Indonésie : la puissance, l'islam et la démocratie

 |   |  477  mots
Premier pays musulman au monde, l'archipel indonésien est l'une des nouvelles puissances émergentes en Asie du Sud-Est. En deux volets, un documentaire passionnant sur son histoire et sa marche vers l'avenir. Première partie : Le géant invisible.

Riche d'immenses ressources naturelles, l'Indonésie a mis fin à quatre siècles de colonisation hollandaise au sortir de la Seconde Guerre mondiale. Ponctuée d'épisodes tragiques, sa conquête de l'indépendance et de la démocratie n'ont pas été sans heurts. Premier pays musulman de la planète en nombre d'habitants et plus grande nation insulaire, elle est en passe de devenir, malgré de nombreux écueils, un nouveau géant asiatique. Plongeant dans son histoire et son passé récent grâce à de nombreuses archives, Frédéric Compain brosse un tableau complet de la société indonésienne et des enjeux auxquels elle doit faire face. Une fresque passionnante, nourrie par les éclairages de témoins et d'analystes de premier plan (hommes politiques, responsables religieux, historiens, économistes, défenseurs des droits de l'homme, journalistes...).

Un géant invisible...

Constellation de plus de 17 500 îles baignées par le Pacifique et l'océan Indien, l'Indonésie suscite dès le XVIe siècle l'appétit des Européens. Sa position sur la route de la soie attire les commerçants portugais, qui y prennent brièvement pied avant d'en être chassés par les Hollandais. La vorace Compagnie néerlandaise des Indes orientales fait main basse sur ses ressources naturelles. En 1822, le prince musulman Diponegoro tente pour la première fois de soulever l'aristocratie javanaise contre les colonisateurs, et son exil fait émerger un sentiment national inédit. Au début du XXe siècle, les mouvements indépendantistes sont férocement réprimés et, lorsqu'ils occupent l'archipel en 1941, les Japonais sont considérés comme des libérateurs. En août 1945, la capitulation nippone s'accompagne de la naissance de la République d'Indonésie. Dirigée d'abord par Sukarno, puis, en 1967, par Suharto, le pays va traverser cinq décennies difficiles, marquées par la répression, le népotisme et la corruption.

... Mais un géant en marche

Dix ans après avoir organisé, à Bandung en 1955, la conférence des pays non alignés, l'Indonésie traque les communistes, victimes d'une féroce répression. Alors qu'une chape de plomb s'est abattue sur le pays, la fin de la guerre froide pousse des intellectuels musulmans à exiger la démocratisation du régime. La crise financière asiatique de 1997 - qui fait plonger l'économie nationale -, conjuguée aux pressions exercées par "l'ami américain" et aux manifestations populaires soutenues par le sultan de Yogyakarta (son père, un demi-siècle plus tôt, avait déjà apporté son soutien à la guerre d'indépendance), scellent la chute, en 1998, du régime corrompu du général Suharto. Mais d'autres conflits internes menacent l'union fragile de la jeune république, notamment au Timor, à Aceh ou aux Moluques. En 2002, un attentat perpétré à Bali fait craindre une montée incontrôlable de l'islamisme radical...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2017 à 16:12 :
"Les « kampung » de Djakarta résistent à la gentrification" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/08/BEYER/57761 (article gratuit)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :