Des actionnaires pesant 1.200 milliards d'euros en guerre contre les antibiotiques dans la viande

 |   |  360  mots
Une porte-parole du groupe Domino's Pizza Group a déclaré que les fournisseurs de la société n'utilisaient les antibiotiques qu'en cas de nécessité pour soigner des maladies.
Une porte-parole du groupe Domino's Pizza Group a déclaré que les fournisseurs de la société n'utilisaient les antibiotiques qu'en cas de nécessité pour soigner des maladies. (Crédits : AFP)
Des dizaines d'actionnaires de poids comme Aviva ou Boston Common Asset Management ont exigé, dans une demande commune, que des grandes chaînes de restaurant comme McDonalds limitent leur utilisation des antibiotiques pour l'élevage du bétail. Ils y voient une menace pour la santé et pour leur retour sur investissement.

Les actionnaires font pression pour que le recours aux antibiotiques ne soit pas automatique, mais il s'agit de bétail ici. Une cinquantaine d'investisseurs institutionnels, gérant un total de 1.000 milliards de livres (1.200 milliards d'euros), ont ainsi adressé une lettre datée du 15 mars aux McDonald's et autres JD Wetherspoon pour leur demander de s'engager sur une date à laquelle ils limiteront le recours aux d'antibiotiques. Les huit autres approchés sont Domino's Pizza Group, Brinker International, Darden Restaurants, Mitchells & Butlers, Restaurant Brands International, Restaurant Group , The Wendy's Company et Yum! Brands.

Parmi les 54 grands actionnaires signataires de l'appel figurent des assureurs comme Aviva Investors ou encore Boston Common Asset Management.

Aux Etats-Unis, 80% des antibiotiques seraient donnés au bétail

Cette initiative fait suite à des mises en garde de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui estime que de nombreuses infections ne pourront plus être soignées en raison d'un recours trop fréquent aux antibiotiques.

80% des antibiotiques produits aux Etats-Unis sont donnés au bétail, indique le groupe d'investisseurs dans un communiqué. Cette utilisation "irresponsable", soulignent-ils, est une menace pour la santé mais aussi pour leur retour sur investissement.

"Le monde change, la réglementation concernant l'utilisation des antibiotiques va être renforcée, tandis que l'élevage intensif a de moins en moins la faveur des consommateurs. En tant qu'investisseurs responsables, nous voulons protéger à la fois la santé humaine et la valeur pour l'actionnaire", commente Jeremy Coller, responsable des investissements chez Coller Capital.

Une porte-parole du groupe Domino's Pizza Group a déclaré que les fournisseurs de la société n'utilisaient les antibiotiques qu'en cas de nécessité pour soigner des maladies, sous la surveillance d'un vétérinaire et que les antibiotiques n'étaient pas utilisés à titre préventif pour accélérer la croissance du bétail.

Dans une réponse datée du 24 mars, JD Wetherspoon indique que les substances favorisant la croissance, dont les antibiotiques, sont déjà interdites à travers toute sa chaîne. McDonald's a dit avoir reçu la lettre et promis une réponse.

(Avec Reuters)

___

Pour aller plus loin:

Le scandale alimentaire qui s'annonce (in Le Monde, 25.02.2013)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2016 à 15:11 :
"Des actionnaires pesant 1.200 milliards d'euros"

On comprends mieux pourquoi ,il y a des suppressions d'emplois
a écrit le 11/04/2016 à 16:13 :
Avant Casino etait à L avant garde de ces problèmes ! Maintenant Qu il n y a plus que des chasseurs de prime ils S en foutent complètement !
a écrit le 11/04/2016 à 14:28 :
Avez-vous compris que la chaîne de Wetherspoon n'utilise plus les antibiotiques ou alors qu'elle a cessé l'utilisation des produit hâtant la croissance ?
Leur modèle peut-il subsister sans ces produits (antibiotiques systématiques ?) ?
En hors-sol et avec des grandes concentrations d'animaux d'élevage, c'est extrêmement difficile !
a écrit le 11/04/2016 à 14:15 :
Pensez vous que les USA feront des réformes pour se mettre à notre niveau??
a écrit le 11/04/2016 à 11:10 :
Voilà une nouvelle qu'elle est bonne ! Les grandes compagnies commencent à comprendre que les temps changent, que les conséquences financieres à moyen terme de certaines pratiques vont finir par leur coûter cher car leurs responsabilités finiront par être mises en cause . Frappez au portefeuille il en restera toujours quelque chose. Quand les fabricants de farine francais et les grandes surfaces seront attaquées en justice par des consommateurs souffrant de maladies diverses, le bio deviendra le recours . Mieux vaut tard que jamais ! Et ces grandes compagnies commencent à comprendre aussi qu'avec internet et les réseaux sociaux la transparence et les pratiques vertueuses vont devenir la règle incontournable . Les politiques feraient bien de comprendre celà rapidement !
Réponse de le 11/04/2016 à 13:49 :
Mefiez vous du bio qui n est que du marketing
Allez vous fournir chez un producteur precis

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :