Chine : l'activité manufacturière au plus bas depuis 4 ans

 |   |  553  mots
La croissance économique chinoise a ralenti l'an dernier, à 6,9%, son niveau le plus faible depuis 25 ans.
La croissance économique chinoise a ralenti l'an dernier, à 6,9%, son niveau le plus faible depuis 25 ans. (Crédits : © China Daily China Daily Infor)
L'activité dans le secteur manufacturier s'est contractée en février pour le septième mois d'affilée, selon l'indice officiel des directeurs d'achats du secteur (PMI) publié mardi. Il s'agit du plus bas niveau enregistré depuis novembre 2011.

L'activité manufacturière s'est nettement contractée en février en Chine, enregistrant son plus fort repli depuis plus de quatre ans, selon un indice gouvernemental publié mardi 1er mars qui confirme l'essoufflement persistant de la deuxième économie mondiale.

L'indice officiel des directeurs d'achat (PMI), calculé par le Bureau national des statistiques (BNS), s'est établi pour février à 49,0 (contre 49,4 en janvier). Il s'agit du plus bas niveau enregistré par le PMI depuis novembre 2011, où il était également de 49,0.

L'activité manufacturière ralentit plus que prévu en février

L'indice pour février s'est par ailleurs établi en deçà de la prévision médiane (49,4) des analystes interrogés par l'agence Bloomberg. Pour rappel, un chiffre supérieur à 50 marque une expansion de l'activité manufacturière, tandis qu'un indice inférieur à ce seuil signale une contraction.

C'est le septième mois consécutif que ce baromètre de référence, fondé entre autres sur les carnets de commandes des entreprises, traduit un recul de l'activité, une série inédite par sa longueur, a noté Bloomberg. Selon le BNS, le sous-indice des nouvelles commandes est par ailleurs tombé à 48,6 (contre 49,5 en janvier), indiquant une demande sur le marché manufacturier "qui a continué à chuter".

Baisse du taux de réserves obligatoires

Le PMI officiel a été publié quelques heures seulement après l'annonce par la banque centrale chinoise (PBOC) d'une nouvelle baisse des ratios des réserves obligatoires des banques, dernière initiative de Pékin afin de soutenir l'activité.

L'institution a annoncé que ce taux de réserves obligatoires, c'est-à-dire la part de leurs dépôts que les banques sont tenues de garder dans leurs coffres sans pouvoir les prêter, allait diminuer de 0,5 point de pourcentage, leur permettant ainsi d'accorder davantage de crédits.

Contraction inquiétante

Le cabinet Caixin-Markit, qui calcule de façon indépendante son propre indice, et prend davantage en considération les petites et moyennes entreprises, a établi son propre PMI à 48,0 pour février, le plus bas depuis cinq mois, selon un communiqué publié mardi.

"La lecture des indices de toutes les catégories importantes comme la production, les nouvelles commandes et l'emploi montre que la situation a empiré, en phase avec les signes indiquant que le chemin de l'économie vers la stabilité reste semé d'embûches", a déclaré dans un communiqué He Fan, économiste du groupe Caixin.

Il a appelé les décideurs politiques à adopter des "mesures de relance modérées" et à apporter un soutien renforcé à l'économie afin "d'éviter qu'elle ne dévisse".

La réaction à l'annonce des chiffres du PMI semblait modérée sur les marchés, l'indice composite de la Bourse de Shanghai chutant de 0,25% en cours de séance. À Shenzhen, deuxième place boursière de Chine continentale, l'indice était en hausse de 0,06%.

Rééquilibrage chinois et incertitude mondiale

La Chine, moteur important de l'économie mondiale, a enregistré l'an passé une performance de 6,9%, au plus bas depuis un quart de siècle. Pékin, qui visait en 2015 une croissance "d'environ 7%", tente de rééquilibrer l'économie chinoise vers la consommation intérieure, l'innovation et les services, en diminuant la dépendance à l'égard des exportations et des investissements, mais la transition s'avère difficile, et le ralentissement de la croissance inquiète les investisseurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2016 à 21:54 :
L'économie d'un pays est un équilibre entre ce que l'on produit pour soi et pour les autres - production a destinée intérieure incluant egalement l'ensemble des services et les exportations pourvoyeuses de finances références en l'occurrence le dollar . le PIB est alors établie en fonction de ces paramètres simples annuellement. Danger lorsqu'une économie comme la Chine dont le PIB est dependante d'une économie tournée vers les exportations ce qui signifie que l'économie chinoise dépend de la santé de l'économie mondiale. Exit cette époque du made in china a tout va et que devient la consommation interieure alors que l'économie mondiale s'essoufle conformément au cycle vertueux de 5 a 10 ans qui devrait voir notamment l'économie américaine donner des signes de faiblesses dans les prochains mois . l'économie est a la fois rythme et équilibre comme une chanson réussie...ou passée
a écrit le 01/03/2016 à 10:45 :
Achetez des actions ! Que nous disent les compagnies financières à la solde des actionnaires milliardaires.

On les comprend bien ils aiment pas trop se piquer le pognon entre eux...

On se demande quand même comment nos médias de masse, alors que la plupart des chiffres économiques des pays du monde sont dans le rouge, sont toujours capables de servir la parole néolibérale ayant prouvé maintes fois et prouvant toujours actuellement maintes fois qu'elle raconte n'importe quoi.

ça relève plus de la soumission sectaire que de la soumission classique décrite par La Boétie il y a de ça 5 siècles.
a écrit le 01/03/2016 à 8:59 :
"Le ralentissement de la croissance inquiète les investisseurs."
Les "investisseurs" suceurs de moëlle...spéculateurs ne se demandent-ils pas pourquoi la croissance est en berne? Ca les inquiète, mais que font-ils pour la croissance? Pour créer de l'activité? Rien...à part spéculer, encore et toujours... à amasser encore et toujours plus d'argent dans les paradis fiscaux! Pour en faire quoi au-delà de leur petit confort personnel? Rien qui ne soit vraiment utile à la société...Et
ils pensent que ça va durer...je suis curieux de savoir jusqu'à quand.
a écrit le 01/03/2016 à 8:58 :
tt est dit dans votre dernier paragraphe.........

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :