"L'atterrissage brutal de la Chine est inéluctable" (Mylène Gaulard)

 |   |  1815  mots
Les cours des Bourses de Shanghai et de Shenzhen sont surévalués de 50% aujourd'hui, avance Mylène Gaulard.
Les cours des Bourses de Shanghai et de Shenzhen sont surévalués de 50% aujourd'hui, avance Mylène Gaulard. (Crédits : DR)
Les différentes chutes des indices des Bourses de Shanghai et de Shenzhen font craindre une nouvelle crise mondiale. A tort, estime Mylène Gaulard, maître de conférences à la Faculté d'économie de Grenoble, et auteure de "Karl Marx à Pékin" (éd. Demopolis), qui y voit d'abord l'impuissance du gouvernement chinois à éviter l'éclatement d'une bulle spéculative et à résoudre les difficultés structurelles de l'économie chinoise.

La Tribune - Maintenez-vous que le gouvernement chinois est incapable d'enrayer la chute des cours des Bourses de Shanghai et Shenzhen comme vous l'aviez assuré en juin dernier ?

Mylène Gaulard - Après avoir chuté de près de 40% depuis juin 2015 malgré l'intervention des autorités chinoises, les cours observés sur les Bourses de Shanghai et Shenzhen ont à nouveau baissé de 10% la semaine dernière à l'annonce de mauvais résultats sur la production industrielle nationale. Depuis lundi dernier, la baisse se poursuit, et on estime que les cours sont toujours surévalués de 50%. Entre mai 2014 et juin 2015, ils ont effectivement été multipliés par 2,5 à la Bourse de Shanghai et par 2,7 à Shenzhen, sans que cette évolution ne s'appuie sur de meilleurs résultats des entreprises cotées.

Le gonflement d'une bulle spéculative sur les marchés financiers chinois est indéniable depuis l'été 2014, ce secteur ayant servi de refuge face à la baisse des prix de l'immobilier observée depuis un an et demi dans la majorité des grandes villes chinoises. Des dizaines de millions de petits spéculateurs ont ainsi profité de la possibilité d'emprunter auprès du secteur bancaire traditionnel et surtout de l'informel pour investir sur ces marchés et bénéficier d'un effet de levier.

Malgré les mesures prises par le gouvernement, qu'il s'agisse de l'obligation faite aux grandes banques publiques d'acheter des titres afin de limiter la baisse des cours, de l'interdiction de vendre des titres pour les plus gros investisseurs durant l'été dernier, ou bien du coupe-circuit, utilisé la semaine dernière, consistant à interrompre pour quinze minutes les transactions lorsque la chute des cours atteint 5% et pour la journée lorsqu'elle est supérieure à 7%, l'éclatement de cette bulle spéculative est impossible à éviter.

Concernant le "coupe-circuit", on peut même craindre que cette mesure n'ait eu un effet contraire à ce qui était recherché la semaine dernière, les investisseurs se hâtant de vendre leurs titres dès que la baisse des cours avoisinait les 5%. Si les efforts du gouvernement permettent de retarder un éclatement brutal de la bulle révélant des difficultés plus structurelles de l'appareil productif, directement liées à une industrie de moins en moins rentable, on peut donc aussi craindre qu'ils ne renforcent la méfiance des investisseurs.

Le dégonflement brutal de la bulle financière serait d'autant plus dangereux pour l'économie chinoise qu'il révèlerait au grand jour l'ampleur des difficultés observées dans l'ensemble cette dernière.

Le gouvernement chinois semblait pourtant montrer un visage serein, notamment en ce qui concerne la croissance du pays en 2015 qui est attendue au ralenti...

Le président Xi Jinping tente de relativiser le ralentissement de la croissance du PIB, qui devrait être estimée à moins de 7% pour l'année 2015, son plus bas niveau depuis vingt-cinq ans, en évoquant une "nouvelle normalité". Malheureusement, tous les indicateurs dont nous disposons révèlent un sérieux ralentissement qui va au-delà d'un simple retour de la croissance à un niveau "raisonnable".

Observons notamment que les exportations ont chuté de 1,4% en 2015 relativement à leur niveau de l'année précédente, et que les importations ont de leur côté baissé de 7,6%. De même, nous en sommes aujourd'hui au sixième mois de contraction de la production industrielle, et les politiques de baisse des taux d'intérêt, de relance par la construction d'infrastructures semblent insuffisantes pour enrayer le processus.

La réorientation de l'économie chinoise vers son marché intérieur, souhaitée par le gouvernement depuis la décennie 2000 afin de remédier à une moindre compétitivité internationale du pays, ne semble pas fonctionner. Les réformes du système de sécurité sociale (dont la majorité des dépenses reposent d'ailleurs sur des collectivités locales déjà surendettées), la hausse des salaires, les politiques budgétaires et monétaires expansives, n'ont pas permis de relancer suffisamment la consommation des ménages qui reste toujours inférieure à 40% du PIB. La déconnexion entre cette faible consommation et un taux d'investissement avoisinant les 50% du PIB, est en grande partie responsable d'un sérieux risque déflationniste, avec des prix à la production (prix à la sortie des usines) n'ayant cessé de baisser depuis 46 mois, et une hausse des prix à la consommation inférieure à l'objectif d'inflation de 3% fixé par le gouvernement.

Les dépréciations du yuan peuvent-elles représenter une solution viable?

Face à l'échec de cette politique de relance par la demande intérieure, l'alternative qui se présente au gouvernement serait en effet d'accepter une forte dépréciation du yuan afin de bénéficier d'une inflation importée et surtout de relancer les exportations. C'est la raison pour laquelle le cours pivot du yuan, fixé chaque matin par la banque centrale chinoise, n'a cessé de baisser depuis 2015, pour atteindre en janvier 2016 son niveau le plus bas depuis 2011. Une plus forte dépréciation répondrait à la fuite des capitaux observée depuis 2011, accélérée depuis 2013, et permettrait de limiter la vente de devises par la banque centrale réalisée dans l'objectif de respecter le cours pivot (les réserves de change ont pour cette raison baissé de 500 milliards de dollars en 2015).

Considérées comme des gages de bonne volonté des autorités chinoises et de leur désir de s'orienter vers un taux de change flexible, les mini-dépréciations effectuées depuis l'année dernière furent même félicitées par le Fonds monétaire international (FMI), et récompensées en novembre dernier par l'introduction du yuan dans le panier de devises constituant les droits de tirage spéciaux, l'instrument monétaire du Fonds.

Cependant, une dépréciation du yuan n'est pas non plus une solution adaptée aux difficultés de l'économie chinoise, car non seulement la hausse des prix des produits importés pénaliserait encore davantage la consommation intérieure ainsi que les profits des entreprises déjà sérieusement fragilisés, mais elle ébranlerait aussi la confiance des investisseurs vis-à-vis de l'économie chinoise, déjà concernée par des sorties massives de capitaux. Ni la reprise par une relance de la demande intérieure, ni celle par une hausse des exportations ne semblent donc des solutions envisageables pour empêcher un hard-landing de l'économie chinoise. Ce n'est donc pas tant que les autorités chinoises agissent de manière confuse pour tenter de faire repartir la croissance que l'absence d'une réelle solution qui explique les dernières politiques dont la logique et la cohérence échappent à de nombreux observateurs.

Plus largement, les économies de la plupart des pays émergents sont au ralenti ou en crise. Comment l'analysez-vous ?

On assiste aujourd'hui à une crise de l'"émergence", terme que les journalistes ont beaucoup apprécié ces dernières années sans qu'il ne s'appuie sur aucune réalité tangible. La Chine est ainsi au bord de l'atterrissage brutal : retardé depuis la décennie 2000 par le gonflement de bulles spéculatives dans l'immobilier puis la finance, il est actuellement inéluctable du fait de toutes les difficultés structurelles que je présentais déjà il y a presque dix ans dans ma thèse de doctorat.

Finalement, la Chine ne fait que suivre le même cheminement que la poignée de pays en développement sur lesquels les économistes misent tous leurs espoirs depuis la décennie 1970. Aujourd'hui, toutes les études révèlent qu'il est quasiment impossible pour ces pays d'échapper à un "piège des revenus intermédiaires", c'est-à-dire à une forte stagnation de leur croissance les empêchant d'atteindre un revenu par tête considéré comme élevé par la Banque mondiale (environ 12.000 dollars).

Au sein du groupe des BRIC, seule l'Inde, pourtant atteinte par une "désindustrialisation précoce" en raison d'un taux d'investissement insuffisant pour un pays présentant un tel retard économique, soulève encore un optimisme peu raisonnable parmi les économistes. Atteint par la chute des cours des matières premières, causée aussi bien par des opérations spéculatives moins massives sur ce marché qu'à la moindre demande chinoise, le Brésil n'a pas cesser de voir sa croissance diminuer depuis 2010, passant de 7,5% cette même année à près de - 4% pour 2015.

De même pour la Russie, dont la baisse du PIB devrait aussi atteindre 4% pour 2015 en raison des répercussions des sanctions de la communauté internationale et de la forte chute des cours du pétrole. Pour tous ces pays, le piège des revenus intermédiaires semble inéluctable. Que ce soit par le biais d'une spécialisation industrielle comme en Chine, qui finit toujours par être remise en question par la perte du principal avantage comparatif de ces pays, le coût de leur main-d'œuvre, ou par celui d'une spécialisation sur les matières premières, bénéfique uniquement durant des périodes de spéculation sur ce marché, l'émergence apparaît donc n'avoir été qu'un mythe.

La crise de ces pays "émergents" risque-t-elle de provoquer une crise économique mondiale ?

Rappelons que le groupe des BRIC représentait moins de 10% du PIB mondial en 1990, contre près de 25% en 2015. On pourrait donc redouter l'impact d'une récession économique parmi ces pays, et la poursuite de la baisse du prix du pétrole fut parfois présentée la semaine dernière comme la conséquence des difficultés économiques chinoises, risquant aussi de se répercuter sur nos marchés.

Cette petite crise de confiance sera sans doute transitoire, car il est important de rappeler que la récente reprise de la croissance américaine repose en partie sur la formation d'une nouvelle bulle spéculative permise par l'afflux de capitaux en provenance des "émergents". Depuis 2012, alors que les capitaux fuient l'ensemble des pays émergents, on peut notamment observer que les marchés financiers occidentaux connaissent un essor exceptionnel, avec par exemple l'indice du Dow Jones ou celui du CAC 40 qui ont quasiment été multipliés par deux en trois ans. Depuis la décennie 1980, ce scénario ne cesse de se répéter, avec des difficultés économiques structurelles rencontrées parmi l'ensemble des pays développés, mais s'accompagnant de bulles spéculatives se formant d'un bout à l'autre de la planète qui permettent de soutenir temporairement et artificiellement la croissance de manière chaque fois renouvelée.

Il est donc fort à parier que la crise de l'émergence marque le début d'un nouveau cycle révélant encore une fois à terme l'instabilité profonde du système capitaliste, mais qui soulèvera malgré tout d'ici peu une nouvelle vague naïve d'optimisme parmi les économistes.

Mylène Gaillard est l'auteure de Karl Marx à Pékin : Les racines de la crise en Chine capitaliste (Editions Demopolis, 2014)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2016 à 16:08 :
Exposé intéressant, mais dénué de tout argument de fond. La Chine a d'excellentes capacités industrielles, son niveau technologique a rattrapé celui du Japon, sa croissance est de 6.9% (moins de 2% en France), son endettement est de 31% du PIB (90% en France). Si sa croissance baissait de moitié et son endettement doublait, elle serait encore nettement mieux placée que la France.

L'effondrement de la Chine relève de la prévision incantatoire, et il ne suffit pas de renvoyer le lecteur à une thèse de doctorat d'une étudiante pour le convaincre.
Réponse de le 22/01/2016 à 18:42 :
Le commentaire d'un lecteur qui mesure la richesse d'un pays à son endettement (national qui plus est, qu'en est-il en Chine de l'endettement des provinces et des entreprises ? Le savez-vous) n'est guère plus convaincant. La Chine a rattrapé le Japon ? Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire ... regardez les produits que produit le Japon, l'internationalisation de ses entreprises, le nombre de technologies de pointes que le pays maîtrise ... bref, le Japon est un peu pays développé où le revenu moyen par tête est d'environ 3000 euros, contre même pas 500 pour la Chine. C'est sans compter sur les inégalités monstres qui divisent ce dernier. Promenez-vous à Tokyo puis à Pékin et voyez la différence.
a écrit le 16/01/2016 à 16:35 :
La chine a de nombreux obstacles à surmonter (démographie, corruption, transition de l'économie) mais elle deviendra tôt ou tard la première puissance économique mondiale et dés lors, sa monnaie concurrencera le dollar ce qui deviendra un atout énorme.
a écrit le 16/01/2016 à 8:08 :
l'austérité a l'oeuvre dans les pays occidentaux pèse sur la consommation et donc sur les pays producteurs de biens. Le dumping social et fiscal est fatal à la croissance, surtout celle des bas revenus (ceux qui consomment le plus en % des revenus).
Il ne peut y avoir de sortie de crise en dehors d'un accord mondial sur le salaire minimum, les garanties sociales, les impôts minimum etc... ou bien une guerre qui est la sortie de crise préféré du capitalisme (pas d'accord compliqué à mettre en oeuvre).
Sans gouvernance économique le capitalisme ne peut avoir qu'un comportement chaotique avec des transferts incessants de capitaux et d'usines au gré de la plus-value générée par les baisses de coûts du travail dans les pays prêts à tout pour un emploi raréfié par cette même baisse...
On voit bien là la schizophrénie du libéralisme mondialisé.
Réponse de le 17/01/2016 à 9:41 :
Marx, ôtes ta barbe, on t'a reconnu!
a écrit le 15/01/2016 à 14:32 :
Je ne sais si elle est diplômée d'économie mais à prendre ses chiffres, au plus haut, le marché chinois était surévaluée de 270%. Allez encore 50% de baisse pour être à un prix correct?? Ce sont aussi les chinois qui avait porté le pétrole à 160 soit +433% par rapport au prix du jour! La légende chinoise dit que les chinois sont d'excellents commerçants??? Encore une légende sauf votre fruitier parisien.
a écrit le 15/01/2016 à 12:18 :
Allez un peu dans la Chine profonde et vous constaterez l'évolution en cours
a écrit le 15/01/2016 à 11:00 :
Merci, très bonne analyse. Juste une chose, la trappe à revenu intérmédiaire a été démenti par la banque mondiale elle même. C'est plus une création statistique (le niveau de revenu intermédiaire étant le plus large il est "normal" que beaucoup de pays s'y retrouvent dès lors que le rattrapage tel qu'envisageait par les libéraux ne s'avère en rien automatique) et médiatique.
a écrit le 15/01/2016 à 10:11 :
On nous annonce des chiffres bidons... le seul baromètre est la consommation d’énergie pour ce faire une idée !
a écrit le 15/01/2016 à 9:20 :
Merci beaucoup pour cette remarquable analyse dont nos décideurs auraient cruellement besoin mais ce sont bel et bien eux les "naïfs" qui nous ont fait croire et continuent de nous faire croire que la délocalisation massive des industries dans les pays en voie de développement, ce qu'ils ont nommé via leurs médias "mondialisation" et la crise qu'elle a engendré dans les pays développés serait rattraper par l'enrichissement de leurs populations compensant ainsi la baisse des salaires et le chômage récurrent dans les pays développés.

C'est donc bel et bien un énorme foutage de gueule que continuent pourtant de nous marteler les médias de masse et de continuer de nous orienter vers des mensonges dorénavant avérés.

Nous sommes les dindons d'une sinistre farce mais les farceurs commencent enfin à se faire voir et bon sang qu'ils sont bêtes...
Réponse de le 15/01/2016 à 10:55 :
Bien sûr Zorro ; mais : 1/ Cette farce comment et par qui l'arrêter ?
2/ Les décideurs sont nos sociétés en commandite avec décideurs étatiques et décideurs mercantiles, commanditaires et commandités, qui se tiennent par la barbichette; 3/ Qui est le plus bête dans le routage de gueule ? l'auteur ou le "patient" ? Bon courage !
Réponse de le 17/01/2016 à 18:45 :
Yokikon, avant de faire n'importe quoi il convient de dresser un état des lieux précis du marécage économique dans lequel toutces gens nous ont menés.

Entrevoir des solutions avec seulement la moitié desréponses c'est se prendre pour un prophète et recommencer ce cercle vicieux capitaliste dans lequel nous crevons à petits feux.
Réponse de le 18/01/2016 à 9:10 :
"Qui est le plus bête dans le routage de gueule ?"

Heu vous voulez dire quoi svp ?
Réponse de le 19/01/2016 à 16:29 :
Yokikon je ne comprends absolument rien à vos objections, pourriez vous préciser vos propos je vous prie ? Merci.
a écrit le 14/01/2016 à 23:32 :
Cela me laisse songeur - Si les pronostics de l'auteure se réalisent dix ans après ("il est actuellement inéluctable du fait de toutes les difficultés structurelles que je présentais déjà il y a presque dix ans dans ma thèse de doctorat"), on a encore le temps de voir venir ...
Réponse de le 15/01/2016 à 11:00 :
Bien sûr qu'on a le temps ; c'est pour ça que les vannes sont grandes ouvertes de la liquidité à la place de la solvabilité avec les cavalerie et monétaire et financière. On a le temps tant que ça tourne et qu'aucun grand joueur n'a pas trop peur de son voisin.
Réponse de le 15/01/2016 à 14:26 :
Mes analyses, moins poussées, sur la Russie datant de 2006 (année ou j'y ai fait mes études) sont aussi confirmées. Les difficultés structurelles, comme la dépendance de l'économie aux matières premières, la corruption endémique, la mauvaise exploitation de ressources humaines, touristiques et les trucage systématique des statistiques ont engendré une crise profonde en Russie qui a pointé sont nez en 2007 avant la crise des surprime (2007), voir article GÉOPOLITIQUE N° 109 de J. Sapir).
Plusieurs conclusions sont a déduire : il faut s'atteler à résoudre nos propres problèmes, sinon un jour nous aurons le retour de bâton de la même manière que les BRICS; il faut réfléchir à un système mondiale plus juste, respectueux et équitable.
a écrit le 14/01/2016 à 22:14 :
Pas besoin d'ètre maitre de confèrençe pour prédire une nouvelle crise il n'y a qu'a suivre l'économie avec tout les licenciements et la pauvretée qui augmente pour s'en aperçevoir......
a écrit le 14/01/2016 à 20:08 :
LE MONDE VAS DEVENIR DECROISANT ET S EST TRES SAIN? CAR PRODUIRE TROP NE SERT A RIEN? SEUL LA REPARTITION DES RICHESSES PAR LE NIVELLEMENT DES NIVEAUX DE VIE DES HUMAINS PEUT PERMETRE DE CONTINUEZ SAINEMENT L ECONOMIE MONDIAL???
Réponse de le 17/01/2016 à 9:46 :
Tiens Lénine maintenant! On avait déjà vu Marx un peu plus haut...
Me serais-je trompé de forum; je serais sur un forum de l'Huma ?
a écrit le 14/01/2016 à 19:49 :
Atterrissage brutal ? pas du tout selon d'autres économistes, mais ralentissement, oui.
La chute des bourses en Chine est peu corrélée à son économie . Période de transition où la consommation n'a pas encore pris suffisamment le relai de l'industrie.
Une particularité est que les économistes occidentaux auto-centrés négligent , c'est que 80 % des transactions sont réalisées par des investisseurs individuels, ce qui explique leur volatilité. L'analyse économiste subit elle le filtre politique ?
http://www.usinenouvelle.com/article/la-chute-des-bourses-en-chine-peu-correlee-agrave-son-economie.N373004
Réponse de le 15/01/2016 à 11:45 :
La consommation prendra-t-elle le relais? Les Chinois ont une tradition de l'épargne, renforcée par l'absence de protection sociale; et rien n'est à notre connaissance dans les cartons. Le feedback d'une tendance baissière est donc un renforcement de cette tendance par un report sur l'épargne de précaution.
Réponse de le 15/01/2016 à 12:33 :
En complément pour l'information de Mylène Gaulard : comme pour pour la plupart des économistes occidentaux, le ralentissement de l'économie mondiale est dû à la panne de croissance chinoise (entre 5 et 7 % alors que l'on est content ici avec 1 % ! ) et que l'accès au DTS a été retardée le + possible par le FMI, voici une autre approche de la question :
http://www.chine-informations.com/actualite/cn/la-chine-restera-un-moteur-de-economie-mondiale-expert_84478.html
a écrit le 14/01/2016 à 19:28 :
meme si je partage certains points de vue, je garde a l'esprit qu'un ami qui a une boite en chine m'a dit qu'en chine le gvt trouvait tt le temps des solutions ( et quelqu'en soient les prix)
meme si ca derouille on ne le verra tres peu
a écrit le 14/01/2016 à 19:07 :
La France aurait un PIB par tête qui naguère augmentait, que fait l’Etat, on fait dans l’Europe de la stagnation ? N’aurait-on pas un souci intellectuel avec le développement économique ou bien de compétence ? http://www.bing.com/images/search?q=pib+par+habitant+france&view=detailv2&&id=1F190887AD6AA9B8C74514FDD912D70E59298FA9&selectedIndex=66&ccid=q1Vo5aMq&simid=608033281089208953&thid=OIP.Mab5568e5a32a5bc08beee2291a7f8374o0
http://www.bing.com/images/search?q=pib+par+habitant+france&view=detailv2&qpvt=pib+par+habitant+france&id=593F7382B1491922A91D70C7A7782EFCE0A6F9A3&selectedIndex=7&ccid=STJ7b1Vo&simid=608029991148650695&thid=OIP.M49327b6f55687a125a601305d8391a00o0
http://www.bing.com/images/search?q=pib+par+habitant+france&view=detailv2&qpvt=pib+par+habitant+france&id=E149E15BBD841E6F1652330C74495F1C0B399477&selectedIndex=4&ccid=N3vWrbqG&simid=607994626383351736&thid=OIP.M377bd6adba86c594868082ba4808ee87o0
a écrit le 14/01/2016 à 18:48 :
ce n'est pas un atterrissage c'est un crash en terme de l'aéronautique. Bye bye les Chinechines miltaristes
a écrit le 14/01/2016 à 18:45 :
le titre de l'article est un exemple d'un néoplasme dans toute sa grandeur
a écrit le 14/01/2016 à 18:29 :
Je veux bien souscrire à l'analyse de ce professeur à Grenoble 2, mais il me semble également que c'est bien la notion de croissance comme on l'entend de puis le début de capitalisme qui atterrie.
Beaucoup de secteurs manufacturiers sont à la peine, sans perspective et ne prennent pas le virage d'une économie orientée vers le développement durable, et se raccrochent à des modèles de développement obsolètes.
C'est bien une économie renouvelée qui tarde à voir le jour.
Réponse de le 14/01/2016 à 19:54 :
En effet, il est bien surprenant que les gouvernements courent toujours après la croissance tout en promouvant le développement durable. Le secteur automobile est symptomatique : il pollue, il crée des accidents plus importants que les transports en commun, il pose des problèmes de santé dus au manque d'exercie et pourtant les divers gouvernements soutiennent ce secteur parce qu'il occupe beaucoup de main d'oeuvre mais souvent étrangère. Ne cherchons pas à comprendre.
A quoi sert de vouloir toujours plus alors que nous sommes dans un monde fini ?
a écrit le 14/01/2016 à 18:00 :
L’atterrissage de la Chine n’est pas l’équarissage de l’Europe ! Par exemple, autrefois on parlait d’un rattrapage des américains. On publie par exemple dans la presse numérique et pas papier que en Europe et pas ailleurs le PIB par habitant baisse et le chômage est élevé. L’Allemagne est mieux classée en idh pour moins de dépenses. Ne devrait-on si on parle offre ou pondéralités administratives, épurer les lignes d’un régime lourd. N’avons-nous pas quelques remises en cause à faire et ne sommes-nous pas surpris de voire la stagnation ou la baisse de ces données ? N’est-il pas effarant que depuis 2008, nous avons deux années de baisses dans le patrimoine.
a écrit le 14/01/2016 à 17:49 :
Et encore. Là, elle est "soft-landing" car elle ne parle que des "marchés" montés au cric hydraulique par les "qe" des bc. Pour bien réaliser de ce qui se passe en coulisse, faut voir ça : https://vimeo.com/54225605
a écrit le 14/01/2016 à 17:46 :
Mylène Gaulard devrait analyser la relation cout du travail et prix de l'énergie, selon la méthode utilisée dans la note n°6 du conseil d'analyse économique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :