Alena : Etats-Unis, Mexique et Canada d'accord pour renégocier

 |   |  404  mots
Donald Trump s'est entretenu avec les chef d'Etat mexicain Pena Nieto et canadien Justin Trudeau, mercredi.
Donald Trump s'est entretenu avec les chef d'Etat mexicain Pena Nieto et canadien Justin Trudeau, mercredi. (Crédits : JONATHAN ERNST)
Alors que des rumeurs faisaient état mercredi d'une volonté des Etats-Unis de se retirer rapidement de l'Accord de libre-échange nord-américain, Donald Trump a tenu a rassuré ses homologues mexicains et canadiens. Des négociations devraient rapidement débuter en vue de modifier le traité.

Le président américain okay pour ne pas se retirer de l'Alena... pour le moment. Donald Trump a assuré à ses homologues mexicain et canadien que les Etats-Unis ne quitteraient pas l'Accord de libre-échange nord-américain, tout en disant qu'il entamerait bientôt avec eux une renégociation de ce traité. Cette annonce intervient après qu'un haut responsable de l'administration américaine avait dit que Donald Trump et ses conseillers travaillaient sur un projet de décret prévoyant le retrait des Etats-Unis de l'Alena, conclu il y a 23 ans.

"Le président Trump a convenu de ne pas retirer les Etats-Unis de l'Alena à ce stade et les dirigeants se sont mis d'accord pour rapidement mettre en oeuvre (...) une rénégociation du traité Alena dans l'intérêt des trois pays", lit-on dans un communiqué publié par la Maison blanche.

"C'est un honneur pour moi d'actualiser l'Alena par la négociation. C'est un honneur de traiter aussi bien avec le président Pena Nieto et le Premier ministre Trudeau et je suis persuadé que, au bout du compte, le résultat final (des discussions) rendra nos trois pays meilleurs et plus forts", a dit Donald Trump, cité dans le communiqué.

Après les déclarations du président américain, le dollar canadien gagnait 0,6% face au dollar américain tandis que le peso mexicain avançait de plus de 1%.

Après le Mexique, le Canada dans le viseur

Soulagement donc, puisque la Maison Blanche avait envisagé de prendre dès samedi un décret de sortie de l'Alena pour faire coïncider cette décision avec le centième jour de Donald Trump à la tête du pays. Pendant la campagne électorale, l'homme d'affaires devenu président n'avait en effet eu de cesse de dénoncer les accords de libre-échange conclus par les Etats-Unis.

Des menaces rapidement mises à exécution : le 23 janvier, trois jours après son investiture, Donald Trump avait signé une ordonnance retirant les Etats-Unis du Partenariat transpacifique (TPP) et avait alors menacé de faire de même avec l'Alena. Le président américain accuse le Mexique de détruire des emplois américains et cette semaine, il a imposé des droits de douane de 20% sur les importations de bois d'oeuvre canadien. La semaine dernière, Donald Trump a en outre jugé "injustes" les protections dont bénéficie la filière laitière canadienne.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2017 à 9:32 :
Eh oui en attendant on peut dire ce qu'on veut mais quand les USA parle tous le monde écoute attentivement, qu'importe qui est au pouvoir. Et ce n'est pas le beau Trudeau dirigeant de son beau et parfait pays ouvert à tous qui ira dire le contraire. Surtout face à ce pays-empire....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :