L'Allemagne aurait économisé 100 milliards d'euros grâce à la Grèce

 |   |  209  mots
Les taux d'emprunts allemands ont chuté lorsqu'Alexis Tsipras a annoncé, en juin, un référendum en Grèce sur le plan d'aide.
Les taux d'emprunts allemands ont chuté lorsqu'Alexis Tsipras a annoncé, en juin, un référendum en Grèce sur le plan d'aide. (Crédits : © Axel Schmidt / Reuters)
D'après un rapport d'un institut allemand, la première puissance de la zone euro a bénéficié de taux d'intérêts très favorables depuis l'éclatement de la crise grecque en 2010. L'Allemagne a ainsi pu emprunter à des taux extrêmement favorables.

L'Allemagne a économisé 100 milliards d'euros depuis 2010 en raison de la baisse de ses coûts d'emprunt liée à la crise européenne de la dette, montre un rapport publié lundi.

Obligations allemandes, valeur refuge

L'instabilité en zone euro a conduit les investisseurs à se réfugier vers les obligations d'Etat allemandes, faisant baisser leurs rendements, lit-on dans le rapport de l'institut Leibniz pour la recherche économique.

Le fait de devoir payer moins d'intérêts a permis au gouvernement d'économiser plus de 3% de produit intérieur brut, faisant plus que compenser le coût de la crise de la dette pour la première économie d'Europe, selon le rapport.

Le référendum grec: des taux au rabais pour Berlin

L'étude établit clairement le lien entre les pics de la crise de la dette en zone euro et les fluctuations des rendements des Bunds allemands, qui ont par exemple chuté lorsque le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a décidé en juin d'organiser un référendum sur les réformes demandées par ses créanciers.

Les obligations d'Etat d'autres pays, dont la France, les Etats-Unis et les Pays-Bas, ont bénéficié du même phénomène mais dans des proportions moindres, indique le rapport.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/08/2015 à 10:16 :
Et en plus, c'est un institut allemand qui sort ce rapport ! Que n'aurait on pas dit si c'était un rapport français ! 100 milliards gagnés depuis 2010 ...
En fait c'est 193 milliards depuis 2008. Démonstration pour les inconditionnels du modèle économique allemand, et qui préfèrent s'en prendre aux fonctionnaires et aux syndicats français :
https://lejournal.cnrs.fr/articles/leconomie-malade-de-ses-modeles
Réponse de le 16/08/2015 à 16:38 :
Où est le lien entre l'économie réalisée sur les taux d'intérêt ( et non le gain ''sur le dos de la Grèce,'' fruit d'un processus machiavélique'' etc.) et le ''modèle économique allemand''?
Ce que vous appelez de la sorte n'existe pas en fait: il y a de l'autre côté du Rhin des responsables économiques et politiques qui réfléchissent et prennent des décisions avec pragmatisme, sans idéologie en s'encadrant simplement de quelques principes élémentaires de bonne gestion et de bon sens. La plupart du temps, çà marche. Quand ce n'est pas le cas,- cela arrive- ils ne cherchent pas à atténuer leur responsabilité ou à la rejeter sur les autres; il se mettent autour d'une table pour comprendre pourquoi et voir comment sortir de la difficulté. Le meilleur exemple est celui du rapport PISA en 2000 qui avait souligné les graves insuffisances du système allemand de l' Education, un choc pour la population. Au lieu de contester la validité du rapport (''son parti pris, ses bases faussées, son tropisme anglo-saxon, sa sous-estimation d'autres facteurs '' et que sais-je encore...) les responsables se sont mis au travail; résultat si aujourd'hui tout n'est pas encore parfait , l'Allemagne est dans les premiers rangs du classement et nettement devant notre pays. C'est sans doute cela que l'on appelle ''Sachlichkeit'' imparfaitement traduit par ''réalisme''. Demander un peu de réalisme de ce côté-ci du Rhin, prendre des mesures, non pas parce qu'elles sont de gauche ou de droite mais parce que si elles elles ont été efficaces ailleurs, elles pourraient éventuellement l'être en France (si elles ne le sont pas , on les abroge), faire cela serait donc '' renoncer à ce que nous sommes'', devenir ''les vassaux du nouvel empire germanique'' et autres délires du même acabit? Quant aux fonctionnaires et aux syndicats, ils ont leur légitimité et leur utilité, mais n'en faites pas non plus l'alpha et l'oméga de la santé économique de notre pays.
a écrit le 12/08/2015 à 9:31 :
Ce qu'oublie ce rapport, c'est que les épargnants allemands sont pénalisés par les taux bas. Donc en somme l'Allemagne n'a rien gagné.
Réponse de le 12/08/2015 à 13:44 :
Faites bien de le dire: c est le ministre des finance qui economise 100 milliards. Il ne "gagne" rien du tout.
Par contre ce sont les épargnants et tous ceux qui ont soucrits des contrats d´assurances-vie-retraites qui paient l addition puisqu ils ne verront jamais les revenus promis sur leurs épargnes.
Pour l Allemagne dans son ensemble il n y a ni gagnant ni perdant.
Réponse de le 17/08/2015 à 11:12 :
Depuis quand les revenus du capital sont "promis" ? C'est du délire ce message !
a écrit le 12/08/2015 à 8:56 :
Bravo les Allemands au service de l'Allemagne. Les autres devraient agir au lieu de gémir et faire de la morale. Les travailleurs allemands ne voudront jamais payer pour les retraites des fonctionnaires français et moi non plus d'ailleurs.... Je me sens allemand de ce point de vue.....
a écrit le 12/08/2015 à 7:45 :
je souhaite avoir le détail du calcul.
la république fédérale d’Allemagne emprunte à moins de 1%. même si on suppose une baisse de 0,5% sur une dette de 3000 milliard (calcul utopique car cela suppose de remplacer l'ensemble de la dette) cela ne fait que 15 milliard par an.
Réponse de le 17/08/2015 à 11:13 :
15 milliards, sur 7 ans, ça fait 100 milliards...
a écrit le 11/08/2015 à 23:42 :
C'était pour les encourager dans leur bonne action??!!!
a écrit le 11/08/2015 à 22:00 :
...et la France, combien a-t-elle "gagnée" grâce aux taux d'intérêts très bas???
Je n'ose pas imaginer le déficit ou la dette avec des taux normaux.
Réponse de le 12/08/2015 à 8:10 :
Cela va venir, ne vous tracassez pas.
a écrit le 11/08/2015 à 21:48 :
Romaric Godin, il faut signer vos articles quand même... Même si le titre suffit...
a écrit le 11/08/2015 à 18:49 :
Godin n'aime pas les Allemands, moi non plus. Il encense les Grecs, moi pas. Il faut rester objectif et accepter les réalités :-)
Réponse de le 11/08/2015 à 23:43 :
Il n'encense pas les grecs vous lisez mal!
a écrit le 11/08/2015 à 18:04 :
La réalité est beaucoup plus simple: on ne prête qu'aux riches (et ce n'est pas moi qui ait inventé la maxime). Il est en outre évident que les Allemands défendent leurs propres intérêts, ce qu'on aimerait que les nôtres fassent aussi. Encore un article de Godin qu'il n'a pas eu le courage de signer :-)
a écrit le 11/08/2015 à 15:10 :
Il vaut mieux regarder la paille dans l'œil du voisin que la poutre dans le sien.
a écrit le 11/08/2015 à 14:32 :
Et la France, la Hollande, l'Autriche, la Belgique, etc.... combien ont-ils "gagné" avec les taux bas ?
C'est à cause de la crise Grecque que nous empruntons à bas taux !!! On aura tout lu.
Cordialement
a écrit le 11/08/2015 à 14:22 :
Le malheur des uns fait un truc dont je ne me souviens plus. Foutu dicton...
a écrit le 11/08/2015 à 14:16 :
Ne nous inquiétons pas pour les allemands en effet, ils savent parfaitement bien gérer l’euro à leur seul profit, en en faisant payer le prix aux autres (notamment aux Français) qui sont assez bêtes et surtout assez faibles pour les suivre aveuglément dans cette politique de destruction massive des économies européennes.
Réponse de le 11/08/2015 à 15:00 :
je n'arrive pas à comprendre comment les gens de manière générale ne lient pas les événements ou les faits... rien n'est laissé au hasard.
Intéressez-vous à ce qui dit Chomsky. Çà dernière interview de 18 min est saisissante sur le monde actuel...
Une fois que vous lierez les événements, vous comprendrez que les "Français" ne veut rien dire... Il y a les riches et le reste de l'humanité.
Bien à vous
Réponse de le 11/08/2015 à 20:14 :
Vous voulez dire les classes dirigeantes allemandes et européennes, vassales de leurs suzerains anglo-saxons. Sinon, partiellement d'accord avec Little.
Réponse de le 11/08/2015 à 21:51 :
La France n'a pas besoin de l'aide de l'Allemagne pour detruire son économie; elle fait tres bien toute seule.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :