Ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Trump

 |   |  813  mots
Donald Trump, son vice-président Mike Pence et ses enfants, à la Trump Tower, mercredi 11 janvier.
Donald Trump, son vice-président Mike Pence et ses enfants, à la Trump Tower, mercredi 11 janvier. (Crédits : REUTERS/Shannon Stapleton)
Pendant plus d'une heure, le président élu a répondu aux questions des journalistes : révélations de Buzzfeed et de CNN, conflits d'intérêts, mur avec le Mexique et emploi ont été les principaux thèmes abordés. Pris pour cible par le président-élu au début de la conférence de presse, les groupes pharmaceutiques pesaient mercredi soir sur Wall Street.

Pour la première fois depuis juillet, Donald Trump s'est frotté à l'exercice de la conférence de presse. Dans un style toujours aussi familier, imprécis sur les chiffres, et à la limite de l'impolitesse avec certains journalistes, le futur 45e président des Etats-Unis a, comme on dit, fait le "show" à la maison, depuis la Trump Tower de Manhattan.

Sur les révélations de Buzzfeed et de CNN

Donald Trump a balayé d'un revers de la main le contenu des documents révélés par Buzzfeed. Des documents confidentiels non corroborés par le renseignement américain, qui indiquent que des agents russes détiendraient des informations personnelles et financières compromettantes au sujet du président-élu Donald Trump. "C'est une honte, c'est une honte" a-t-il répété à plusieurs reprises, avant de décrire le site Buzzfeed comme un "amas de déchets""Tout cela, sont de fausses informations, ce sont de fausses histoires, cela ne s'est pas produit (...). Je pense que c'est une honte que des agences de renseignement permettent la diffusion d'informations fausses, comme si on était dans l'Allemagne nazie (sic)." Il a par ailleurs refusé de donner la parole à un journaliste de CNN - qui a rapporté mardi que les chefs du renseignement américain avaient présenté un résumé de deux pages des documents vendredi dernier lors d'une rencontre avec Trump, ce que son entourage a démenti -, qualifiant la chaîne "d'horrible" et l'accusant de divulguer de fausses informations.

Sur ses relations avec Poutine

Le président élu a dit ignorer s'il s'entendra bien avec Poutine, mais dit espérer que tout se passera pour le mieux. Le milliardaire républicain a estimé qu'il fallait considérer comme un "atout" le fait que le président russe soit bien disposé à son égard. "Si Poutine aime Trump (sic), c'est un atout, pas un handicap", a-t-il dit.

Sur le mur entre les Etats-Unis et le Mexique

Une nouvelle fois, Donald Trump a assuré que le Mexique allait payer pour la construction du mur. Sous la forme de "taxes", ou d'autres formes de remboursement, a-t-il expliqué, sans plus de précisions. Il a également ajouté ne pas vouloir attendre "un an et demi" un accord avec les officiels mexicains et qu'il commencera la construction dans les semaines suivant son entrée à la Maison Blanche.

Sur l'emploi

Donald Trump s'est contenté de dire que "beaucoup d'entreprises" allaient rapatrier "beaucoup d'emplois" et qu'il serait "le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé". Il a ajouté que les groupes qui délocalisent leurs emplois s'exposaient à de lourdes taxes : "Si vous pensez que vous allez pouvoir vendre (les produits fabriqués au Mexique) à travers une frontière très très étanche, pas une frontière faible - d'ailleurs on n'a même pas de frontière, c'est une passoire trouée - vous vous trompez. Vous allez payer une très lourde taxe frontalière", a-t-il prévenu.

Sur les conflits d'intérêts

Donald Trump a affirmé mercredi avoir cédé le contrôle de ses entreprises à ses deux fils Eric et Donald Jr pour la durée de son mandat, en promettant que cela permettrait d'éviter les conflits d'intérêts avec sa fonction présidentielle.

"Mes deux fils ici présents, Don et Eric, vont diriger la société. Ils la dirigeront de façon très professionnelle. Ils ne m'en parleront pas", a dit Trump. Sa fille Ivanka, a-t-il précisé, coupera aussi ses liens avec l'empire économique Trump, en se concentrant sur son installation familiale à Washington.

Les groupes pharmaceutiques plombent Wall Street

Très attentif aux déclarations de Donald Trump, Wall Street a cédé du terrain mercredi et l'indice Standard & Poor's 500 est brièvement passé dans le rouge sous la pression des laboratoires pharmaceutiques, pris pour cible par le président élu au début de sa conférence de presse. Il a affirmé que les groupes pharmaceutiques profitaient en toute impunité de leur capacité à fixer les prix des médicaments, et a promis de changer les règles.

Le futur président s'était peu exprimé sur le sujet depuis son élection le 8 novembre mais son programme de campagne prévoyait de permettre au programme fédéral d'assurance santé Medicare de négocier les prix avec les laboratoires pharmaceutiques, ce que la loi lui interdit pour l'instant.

"Nous allons commencer à faire des appels d'offres. Nous allons économiser des milliards de dollars au fil du temps", a dit Donald Trump lors de sa première conférence de presse depuis son élection. L'indice S&P-500 de la santé perdait 1,31% à 17h20 GMT et le Nasdaq Biotech reculait de 3,19%.

Pfizer, en repli de 2,33%, Bristol-Myers Squibb (-4,52%) et Johnson & Johnson (-1,11%) apportaient la plus forte contribution à la baisse de l'indice sectoriel S&P.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2017 à 13:50 :
Le problème qui peut se poser avec Trump, c’est la limite avec les risques de délit d’initié, liés à ses activités et à celles de ses conseillers en matière économique. Comment réagira le congrès, nul ne le sait .Il est certain que la présidence Trump va changer le paradigme en matière de gestion étatique. Sera-ce dans le bon ou le mauvais sens, « wait and see ». Pour l’instant on ne peut que supputer !
a écrit le 12/01/2017 à 11:37 :
Depuis des mois, Trump subit un lynchage médiatique ;
Ce 12 janvier, Getta de France inter (8h20) appelle ouvertement à sa destitution .
Elu, Trump n'est pas encore président . L'impeachment annihilerait effectivement une élection qui ne plait pas au complexe militaro-industriel ,
Campagne de presse qui n'est pas sans rappeler celle contre Allende .
Espérons, que pour l'avenir de la démocratie américaine, il n'y ait plus de président assassiné .
a écrit le 12/01/2017 à 11:35 :
Depuis des mois, Trump subit un lynchage médiatique ;
Ce 12 janvier, Getta de France inter (8h20) appelle ouvertement à sa destitution .
Elu, Trump n'est pas encore président . L'impeachment annihilerait effectivement une élection qui ne plait pas au complexe militaro-industriel ,
Campagne de presse qui n'est pas sans rappeler celle contre Allende .
Espérons, que pour l'avenir de la démocratie américaine, il n'y ait plus de président assassiné .
a écrit le 12/01/2017 à 11:18 :
Tous contre TRUMP c est le slogan des démocrates !!!l administration d Obama peut t elle lancer des choses de ce genre sans preuves ??? c est gros quant même !!même Poutine dément !!!ils n ont pas avalé la défaite de Mme Clinton battue par un homme qui parle comme le peuple ,grossier disent les biens pensants et les artistes !! il va falloir que Trump mette de l ordre dans l administration américaine et vite !!!!
a écrit le 12/01/2017 à 9:50 :
Information, désinformation, manipulation, il est impossible de savoir où est la vérité.
Le futur de Trump n'est pas écrit, il s'écrira au jour le jour en fonction des éléments conjoncturels. Les décisions de Trump, bonnes ou mauvaises, impacteront la marche du Monde.
Un bémol toutefois , comme en France il aura affaire avec une Administration, un Congrès, un Sénat, des groupes de pression. Président, c'est un autre "boulot" qu'être candidat à la présidentielle ou patron d'une entreprise, "On" ne décide pas tout seul. Trump devra souvent "manger son chapeau".
a écrit le 11/01/2017 à 23:44 :
TRES PEUT DE PERSONNE PEUVENT SITUEZ L AVENIR DE CE PRESIDENT AMERICAIN? MAIS IL A ETE ELUE L EGALEMENT DONC LA DEMOCRATIE VEUT QU IL DOIT EXERCEZ SONT MANDAT DE 4 ANS COMME IL SE DOIT? MEME SI POUR L INSTANT IL A UN CONPORTEMENT BISSARE? NOUS DEVONS RESPECTER LA CONSTITION AMERICAINE???SONT PROGE EST DE DONNEE DU TRAVAIL AUX PEUPLE AMERICAINS? CELA RELEVE DU JOB DE TOUS BON PRESIDENT? QUE NOUS FRANCAIS NOUS N AVONS PAS EUX NI A DROITE NI A GAUCHE??? LAISSE DU TEMPT AUX TEMPT ///MICHEL ROCARD///
a écrit le 11/01/2017 à 21:52 :
Normalement, c'est là qu'on devrait nous servir le discours de Mitterrand sur "les chiens", pour ceux qui ont encore de la culture politique ; seulement, TRUMP est du mauvais côté, n'est-ce pas ?
Réponse de le 11/01/2017 à 22:36 :
Pourquoi ? Manifestement Poutine le tient par les cojones ('s'il en a) et il est fort probable que le motif de sa destitution sera "intelligence avec une puissance étrangère et haute trahison". Moi ce que j'attends avec amusement, ce sera la façon dont il essaiera de faire croire aux déplorables gogos qui l'ont élu que le Mexique aura payé ne serait-ce qu'un peso pour la construction de son mur.
Réponse de le 12/01/2017 à 7:59 :
@bruno_bd : Je ne sais pas par quoi Poutine le "tient", s'il le tient ; parce qu'à ce compte il doit aussi tenir beaucoup de monde, comme dans des soirées libertines du Nord, un ancien ministre de la culture qui explique dans un livre son tourisme sexuel, une ancienne femme de Président dont on disait (à tort !) qu'elle avait la cuisse légère, un ancien Président qui aimait les maîtresses noires, etc, etc...Quant à l'intelligence avec une puissance étrangère, les phantasmes atteignent un paroxysme : va-t-il falloir faire un procès en destitution de tous les europhiles et des islamogauchistes ? Vaste programme...
a écrit le 11/01/2017 à 19:53 :
Hé hé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :