Un CDD "permanent" ? Bruno Le Maire se corrige

 |   |  479  mots
Bruno Le Maire a rétropédalé sur sa proposition concernant les CDD.
Bruno Le Maire a rétropédalé sur sa proposition concernant les CDD. (Crédits : Reuters)
Le candidat à la primaire de la droite et du centre a dû préciser son idée de CDD renouvelable sans limites par les chefs d'entreprise, qui commençait à créer la polémique.

Bruno Le Maire a dû prendre conscience de son erreur. Mercredi, devant le parterre de patrons réunis à l'université d'été du Medef, le député LR de l'Eure et candidat à la primaire avait lancé sa proposition pour un CDD renouvelable sans limite. Sur la vidéo mise en ligne par l'organisation (à partir de la 15e minute), l'élu se montre très clair:

 "Il faut être juste. Je veux vous [les chefs d'entreprises, ndlr] permettre de renouveler les CDD autant de fois que vous le souhaitez. Parce que je considère que si vous avez un salarié qui fait bien son travail, mais qu'en même temps votre carnet de commandes n'est pas suffisamment solide, vous ne savez pas si ça va tenir, vous voulez rester en CDD, restez en CDD (...) La seule chose que je demande, c'est qu'à chaque fois que vous renouvelez le CDD, on augmente la prime de précarité pour que le chef d'entreprise s'y retrouve mais le salarié aussi. Des décisions justes, c'est la garantie qu'on peut tenir dans le temps".

Pas de "CDD à vie"

Dans l'après-midi, le candidat publie une mise au point sur Facebook : "Il n'a jamais été question de mettre en place un CDD à vie, affirme Bruno Le Maire. Mon projet vise à faciliter le recrutement des salariés en mettant en place un mécanisme qui mènera naturellement le salarié vers le CDI." Et de préciser que les renouvellements de CDD se feront "dans la limite de 3 ans".

Un grand rétropédalage qui interpelle. Selon Le Lab, qui cite un proche de "BLM", ce sont les normes européennes qui empêchent un renouvellement permanent. Pour l'instant, en France, la durée maximale d'un CDD est généralement fixée à 18 mois, renouvellements inclus, par le code du Travail (article L1242, alinéa 8) : et même si des dérogations existent pour des cas spécifiques, un CDD ne peut jamais excéder trois ans.

Le CDI plus attractif ?

La "nouvelle" proposition de Bruno Le Maire consiste donc à rendre le CDD de moins en moins attractif pour que l'employeur soit finalement incité à embaucher le salarié en CDI, le tout dans un délai maximum de trois années. Une vraie inflexion par rapport à la déclaration faite à l'université d'été du Medef, où le candidat à la primaire de la droite parlait d'un CDD renouvelable "autant de fois" que souhaité par les chefs d'entreprises.

Bruno Le Maire cherche en fait à s'inspirer du "Jobs Act" de Matteo Renzi en Italie, comme il l'expliquait en mai 2016 devant les patrons de la fondation Concorde (à partir de 2 minutes). Cette réforme, dont la première pierre a été posée en 2014, a supprimé les périodes de carences pour les CDD, qui peuvent désormais être renouvelés cinq fois. Mais toujours dans une période maximale de trois ans...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2016 à 12:50 :
Petite erreur dans votre texte: vous dites qu'un "CDD ne peut jamais excéder trois ans", c'est faux, il n'y a pas de limite dans le temps pour un CDD conclu à terme incertain.
a écrit le 02/09/2016 à 9:54 :
Il faut faire simple. Le coût de l'heure de CDI doit baisser (notamment entre 1 et 2 SMIC) par rapport à celui de l'heure de CDD et de l'heure sup. Si c'est le cas, la flexibilité normale doit être fournie par le CDI interimaire qui devrait devenir plus avantageux que le CDD et surtout beaucoup plus facile d'emploi. Cela correspond bien à l'idée que pour les non cadres, il faut flexibiliser le travail mais sécuriser la rémunération (et la formation nécessaire).
a écrit le 01/09/2016 à 23:22 :
Au secours, un autre Trump !
a écrit le 01/09/2016 à 17:01 :
Les CDD renouvelablent indéfiniment cela existe et est très répandu dans l'administration.
a écrit le 01/09/2016 à 15:50 :
Je crois que je vais être candidat à la primaire de droite en proposant d'introduire le droit social chinois...
a écrit le 01/09/2016 à 14:05 :
Son mentor c'est Sarkozy, faut lui pardonner hein le gars il part de très loin.
a écrit le 01/09/2016 à 13:39 :
"supprimé les périodes de carences pour les CDD, qui peuvent désormais être renouvelés cinq fois. Mais toujours dans une période maximale de trois ans... "

Ils en pensent quoi les proprios ?
a écrit le 01/09/2016 à 12:46 :
Toute la droite en une anecdote : je fais une proposition un peu reformatrice et au premier froncement de sourci, je baisse mon froc.
Réponse de le 01/09/2016 à 14:32 :
Comme Juppé Chef du Gouvernement 1995 et son Bèrou Sinistre de la Déséducation Nationale ( 4 ans et 3 mois ). Juppé, Bèrou, Le Maire : programmes nul, non avenus, fictifs : les Syndicats n'en feront qu'une bouchée en steack haché-purée molle, et compote en dessert. Ce rétropédalage émanant d'un tel homme, n'est pas crédible. Martinez s'amuse : des Gouvernants de reve, juste après le Parti Socialiste.
Réponse de le 01/09/2016 à 15:41 :
@Steph
"une proposition un peu reformatrice"

Effectivement, le CDD à vie, c'est super-novateur! On ne peut que vous souhaiter de profiter de cette "innovation" pour montrer le chemin. Et d'aller voir une banque pour emprunter de quoi acquérir votre logement, ou envisager de fonder une famille, ou aller voir un bailleur pour louer un logement, sans qu'on vous rétorque que votre "CDD" de 8 ans n'offre pas les "garanties" suffisantes
a écrit le 01/09/2016 à 12:44 :
Ce n'est pas de CDD dont les employeurs ont besoin, ...mais de CDI dont la rupture n'entraine pas des couts disproportionnés !
Un barème d'indemnité "raisonnable" en fonction de l'ancienneté fera que les employeurs signeront directement des CDI !!! Pour l'instant, avec un CDI, le droit de divorce n'existe pas pour l'employeur : c'est le salarié qui seul à le droit de répudiation !!! il est temps d'imaginer un statut où l'employeur reprend un minimum de liberté !!!
Réponse de le 01/09/2016 à 14:12 :
Licencier quelqu'un pour motif économique est possible.
Licencier quelqu'un pour faux motif (fausse faute / prétexte bidon...) se fait très bien, après, il ne faut pas s'étonner si on tombe sur un salarié qui se défend.

Et sincèrement, entre un CDD renouvelable à l'infini (ou juste pendant 3 ans...) et un CDI que l'on peut interrompre n'importe quand (gratuitement ou presque), c'est du pareil au même. Précarisation des salariés.

Le travail du salariat est bien trop peu reconnu.

Une meilleure solution pour booster l'investissement, aider ceux qui veulent se mettre à leur compte, sans toucher à la protection des salariés, seraient peut-être de les protéger contre les faillites. L'état pourrait se porter caution des prêts consenti par les banques, au lieu de de devoir hypothéquer sa baraque ou confondre le patrimoine de l'entreprise avec le sien...
Réponse de le 01/09/2016 à 17:09 :
Oui, pour pouvoir avoir des salariés motivés et ayant de l'expérience, il faut pouvoir les jeter comme des détritus.

Le père à M. GATTAZ avait promis un million d'emplois avec la fin de l'autorisation administrative de licenciement. On a vu le résultat.
Réponse de le 01/09/2016 à 17:44 :
@le monde à l'envers
"Ce n'est pas de CDD dont les employeurs ont besoin, ...mais de CDI dont la rupture n'entraine pas des couts disproportionnés !"
Ca tombe bien, ça existe déjà : les procédures de licenciement pour faute (si le salarié fait une grosse bêtise), de licenciement économique (si la santé économique de l'entreprise est mauvaise), de licenciement pour insuffisance pro (si le salarié est vraiment un boulet incompétent) et de rupture conventionnelle (accord négocié) existent déjà, et présentent un coût somme toute raisonnable. On peut y ajouter les ruptures pendant les 8 premiers mois d'un CDI (période d'essai).

Les cas où les coûts sont plus élevés, et pour lesquels la loi Gattaz-El Khomri a cherché à plafonner les indemnités, sont les cas où l'employeur s'est servi de la Législation française comme papier toilette, juridiquement qualifiés de "licenciement abusif". Mais comme vous dites lorsqu'un petit délinquant est abattu par la Police : "violer la Loi est un métier risqué".
Réponse de le 02/09/2016 à 10:00 :
Inutile de refaire le coup de la loi EK V1, on voit bien que c'est rejeté par le corps social en l'état. Par contre on peut réessayer en limitant cela aux cadres (mieux armés pour la flexibilité)...et libérer le recours à l'interim pour les non cadres tout simplement.
a écrit le 01/09/2016 à 12:20 :
Finalement meme LeMaire fait du Hollandisme, fini le CDD renouvelable a vie pour la droite, vive le CDI a fin simplifié (facilité de licenciement) ! Finalement le moins pire des candidas de droite c'est encore Hollande !
a écrit le 01/09/2016 à 12:09 :
Les candidats, droite comme gauche, vont découvrir un par un que la France est tenue par plusieurs engagements internationaux et européens.

Triste de constater que, pour le moment, les promesses formulées le sont dans l'ignorance la plus complète de ces engagements.

Si c'est délibéré, c'est grave, si c'est de l'ignorance, c'est encore plus grave pour des gens qui prétendent ensuite représenter la France à l'international.

www.mesheuressup.fr
a écrit le 01/09/2016 à 12:02 :
Il ont tous l'impression d'être souverain dans leur pays pour nous faire des promesses et avoir des idées, alors qu'au dessus de leur tête plane l'UE de Bruxelles, avec ses directives et recommandations a appliquer sous peine de sanction!
Réponse de le 01/09/2016 à 15:25 :
Les représentants de nos gouvernements ont souverainement accepté ces règles à Bruxelles. étant un peu cynique je pencherais plutôt pour de la prose électorale accompagné par une certaine dose d'ignorance.
Réponse de le 01/09/2016 à 21:02 :
quand des règles sont votées par les 28, ensuite, ça devient 'à cause de l'UE' quand les chefs d’État sont rentrés au pays. Bizarre.
a écrit le 01/09/2016 à 11:50 :
Un CDD à vie, pour ses gosses aussi ou juste les autres ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :