Smart France : 9 salariés sur 10 acceptent le retour aux 39 heures

 |   |  317  mots
Lors du référendum organisé en septembre, sur les quelque 800 votants, 56% s'étaient prononcés pour. Un chiffre qui montait à 74% pour les cadres, employés, techniciens et agents de maîtrise, mais tombait à 39% pour les ouvriers, révélant des dissensions.
Lors du référendum organisé en septembre, sur les quelque 800 votants, 56% s'étaient prononcés pour. Un chiffre qui montait à 74% pour les cadres, employés, techniciens et agents de maîtrise, mais tombait à 39% pour les ouvriers, révélant des dissensions. (Crédits : © Vincent Kessler / Reuters)
Une écrasante majorité des 800 salariés de l'usine Smart de Hambach (Moselle), filiale du groupe allemand Daimler, ont accepté de revenir aux 39 heures payées 37 heures par le biais d'un avenant à leur contrat de travail, a annoncé mardi la direction dans un communiqué.

La direction de Smart France a annoncé, mardi 15 décembre, que plus de 90% des employés de l'usine Smart à Hambach (Moselle) ont signé l'avenant au contrat de travail distribué par la direction le 10 décembre, les faisant notamment passer à 39 heures payées 37 heures.

Emplois garantis jusqu'en 2020, selon la direction

La direction de l'usine a précisé à l'AFP que les emplois seraient garantis jusqu'à fin 2020 sur le site, vu le très fort taux de retour. Le chiffre de 90% avait aussi été évoqué à l'AFP dans l'après-midi par un responsable syndical, alors que les employés du site d'Hambach ont jusqu'au 18 décembre pour retourner ou non les avenants.

Depuis plusieurs mois, la direction essaie de faire passer le "Pacte 2020", qui prévoit notamment un retour aux 39 heures travaillées payées 37 et une diminution des jours de RTT pour les cadres.

En échange, elle s'était engagée à ne procéder à aucun licenciement économique d'ici à 2020. Les mesures de ce pacte seront mises en application "dès le début de l'année prochaine", a fait savoir la direction.

 Un pacte qui ne passe pas chez les syndicats

Un référendum interne, purement consultatif, avait été organisé le 11 septembre dans cette usine qui produit les véhicules biplaces de la marque. Sur les quelque 800 votants, 56% s'étaient prononcés pour. Un chiffre qui montait à 74% pour les cadres, employés, techniciens et agents de maîtrise, mais tombait à 39% pour les ouvriers, révélant des dissensions. Mais quelques semaines plus tard, le 28 octobre, le pacte avait été mis en échec par la CGT et la CFDT, représentant 53% des salariés.

La direction avait réagi en distribuant, le 10 décembre, des avenants individuels au contrat de travail à tous les salariés. Un délégué syndical avait alors fait part de la crainte d'une délocalisation dans l'usine Smart de Novo Mesto, en Slovénie.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2015 à 9:17 :
Avec plus de 10% de chômeurs en France, il serait temps qu'on arrête de vouloir augmenter le temps de travail !!! Et qu'on arrête de dire que ces chômeurs ne veulent rien faire, car de toute façon il n'y aurait pas assez de travail pour tout le monde !
Les entreprises privées font du chantage aux ouvriers pour augmenter leurs marges et graisser la patte à leurs actionnaires !
Avec les accords TAFTA de libre échange que les Etats-Unis veulent nous imposer (et qu'ils préparent depuis la chute du mur de Berlin !), les états n'auront bientôt plus leur mot à dire dans la politique nationale et locale, les multinationales décideront de tout ! La démocratie n'est qu'une illusion...
Réponse de le 19/12/2015 à 17:13 :
Et les 400 000 (et plus) offres d'emplois non pourvues?
Non non, vous avez raison, les chômeurs veulent travailler...
a écrit le 17/12/2015 à 15:06 :
L'inégalité s’aggrave entre le public avec des avantages et privilèges injustifiés dont des semaines de travail à moins 32h ou 6h par jour pour un cheminot de la sncf alors que la moyenne est de 41 h hebdomadaire d'après diverses sources économiques pour un salarié du privé. Le vote FN n'est-il qu'une étape avant un soulèvement du privé contre le public ?
Réponse de le 19/12/2015 à 17:15 :
N'est ce pas plutôt dans le privé que l'on a plus d'avantages que le public?
a écrit le 17/12/2015 à 9:42 :
La preuve une fois de plus que les syndicats roulent pour leurs cadres et permanents, pas pour les travailleurs encartés ou non
a écrit le 16/12/2015 à 21:28 :
Encore un pied de nez aux syndicats... Je comprends qu'ils soient déçus, 9 salariés sur 10 leur disent mer**e .
La loose non?
a écrit le 16/12/2015 à 19:05 :
Une étape de plus sur le chemin qui mène au Nirvana néo libéral. ....on y va tout doucement et Hollande nous y mène aussi sûrement que Mitterrand avait ouvert la voie en 1983....Sarkozy ou Fillon ( un vrai néo-con, lui ) n'auront plus qu'à bétonner. ...bref pour ce qu'il reste des ouvriers, des employés il va falloir apprendre à subir ce que Thatcher a fait à sa lower middle-class.....
a écrit le 16/12/2015 à 16:54 :
39h payé 37 ainsi que pour les salariés du secteur marchand les salaires font du surplace ou comme Smart France la baisse et pour d'autres moins chanceux Pôle Emploi. La France gouvernait par des monarques de droite et de gauche venant du même sérail ne voient aucun inconvénient que Madame la ministre Lebranchu augmente l'indice c'est-à-dire les rémunérations des 5,6 millions de vassaux (fonctionnaires), deuxième poste de dépense de l'état avec une dette 2200 milliards d'euros. Décidément l'effort et le redressement comme les réformes de notre pays ne concernent que la société civile.
a écrit le 16/12/2015 à 13:35 :
Pour un salarié touchant 2000 € bruts mensuel, passer de 37 heures à 39 heures mensuelles en échange d'une prime annuelle de 1000 € revient à diminuer son taux horaire de 1,04 %. Néanmoins, compte tenu du versement de la prime, son revenu brut annuel est augmenté de 4,17%.

Certes il s'agit d'une diminution du salaire horaire, mais tant que la prime est versée chaque année le gain est substantiel.
a écrit le 16/12/2015 à 10:58 :
Ce que l'article ne mentionne pas c'est que Smart, pour des raisons de répartition a réduit le temps de travail en lorraine. Les 39 heures mentionnées n'existent que sur le papier.

1) les salariés font moins d'heures
2) Celles ci sont moins rémunérées
3) Ils se retrouveront de toute manière au chômage (Comme les conti et tant d'autres)
4) Leurs droits aux allocations chômages seront minorés puisque leurs salaires sont en chute.

On voit bien ici l'effet pervers de l'individualisation des contrats de travail. Il permet tout un panel d'intimidation plus ou moins explicite des salariés et interdit pratiquement toute négociation. Ici le deal était évident dans le contexte: soit vous acceptez, soit vous serez dans la prochaine charrette.
a écrit le 16/12/2015 à 10:41 :
Que les 10% restants aillent voire ailleurs! Dans ce nouveau monde, il n'y a pas de place pour les bons à rien et les fainéants!
Réponse de le 16/12/2015 à 13:09 :
Ben tiens, parce que vous croyez que c'est suffisant pour être compétitif avec des polonais, des indiens ou des chinois ? Et qu'est-ce que vous leur direz quand on leur refera le même coup dans 2 ans pour les passer au 40h et dans 10 pour les passer au 45h ? Ou que dans 2 ans on leur annoncera (comme ça c'est déjà fait dans de nombreux cas !) que désolé, ça n'a pas suffit mais on ferme l'usine et on délocalise ??
Réponse de le 16/12/2015 à 16:20 :
Haha, j'aimerais bien vous voir à leur place !

Allez l'ouvrier, va travailler pour que les actionnaires de Daimler puissent s'en mettre encore davantage plein les fouilles ! Et on s'étonne qu'ils ne veuillent pas ? Et les syndicats devraient applaudir des deux mains ? Les patrons savent suffisamment se défendre (appui de la presse, des gens comme vous, négociation du contrat de travail, pression par le licenciement), les syndicats défendent les salariés, à chacun sa mission.

Vous pensez que smart va en rester là ? Non, ils demanderont à nouveau l'année prochaine, quand l'un recule l'autre avance, c'est ça la négociation...

Les contis se sont fait avoir, j'espère qu'il n'en sera pas de même pour les smart.
Réponse de le 16/12/2015 à 17:51 :
50% de cadre chez SMART, pour une usine de production! Pour avoir un cout inferieur: on fait travailler les 50% de productif plus longtemps.
Les cadres ne travaillerons pas plus car ils sont au forfait: a peut près 220 jours/ans.
Dans tous les accord 35H ce sont les cadres qui ont gagnés le gros lot.
Une heure ou deux de plus en réunion ce n'est pas épuisant!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :