Tout savoir sur le changement d'heure...

 |   |  788  mots
Les Français dormiront une heure de moins à partir de dimanche.
Les Français dormiront une heure de moins à partir de dimanche. (Crédits : Décideurs en région)
C'est dimanche que la France passe en heure d'été. Il faudra retarder votre montre d'une heure. Le gouvernement avait promis il y a un an de se pencher sur l'opportunité d'abandonner l'alternance horaire entre été et hiver, mais sans y avoir donné suite. Retour sur une pratique vieille d'un siècle maintenant.

Dimanche, à 2h du matin, il sera 3h... Les Français perdent une heure de sommeil avec le passage à l'heure d'été.

Une longue histoire

L'alternance entre heure d'hiver et d'été est une idée ancienne, mais elle a été mise en pratique pour la première fois en 1916 par les Allemands afin d'économiser l'énergie rationnée en raison de l'effort de guerre et du blocus allié. Le Royaume-Uni, puis la France, alignée alors sur l'heure britannique, ont suivi. L'heure en France est alors celui du méridien de Greenwich (GMT) en hiver et celui de GMT+1 heure en été. En 1940, les Allemands imposent à la France « leur » horaire (GMT+2 en été, GMT+1 en hiver, comme aujourd'hui) et à la libération, l'heure d'été « allemande » est abandonnée, la France passe alors à GMT+1 toute l'année.

440GWh économisés l'hiver

C'est en 1976 que Valéry Giscard D'Estaing, alors président de la République, décide d'imposer à nouveau l'heure d'hiver pour des raisons d'économies d'énergie après le premier choc pétrolier. L'idée de ce système est de faire coïncider les périodes d'ensoleillement avec les périodes d'activité afin de réduire le besoin d'éclairage et, donc, d'énergie. Selon la dernière enquête sur le sujet, de l'Ademe, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, qui date de 2010, l'heure d'été permettrait d'économiser 400 GWh (Gigawattsheure), soit un an d'éclairage d'une ville de 800.000 habitants. Si l'heure d'été conduit à augmenter la consommation le matin, elle la réduirait fortement le soir.

Impopulaire l'été

L'heure d'été est cependant fort impopulaire en France. Un sondage Opinionway a révélé que 54 % des personnes interrogées sont opposées à cette alternance et que seulement 19 % y sont favorables. Indifférents pour 59 % aux économies réalisées, ils se plaignent des effets de ces changements sur le « sommeil et l'humeur » à 70 % ! Parmi les arguments contre cette alternance, on trouve aussi régulièrement les impacts sur la santé, qui divisent la communauté médicale, ou les accidents de la route qui seraient favorisés par ce changement d'heure.

Un changement en vue ?

Il y a un an, pour répondre aux habituelles poussées de mauvaise humeur sur le sujet, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, avait promis que son ministère évaluerait les « impacts » de ce changement d'heure « pour décider de l'opportunité l'année prochaine. » A demi-mot, le gouvernement laissait donc entendre qu'il était prêt à abandonner l'heure d'été dès 2016. Mais, depuis, cette évaluation s'est perdue dans les sables ministériels et nul ne semble pouvoir dire si même elle a bien été lancée. Cette promesse de Ségolène Royal ressemble donc à un pur effet d'annonce. Du reste, la France ne peut décider seule de cette modification. Depuis 1998, l'alternance des horaires a été harmonisée dans l'UE et gravée, trois ans plus tard, dans le marbre d'une directive du Conseil et du parlement (la directive 2000/84/CE de janvier 2001). Il faudrait donc négocier avec les partenaires européens de la France une modification de cette directive. Paris n'a pas fait part de sa volonté d'engager de telles discussions.

Une alternance minoritaire

L'alternance des horaires est cependant minoritaire dans le monde. Seuls 70 pays sur environ 200 la pratiquent. Inutile en zone tropicale où les écarts de luminosité entre les saisons sont faibles, elle a été abandonnée par la Russie en 2011 et par plusieurs autres pays, comme l'Argentine, la Chine ou l'Inde.  En Europe, comme en Amérique du Nord, l'alternance est pourtant dominante. Sur le vieux continent, seules l'Islande, l'Arménie, la Géorgie, la Biélorussie et donc la Russie refusent de passer à l'heure d'été.

L'étrange cas canadien

Aux Etats-Unis, au Brésil, au Canada et en Australie, ce sont les Etats fédérés et les provinces qui décident de passer ou non à l'heure d'été. Au Brésil, les Etats du sud, hors de la zone tropicale, sont les seuls à pratiquer l'heure d'hiver. Aux Etats-Unis, l'Arizona et Hawaï sont les deux seuls Etats à refuser l'heure d'été.

Au Canada, la situation est encore plus complexe puisque les commnautés locales peuvent parfois aussi décider des horaires. En Colombie-Britannique, par exemple, la région de Peace River, dans l'est, refuse l'heure d'été acceptée par le reste de la province. Elle est donc en été, réglée sur l'horaire de la province voisine de l'Alberta, qui est à une heure de plus que Vancouver, la capitale régionale de la Colombie-Britannique. Quant à la province du Saskatchewan, elle est la seule à refuser l'heure d'été dans son intégralité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/03/2016 à 10:02 :
évidemment cela ne sert a rien . comme nos politiques.les agriculteurs le confirment chaque année ..l
a écrit le 26/03/2016 à 20:11 :
Nous imposer des ineptie pareilles on se demande par quoi on est dirigé.
a écrit le 26/03/2016 à 18:38 :
A 2h mettre sa montre à 3 h vous appeler ça retarder ? c'est pas plutôt avancer !
a écrit le 26/03/2016 à 16:13 :
Paradoxalement : je préfère CE changement d'heure (1 h. de moins !!!) mais aussi synonyme de passage vers l'été (vers les beaux jours / en théorie !);c'est aussi l'époque où les jours sont + longs ------------------------------------------------------------------------------------

Erik

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :