"L'altruisme efficace donne davantage de sens à une vie" (Peter Singer)

 |   |  610  mots
Le philosophe Peter Singer demande : Pourquoi imaginer qu'appliquer un raisonnement économique au don le rend moins désintéressé ?
Le philosophe Peter Singer demande : "Pourquoi imaginer qu'appliquer un raisonnement économique au don le rend moins désintéressé ?" (Crédits : "Peter Singer MIT Veritas" by Joel Travis Sage - Own work. Licensed under CC BY 3.0 via Wikimedia Commons)
"L'altruisme efficace" fait de plus en plus d'adeptes dans le monde anglophone, mais le concept reste méconnu en France. Décryptage avec le philosophe australien Peter Singer, titulaire de la chaire de bioéthique à l'université de Princeton, figure de référence de ce mouvement philanthropique.

C'est l'un des philosophes contemporains les plus influents au monde qui sera présent à Paris ce samedi, mais paradoxalement personne n'en parle. Il faut croire que la philosophie utilitariste dont se revendique Peter Singer, professeur de bioéthique à Princeton, ne séduit pas les Français. Ainsi, sa réflexion sur le rapport des hommes aux animaux en prenant en considération les intérêts de ces derniers l'a conduit à théoriser la libération animale, qui a débouché sur des changements pratiques à travers le monde. De même, le concept d'altruisme efficace, qui consiste à maximiser l'impact d'un don en y appliquant des raisonnements économiques, peut paraître provocateur. Pourtant, il trouve aujourd'hui de plus en plus d'applications dans le monde anglo-saxon. Peter Singer explique pour La Tribune sa conception de la philanthropie.

La Tribune - L'altruisme efficace applique une logique économique à l'acte de donner, souvent considéré comme désintéressé. N'est-ce pas paradoxal ?

Peter Singer - Supposons que je veuille donner 1.000 euros pour aider les plus démunis. L'acte perd-il son caractère désintéressé si je prends le temps de réfléchir à une utilisation qui serait la plus efficace possible, qui aiderait le maximum de personnes dans le besoin ? Sûrement pas. Alors pourquoi imaginer qu'appliquer un raisonnement économique au don le rend moins désintéressé ?

Par exemple, ceux qui veulent aider les sans-abri qu'ils rencontrent dans leurs rues se voient recommander d'autres associations, plus efficaces certes, mais œuvrant pour d'autres causes. Ce peut être frustrant...

J'espère que quand ces personnes réaliseront qu'elles peuvent faire plus de bien en aidant des gens qui se trouvent à l'autre bout de la planète, elles accepteront de le faire. Pour autant, elles sont bien sûr libres d'aider les sans-abri près de chez elles, c'est toujours mieux que de n'aider personne.

Vous faites référence à la philosophie utilitariste, un courant de pensée peu connu en France. Pourriez-vous le définir ?

L'utilitarisme considère qu'une action est bonne si elle a les meilleures conséquences possibles pour tout ceux qui en sont affectés. Par "meilleures conséquences possibles", les utilitaristes entendent généralement celles qui augmentent le plus le bien-être, par exemple en propageant le bonheur contre la misère. D'ailleurs, les utilitaristes devraient tous être des altruistes efficaces. Mais tous les altruistes efficaces ne sont pas utilitaristes.

Que pensez-vous des initiatives qui mettent en pratique l'altruisme efficace, comme la Fondation Epic consacrée à la protection de l'enfance, ou 80,000 hours qui propose de mettre sa carrière à contribution pour faire le plus grand bien possible ?

Je ne connaîs pas suffisamment le travail de la fondation Epic pour répondre. En revanche, 80,000 hours offre des conseils utiles et parfois surprenants pour mener une carrière éthique.

Concrètement, pourquoi l'altruisme efficace séduit-il particulièrement les acteurs des nouvelles technologies ?

Dans ce secteur, certaines personnes deviennent très riches alors qu'elles sont encore jeunes. Mais même si elles disposent à 30 ans de suffisamment d'argent pour rester assises sur une plage de Tahiti pour le restant de leur vie, ce n'est pas une perspective enthousiasmante. Elles devraient donc chercher une activité plus épanouissante pour les prochaines décennies. L'altruisme efficace peut être une option. De nombreuses personnes affirment que cela a donné davantage de sens à leur vie et leur a procuré un sentiment de plénitude.

Enfin, les entreprises peuvent-elles aussi devenir des altruistes efficaces ?

Je ne sais pas si on peut vraiment qualifier une entreprise "d'altruiste". En revanche, ses employés peuvent devenir des altruistes efficaces eux-mêmes et faire le bien au travers de ses activités.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2015 à 10:29 :
Déjà notre société meurt "socialement" de la recherche systématique de la performance.
Mais si maintenant on applique cette exigence même à l'univers du "don", on va s'enfermer encore plus.
Laissons sa place au "don gratuit" et non calculé.
Si vous relisez les Evangiles, vous verrez que l'efficacité du Christ n'est pas la nôtre.
Sauver ne serait-ce qu'une personne est énorme, quel qu'en soit le "coût".
Réponse de le 31/05/2015 à 20:31 :
Tout est parfait dans votre rhétorique sauf la dernière ligne , parler de coût ne peut se dire . Dans les évangiles le Christ était dans la réaction sans calcul . Faire le bien autour de soi c est cet altruisme que reprone Singer mais 2000 ans sont passés et on doit en tirer les leçons d efficacités !!!!!
a écrit le 31/05/2015 à 9:41 :
Il y a 2000 ans Jésus avait inventé le ciel et l église la monté au ciel pour les pauvres qui ne se rebellent pas ; voir les 10 commandements . L altruisme est une déviance enfantine au non respect des normes libérales .
a écrit le 30/05/2015 à 12:35 :
Certes, l'altruisme d'état est en fait une mécanique à faire payer Pierre de droite pour entretenir Paul de gauche. Quant à Jacques le démuni, ils est oublié bien que Paul de gauche prétende vouloir le secourir....
a écrit le 30/05/2015 à 6:48 :
L'altruisme dans un pays où la redistribution est de 57,5% du pib devrait avoir éliminé la pauvreté. Or, on constate l'inverse. L'altruisme d'état est donc un alibi pour pomper l'argent des autres et le donner à certains qui profitent en donnant des leçons de morale.
Réponse de le 30/05/2015 à 9:31 :
Le "modéle" social Francais n'est en rien inspiré par l' altruisme.
L'altruisme suppose la liberté individuelle de donner et de le faire sur ses propres deniers, ce qui n' a rien avoir avec la redistribution par l’impôt qui est un égalitarisme.
Réponse de le 30/05/2015 à 12:42 :
En France , notre modele social se charge de faire l'altruisme a notre place.
Je prefererai qu'il m'en reste plus pour pouvoir faire à qui je veux" l'acte d'altruisme".
Réponse de le 30/05/2015 à 18:11 :
Cet altruisme n'est donc pas efficace.
a écrit le 29/05/2015 à 18:13 :
L'altruisme consiste surtout à se donner une bonne image de soi même avec son petit don tout en demandant la réduction des aides aux plus pauvres, les réductions d'impôts ainsi gagnés faisant plus que compenser ce fameux "altruisme". L'altruisme est le concept marketing de ceux qui ne pensent qu'à leur portefeuille, en général les mêmes qui croient ne rien devoir à la société. L'altruisme est la lavage humaniste de ce que l'on appelle improprement le libéralisme, ceux en bénéficiant n'étant jamais, du fait de leur position sociale de départ, en concurrence juste avec le reste de la population.
Réponse de le 29/05/2015 à 21:11 :
Vous ne parlez pas de l'altruisme sincère mais celui de gauche financé par le travail d'autrui.
Réponse de le 30/05/2015 à 8:27 :
Vous êtes l'exemple typique de ma prose mais vous ne vous en apercevez pas car vous êtes une sorte de programme chargée de répéter en boucle votre instruction idéologique périmée. A tel point que vous ne vous êtes même pas aperçu que les socialistes n'en sont plus depuis longtemps.
a écrit le 29/05/2015 à 17:44 :
L'altruisme n'est qu'une technique individuelle de survie!
a écrit le 29/05/2015 à 17:17 :
Les socialistes s'achètent de nouveaux électeurs (efficacité) avec l'argent (altruisme) de ceux qui ne votent pas pour eux !
Réponse de le 29/05/2015 à 18:47 :
Les socialistes sont gauchistes, d'une idéologie inhumaine : on profite du pauvre, de la veuve, de l'orphelin et de l'immigré pour arriver au pouvoir et le garder. Leurs techniques de manipulation des citoyens sont sans fin. Au bilan, les socialistes vivent dans le mensonges permanents et ils n'ont rien d'humaniste.
L'humaniste agit de manière désintéressée. Il s'oublie pour les autres. Franchement, les gauchistes sont loin de manier une philosophie utilitariste...
a écrit le 29/05/2015 à 17:15 :
En France l'altruisme sincère est tué par l'état qui monopolise la charité ( comprendre l'assistanat malsain financé par la violence faite aux contribuables ). L'état français rabaisse l'humain et l'accable. La société française est maintenant divisée entre les profiteurs de l'état et les victimes de l'état. La gauche défend les profiteurs encartés ou sous statut.
Réponse de le 30/05/2015 à 8:41 :
Y a t il une difference entre droite et gauche?...moi je ne le constate pas....tout pour les politiques et leurs copains...une misere pour les autres...
a écrit le 29/05/2015 à 16:38 :
Peter Singer devait donner une conférence ce dimanche à Cologne en Allemagne - le lendemain de sa conférence en France. Malheureusement elle a été annulé car le festival qui l'organise a décidé de le bannir suite à une interview "scandaleuse " publiée par le journal suisse NZZ. Délit d'opinion en quelque sorte... Je vais être obligé de me faire rembourser mon billet. Lien vers l'interview en question : http://www.nzz.ch/nzzas/nzz-am-sonntag/philosoph-peter-singer-ein-embryo-hat-kein-recht-auf-leben-1.18547574

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :