Croissance : une province chinoise admet avoir truqué ses statistiques pendant des années

 |   |  443  mots
(Crédits : Reuters/Sheng Li)
La province Liaoning a falsifié ses indicateurs économiques entre 2011 et 2014. De quoi renforcer les suspicions sur la fiabilité des statistiques chinoises à quelques jours de la publication de sa croissance.

La Chine trafique-t-elle ses chiffres de croissance ? Ce débat récurrent resurgit alors que Pékin s'apprête à publier son PIB pour l'année 2016 ce vendredi. La province de Liaoning (nord-est) a reconnu officiellement pour la première fois mardi avoir trafiqué ses indicateurs économiques entre 2011 et 2014, selon Chen Qiufa, le gouverneur de la province. La province a été épinglée en 2014 par un groupe d'inspecteurs du gouvernement central, qui dénonçait "une prévalence des statistiques frauduleuses".

Selon une enquête de la cour des comptes, un district avait même fait état en 2013 de revenus gouvernementaux dépassant la réalité de 127% ! Suite aux critiques de Pékin, les autorités locales ont fait le ménage. Résultat : au premier trimestre 2016, le Liaoning est devenu la première province chinoise depuis des décennies à déclarer une croissance négative. "L'exagération des chiffres du PIB est devenue une maladie chronique", déplore l'agence de presse officielle Xinhua.

Pékin promet une "tolérance zéro"

Les experts soupçonnent des approximations et manipulations à de multiples niveaux, tant les chiffres de croissance sont à haute teneur politique au sein du régime communiste chinois. Nombre de cadres mentent sur les performances locales pour protéger leur avancement. "Au cours des dernières années, la stratégie de développement économique de la province s'est déviée de la politique du gouvernement central, et même du principe du Parti (ndlr : communiste) d'être pragmatique et réaliste. Beaucoup de responsables ont menti pour obtenir des promotions", a déclaré Chen Qiufa, selon China.org, site contrôlé par le Parti communiste chinois. Les fausses données auraient même conduit à des impôts supplémentaires de 1.000 yuans (146 dollars) par personne ces dernières années, toujours selon China.org.

Située au cœur de la "ceinture de rouille" du pays, Liaoning est spécialisée dans le charbon, la sidérurgie et les industries lourdes. Ces secteurs sont dominés par de gigantesques groupes étatiques minés par les surcapacités et lourdement endettés, et soumis par Pékin à de douloureuses restructurations.

En décembre dernier, le Bureau national des statistiques (BNS) - équivalent de l'Insee en France - a avoué que certains chiffres locaux ne sont pas fiables. "Un certain nombre de cas concernant la falsification de statistiques ont fait l'objet d'une enquête et ont été traités", a indiqué Ning Jizhe, qui promet une "tolérance zéro" de la part de Pékin envers les fraudeurs.

| LIRE AUSSI : Chine : un organisme officiel reconnait des "falsifications" de données économiques

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2017 à 20:19 :
Les chiffres chinois sont bidons. Bidons sont les chiffres chinois. Les chiffres chinois sont bidons. A chanter sur le ton de la chanson des inconnus. Mais on le sait depuis des années. Sauf les experts. Comme d'habitude.
a écrit le 18/01/2017 à 17:40 :
Mais non mais non, on vous dit que la chine table sur une croissance de 6.5% voyons !
a écrit le 18/01/2017 à 17:31 :
Et vous croyez qu'ils sont les seuls ?
Entre ces pays , les constructeurs auto , les politiques , les contribuables qui le peuvent : tous trichent car ils y ont interet .
Wake up et arretez de gober tout et n'importe quoi ( comme par ex le soi-disant réchauffement climatique ) .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :