Catalogne : des dizaines de milliers d’Espagnols appellent à un dialogue entre Madrid et Barcelone

 |   |  585  mots
Des centaines d'Espagnols dans les rues à Barcelone et Madrid pour appeler au dialogue
Des centaines d'Espagnols dans les rues à Barcelone et Madrid pour appeler au dialogue (Crédits : Regis Duvignau)
A quelques jours d'une hypothétique déclaration d'indépendance, des manifestations pour le "dialogue" ou l'"unité" ont occupé les rues d’Espagne ce samedi 7 octobre.

"Parlem? Hablemos?" (On se parle?, en catalan et en espagnol) Cette initiative citoyenne a mobilisé plusieurs dizaines de milliers d'Espagnols à Madrid et à Barcelone  pour réclamer un "dialogue" entre les Catalans et le reste de l'Espagne, selon des journalistes de l'AFP.

Dans une pétition qui avait été signée par 9,000 personnes ce samedi, les Espagnols étaient appelés à sortir dans les rues à midi, vêtus de blanc, et à tendre des draps blancs sur leurs balcons.

"C'est le moment d'être ensemble pour leur montrer (aux dirigeants, NDLR) qu'ils ont été incapables et irresponsables", plaidait la déclaration.

Au même moment, une marche "patriotique" a rassemblé dans le centre de Madrid les partisans de l'unité espagnole.  Selon le bureau du représentant du gouvernement conservateur à Madrid, ils étaient 50.000. Une grande manifestation doit également avoir lieu dimanche à Barcelone, à laquelle doit participer Mario Vargas Llosa, prix Nobel de littérature de nationalités péruvienne et espagnole, qui a qualifié l'indépendantisme catalan de "maladie".

Des manifestations similaires ont aussi eu lieu à Valence (sud-est), Saragosse et Valladolid (nord), entre autres.

Timides gestes d'apaisement en fin de semaine

Ces manifestations font suite à quelques gestes d'apaisement apparus en fin de semaine. Ainsi, le préfet - principal représentant de l'Etat en Catalogne - a pour la première fois vendredi présenté des excuses au nom des forces de l'ordre pour les violences policières qui ont émaillé le référendum interdit dimanche dernier et avaient scandalisé l'opinion en faisant au moins 92 blessés.

Quant au président catalan Carles Puigdemont, il a annoncé le report  à mardi 18h00 (16h00 GMT) de son intervention devant le Parlement catalan. Initialement prévue lundi, elle aurait pu servir de cadre pour les séparatistes pour y prononcer une déclaration d'indépendance unilatérale. L'ordre du jour de la nouvelle séance ne porte que sur la "situation politique".

Selon le quotidien catalan La Vanguardia samedi, ce report pourrait viser à "gagner du temps", les dirigeants catalans ayant besoin de réfléchir "à ce qu'ils comptent faire" de cette déclaration d'indépendance unilatérale. Les résultats définitifs de la consultation publiés vendredi montrent que le "oui" l'a emporté à 90,18% avec une participation de 43,03%. Mais, le scrutin étant dépourvu de recensement électoral transparent et en l'absence de commission électorale catalane, le décompte n'a pas été mené par un organisme indépendant.

Une fois ces résultats officiellement proclamés, la loi de référendum donne 48 heures pour que l'indépendance soit formellement déclarée au Parlement catalan.

Inquiétude des milieux économiques

M. Puigdemont et Jordi Cuixart, président de l'association indépendantiste Omnium ont lancé des appels à une médiation internationale pour sortir de la crise. "Nous savons et sommes convaincus que, sans reconnaissance internationale, ce que nous accomplissons va faire long feu" reconnaissait ce dernier samedi sur une radio catalane.

Plusieurs entreprises, dont les banques centenaires CaixaBank et Banco de Sabadell, ont déjà décidé de transférer leurs sièges sociaux hors de Catalogne.

Santi Vila, responsable des Entreprises au sein du gouvernement catalan, a pour sa part réclamé un "cessez-le-feu" et demandé que « dans les prochaines heures et jours, nous ne prenions pas des décisions qui pourraient être irréparables".

Depuis le début de la crise, la justice a réagi avec fermeté, la Cour constitutionnelle ayant interdit le référendum puis suspendu la session du parlement catalan initialement annoncée pour lundi.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2017 à 13:42 :
L'unité espagnole hein, parce que l'unité européenne on voit bien que cela ne motive personne, bien au contraire il ne vaut mieux pas alimenter les arguments des indépendantistes...

"Refus de l’austérité, réaffirmation de l’identité culturelle: La société catalane se rallie à l’indépendance" https://www.monde-diplomatique.fr/2013/10/MORA/49685 (article gratuit)
a écrit le 08/10/2017 à 8:38 :
Ha bon !
Les dirigeants n'ont pas réfléchi AVANT aux conséquences ???
Ça promet !
a écrit le 07/10/2017 à 23:27 :
Cette affaire n'est pas la gloire des politiques, ceux de Madrid incapable d'entendre les catalans depuis plus de 30 ans, et les ceux de catalogne qui entrainent tout une population vers un mur. C'est la même chose en UK avec leur brexit. En France on aussi des gens comme ça.
a écrit le 07/10/2017 à 22:46 :
La Catalogne est riche dans une Espagne forte et européenne... une fois sortie de l'Espagne , la fête sera terminée ... plancha billets n'existera plus et les banques l'ont bien comprise ... impossible de se refinancer a la BCE , donc faillite directe ... Bref , cette lubie catalane de certains idéologues ne tiens plus la route de nos jours .. Sans doute était-ce possible il y a 30 ans , mais de nos jours tout est imbriqué et les dés sont jetés
a écrit le 07/10/2017 à 19:14 :
Le club des nantis veulent faire bande à part. Pas partageux les catalans.
a écrit le 07/10/2017 à 15:35 :
Quoi, ils attendent la reconnaissance internationale à l'inďépendance de la Catalogne, sur quelle planète vit-il ces loulous?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :