Donald Trump de plus en plus mal vu par les femmes

 |   |  351  mots
Donald Trump a multiplié les sorties sexistes compromettant son image auprès des femmes, mais, selon le stratège républicain David Carney, "il a encore le temps de régler ça".
Donald Trump a multiplié les sorties sexistes compromettant son image auprès des femmes, mais, selon le stratège républicain David Carney, "il a encore le temps de régler ça". (Crédits : SCOTT AUDETTE)
La moitié des Américaines ont une très mauvaise opinion de Donald Trump, selon un sondage Reuters-Ipsos publié jeudi 17 mars. Alors qu’il est actuellement favori à l’investiture républicaine, la mauvaise image qu’il renvoie aux femmes pourrait lui coûter la présidentielle, selon certains analystes...

Voilà qui pourrait freiner l'inexorable ascension vers la Maison Blanche de l'incontournable Donald Trump. Selon un sondage Reuters-Ipsos publié jeudi et réalisé aux Etats-Unis auprès de 5.400 personnes, une Américaine sur deux déclare avoir une opinion « très défavorable » du milliardaire new-yorkais. Une augmentation sensible puisque ce chiffre n'était "que" de 40% en octobre. Trump agace donc les Américaines, ce qui pourrait l'empêcher de succéder à Barack Obama lors de l'élection présidentielle, en novembre prochain.

« Si l'élection présidentielle avait lieu demain, les femmes seraient un gros problème pour Trump. Mais il a encore le temps de régler ça », a estimé le stratège républicain David Carney.

Il faut dire que Donald Trump s'est illustré par des propos plutôt équivoques à l'endroit des femmes. Il n'a pas hésité à lancer, au sujet de Carly Fiorina, ex-femme d'affaires et candidate à l'investiture républicaine (elle s'est désistée depuis): "Regardez-moi cette tête ! Est-ce que quelqu'un pourrait voter pour elle ?" Les médias prêtent également à Donald Trump cette phrase: "Peu importe ce qu'elles écrivent, du moment qu'elles ont un beau petit cul bien ferme."

Les hommes plus indulgents

Le flamboyant milliardaire bénéfice toutefois d'une cote plus favorable auprès des hommes. Selon la même étude, ils seraient seulement 36% à avoir une mauvaise opinion de lui.

Car pour l'instant, Donald Trump est bien parti pour représenter le parti républicain lors des présidentielles. Des primaires étaient organisées mardi soir dans cinq états du pays : le Missouri, la Floride, la Caroline du Nord, l'Ohio et l'Illinois. Sur l'ensemble de ces élections, Trump s'est imposé quatre fois. Seul John Kasich est parvenu à le devancer dans l'Ohio... Il consolide donc encore un peu plus son avance sur les deux autres représentants du parti républicain (Ted Cruz et John Kasich donc).

Un duel épique en perspective

Il lui restera toutefois à affronter Hillary Clinton qui remporte elle aussi d'importants succès dans sa course à la primaire côté démocrate. Le duel s'annonce aussi acharné qu'il parait serré...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2016 à 12:15 :
S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher à Donald Trump, c’est de n’être pas assez cash. Ses sorties racistes, vulgos, sexistes n’en finissent pas d’alimenter sa campagne à la primaire républicaine. “Bimbo”, “chienne”, “grosse truie”, toutes ces “vraies citations” du milliardaire américain pour désigner des femmes ont été répertoriées et rappellent aux américaines à ne pas voter pour Donald Trump. Des femmes de différents âges et couleurs finissent par en prendre connaissance : De “Regardez cette tête. Qui pourrait bien voter pour ça?” à “Les femmes…. Il faut les traiter comme de la merde“: toutes ses citations les plus malsaines et les plus écœurantes sont de plus en plus diffusées… La campagne républicaine se limite en joutes riches en extrémismes et sur l'incapacité des candidats à parler d'autre chose que des sorties du populaire populiste milliardaire qui tire à vue aussi bien sur ses concitoyens musulmans que sur les femmes dès que l'occasion se présente. Preuve nouvelle que misogynie et xénophobie vont très bien ensemble. A force de jouer les gladiateurs, Donald Trump transforme l'arène politique américaine en jeux du cirque : ses adversaires l'accusent d'avoir libéré des pulsions délétères et les coups bas vont redoubler selon les experts. Je laisse les lecteurs juges de certains commentaires de haine contre les femmes ...mais on parlera surement encore de second degré qui ne fait plus sourire personne !!!
a écrit le 18/03/2016 à 12:26 :
Je vote TRUMP !
a écrit le 18/03/2016 à 10:13 :
Cela démontre que la campagne anti-trump des médias américains a eu un impact certain sur une partie de la population.
a écrit le 18/03/2016 à 0:11 :
Les femmes ne connaissent rien à la politique car sauf exception ça ne les intéresse pas vraiment et l'on se demande bien pourquoi elles se sentent obligés d'avoir un avis sur la question et pire, d'aller voter.
a écrit le 17/03/2016 à 18:54 :
le taux d'opinion défavorable pour françois hollande est de combien ?(sans compter les actrices, bien sur)
a écrit le 17/03/2016 à 17:30 :
Avec Trump, la locution "Gros con d'américain" prend tout son sens.
Celle d'Aragon "la femme est l'avenir de l'homme" aussi, fussent-elles Américaines.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :