Chine : les exportations dégringolent de 25%

 |   |  467  mots
Sur janvier et février cumulés, les exportations chinoises - exprimées en yuans - vers l'Union européenne (UE) ont ainsi baissé de 10,7% et celles vers les Etats-Unis de presque 11%. A l'inverse, les exportations européennes vers la Chine ont baissé de 7,7% et les américaines de 16%.
Sur janvier et février cumulés, les exportations chinoises - exprimées en yuans - vers l'Union européenne (UE) ont ainsi baissé de 10,7% et celles vers les Etats-Unis de presque 11%. A l'inverse, les exportations européennes vers la Chine ont baissé de 7,7% et les américaines de 16%. (Crédits : CHINA STRINGER NETWORK)
Le montant des importations est pour sa part sévèrement pénalisé par la débâcle des cours des matières premières. En dollars, l'excédent commercial chinois a globalement fondu en février de 46% sur un an.

Le commerce extérieur de la deuxième économie mondiale continue de se creuser. La Chine a vu ses exportations s'effondrer d'environ 25% sur un an en février, à 126,1 milliards, selon les montants en dollars publiés mardi 8 mars par les Douanes. Dans la devise chinoise, la chute est juste un peu moins spectaculaire: les exportations du géant asiatique ont dégringolé le mois dernier de 20,6% sur un an, à 822 milliards de yuans.

De leur côté, les importations du pays, qui s'enfoncent pour le 16e mois consécutif, ont plongé de 13,8% en février à 93,6 milliards de dollars.

Une contraction plus grave que prévu

Les statistiques commerciales de la Chine, grande consommatrice de matières premières et principale puissance commerciale de la planète, sont scrutées de près, d'autant que le commerce extérieur est un pilier traditionnel de son modèle économique. Or, la contraction de février est bien plus prononcée que ce qu'anticipaient les analystes sondés par l'agence Bloomberg, qui tablaient sur un repli de 14,5% des exportations et de 12% des importations.

Au final, en raison de la mauvaise performance à l'export, l'excédent commercial chinois a fondu en février de 46% sur un an à 32,6 milliards de dollars, ont précisé les Douanes. Le commerce extérieur chinois s'était déjà contracté de 8% sur l'ensemble de 2015, très loin de l'augmentation de 6% que visait Pékin.

Le renchérissement de la main d'oeuvre en cause

Outre le fléchissement de la demande extérieure, sur fond de morosité économique chez nombre de partenaires commerciaux, la Chine pâtit d'un renchérissement des coûts du travail, qui érode sa compétitivité.

"Les exportations de produits (manufacturiers) à forte intensité de main d'oeuvre, dont les appareils électriques et produits mécaniques, ont chuté", ont notamment observé les officiels.

D'autre part, le montant des importations est sévèrement pénalisé par la débâcle des cours des matières premières, même si les achats chinois de pétrole brut, de cuivre ou de minerai de fer ont en réalité gonflé en termes de volume en février.

Les échanges avec l'UE et les États-Unis en berne

Signal alarmant: les échanges avec les principaux partenaires commerciaux de Pékin boivent la tasse. Sur janvier et février cumulés, les exportations chinoises - exprimées en yuans - vers l'Union européenne (UE) ont ainsi baissé de 10,7% et celles vers les États-Unis de presque 11%. À l'inverse, les exportations européennes vers la Chine ont baissé de 7,7% et celles américaines de 16%.

La Chine a connu l'an dernier une croissance économique de 6,9%, au plus bas depuis un quart de siècle, alors que l'activité manufacturière continue de reculer et l'industrie ploie sous de sévères surcapacités.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2016 à 16:42 :
Tout à fait ballot... les banques centrales vont encore être obligées de s'endetter un max pour ne pas désamorcer les pompes à fric des plus riches.
a écrit le 08/03/2016 à 15:39 :
Tout à fait ballot... les banques centrales vont encore être obligées de s'endetter un max pour ne pas désamorcer les pompes à fric des plus riches.
a écrit le 08/03/2016 à 13:40 :
ce n'est qu'un début continuons le combat
a écrit le 08/03/2016 à 9:42 :
Mince ! Dire que les néolibéraux comptaient dessus afin de relancer la croissance mondiale via la consommation des ménages de ces pays là c'est ballot vraiment.

Pour la centième fois ils se sont encore trompés ! Pas de chance hein...
Réponse de le 08/03/2016 à 11:54 :
pas compris votre message
Réponse de le 08/03/2016 à 13:29 :
Math, suivez chaque mot avec l'index et lisez à voix haute. Vous verrez, ça ira mieux ! --- En tout cas, voir les cours du pétrole se redresser alors même que les nouvelles de la Chine sont de plus en plus mauvaises et ignorées de tous les spéculateurs, c'est beau. Heureusement, la bourse anticipe il parait, comme on peut le voir à chaque krach...
Réponse de le 08/03/2016 à 13:43 :
à Math Et pourtant un enfant de maternelle le comprend parfaitement Il faut tout pour faire un monde dixit Kongfou le plus grand philosophe chinechine du temps moderne
Réponse de le 08/03/2016 à 13:48 :
math, vu votre pseudo c'est normal...

Même quand je parles de centième fois alors ? ça non plus vous n'arrivez pas à le comprendre ?!

Voulez vous que je vous l'explique ?
Réponse de le 08/03/2016 à 22:27 :
réponse à Princedelu et à Haroun :
Se moquer des gens en se réfugiant derrière l’anonymat d’un pseudo n’est pas très glorieux... surtout quand on voit le faible niveau d'analyse de votre commentaire !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :