Affaire Ferrand : sept Français sur dix souhaitent sa démission

 |   |  588  mots
Avec les révélations sur ses activités passées à la tête des Mutuelles de Bretagne et à l'Assemblée nationale, Richard Ferrand perd la confiance des Français. Sept Français sur dix jugent qu'il devrait démissionner.
Avec les révélations sur ses activités passées à la tête des Mutuelles de Bretagne et à l'Assemblée nationale, Richard Ferrand perd la confiance des Français. Sept Français sur dix jugent qu'il devrait démissionner. (Crédits : Reuters/ Benoît Tessier)
Le Premier ministre Edouard Philippe a, pourtant, renouvelé sa confiance au ministre de la Cohésion des territoires, mardi 30 mai, au journal télévisé de France 2.

(Article publié le mercredi 31 mai à 09h12 et mis à jour à 10h32)

Sur 924 Français interrogés après l'intervention d'Edouard Philippe sur France 2, mardi soir, 73%* estiment que les faits reprochés au ministre de la Cohésion des territoires concernant ses activité passées à la tête des Mutuelles de Bretagne et à l'Assemblée nationale, sont graves. Ils sont même 70% à juger qu'il devrait démissionner.

Des révélations du Canard Enchaîné ont mis en lumière une opération immobilière datant de 2011 ayant pu favoriser l'épouse de Richard Ferrand. A cette époque, il était conseiller régional de Bretagne et directeur général des Mutuelles de Bretagne.

> Lire aussi: Richard Ferrand : le premier couac d'Emmanuel Macron ? Non, selon le parquet

En outre, le ministre de la Cohésion des territoires est soupçonné d'avoir employé son fils pendant plusieurs mois à l'Assemblée nationale.

Interrogé sur France Inter, mercredi 31 mai, Richard Ferrand a répondu aux soupçons de conflits d'intérêts qui le concernent, soulignant: "Tout ce que j'ai fait dans ma vie professionnelle est légal, public et transparent [...] Est-ce que je suis un homme honnête ou pas ? La réponse: oui".

"Un ministre mis en examen devra démissionner immédiatement"

Lors de son intervention au JT, le Premier ministre a répété que Richard Ferrand pouvait rester au gouvernement tout en avouant avoir compris et pris conscience de "l'exaspération des Français, de leur émotion, de leur agacement devant ces mises en cause successives". Il a ajouté:

Selon le même sondage, si 67% des personnes interrogées estiment que le gouvernement veut vraiment moraliser la vie politique, comme Emmanuel Macron l'a promis lors de la campagne présidentielle, seuls 43% des sondés pensent qu'il y parviendra.

Le projet de loi de moralisation de la vie publique prévu

Mariel de Sarnez, la ministre des Affaires étrangères, connaît également une perte de confiance, semble-t-il d'après le sondage puisque 65% des Français interrogés estiment les faits qui lui sont reprochés comme étant "graves". La ministre fait l'objet d'une enquête préliminaire sur l'emploi d'une assistante parlementaire au Parlement européen. 62% des sondés souhaitent la voir démissionner.

Les accusations ont été émises par l'eurodéputée du Front national Sophie Montel. Celle-ci a énoncé dans une lettre une liste de dix-neuf députés européens français dont Brice Hortefeux, Jérôme Lavrilleux ou encore Yannick Jadot. Ce à quoi, Mariel de Sarnez a répliqué en portant plainte pour "dénonciation calomnieuse".

 L'ex-députée européenne MoDem, proche du ministre de la Justice, François Bayrou a déclaré qu'elle ne comptait pas démissionner, tout en affirmant qu'elle n'était pas "accro au pouvoir".

Initialement prévu avant le premier tour des législatives, le projet de loi de moralisation de la vie publique devrait être présenté le 14 juin, soit entre les deux tours du scrutin.

* Sondage Harris Interactive pour RMC et Atlantico.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2017 à 13:40 :
Pourquoi ne pas créer une haut e autorité mutualiste pour évaluer la situation?Avec a sa tete des spécialistes du style Cambadélis,DSK?
a écrit le 01/06/2017 à 10:44 :
CES PASSES DROITS DOIVENT DISPARAITRE DE LA VIE POLITIQUE? LA FAMILLE DES POLITIQUES NE DOIVENT PAS MOPOLISER LES PLACES DE LA GESTION DES AFFAIRES POLITIQUES SINON CELA DEVIENT DES MAFIAS ? CEST CE QUI A GANGRENE LA REPUBLIQUE DEPUIS TRENTE ANS???
a écrit le 01/06/2017 à 9:00 :
Ce genre "d'arrangement" est courant dans les collectivités locales. France 2 relevait cela dans un documentaire il y a quelques années notamment dans l'intercommunalité. La nounou de la fille de la VP d'une intercommunalité recrutée cadre A de la fonction publique en est le reflet.

Certains élus ont parfois largement recrutés dans leur famille jusqu'au rang des neveux.

On vous dira aussi dans les collectivités locales qu'il existe " des accords" passés avec certaines structures: associations écrans qui ont une véritable activité économique, organismes de consulting ou de formation, personnes physiques, entreprises. Si votre demande s'oriente en dehors de ces structures elle n'aboutira jamais.
en affet, ces mêmes structures emploient du personnel très lié (famille, parti) aux élus de ces collectivités locales ou d'agents publics.

C'est la théorie Le Pen mise en pratique: "je préfère ma femme à mes filles, mes filles à mes cousines, mes cousines à mes voisines". Aucune de ces collectivités locales n'est FN, c'est curieux mais c'est comme ça !
a écrit le 01/06/2017 à 8:40 :
"prends l'oseille et ne te tire pas"
a écrit le 01/06/2017 à 8:09 :
Bayrou n'avait pas ces pudeurs quand il a administré le coup de pied de l'âne à Gaymard (pour l'affaire de son appartement de fonction, parfaitement légale)... ou encore quand il appartenait au même gouvernement que le très "respectable" Charles Pasqua.
a écrit le 31/05/2017 à 23:04 :
Dans les affaires Richard Ferrand nous voyons des fautes de gestion caractérisées en ce quelles ont été contre l'intérêt social et économique,

fautes de gestion caractérisées qui sont constitutives d'Abus de Biens Sociaux, faits dont aucun Procureur ne peut s'exonérer de relever les infractions et engager les poursuites AD HOC ;
a écrit le 31/05/2017 à 22:10 :
Et oui, FILLON a eu le tort de ne pas être de gauche...Du coup, on nous a volé l'élection présidentielle...
a écrit le 31/05/2017 à 21:28 :
A mon humble avis tout le gouvernement russe doit démissioner!
a écrit le 31/05/2017 à 21:23 :
Evoquer l'esprit mutualiste devrait normalement avoir un sens. Aussi, comme ce dernier semble avoir perdu de la consistance, permettez moi d'évoquer au moins un nom, et avec lui le sens que l'on entend généralement lui accorder.
Du Capitaine François Paoli à l'esprit de certains leaders mutualistes contemporains que l'on trouve notamment en Bretagne. Le Capitaine François Paoli est peut être peu connu de la culture médiatique, mais pourtant bien présent dans l'esprit mutualiste et notamment militaire. Voici ce qu'il en est quand cet état d'esprit à tout son sens. Le Capitaine Paoli un homme non résigné, comme le prétend celui qui défraye la chronique aujourd'hui, pour ses agissements antérieurs. Les faits, nous sommes dans une toute autre époque et en 1888 lorsqu'un officier est puni de quatre jours d'arrêts cela a aussi un sens. Pourtant l'homme ne se résigne pas et lance malgré tout sa feuille de souscription d'entraide. Un peu plus tard il sera lui aussi soutenu par le président de la République. Monsieur Sadi Carnot, qui avec 1000 F de l'époque figurera parmi les premiers donateurs. La Mutuelle de la Gendarmerie venait de prendre naissance.
Vous ferez de vous même la comparaison des valeurs qui a fait notre pays et de celles que l'on tend à défendre aujourd'hui, en ce contentant de l'aspect légal. Je me permets ainsi de vous rappeler la devise mutualiste: "Entraide, Solidarité et mutualisme" ; symbole de la droiture et de la sagesse. On ne propose pas l'esprit mutualiste, au même titre qu'une toute autre offre. Si la faute morale est reconnue, elle est même accentuée du fait de la nature de cet esprit.
Alors Oui ! Les Français jugeront celui qui nie le viol de cet état d'esprit. Mais alors les Français pourront juger en connaissance de cause ; il suffit de comparaît.
a écrit le 31/05/2017 à 19:39 :
démissionner par chouchou?? vous n'y pensez pas que va dire brizitte???
a écrit le 31/05/2017 à 16:37 :
Non décidément non, ce ministre est tout sauf irréprochable.

Que d'autres spécialistes du copinage et de la compromission clame à tue-tête « circulez il n'y a rien à voir » « il n'y a pas d'affaire Ferrand » ne m'étonne pas du tout.
Ce gouvernement que l'on prédisait de haute tenue morale trempe ses pieds dans le jus nauséeux de l'argent facile.
Ce ne sont pas des hommes neufs. Ils ont déjà des années d'apprentissage de la combinazione auprès de prédécesseurs spécialisés et expérimentés.
Macron n'a pas trouvé de Robespierre et cela représente un gros risque pour lui même et son quinquennat.

Avec la mise sur la touche des partis traditionnels de gauche et de droite abonnés à la valse à deux temps et aux libations de haut du pavé, il semblait pourtant bien que l'ambiance générale était à la détente au début de ce quinquennat tout neuf.

La personnalité du Président de la République et le renouvellement d'une partie de la classe politique y sont pour quelque chose bien sûr.
La moralisation tant attendue du fonctionnement des institutions y est aussi pour beaucoup, si elle se fait, ce dont je commence à douter car son enfantement ne va pas de soi avec les intouchables pardonnés d'avance qui y participent.

Comprendre le rejet par la population des comportements indélicats et dire qu'ils appartiennent au passé ne suffit pas pour se gagner une adhésion sans réticence. Dire que la nouvelle équipe de dirigeants va les exiler loin des pratiques ne va pas faire oublier ceux qui les ont utilisées et qui restent malgré tout en poste. C'est une position qui n'empêchera ni l'incrédulité ni une mésestime spontanée là ou seule l'intransigeance aurait pu rétablir une entière confiance.

L'édifice présidentiel et gouvernemental commence déjà à fissurer avec cette implicite acceptation des trafics et copinages qu'un certain membre a importé avec lui. Je ne serais d'ailleurs pas surpris qu'il ne soit pas seul dans ce cas tant la moralité est d'une signification très particulière dans ce milieu ; moralité et milieu si différents de ceux d'un citoyen de la France dite d'en bas.

Sans même commencer à aborder le programme décliné lors de la campagne électorale, je suis déjà prêt à parier que cet état «de grâce» ne va pas durer longtemps. Ce qui se passe me fait dire qu'a quelques rares exceptions près c'est toute la classe politique qui est contaminée par la compromission à des degrés divers. Tant que la plus petite indulgence sera de mise c'est la confiance dans tous les dirigeants qui en sera diminuée.

Que le Président Macron ne s'imagine pas qu'il ait beaucoup de choix et de marge de manœuvre. S'il veut durer, il faut qu'il prenne le taureau par les cornes et se montre d'une intransigeance presque féroce. Laisser ce genre de choses aller sur leur lancée serait la pire des options qui finirait par lui faire perdre l'adhésion de la partie propre de la nation, celle qui attend une réelle moralisation de la vie publique. C'est une rupture complète qui est attendue, pas une forme de compromission qui ne ferait que fermer les yeux en tolérant des déviances.
Il ne sert à rien de se retrancher derrière le code pénal pour maintenir des indélicats en poste. Si le critère d'éviction est la mise en examen, il n'y a pas de raison que ce qui est estimé honorable aujourd'hui conduise à l'exclusion demain et vis versa. Le code pénal ne règle pas beaucoup de questions de moralité.

Cela créerait aussi un préjugé très négatif sur les différentes réformes difficiles à venir.
En effet comment la confiance pourrait elle régner au cours d'une approche ardue en laissant planer le doute de compromis sur le fil de l'honnêteté/malhonnêteté dans les objectifs visés. Le soupçon de copinage et d'influence pourrait saborder toute tentative de réforme et le code pénal n'y apporterait aucune réponse.

Tout cela avant même de rentrer dans le vif de chaque sujet !
Réponse de le 31/05/2017 à 17:52 :
@ intouchables: je ne crois pas non plus à cette histoire de moralisation. Ils vont, à mon avis, passer une loi pour rendre légales leurs entourloupes. Cela dit, on voit bien en effet que c'est le même cercle vicieux, mais franchement, les gens doivent aussi se rendre compte qu'ils se font élire pour leurs propres intérêts, pas pour eux. Comment et pourquoi d'ailleurs se soucieraient-ils de gens qu'ils ne connaissent pas. Le soufflé va retomber et les déboires/déceptions vont commencer dès qu'il aura sa majorité pour faire tout ce qu'il veut :-)
Réponse de le 31/05/2017 à 19:35 :
Le problème il est obligé de faire avec ceux issues de ces vieilles classes politiques, qui se sont installées pour les postes offerts de toute façon ils n'avaient aucune chance de griller les places des premiers dans leurs anciens partis alors peut-on s'interroger de chercher trop .
Réponse de le 31/05/2017 à 19:58 :
@patrickb ........... on ne peut pas demander a des veaux d'etre aussi fins que des renards !
a écrit le 31/05/2017 à 15:34 :
"Affaire Ferrand : sept Français sur dix souhaitent sa démission".

Un sondage devrait être fait à Carhaix, dans la sixième circonscription du Finistère, histoire de voir .

« Il fait presque l’unanimité sur sa circonscription. C’est un gros bosseur et il va être réélu sans problème », assure Jacqueline Bilirit, conseillère municipale à Carhaix. Cette infirmière à la retraite fait partie des militants socialistes qui ont quitté le PS pour suivre « leur » député.
On peut noter que maintenant en retraite cette ex-infirmiere souhaitent un programme avec 120.000 fonctionnaires de moins et une bonne loi travail pour les actifs suivants.Ca doit-être cela la solidarité intergénerationnelle.
a écrit le 31/05/2017 à 15:32 :
Qualifier des faits , est-ce prévu par les textes ou pas , toute est la question .
a écrit le 31/05/2017 à 15:14 :
Une mutuelle n'est pas une société comme les autres, les sociétaires doivent êtres respectés, et si ils ont été dupés par les administrateurs, il y a infraction de droit ;

les conflits d'intérêts ne sauraient être des actes de gestion normale ;

les manquements aux dispositions légales en matière de désignations et de l'information des commissaires aux comptes aussi ne sauraient être "de droit", ils sont des abus de droit
a écrit le 31/05/2017 à 15:03 :
Peut-être, à rechercher le rapport du Commissaire aux Comptes sur la convention passée entre l'exécutif de la mutuelle et l'acquéreuse du bien immobilier?
a écrit le 31/05/2017 à 14:24 :
Les affaires de famille c'est redoutable pour l'image. On a eu le népotisme de Sarkozy avec son fils le prince Jean qu'il voulait nommer à l'Epad; cette affaire consternante l'a torpillé auprès des jeunes cadres et d'une large partie de la population, les histoires de fesse mal gérées de Hollande et la vengeance de Valérie T. qui ont achevé de le démolir , les affaires louches en famille et les fraudes fiscales de Cahuzac que sa femme a dénoncé au fisc (sans penser une seconde qu'elle allait se faire attraper elle-aussi), les emplois fictifs en famille de Fillon avec le brillant résultat qu'on connait, etc..(la liste est longue et je ne cite que ceux dont je me rappelle)
Il y a visiblement confusion de poches et d'intérêts avec une concubine pas pacsée dans cette affaire Ferrand bien que ça ne franchisse apparemment pas clairement la limite de la légalité (ça reste néanmoins à prouver), et il ferait mieux de se retirer s'il veut rendre service au président et à son gouvernement avant qu'un journaliste ne trouve la preuve qui tue.
Les électeurs sont de moins en moins enclins à pardonner ce genre de comportement.
Réponse de le 31/05/2017 à 18:15 :
Gagner un SMIC par mois payé par la mutuelle en plus de son salaire de député ne pose lui aucun problème: il a déposé une proposition de loi en faveur des mutuelles ( mais non il n'y pas de conflit d'intérêt).

Pendant son mandat de député qu'a-il fait d'autre dans le cadre de ce contrat de chargé de mission pendant 5 ans ? ( s'il a seulement déposé une proposition de loi, mais non il n'y a pas d'emploi fictif )

Ces individus vont après vous dire qu'il faut partager le travail, partager les richesses, faire des efforts et que la doctrine Le Pen ( je préfère ma femme à mes filles, mes filles à mes cousines, mes cousines à mes voisines) est une horreur qu'il faut rejeter.

En bref: FAITES CE QUE JE DIS MAIS NE DITES PAS CE QUE JE FAIS !

Shame on you
a écrit le 31/05/2017 à 13:54 :
La France pays administratif depuis la seconde guerre mondiale n'est faite que de collusions entre privé et public, tous les jours on pourra trouver une affaire car il s'agit de sa construction même.
a écrit le 31/05/2017 à 13:22 :
Ce cirque médiatique devient vraiment pénible, il occulte le débat de fond sur les programmes.
Pour Ferrand, les électeurs trancheront trés bientôt puisque apparemment rien d'illégal.
Pour Sarnez idem, encore que dans ce cas, il semble que ça soit vraiment une grosse ficelle du FN qui prône la délation comme une vertu patriote (moi je dirai plutôt un travers gestapiste, mais bon chacun voit ce qu'il veut)
Réponse de le 31/05/2017 à 15:05 :
Exactement, mais que penser de ce qu'en dit Corinne Lepage?
a écrit le 31/05/2017 à 13:20 :
Je ne connaissais pas ce type de manoeuvre pour s'enrichir facilement. Il suffit d'être bien placé...
Réponse de le 01/06/2017 à 9:58 :
Ces "pratiques" sont courantes au niveau local. Les emplois familiaux aussi.
a écrit le 31/05/2017 à 12:58 :
Que le couple Ferrand est fait une belle opération immobilière avec l'approbation du conseil d'administration, et si la loi le permet alors tant mieux pour eux et tant pis pour les mutualistes: après tout c'est eux qui payent dans cette affaire.
De la même façon, quand on s' émeut que certains patrons du CAC40 empochent des bonus de plusieurs millions d' euros votés par les actionnaires, c'est tout à fait légal, il n'y a rien à redire non plus.
Le problème qui peut se poser c'est quand un gouvernement va devoir faire voter des lois qui peuvent paraître difficile à faire passer auprès de la population: comment faire comprendre qu'il le fait en toute impartialité pour le bien de la majorité des citoyens quand il y aura en son sein des personnes qui ont su profiter du système pour s'enrichir personnellement même en toute légalité.
a écrit le 31/05/2017 à 12:41 :
7 français sur 10 demandent la démission de M. FERRAND dont moi-même., malgré le fait que sa manip (peu glorieuse) soit légale.
On peut quand même remarquer qu'à peu près 100 % des gens ayant voté pour un type mis en examen pour détournement d'argent public (FILLON) et ayant craché sur la presse demandent aussi sa démission.
C'est bizarre que certains maintenant soutiennent une presse qui s'acharne sur quelqu'un qui n'a rien fait d'illégal.
a écrit le 31/05/2017 à 12:05 :
L immoralité n est pas un défaut républicain .
La moralité est une qualité qui permet la confiance .
Mr Ferrand à choisi de faire de l argent sans morale , qu il continue mais hors de l Etat .
a écrit le 31/05/2017 à 11:50 :
Le gouvernement Philippe Edouard s'avère être d'une puanteur telle que l'infection est généralisée ; Macron sent pas bon.
a écrit le 31/05/2017 à 10:35 :
Est-ce illégal ou non ? Il semble que ce qu'il a fait est légal donc si c'est le cas, pourquoi démissionner ? Si la loi n'est pas bonne, qu'on la change. Mais si on commence à juger les gens sur des pratiques légales, on n'est pas rendu. Et quant à juger ce qui est moral ou non, vaste débat subjectif. Est-ce moral de chercher à payer moins d'impôt de manière légale ?
Réponse de le 31/05/2017 à 12:12 :
Apparement c est legal juste car il n est pas marié, sinon c est de l abus de bien social. La, comme ce n est pas sa femme, on ne peut plaider l enrichessement personnel, et Ferrand pourrait tout a fait hypocritement plaider la negligence

Il reste que c est quand meme pas reluisant de se payer sur la bete. N y a t il pas en france des gens plus honnete que lui ? pourquoi ne pas prednre Tapie comme ministre pendant qu on y est ? il a aussi le bon profil (conviction ondoyante, ancient PS, pas trop honnete)
Réponse de le 31/05/2017 à 19:00 :
@eric : exact + 1 les médias jouent un jeu dangereux en s'érigeant en juges de tout, sans appel, sans défense, et au dessus de l'institution judiciaire, en lui jetant d'ailleurs la suspicion !!! Tout ça c'est très inquiétant et même surprenant que la Monde se prête à cela !!! La rétroactivité de la morale pénale, ça fait froid dans le dos et ça rappelle des régimes pas franchement démocratiques...et précisément la façon dont se comportent leurs médias...
a écrit le 31/05/2017 à 10:33 :
La langue de bois comme à l'habitude, on dit que l'on veut laver plus blanc , mais cela n'est vrai que pour les adversaires sous les feux des médiats . Pour le reste et bien , on reste dans les positions connues depuis les lustres , on en oublierai même la dernière loi d' amnistie votée en toute discrétion pendant les élections .
a écrit le 31/05/2017 à 10:22 :
Selon M. René Dozière "c'est en quelque sorte une chasse à l'homme médiatique" et il ajoute "«Le jugement c'est quoi ? La morale ? La morale religieuse ? Laïque ? Mais on n'en a rien à faire de la morale !». De plus on mélange tout, le public et le privé.
Les hypocrites, les donneurs de leçons, tous ces gens qui se disent parfaits, qui n'auraient rien à se reprocher s'érigent en moralisateurs. Que celui qui n'a jamais fraudé lève la main !
Réponse de le 31/05/2017 à 11:59 :
@Titou87: 1) j'ai posé une question à Dozières sur un problème le concernant, il n'a jamais répondu. Il se pense donc aussi au dessus des lois et son attitude (telle que tu la rapportes) laisse à penser que lui n'est pas clair non plus. 2) la morale, c'est bien Ferrand et d'autres qui la mettait en avant pour couler le paquebot Fillon. 3) si tu est fraudeur, je pense que tu devrais être poursuivi parce que ce que tu ne paies pas, c'est quelqu'un d'autre qui se l'appuie :-)
Réponse de le 31/05/2017 à 12:09 :
Que celui qui n'a jamais fraudé lève la main ! ****
**** sur près d'un demi-million d'euro

Bas c'est bon je suis éligible comme beaucoup de français ! :)
Réponse de le 01/06/2017 à 6:34 :
Sauf que ce beau Ferrand a utilisé la moralité comme cheval de bataille dans d'autres circonstances. Un farceur, en somme.
a écrit le 31/05/2017 à 10:00 :
C'est terrible que Ferrand ne comprenne pas que pour lui c'est TER-MI-NE!
C'était terminé dès l'instant où l'information a été diffusée.
a écrit le 31/05/2017 à 10:00 :
gain illégitime vaut perte ..au vu des Francais personnage indéfendable point.. apres avoir jeté l opprobe sur les BRETONS... questions ¨¨: la finance gouverne ,?
a écrit le 31/05/2017 à 9:46 :
C'est simple, il suffit que les 90000 électeurs inscrits de la 6ème circonscription du Finistère ne votent pas pour lui. Battu, il sera obligé de démissionner.
Réponse de le 31/05/2017 à 11:12 :
Il sera re-elu et haut la main. Les francais aiment avoir des gens douteux aux gouvernes, mais tres propres sur eux. Faudra trouver autre chose.
a écrit le 31/05/2017 à 9:28 :
Donc Philippe est COMPLICE des dérives - présentes .... et a venir surement - , de son gouvernement !
Ca augure TRES mal de la moralisation promise ou alors le mot doit avoir un autre sens pour eux !!!
a écrit le 31/05/2017 à 9:24 :
Les gens ne pensaient certainement pas qu'en votant Macron ils voteraient fillon en fait et pourtant, que ce soit dans les idées ou dans la façon d'être difficile de les distinguer.

"Argent et politique: Le triomphe de l'oligarchie."https://www.monde-diplomatique.fr/2010/06/A/19241 (gratuit)

Oui il y a bien une lutte des classes mais c'est ma classe, celle des riches, qui la fait et nous gagnons." Warren Buffet
Réponse de le 31/05/2017 à 10:18 :
La phrase de W. Buffet est toujours d'actualité. Les riches en veulent toujours plus. C'est aujourd'hui encore plus facile pour eux puisqu'il n'y a plus de "lutte des classes, il n'y a plus qu'une classe, organisée, qui détient les pouvoirs et l'argent (l'oligarchie). Les riches ne comprennent qu'une chose, le rapport de force. Il faut donc leur imposer un rapport de force qui passe par le retour, l'organisation de la classes prolétarienne. Rien n'a jamais été acquis sans combattre. La rue a toujours été le terrain idéal, il n'y a pas de raisons que ce soit différent aujourd'hui .
Réponse de le 31/05/2017 à 10:56 :
" La rue a toujours été le terrain idéal, il n'y a pas de raisons que ce soit différent aujourd'hui ".

C'est vrai , mais l'état d'urgence est la pour étouffer les contestations dans l'oeuf.


Entre le mois de novembre 2015 et le 5 mai 2017, 155 arrêtés préfectoraux interdisant des rassemblements publics ont été pris dans le cadre de l’état d’urgence (en plus des interdictions de droit commun). C’est un des chiffres significatifs du rapport d’Amnesty international sur la liberté de manifester. Intitulé « Un droit, pas une menace », il est publié ce mercredi 31 mai.
Dans le même cadre, 639 mesures interdisant à certaines personnes précises de participer à des rassemblements publics ont été décidées. Parmi elles, 574 ont visé des personnes manifestant contre la loi travail.

Autant de données intéressantes, alors qu’Emmanuel Macron vient d’annoncer qu’il proposerait au Parlement une nouvelle prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 1er novembre. Cela fera alors deux ans que ce régime d’exception est en vigueur.« L’état d’urgence autorise les préfets à interdire tout rassemblement par mesure de précaution pour le motif très large et vaguement défini de 'trouble à l’ordre public' », déplore l’ONG, contestant l’argument du gouvernement selon lequel il ne disposerait pas d’assez de troupes pour assurer l’encadrement de ces défilés.

« Les restrictions semblent très souvent avoir dépassé le critère de nécessité et de proportionnalité », relève encore Amnesty, s’attardant sur les interdictions prises lors de la COP21 en décembre 2015, de la mobilisation contre la loi travail ou, plus récemment, après le second tour de l’élection présidentielle.
De façon générale, « l’existence de l’état d’urgence a abaissé de manière considérable le seuil à franchir pour imposer des restrictions aux droits à la liberté de réunion », déplore l’organisation.
Réponse de le 31/05/2017 à 10:58 :
"Rien n'a jamais été acquis sans combattre"

En effet mais à terme ces combats ont toujours fini par se faire renverser par l'oligarchie.

Tant que l'on ne remettra pas les pendules à zéro on n'y arrivera pas.

"Au pays des conquêtes syndicales" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/10/VENTURA/53938 (article gratuit)

"Avec le gouvernement et le Front, nous avons bien travaillé, même si nous ne sommes qu’au milieu du chemin. Ce qui reste à accomplir est immense : dépasser le capitalisme. Sa culture consumériste nous anesthésie tous, individuellement et collectivement, et conduit à accepter le système."

Mujica président du monde et vite.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :