L'accord sur le nucléaire signe le retour de l'Iran sur la scène des nations

 |   |  866  mots
(Crédits : KEVIN LAMARQUE)
Le patron de l'AIEA est attendu ce dimanche à Téhéran alors qu'entre en vigueur l'accord certifiant que le programme nucléaire iranien est pacifique. La levée des sanctions va permettre aux entreprises de revenir investir dans le pays. Mais l'accord soulève des inquiétudes multiples : Israël a réaffirmé que l'Iran n'a pas renoncé à ses ambitions dans le nucléaire militaire et les pays du Golfe, dont les bourses plongent, s'inquiètent des conséquences sur les cours du pétrole, en chute libre et sur les tensions géopolitiques dans la région, alors que se dessine un rapprochement entre les Etats-Unis et l'Iran chiite.

Le président Hassan Rohani a salué dimanche l'ouverture d'une "nouvelle page" entre l'Iran et le monde, après l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire historique et la levée des sanctions internationales imposées pendant des années à son pays.

Cet accord, conclu en juillet avec les grandes puissances, est entré en vigueur samedi après que l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), dont le chef Yukiya Amano est attendu dimanche à Téhéran, a certifié que l'Iran avait respecté ses obligations visant à garantir la nature strictement pacifique de son programme nucléaire.

Simultanément, Téhéran et Washington qui ont amorcé un rapprochement à la faveur de l'accord, ont annoncé la libération de quatre Irano-américains détenus en Iran, dont le journaliste du Washington Post Jason Rezaian, en échange de sept Iraniens détenus aux Etats-Unis. Les Irano-Américains n'avaient néanmoins pas encore quitté dimanche matin le territoire iranien.

Mettant fin à un contentieux de plus de 13 ans, l'Iran et les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine, Allemagne) ont conclu l'accord nucléaire le 14 juillet 2015, considéré comme un succès majeur de politique étrangère pour le président Barack Obama et M. Rohani. "Nous Iraniens, nous tendons la main vers le monde en signe de paix et en mettant derrière nous toutes les hostilités, suspicions et complots, ouvrons une nouvelle page dans les relations de l'Iran avec le monde", a dit M. Rohani dans un message à la nation.

Plongeon des bourses du Golfe

"L'accord n'est contre l'intérêt d'aucun pays. Les amis de l'Iran sont contents et ses adversaires ne doivent pas être inquiets. L'Iran n'est une menace pour aucun pays mais porteur d'un message de paix (...)", a-t-il ajouté.

L'accord marque l'amorce d'un rapprochement entre les Etats-Unis et l'Iran, qui ont rompu leurs relations en 1980, une évolution qui met en rage les alliés traditionnels des Etats-Unis dans la région - Arabie saoudite et Israël en tête -, qui redoutent l'influence de la puissance chiite. L'Etat hébreu, ennemi juré de l'Iran, a d'ailleurs jugé que Téhéran n'avait "pas abandonné ses ambitions de se doter d'armes nucléaires". Et Benjamin Netanyahu a réaffirmé ce dimanche qu'Israël "ne permettra pas à l'Iran de se doter de l'arme nucléaire".

Le président iranien modéré a également voulu apaiser les critiques dans son propre pays en soulignant que "l'accord nucléaire n'était pas la victoire d'une tendance politique", alors que les milieux ultraconservateurs y sont opposés. "Maintenant que les sanctions ont été levées il est temps de construire le pays", a-t-il ajouté. Les sanctions de l'ONU, des Etats-Unis et de l'Union européenne ont asphyxié l'économie de cette puissance régionale aux riches ressources pétrolières et gazières.

Les milieux économiques se tiennent prêts à revenir en Iran, un pays qui dispose des quatrièmes réserves de brut au monde, et des deuxièmes de gaz. La perspective d'un retour de l'Iran, membre de l'Opep, sur un marché pétrolier déjà saturé par une abondance de l'offre et la baisse des prix du brut, a néanmoins plombé dimanche les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe qui ont fortement chuté, notamment celle d'Arabie saoudite, la plus importante des pays arabes.

Un monde "plus sûr" ?

Quoiqu'il en soit, l'accord nucléaire a été salué dans de nombreuses capitales comme un succès de la diplomatie, même si les Etats-Unis ont souligné qu'ils resteraient "vigilants pour vérifier que l'Iran respecte ses engagements" dans les années à venir.

L'Iran a toujours nié vouloir se doter de l'arme atomique. Mais l'AIEA a établi que Téhéran avait bel et bien mené dans le passé des recherches sur la bombe atomique.

"Aujourd'hui (...) le monde entier est plus sûr car la menace des armes atomiques a été réduite", s'est félicité à Vienne le chef de la diplomatie américaine, John Kerry, l'un des principaux artisans, avec son homologue iranien Jawad Zarif, de cet accord.

Samedi, l'AIEA a attesté que Téhéran avait respecté ses engagements en réduisant le nombre de ses centrifugeuses permettant d'enrichir de l'uranium, et en envoyant à l'étranger la quasi-totalité de son stock d'uranium faiblement enrichi. Elle a aussi établi que l'Iran avait retiré le coeur de son réacteur à eau lourde d'Arak.

"L'Iran ayant rempli ses engagements, aujourd'hui, les sanctions économiques et financières multilatérales et nationales sont levées", ont annoncé dans la foulée les chefs de la diplomatie de l'Union européenne, Federica Mogherini, et iranienne à Vienne. Washington, l'UE et l'ONU ont précisé que cette décision avait un effet immédiat (voir notre article "tout savoir sur l'accord sur le nucléaire iranien").

La levée de l'intégralité des sanctions sera échelonnée sur dix ans, et durant 15 ans les mesures pourront être automatiquement rétablies en cas de manquements de Téhéran. L'Iran a accepté de se soumettre à des inspections renforcées de l'AIEA. Les embargos de l'ONU sur les armes conventionnelles et sur les missiles balistiques sont maintenus jusqu'en 2020 et 2023 respectivement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/01/2016 à 12:26 :
L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) doit débuter un nouveau chantier majeur dans la région, à savoir la vérification de toutes les installations nucléaires d'Israël. En cas d'absence d'une ouverture officielle et rapide des investigations à propos de ce pays, l'AIEA devra obligatoirement faire l'objet d'une enquête de justice sur des potentiels faits de corruption, de manipulation et d'instrumentalisation en son sein, organisés par un ou plusieurs pays...
a écrit le 17/01/2016 à 11:19 :
Et on ne fait pas de blocus pour obliger Israël à renoncer aux armes atomiques ? Incroyable ! Pourtant ces fanatiques religieux ont fait leurs preuves en massacrant et détruisant la Palestine. Ils pourraient utiliser ces armes à tout moment et vu leur niveau, celui de Pinochet du Moyen Orient, ils le feront !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :