Réforme du code du travail : la journée d'action n'est qu'un début pour la CGT

 |   |  796  mots
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, prévient le gouvernement qu'il ne lâchera rien sur la réforme du droit du travail. Il prévient qu'après celle du 12 septembre, il y aura d'autres journées d'action contre les ordonnances et il espère que d'autres syndicats vont se joindre à la mobilisation.
Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, prévient le gouvernement qu'il ne" lâchera" rien sur la réforme du droit du travail. Il prévient qu'après celle du 12 septembre, il y aura d'autres journées d'action contre les ordonnances et il espère que d'autres syndicats vont se joindre à la mobilisation. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
La CGT appelle, le 12 septembre, à une journée de mobilisation contre la réforme du code du travail. Son secrétaire général, Philippe Martinez, prévient: il y aura d'autres journées d'action par la suite.

Pour sa traditionnelle conférence de presse de rentrée, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, n'avait qu'un seul motif de satisfaction : il venait d'apprendre des services du Premier ministre que, finalement, une réunion multilatérale réunissant toutes les principales organisations syndicales et patronales se tiendra jeudi 31 août, tout juste quelques heures avant la présentation officielle du contenu exact des ordonnances réformant le droit du travail... Il était donc temps.

La tenue d'une réunion multilatérale était une demande constante de plusieurs organisations syndicales depuis le lancement, il y a environ deux mois, du processus de consultation des partenaires sociaux sur la réforme du droit du travail. Le gouvernement tergiversait, préférant s'en tenir aux réunions bilatérales (il y en a eu une cinquantaine). Et, finalement, donc, au dernier moment, il y aura une multilatérale. Une façon pour le Premier ministre et la ministre du Travail Muriel Penicaud de présenter à l'ensemble des acteurs le contenu des ordonnances et de « tester » en direct les réactions des leaders patronaux et syndicaux.

D'autres journées de mobilisation prévues après celle du 12 septembre

Pour le reste, c'est peu dire que Philippe Martinez est loin d'être un soutien de la nouvelle majorité, il se place même en opposition directe à la ligne suivie par le gouvernement. C'est évidemment notamment le cas avec la réforme du code du travail qui, pour lui, « s'inscrit dans la suite des précédentes réformes et principalement sur celle du précédent gouvernement, la loi dite El Khomri. Ce n'est pas étonnant, Monsieur Macron, alors ministre de l'Economie, avait beaucoup œuvré à la rédaction de cette loi ».

La CGT est profondément opposée à la logique de la nouvelle réforme : elle ne veut pas de la fusion obligatoire des instances représentatives du personnel ; elle réfute l'idée de faciliter la négociation d'entreprise surtout là où il n'y a pas de délégués syndicaux ; elle ne veut pas faciliter le referendum à l'initiative de l'employeur...

La CGT regrette surtout que cette loi concerne essentiellement les grandes entreprises. Philippe Martinez est d'ailleurs très clair :

« Cette réforme du droit du travail est d'abord une réponse aux exigences des grandes entreprises et du Medef. D'ailleurs, vous avez tous noté la satisfaction de son président [Pierre Gattaz] et sa demande au président de la République de ne rien lâcher et d'aller vite ».

La CGT avait proposé au gouvernement que, préalablement à une nouvelle et énième réforme du droit du travail, soit organisé un vaste débat sur la réalité du travail en France aujourd'hui, pour tenir compte de l'emploi dans les TPE, des nouvelles formes d'emplois (plateformes, autoentrepreneurs « forcés », etc.). Mais cette idée n'a pas été retenue.

La CGT ne se joindra pas à la journée du 23 septembre organisée par La France Insoumise (LFI)

Mais d'autres mesures gouvernementales n'échappent pas à la vindicte de la CGT : baisse des APL, diminution du nombre des contrats aidés, baisse des cotisations salariales au profit d'une hausse de la CSG qui, pour Philippe Martinez représente « un enfumage de la hausse du pouvoir d'achat ». Et de rappeler que les « cotisations sociales font partie intégrante des salaires même si celui-ci est différé tout au long de la vie ».

Pour toutes ces raisons, la CGT appelle à une forte journée de mobilisation le 12 septembre. « Cette journée ne sera qu'un début », prévient le secrétaire général, « nous sommes déjà en train de réfléchir à la suivante ». Façon de prévenir le gouvernement que la CGT ne le « lâchera » pas. Pour le 12 septembre, Philippe Martinez se dit confiant sur le niveau de la mobilisation, les militants CGT préparant de longue date cette initiative. D'ailleurs, la CGT sera renforcée par les syndicats membres de Solidaires (SUD), et l'Unef (étudiants). La FSU a aussi déposé un préavis de grève ce jour-là.

En revanche, à la différence de 2016 avec la loi El Khomri, Force Ouvrière, ne s'est pour l'instant pas joint au mouvement, sauf quelques fédérations au niveau local. Mais Philippe Martinez ne désespère pas que le rassemblement grossisse une fois connu, le 31 août, le contenu exact des ordonnances.

En revanche, le leader de la CGT a été très clair, au nom de « l'indépendance syndicale » et pour rester maître de « son calendrier », la CGT ne rejoindra pas La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon qui a appelé le 23 septembre à une journée de mobilisation contre la réforme du droit du travail.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2017 à 8:49 :
Pauvre martinez : s'agiter stérilement pour exister !
La mobilisation a son appel devrait rapidement lui faire prendre conscience de sa petitesse !
a écrit le 30/08/2017 à 11:27 :
Après les syndicats il faudra aussi faire la peau des organisations patronales, des chambres des métiers, commerce, et d'agriculture, des ordres des médecins et de toutes ces organisations qui gravitent autour dont le seul but est de faire vivre très confortablement leurs dirigeants dont le seul but est de faire de l'obstruction systématique pour conserver leurs pouvoirs, privilèges et revenus qui vont avec ....vaste programme !!!
a écrit le 30/08/2017 à 9:56 :
Revoilà les gardiens du temple.
Ils rêvent toujours du grand soir et mettre en place un pays type Cuba ou ancienne URSS.
Ils n'ont pas évolué depuis leur création.
Cette loi est d'autant plus insupportable pour eux qu'elle mettrait fin au monopole de ce genre d'organisation qui ne recherche que le pouvoir et la suprématie pour arriver au grand soir au profit de véritables représentants dans chaque entreprise du personnel affilié ou non à ces grandes centrales.
a écrit le 30/08/2017 à 9:45 :
Martinez-Melanchon, même combat contre l'emploi.
a écrit le 30/08/2017 à 9:23 :
Tout le monde se fiche de la CGT, et des moustaches de son grand leader, typiques des années 1930.
Il y a un gouvernement en France : la CGT ne va pas tarder à s'en apercevoir.
Réponse de le 30/08/2017 à 17:16 :
Oui la CGT une bande de voyous et de fainéants des bons à rien avec un meneur révolutionnaire comme Martinez
a écrit le 30/08/2017 à 7:53 :
Ce pauvre Martinez en est réduit a des coups de menton stériles : on se croirait dans la cour de récré !
Réponse de le 31/08/2017 à 8:51 :
... après les coups de matraques des dockers et assimilés , les coups de menton de Martinez et avant surement un grand coup de blues de la CGT de voir ce qu'elle est devenue ......
Réponse de le 31/08/2017 à 8:52 :
... après les coups de matraques des dockers et assimilés , les coups de menton de Martinez et avant surement un grand coup de blues de la CGT de voir ce qu'elle est devenue ......
a écrit le 30/08/2017 à 7:52 :
Ce pauvre Martinez en est réduit a des coups de menton stériles : on se croirait dans la cour de récré !
a écrit le 30/08/2017 à 7:39 :
La FSU fédération vénézuélienne va se joindre aux troupes belantes bien que non concernée par la ĺoi travail. Et avec elle tous les ultras conservateurs du piteux syndicalisme moins de8% de salariés.
a écrit le 29/08/2017 à 19:09 :
Zappata chef d'orchestre de l'armée mexicaine des imposants extrémistes semble avoir les faveurs de la tribune. À cet air bravache!
Vous allez voir ce que vous aĺlez voir.
a écrit le 29/08/2017 à 18:56 :
Ce n'est qu'un début, continuons le combat ou encore, il est interdit d'interdire.
Un peu de 68, histoire de faire bouger nos oligarques républicains.
Réponse de le 29/08/2017 à 19:20 :
Ne vous cassez pas le bonnet, il fera -le syndicalisme- semblant comme d ' habitude et se ralliera comme d' habitude et vous aurez perdu comme d' habitude ..
a écrit le 29/08/2017 à 17:58 :
Une chose est certaine, ce n'est pas avec la CGT que la France va se réformer, avec Mélenchon en plus c'est le chaos assuré !
Réponse de le 29/08/2017 à 18:58 :
Le syndicats sont payés par Bruxelles via le mécanisme du CES donc pour faire la politique de Macron et puisqu' on ne peut pas mordre la main qui vous nourrit ..

En 1992, la CES a soutenu le Traité de Maastricht ; en 2005, elle a fait campagne pour le « Oui » lors des référendums pour l'adoption du traité établissant une constitution pour l'Europe (TCE ou TECE) ; en 2007, elle a soutenu le traité de Lisbonne et aujourd'hui... la CES prône le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne !

Le lecteur qui aura la curiosité de parcourir le site internet de la CES constatera que, sur toutes les photographies de réunion du Comité exécutif de la CES, figurent de très nombreux drapeaux de l'Union européenne.

https://www.youtube.com/watch?v=3A6SH-HnH_Q

Ne perdez pas votre temps avec ça, la seule opposition à l' UE et au néolibéralisme dévastateur est l' UPR, adhérez au projet et aux idées, d' ailleurs adhérez tout court.
a écrit le 29/08/2017 à 16:49 :
au devant d une politique camouflage et son équipe aphone la réaction est inévitable et justifiée
a écrit le 29/08/2017 à 16:49 :
Monsieur Philippe Martinez, pour écraser la réforme du Code du Travail et empêcher la misère,

c'est à la grosse masse qu'il faut cogner : une grève générale de 3 à 4 semaines si nécessaire,

nous avons fait des provisions pour ca ;

Ne venez pas nous expliquer qu'une grève au froid en Décembre sera utile, ce sera la démonstration de votre parfaite complicité avec les voyous au pouvoir.
Réponse de le 29/08/2017 à 17:03 :
Tout à fait de votre avis les journées de promenade tous les mois non merci c'est comme les bougies et les fleurs ......
Réponse de le 29/08/2017 à 22:09 :
en effet, le même DEVOIR de RESPONSABILITé pour FO, CFDT, CFTC et les autres syndicats,

les retraités doivent aussi se bouger s'ils veulent que les travailleurs cotisent pour eux !!!

il ne faudrait pas balader les Français d'en bas et les classes moyennes

une bonne grève efficace, dure, sans concession doit être massive, dès début septembre pour durer longtemps, PAS en décembre ni en janvier
Réponse de le 29/08/2017 à 22:51 :
4 semaines de grèves avec blocage de:

Raffineries - plus de transport routier
Électricité - plus de moyen de production
Rail - plus de transport usagers

Au bout de 2 semaines : plus de nourriture
Au bout de 3 semaines : les français feront la chasse aux syndicalistes pour les manger !
Au bout de 4 semaines , plus de CGT en France ... Ça prend du temps mais enfin débarrassé de la minorité qui ne respecte pas la majorité !!!
Les réformes sont nécessaires et plébiscitées par la majorité .



Réponse de le 30/08/2017 à 8:52 :
@Chiche

"Les réformes sont nécessaires et plébiscitées par la majorité" .

Généralement les gens favorables aux reformes de Macron ( ou plutôt régression pour les salariés) ne sont pas concerné , est-ce ton cas ?
Réponse de le 30/08/2017 à 17:23 :
Un fainéant et voyou de plus qui répond la seul chose pour la cgt s est d être payé à tout saccagé détruire à ceux qui sont pour rien pauvre Martinez le pire de tout

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :