27/01/2016 à 18:51 :
Mr Urvoas révait du ministère de l'intérieur, il ne faudrait pas qu'il fasse l'erreur de certains en imaginant que la Justice est au service de la police.

Etre garde des sceaux c'est avant tout être la garant des libertés publiques, de la séparation des pouvoirs, du bon fonctionnement des tribunaux et des prisons et de l'application des lois.... et non pas comme Valls le pense, la chambre d'enregistrement des désidérata de Mr Cazeneuve.
a écrit le 27/01/2016 à 13:20 :
M Urvoas c'est ça... celui qui veut supprimer l'égalité de temps de parole des candidats à la présidentielle ...

http://www.lefigaro.fr/politique/2015/12/16/01002-20151216ARTFIG00146-une-loi-veut-supprimer-l-egalite-de-temps-de-parole-des-candidats-a-la-presidentielle.php
a écrit le 27/01/2016 à 13:20 :
Qui est il? il est personne, rien, nada ...Au mieux le doigt sur la couture du pantalon de Hollande.
a écrit le 27/01/2016 à 12:25 :
L' UPR a lancé un appel à la mobilisation de tous contre l’actuel projet de loi (dite « loi Urvoas ») qui vise à renforcer les difficultés d’accès à l’élection présidentielle de 2017 et à rompre l’égalité de traitement médiatique entre les candidats. C 'est bien cet homme là que le gouvernement met en place, un ..authentique démocrate..?
Réponse de le 27/01/2016 à 17:53 :
Comme d' habitude, de tripatouillage en tripatouillage, la caste au pouvoir s' arrange pour perdurer.
a écrit le 27/01/2016 à 12:23 :
De toute façon, on ne peut pas trouver pire que Taubira. On va peut-être avoir un ministre
moins idéologue et plus efficace. A suivre ....
Réponse de le 27/01/2016 à 12:35 :
Moins idéologue Urvoas ? Euuuhh...vu son " background " je crois que vous rêvez.
a écrit le 27/01/2016 à 12:22 :
L'histoire de certains socialistes se répèterait-elle... 75 ans plus tard ?
a écrit le 27/01/2016 à 12:15 :
Qui est Jean-Jacques Urvoas, le "Monsieur sécurité" du Parti Socialiste ?

Jean-Jacques Urvoas et le Patrick Buisson du PS
a écrit le 27/01/2016 à 12:06 :
faute : "comme le craignent certains politologues".
Pourquoi le craindre d'ailleurs, en démocratie il est bon et sain que les électeurs sachent à qui ils ont à faire, sinon cela créé des désillusions et des rancœurs, car la démocratie est confisquée par des gens qui ne disent pas qui ils sont et ce qu'ils comptent faire. Le PS est mort, la gauche doit se reconstruire, ce n'est pas dramatique, en démocratie les partis vivent et meurent, c'est la vie.
Valls est de droite, c'est son droit, mais il faut assumer. Les gens qui n'assument pas ce qu'ils sont ont des choses à cacher, Valls doit faire son coming out, aidons-le, cela le détendra. A moins que ce qu'il a à cacher soit sale...
a écrit le 27/01/2016 à 12:01 :
Finalement ce mandat de Hollande n'est qu'un immense gâchis. Il aurait eu une ligne sociale libérale dès le début et une ligne sécuritaire assumée, ça aurait évité toute confusion. Au lieu de ça, il a fait n'importe quoi les 2 premières années et a essayé de rattraper le tir sur les 3 dernières. De l'amateurisme!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :