En "état d'urgence économique", le Venezuela multiplie le prix de l'essence par 60

 |   |  436  mots
Nicolas Maduro a également annoncé une hausse de 20% du salaire minimum.
Nicolas Maduro a également annoncé une hausse de 20% du salaire minimum. (Crédits : MARCO BELLO)
Le super 95 passe à 0,6 dollar contre 0,01 dollar avant. Le carburant vénézuélien était le moins cher au monde avant cette mesure mise en place par le président Nicolas Maduro. Ce dernier a également annoncé une dévaluation de la monnaie pour combattre l'hyperinflation qui mine le pays.

Le président du Venezuela Nicolas Maduro s'est résolu, face à l'ampleur de la crise économique, à prendre plusieurs mesures draconiennes. Il a notamment décidé d'augmenter considérablement le prix de l'essence, une mesure très sensible dans ce pays pétrolier où le carburant était le moins cher du monde. "C'est une mesure nécessaire, je l'assume", a déclaré mercredi le chef de l'État lors d'une allocution de plusieurs heures au cours de laquelle il a précisé que le nouveau prix pour l'essence super 95 serait de "6 bolivars" (0,6 dollar) le litre, contre 0,01 dollar avant. Le prix de l'autre type d'essence, celle à l'indice d'octane de 91 appelée "normale", passera à 1 bolivar (0,1 dollar). La hausse de ce qui était le carburant le moins cher du monde est donc de 1.328,5% pour le "normal" et de 6.085% pour le "super".

Et c'est la première fois en vingt ans que le prix de l'essence est augmenté dans le pays. Cette mesure est particulièrement sensible car le souvenir du "Caracazo" hante les esprits. C'est le nom d'émeutes meurtrières déclenchées en 1989 lorsque le gouvernement d'alors avait annoncé une hausse des prix à la pompe.

Réforme du système de change pour combattre l'hyperinflation

Par ailleurs, le président vénézuélien a annoncé une réforme du complexe système de changes du pays, qui à compter de vendredi comportera deux catégories au lieu de trois. Dans la première, le "système de change est protégé" pour les biens de première nécessité (aliments, médicaments, etc.), un dollar s'échangera désormais contre 10 bolivars, contre 6,3 auparavant, ce qui équivaut à une dévaluation de 37%. La seconde catégorie est "flottante", à partir de 200 bolivars pour un dollar.

Les différents systèmes de changes, auxquels viennent s'ajouter le marché noir où le dollar s'échange contre un peu plus de 1.000 bolivars, n'ont pas pu empêcher l'envol d'une inflation parmi les plus élevées au monde -141,5% sur un an en septembre 2015-.

"Contre une inflation chaotique, nous devons agir avec le pouvoir de l'État de contrôler et réguler les marchés", a lancé Nicolas Maduro, selon des propos rapportés par Bloomberg.

Nicolas Maduro a également annoncé une hausse de 20% du salaire minimum, qui passera de 9.600 à 11.520 bolivars.

Un PIB attendu en recul de 8%

Le Venezuela s'était décrété en "état d'urgence économique" le 12 février, affecté par la chute des cours du pétrole. Le PIB du pays est attendu en recul de 8% cette année par le Fonds monétaire international (FMI).

(Avec AFP et Bloomberg)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/02/2016 à 19:51 :
1 cent le litre, c'est subventionné, parait que c'est ce que coûte le raffinage à lui tout seul.
J'avais lu qu'un puits ancien ne coûte qu'un dollar le baril en frais pour la production, à 159 litres, sûr que ça fait pas cher le litre de brut.
a écrit le 18/02/2016 à 13:57 :
1.328,5% pour le "normal" et de 6.085% pour le "super". de 9.600 à 11.520 bolivars....

Pas de point au millier, traduisez au moins avec cerveau, à défaut d'écrire des articles, svp.
Réponse de le 18/02/2016 à 19:48 :
En français, on sépare les décimales avec une virgule (un point chez les GB/US) et les milliers par des points ou un espace, selon l'envie.
1.235.487 euros ou 1 235 487 si on préfère mais pour les milliers "purs", on peut coller 1234 euros ou 1 234 ou 1.234 (parce qu'il n'y a qu'un chiffre, quand y en a deux, c'est obligatoire de séparer 12345 est moche et illisible)).
a écrit le 18/02/2016 à 13:37 :
"Nicolas Maduro a également annoncé une hausse de 20% du salaire minimum, qui passera de 9.600 à 11.520 bolivars."

C'est ce qui pourra peut-être les sauver, parce que bonjour là aussi les grands visionnaires économiques hein, même si les médias aiment particulièrement souligner la pagaille au Venezuela sans parler de la pagaille néolibérale.
Réponse de le 18/02/2016 à 16:47 :
....désolé de vous contredire, mais vous ne connaissez pas le Vénézuela, une terrible dictature malgré les apparences, en autosuffisance, exportatrice de produits agro-alimentaires il y a 20 ans, et où les gens ne mangent pas à leur fin depuis maintenant 10 ans, grace au "chavisme" triomphant !!
Ah, j'oubliais la quiétude de Caracas et ses 6000 morts en 2014, dont beaucoup d'homicides couverts par la police politique... J'y ai des amis, mais n'ose plus y aller vu ce qui s'y passe...
Réponse de le 18/02/2016 à 21:44 :
Le chavisme a reproduit à l'identique toutes les erreurs économiques qui ont poussé l'Europe de l'Est à la ruine économique puis à la chute finale en 1989.
Réponse de le 19/02/2016 à 10:31 :
"désolé de vous contredire"

mais vous me contredisez en quoi je vous prie ?

Avez vous lu mon commentaire au moins ? Merci.
Réponse de le 19/02/2016 à 10:33 :
bruno-bd: Parce que donc selon vous les pays de l'est étaient des puissances pétrolières ???

Étrange je n'en ai aucun souvenir...

Vous savez dogme et pensée sont deux concepts opposés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :