Côte d'Ivoire : fusillade dans une station balnéaire, 16 victimes

 |   |  444  mots
Les forces de sécurité ivoiriennes ont été dépêchées sur place et neutralisé les assaillants.
Les forces de sécurité ivoiriennes ont été dépêchées sur place et "neutralisé" les assaillants. (Crédits : Reuters)
Trois hôtels de la plage de Grand-Bassam ont été attaqués par six assaillants armés. L'une des victimes est française. Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l'attaque.

Article publié à 17h14, mis à jour à 18h01, puis à 19h39 et 21h20.

Des assaillants lourdement armés ont attaqué dimanche 13 mars la station balnéaire ivoirienne de Grand-Bassam, fréquentée par les Ivoriens et les Occidentaux et située à une quarantaine de kilomètres à l'est d'Abidjan. L'attaque a été perpétrée par au moins "six terroristes" qui ont été "neutralisés" après avoir pris pour cible trois hôtels, a déclaré le ministre ivoirien de l'Intérieur, Hamed Bakayoko. La fusillade a débuté à l'heure du déjeuner, alors qu'Ivoiriens et expatriés mangeaient ou buvaient dans les bars et restaurants de la plage, ou nageaient dans l'océan.

Quatorze civils, deux soldats et six assaillants décédés

L'attaque a coûté la vie à quatorze civils et deux soldats des forces spéciales, a ensuite déclaré le président ivoirien Alassane Ouattara. Les six assaillants ont également péri. Un ressortissant français au moins figure au nombre des personnes tuées, a-t-on appris auprès du ministère français des Affaires étrangères. François Hollande l'a confirmé dans un communiqué.

D'après un officier des forces de sécurité ivoiriennes, au moins quatre Européens ont été tués. Un reporter de Reuters a pu voir les corps de trois Européens au Chelsea Hotel et celui d'un quatrième à l'hôtel Etoile du Sud.

La France a ouvert des cellules de crise à Paris et à Abidjan et diffusé des consignes de sécurité à la communauté française dans ce pays. "Tout est mis en oeuvre pour identifier les victimes et leur nationalité", a indiqué le chef de la diplomatie Jean-Marc Ayrault dans un communiqué, en annonçant la mise en place de deux numéros d'urgence (01 43 17 56 46 à Paris et 00 225 20 20 05 44 à Abidjan).

Aqmi parle de 'trois héros'

Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) a revendiqué l'attaque. "Dans un message posté sur l'un de ses comptes Telegram le 13 mars 2016, (Aqmi) a rapporté que trois 'héros' de son groupe avaient pu prendre d'assaut la station balnéaire", indique SITE, qui surveille les communications sur internet entre groupes armés islamistes. La différence entre le nombre d'assaillants donné par Aqmi et celui annoncé par les autorités ivoiriennes n'a pu être expliquée dans l'immédiat.

Ville historique et ancienne capitale de la Côte d'Ivoire sur la côte du Golfe de Guinée, Grand-Bassam abrite plusieurs hôtels fréquentés par une clientèle d'expatriés. De sanglantes attaques djihadistes ont visé ces derniers mois des hôtels de Bamako et Ouagadougou, les capitales du Mali et du Burkina Faso, deux pays d'Afrique de l'Ouest.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2016 à 10:42 :
On ne "nage pas dans l'océan" à Grand Bassam.
C'est horriblement dangereux.
Ne pas confondre avec les Sables d'Olonne !

Et souhaitons de tout coeur que cet horrible attentat n'obère pas le redressement en cours de la Côte d'Ivoire, dont toute l'Afrique de l'Ouest a besoin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :