Chine : les réserves de change ont fortement reculé en 2016

 |   |  341  mots
La Chine a racheté du yuan en 2016 pour réduire sa tendance baissière.
La Chine a racheté du yuan en 2016 pour réduire sa tendance baissière. (Crédits : KIM KYUNG-HOON)
Pékin a vu ses réserves de devises reculer de 320 milliards de dollars l'an passé. Le fruit d'une intervention massive pour contenir la chute du yuan.

La Chine puise dans ses réserves. En 2016, les réserves de changes de la République populaire ont reculé de près de 320 milliards de dollars. Pékin dispose cependant encore d'un large matelas de sécurité de 3.011 milliards de dollars, les plus importantes réserves de change du monde.

La banque centrale chinoise avait indiqué que sur le seul mois de décembre, le recul était de 41 milliards de dollars. La Chine vend des devises en termes nets depuis six mois consécutifs. En novembre, 70 milliards de dollars avaient dû être utilisés. Comme l'indique l'administration chinoise, « les efforts de la banque centrale pour stabiliser le renminbi (yuan) constituent la principale raison » de cette chute des réserves.

Baisse du yuan de 7 %

Le yuan a reculé de 7 % en un an face au dollar, dans le cadre d'un régime qui a été largement libéralisé pour permettre à la devise chinoise d'intégrer le calcul des Droits de Tirage Spéciaux, la « monnaie mondiale » du FMI. Avec le ralentissement de la croissance, la politique de resserrement monétaire engagée par la Fed et l'élection d'un Donald Trump qui semble déterminé à jouer la carte protectionniste, les capitaux internationaux ont tendance à quittre l'ex-Empire du Milieu.

Agir pour la stabilité monétaire

La forte hausse généralisée du dollar des Etats-Unis est donc un défi pour les autorités chinoises qui doivent éviter une trop forte dépréciation du renminbi afin de contenir la confiance des investisseurs dans leurs actifs libellés en yuan. Aussi, malgré les critiques venant de Washington et d'Europe, Pékin s'efforce de contenir le recul du yuan en rachetant de la monnaie chinoise sur les marchés et, donc, en puisant dans ses réserves de change. La tendance a donc pu être ralentir. Mais les autorités chinoises, confronté à des défis industriels majeurs et notamment à une surproduction persistante, doit maintenir un subtil équilibre entre une dépréciation favorable à ses exportations et une stabilité recherchée par les investisseurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2017 à 18:04 :
Le jour ou les banques chinoises et les régions pratiqueront la vérité sur leur dette, notamment immobilière, la banque centrale devra vider son bas de laine pour les renflouer. Rien qu'a Shanghai, les prix immobiliers ont augmenté de 40 % sur 2016. Les autorités chinoises le savent mais ne disent rien tant que tout cela tient encore.
a écrit le 08/01/2017 à 0:28 :
Suite logique de la crise. Etonnant dans le sens où ils pourraient aussi endetter leur banque centrale au maximum (leurs régions sont déjà endettées un max.). Notes, si c'est juste pour avoir la "chance" d'être autorisé à avoir un avis consultatif au fémi, qui tue les plus pauvres, là, pourquoi pas... Sinon, belle manoeuvre pour virer le dolahr en douceur. Et là, c'est loin d'être idiot.
a écrit le 07/01/2017 à 14:57 :
"contenir la chute du yuan", j'y crois pas, car c'est la politique chinoise que d'avoir sa monnaie aussi faible que possible. Les réserves ont sans doute baissé en raison des investissements massifs dans le monde entier et notamment en Afrique :-)
a écrit le 07/01/2017 à 12:25 :
encore aujourd'hui hui je me demande comment on arrive encore à survivre contre dès homme traité comme des esclaves dans leurs pays...comment on arrive encore à vendre nos produits...mais pour combien de temps?
a écrit le 07/01/2017 à 12:11 :
La mondialisation ce devrait être aussi une monnaie universelle.
Ce n'est pas le cas. Le fait que la monnaie de référence soit le dollar américain et qu'elle donne un avantage à ce pays rend caduque le "concept" (l'arnaque) de la mondialisation. Décrédibilise le libéralisme Ultra-Ordo-Néo. Favorise le pouvoir des banquiers et des spéculateurs. Enrichit les rentiers de la finance. Un système non-viable encore longtemps dont il faudra un jour sortir...dans la douleur.
a écrit le 07/01/2017 à 10:42 :
On saura bientôt si l'effet TRUMP est un feu de paille !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :