180,5%, l'inflation officielle au Venezuela en 2015, un record mondial

 |   |  240  mots
Une liasse de billets de bolívars utilisés par un client sur un marché de Caracas.
Une liasse de billets de bolívars utilisés par un client sur un marché de Caracas. (Crédits : Reuters)
Signe de la grave crise économique que traverse le Venezuela, le PIB s'est contracté de 5,7% en 2015, et l'inflation s'est envolée à 180,9%.

L'inflation au Venezuela a progressé l'année dernière officiellement de 180,9%, a indiqué la Banque centrale du Venezuela dans un communiqué. Elle s'affichait à 141,5 % en 2014. C'est le taux le plus élevé du monde.

Les hausses des prix les importantes ont été enregistrées dans les transports (+ 129,8%), l'alimentation et les boissons non alcoolisées (+315%), l'habillement  (+146%) ou encore la santé (+110,6%).

La Banque centrale précise que ces chiffres s'inscrivent "dans un contexte persistant d'une faiblesse de l'offre de biens de consommation, due à la réduction des importations et la diminution de la production nationale".

Par ailleurs, le PIB s'est contracté de 5,7% en 2015, après avoir diminué de 3,9% en 2014, indique la Banque centrale.

C'est le secteur privé qui connaît la plus forte contraction (-8,4%), l'activité du secteur public ayant progressé de 1,1%.

Cette situation s'explique largement par la chute des prix internationaux du baril de pétrole, qui son tombés à quelque 30 dollars ces derniers jours. L'or noir est la principale source de revenus du budget publc.

Le Venezuela milite d'ailleurs pour que les pays producteurs s'accordent sur une stabilisation de l'offre mondiale afin de faire remonter les prix de l'or noir.

Le président Nicolas Maduro a annoncé une série de mesures d'austérité pour faire face à cette situation.

Une initiative qui va peser sur un climat social déjà tendu, la population subissant de nombreuses pénuries de produits, que les autorités mettent sur le compte de la spéculation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/02/2016 à 1:16 :
Les chiffres officiels sont faux, la réalité est bien pire. Les experts estiment que l'inflation a atteint plus de 270 % en 2015 au Vénézuéla. http://www.el-nacional.com/economia/Inflacion-cerro_0_769123206.html
Tous les chiffres officiels sont truqués
a écrit le 19/02/2016 à 18:08 :
entendez vous le silence assourdissant des neo-marxistes et des neo-keynesiens qui ne se rejouissent pas de ce modele qui n'a rien de liberal ( c'est le moins que l'on puisse dire!)......
et encore, 180% c'est officiel
ils n'ont plus de reserves de change, tt se passe au noir, et par defnition, on ne peut rien y mesurer
les ultra-marxistes nostalgiques des entrepots vides de jaruselski se rejouissent et se frottent les mains dans un grand cadre de nostalgie bien placee!
Réponse de le 20/02/2016 à 17:24 :
Néanmoins, la dette publique du VENEZUELA est quasiment à zéro. Alors que les autres pays bien gérés sont plutôt aux alentours de 80 à 100 % du PIB.
a écrit le 19/02/2016 à 17:52 :
Vous êtes sûr pour le record ? Il me semble que le brésil faisait très fort il y a une trentaine d'années...

Cela ne change pas grand chose au problème du Vénézuela certes mais bon autant être le plus exact possible.
Réponse de le 20/02/2016 à 1:27 :
C'est un record en 2015. A noter que cela s'est le chiffre officiel, la réalité est encore pire (270 % d'inflation en 2015). Et ca continue, en 2016, le FMI prédit 720 % d'inflation http://www.bloomberg.com/news/articles/2016-01-22/imf-sees-venezuela-inflation-rocketing-to-720-percent-in-2016
Je piges pas votre réponse à GE92, le chavisme est clairement de gauche. Les chavistes et leurs nombreux admirateurs à travers le monde considéraient le chavisme comme le socialisme du 21 siècle, on voit le résultat. Le chavisme s'est un mélange de socialisme, de nationalisme, de populisme et de clientélisme. Mais cela reste clairement de gauche. Même si cette idéologie a sans doute plus de points de communs avec le FN et autres partis d'extrême droite s'inscrivant dans l'idéologie national socialiste qu'avec les partis de gauche radical européens. Cela me fait marré de voir les gauchistes comme Mélenchon critiquer le FN mais admirer Chavez c'est pas très cohérent (mais la gauche et la cohérence cela fait deux).
Réponse de le 28/02/2016 à 19:29 :
Ok donc c'est seulement pour l'année 2015, merci.
a écrit le 19/02/2016 à 15:39 :
Le gouvernement a réussit à vider les caisses (utilisation des réserves de change et de l'or) et à détruire l'ensemble de l'appareil productif (en le nationalisant et l'immobilisant), sauf une partie de l'industrie pétrolière, tout en produisant de nombreux milliardaires en dollars et de très nombreux pauvres grâce à la corruption instituée en mode de gouvernement.
Cette magnifique performance a été accompagnée de l'augmentation fulgurante du trafic de cocaïne (dont plusieurs tonnes à destination de la France) et de celle du crime et de la délinquance qui sont également en tête des statistiques mondiales, comme l'inflation.
Le pays ayant les plus importantes réserves mondiales de pétrole est devenu en 16 ans, par le grâce du "socialisme du 21 ieme siècle", en fait de la dictature chaviste, le plus pauvre d’Amérique latine et le plus violent du monde.
Un long chemin d'efforts attend son peuple pour terminer d'éliminer ses parasites et de sortir du chemin de la dictature.
M Mélenchon doit toujours être en admiration devant les accomplissements de la dictature du peuple, le peuple étant représenté, à leur propre profit, par ceux qui "savent" ce qu'il veut. M Mélenchon sait ce que veut le peuple, mais il n'arrive pas à s'imposer comme dictateur, il se contente de jouer l'agitateur bien rémunéré.
Réponse de le 19/02/2016 à 16:49 :
C'est bien beau de rappeler ce que sont devenus les us, mais ce n'était pas le sujet de l'article...
Réponse de le 19/02/2016 à 17:54 :
"socialisme du 21 ieme siècle"

de droite donc... Peut-on encore l’appeler socialisme du coup ?

Sinon 99% de votre commentaire est hors sujet.
Réponse de le 19/02/2016 à 20:14 :
Sans compter qu'en siphonnant au delà du raisonnable les caisses de la compagnie pétrolière nationalisée, PDVSA, l'état vénézuelien l'a empêchée d'investir et donc sa production est loin d'être optimale. Chavez et Maduro, non contents d'avoir détruit le reste de l'économie, ont aussi tué la poule aux oeufs d'or. Après la chute finale de l'Europe de l'Est dans les années 80, c'est à un nouveau désastre économique du communisme, finalement assez semblable, auquel on assiste... comme c'était hautement prévisible.
a écrit le 19/02/2016 à 13:06 :
Et le Zimbabwe, c'était combien..?? Car c'est facile de faire de l'instantané. Mais du réfléchi, c'est mieux.
Réponse de le 19/02/2016 à 18:13 :
ils avaient tellement d'inflation les dernieres annees que meme la republique de weimar ne pouvait pas rivaliser!
tt se paye en dollars americians
Réponse de le 20/02/2016 à 1:19 :
Le Zimbabwé est un autre pays marxiste, il est vu comme modèle pour les socialistes africains. Il est confronté aux mêmes maux qu'au Vénézuéla: hyper inflation, pénuries, famine, corruption,....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :