Climat : Macron réussit son opération pour attirer des chercheurs étrangers

 |   |  458  mots
Macron espère faire changer Trump d'avis sur le climat mais maintient son invitations aux chercheurs américains
Macron espère faire changer Trump d'avis sur le climat mais maintient son invitations aux chercheurs américains (Crédits : Kevin Lamarque)
Comme l’a révélé la directrice générale déléguée à la science du CNRS au magazine Nature, plus de 150 chercheurs ont répondu à l’appel lancé par Emmanuel Macron au soir du retrait américain de l’Accord de Paris.

« Make our planet great again ». Tout le monde se souvient de l'opération de com' lancée par Emmanuel Macron au soir du 1er juin, quelques minutes seulement après que Donald Trump avait confirmé la sortie des États-Unis de l'Accord de Paris pour le climat. À cette occasion, il avait « invité » les chercheurs étrangers spécialistes du climat, à commencer par les Américains, à venir s'installer en France. Un sens de l'à-propos qui avait tout à la fois suscité l'admiration et quelques ricanements. Comment en effet espérer attirer en France des chercheurs quatre fois mieux rémunérés en Californie ?

Mais il semblerait qu'en six semaines, sa proposition, dont les modalités avaient été précisées quelques jours plus tard (des bourses de quatre ans d'un montant pouvant atteindre 1,5 million d'euros), en ait séduit plus d'un. Plusieurs centaines, dont 154 intéressés par des séjours longs, à en croire la déclaration faite au magazine Nature par Anne Peyroche, directrice générale déléguée à la science du CNRS.

Les candidatures continueraient d'ailleurs d'affluer, assure-t-elle, tandis qu'en parallèle le gouvernement français s'emploie à attirer quelques personnalités bien identifiées.

Un budget de 60 millions et des coupes de 331 millions d'euros

Le budget global de l'opération est fixé à 60 millions d'euros, répartis à parts égales entre le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation et les organismes et universités de recherche. Selon le ministère, l'effort budgétaire qui lui est demandé "n'affectera en rien les moyens des universités, ni les programmes de recherche engagés ou les campagnes d'emploi".

Mais la concordance de cette initiative avec l'annonce d'une coupe de 331 millions d'euros dans les budgets 2017 de la Mission interministérielle Recherche et Enseignement supérieur et du ministère dont s'est émue  la conférence des présidents d'universités fait quelque peu désordre. Risques d'incompréhension sur le plan national, et de craintes sur la solidité de l'invitation auprès des scientifiques et entrepreneurs étrangers.

Merkel dans les pas de Macron ?

Pour l'heure cependant, l'impression qui domine est celle d'une France apparaissant comme une terre d'accueil pour la recherche et l'innovation climatiques.

D'ailleurs, l'Allemagne a annoncé le 13 juillet dernier une initiative similaire. Dotée de 15 millions d'euros par le gouvernement et autant par les établissements de recherche concernés, elle viserait, selon Anne Peyroche, des chercheurs plus juniors que ceux ciblés par la France.

Emmanuel Macron laisse entendre depuis la visite du président américain lors le 14 juillet dernier qu'il pourrait l'avoir incité à revenir sur sa décision concernant l'Accord de Paris, mais quoi qu'il en soit, cela ne devrait pas effacer les bénéfices de l'opération de com'.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/07/2017 à 15:28 :
Consternant !


Nous vivons une période de réchauffement climatique : le climat change et tout ce que nous ferons n'y changera rien. Il n'y a pas de corrélation entre les émissions de CO2 d'origine humaine et le réchauffement.

Dire que les dernières années aient constitué des records de chaleur est mensonger.

Dire que le taux actuel de CO2 est élevé est mensonger (il est anormalement bas du point de vue géologique et biotique)

Dire qu'il y a plus de phénomènes climatiques dangereux est mensonger Dire qu'il faille dépenser 5000 milliards (soit 4 fois le budget de la France) par an pour "résorber" le CO2 que nous rejetons, soit 3%-6% du PIB mondial, est une folie.

Dire que construire une nouvelle piste d'atterrissage dans un aéroport est contraire à la protection de l'environnement est une hérésie : une piste additionnelle évite que des avions soient mis en attente, décollent plus vite et atterrissent plus vite ... et consomment moins de carburant. Une piste économise des centaines de milliers de tonnes de carburant, actuellement brûlé inutilement.

Attaquons-nous aux vrais problèmes : pollution, gestion des déchets, famine, misère, éducation. C'est pour maintenant, pas pour dans 80 ans.

... et s'il y a des pressions de lobbies, c'est bel et bien celle des alarmistes.
Honte à nos dirigeants.
Honte à NATURE, revue scientifique qui publie des mensonges patents, à positionnement unilatéral sur le climat.
Honte à ceux qui mettent au ban de la science et menacent de mort des chercheurs qui parviennent à des découvertes probantes ... qui décrédibilisent certes le DOGME officiel.

Rappelez-vous que le dogme officiel mille ans durant a été que la terre était plate.

Rappelez-vous le nombre de personnes passées par le bûcher à cause de ça.

Rappelez-vous GALILEE qui a du se rétracter pour avoir la vie sauve ... et rappelez-vous ses derniers mots sur son lit de mort "... ET POURTANT ELLE TOURNE".

Je doute fort que les lobbies pétroliers y étaient pour quelque chose. Ce même obscurantisme anime actuellement notre classe dirigeante.

Nous avons actuellement la chance d'avoir accès à l'information. Il faut certes user de discernement, admettre ce que nous comprenons et ce que nous ne comprenons pas, user de notre logique, écarter tout avis, même s'il semble fondé, dès lors qu'il peut être mû par un intérêt partisan. Arbitrer en notre âme et conscience.

C'est ça notre devoir vis-à-vis des générations futures. Et d'ici vingt ans, lorsque nos enfants nous demanderont "qu'avez-vous fait?" nous pourrons leur répondre "nous avons fait de notre mieux, pesant les pour et les contre, et nous ne nous sommes pas laissés berner".
a écrit le 23/07/2017 à 5:33 :
Des chercheurs qui cherche c'est bien, mais il vaut mieux des chercheurs qui trouvent !
a écrit le 21/07/2017 à 16:35 :
Et nous avons des dizaines de milliers d'étudiants sans affectation en université faute de place , faute d'avoir anticipé cet afflux et par manque de crédit pour construire où agrandir les universités...Pour l'image de Mr Macron c'est bon c'est l'essentiel!
a écrit le 21/07/2017 à 12:24 :
notre jeune president devrais Apprendre a etre plus prudent de meme nos minitres lorsqu ils parlent car tous a un prix, en economie les responsables politique peuvent faire le BONHEUR DE CERTAIN mais AUSSI LE MALLEUR D AUTRES? CAR LES MILLIEUX ECONOMIQUE ANALYSE TRES VITE LEURS PAROLES AFIN D EN PROFITE???
a écrit le 21/07/2017 à 10:22 :
C'est peu pour les pauvres universités Françaises.
Mais vu le budget conséquent de l’éducation nationale, c'est aussi une question d’affectations. Pas des enseignants qui enseignent, mais il y a surement des économies d'intendance à faire, ou le mammouth est il déjà figé dans la glace ?

Concernant le climat, il n'y a pas besoin de chercher bien loin.
Il suffit de se montrer exemplaires et d’appliquer le principe du pollueur payeur. Pour le moment c'est toujours le "polluer plus pour gagner plus" qui prédomine, question de rapports de puissance.

J'ai bien peur que VALBEL89 n'ait raison et qu'il soit un peu tard pour se réveiller.
D'ailleurs la population ne semble pas se préoccuper de tout cela, obnubilée par les problèmes sécuritaires et la préservation de l'emploi, plus que par l'avenir de l’espèce humaine. Comme si l'ensemble n'était pas lié.
Question de priorités. Maslow se serait il trompé en mettant les besoins physiologiques en premier ?
a écrit le 21/07/2017 à 7:35 :
La solution consiste à appliquer la note n°6 du conseil d'analyse économique. Mais les Français ne sont pas capables de le comprendre. Les Allemands et les Suédois l'ont compris et en tirent un avantage. Encore un petit effort!
a écrit le 21/07/2017 à 6:51 :
C'est bon vous pouvez arréter. L'élection est gagnée et le président est élu.
Parce que annoncer qu'un plan de ce niveau est un succés après si peu de temps et de résultat ca tient de l'enfumage.
a écrit le 21/07/2017 à 0:22 :
"des bourses de quatre ans d'un montant pouvant atteindre 1,5 million d'euros". Viendraient-ils sans les bourses ? Probablement pas, et comme les études supérieures sont relativement chères aux US, alors pourquoi ne pas profiter de la générosité socialiste française aux frais du contribuable français :-)
Réponse de le 21/07/2017 à 12:01 :
@ Patrickb : Quel mauvais esprit ! Il ne s'agit pas de générosité "socialiste". En R&D les financements sur 4 ans concernent (évidemment) toujours des équipes de recherches "sélectionnées" et sur la base de projets "particulièrement innovants" aux "importantes retombées" (économiques, industrielles etc). C'est déjà un bon succès d'avoir pu sélectionner plus de 150 chercheurs (qui n'ont plus à être formés en fait donc pas d'investissements lourds sur ce plan), en un si court délai. La preuve est que d'autres pays ont copié la méthode.
Réponse de le 21/07/2017 à 13:57 :
@Chercheur: s'ils sont formés, à quoi seevent alors les bourses ? Je suis Canadien et je ne connais pas de compatriotes qui veulent aller en France (aux US, oui). En revanche, je connais nombre de Français qui veulent s'installer en Amérique du Nord. Quant aux retombées (salaires pour les chercheurs concernés), elles sont nettement supérieures en Amérique du Nord, notamment en raison de la faible imposition par rapport à la France. Mais bon, je suppose que les bourses et autres générosités socialistes seront aussi exonérées d'impôt puisque le contribuable français a les moyens de payer pour eux :-)
Réponse de le 23/07/2017 à 1:21 :
Oui, quand je voie et je lis ce genre de naïveté, pour adultes en dérangement du cerveaux.. C'est que c'est le peuple français qui va réglées la facture au final.. Surtout pour 150 Masturbateurs de neurones à être payer grassement pendant 4 années, pour découvrir que le CO2 est la nourriture des plantes et des arbres, et que se n'ait pas un gaz polluent et ne représente que 0,03% de la composition de l'air soit 3 molécules toutes les 10,000.. Donc pas de montées des eau, mais simplement un enfoncement de certaine plaques continentale de notre planète, qui entraine, des séisme, tremblement de terre, et tsunami.. alors cela c'est de la responsabilité des hommes, et de leurs immature à comprendre que la Terre est fatigué de porter des hommes qui ne pense qu'à s'entre tuer..???
a écrit le 21/07/2017 à 0:11 :
Chercheurs ou pas, pour le climat c'est MORT et c'est désormais chacun pour soi, comme à la guerre. Chacun doit se poser la question de savoir Où, Comment il veut vivre (Survivre?). Pour moi, ce n'est pas dans les villes et ce ne sera pas la première fois que je fustigerai ceux qui veulent densifier tous azimuts, empiler les gens dans des villes qui posent et poseront de plus en plus de problèmes. Les "coûts de fonctionnement" des villes seront dans l'avenir prohibitifs en plus de la dégradation du tissu social, de la vie "humaine"en ville. Il paraît que faire autrement ça coûte cher...L'heure du bilan n'a pas sonné parce que le compte ""climat" n'est pas encore soldé. La prochaine génération sera celle qui "essuiera les plâtres" et épongera les pertes.
a écrit le 20/07/2017 à 17:31 :
La recherche sur le climat !!!!!Quels debouchés pour l'économie française !Venir pour pantoufler on a pas besoin de ça d'autant que c'est une insulte aux jeunes thesards français qui n'arrivent pas à trouver du boulot !Encore une fois du vent ,mais pas trés net .......
Réponse de le 20/07/2017 à 21:47 :
Ne soyez pas ballot Sez ! et allez donc voir le site Make our planet great again, vous verrez que tous secteurs de recherche sont concernés ! On choisit les chercheurs dont on a besoin. Et on combat le climat par exemple au travers de R&D sur l'énergie, la mobilité, les bâtiments, les énergies renouvelables etc. Et ce sont des secteurs porteurs et exportateurs. Vous réfléchissez et vérifiez les réalités des fois avant de poster des bêtises ?;o)))
Réponse de le 21/07/2017 à 5:45 :
@sez bonjour, d'abord la France peut s'honorer d'être un pays avec des structures telles que le CNRS, l'INRA, INSERM...... avec des milliers de publications et des centaines de brevets,mais également d'une recherche privée d'un excellent niveau. Elle peut également s'honorer de ses chercheurs mais également d'accueillir des "têtes" étrangères. Pour ce qui est des débouchés sur le climat il faut sortir de votre trou intellectuel pour avoir une idée des emplois qui seront créés grace à cette nouvelle vision irréversible de préservation de la planète. Oui des thésards se retrouvent sur le carreau d'autres d'expatrient ..... le monde de la recherche est comme les autres il a ses côtés difficiles financement, emplois...... on peut le regretter fortement car la R&D est un point essentiel pour nous maintenir dans la compétition internationale.
a écrit le 20/07/2017 à 17:15 :
60 millions pour des chercheurs us. Il y en a des bons, au moins..?? Pourquoi d'habitude ce sont les chercheurs français qui sont aspirés aux us pour des fortunes..??
Réponse de le 20/07/2017 à 19:50 :
Franchement ... Croyez vous que l'on va récupérer les meilleurs chercheurs?

Les meilleurs ont autres choses à faire que de connaître les élucubrations d'un président d'un petit pays d'un continent de seconde zone ...
Soyons honnête , des chercheurs sur le climat ou des chercheurs en quête de vacances tout frais payés par le contribuable ?

Des chercheurs ils y en a beaucoup et comme disait Coluche les bons ne sont pas ceux qui cherchent mais ceux qui trouvent ... Oui mais cela y veulent pas venir en France !
a écrit le 20/07/2017 à 17:11 :
Dommage par contre que le budget de la recherche nationale soit réduit à une peau de chagrin afin de favoriser les multinationales.

- Bienvenu messieurs ! Voici vos minitels !
a écrit le 20/07/2017 à 17:03 :
Encore un coup de com de plus...
Le climat ça date pas d'hier
Sur la photo, on voit bien qu'il est complètement déconnecté du climat... Bref c'est pas ça qui va arrêter le réchauffement climatique sachant qu'il y a des expéditions mondiales pour analyser les phénomènes
Pour être vraiment pour le climat i' faut arrêter la destruction des mers, de la terre, du cosmos.... Bon c'est pas dans leur objectif, ils vont essayer de créer un climat artificiel, au moins Trump il reste réaliste et il l'a joue pas. Chacun son avis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :