La Banque du Japon réfléchirait à un relèvement de ses taux

 |   |  699  mots
La Banque du Japon relèvera-t-elle ses taux en 2017 ?
La Banque du Japon relèvera-t-elle ses taux en 2017 ? (Crédits : Reuters)
La BoJ n'exclut pas de relever sa cible pour le taux à 10 ans japonais dès cette année, selon Reuters. Une décision qui sera cependant difficile à prendre.

2017 sera-t-elle l'année des remontées des taux, y compris dans le pays où les taux sont bas depuis très longtemps, le Japon ? Selon l'agence Reuters ce vendredi 16 décembre, la Banque du Japon (BoJ), la banque centrale nippone, « discute désormais l'idée » d'un resserrement monétaire et « pourrait envisager » ce relèvement des taux « l'an prochain ». La BoJ n'a plus relevé ses taux depuis 2007 et, après avoir eu recours au taux négatif frappant les dépôts en 2015, a décidé de cibler les taux à 10 ans de l'Etat japonais.

Resserrement généralisé

Cette information intervient deux jours après le nouveau relèvement de l'objectif de taux de la réserve fédérale étasunienne qui, en outre, a annoncé trois nouveaux resserrements en 2017. Une semaine plus tôt en Europe, la BCE avait annoncé qu'elle poursuivrait ses rachats d'actifs entre mars et décembre prochains, mais à un rythme de 60 milliards d'euros contre 80 milliards d'euros actuellement. La remontée des prix du pétrole et ceux des taux longs après l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis justifie une politique monétaire un peu moins accommodante.

Une hausse envisagée

Selon Reuters, le choix de la BoJ dans un premier temps ne serait pas de relever son taux de refinancement, mais plutôt sa cible des taux souverains à 10 ans, actuellement fixé à 0%. « Une petite hausse l'an prochain ne peut pas être exclue », explique la source nippone à Reuters, ajoutant que cela pourrait arriver « avant même que le Japon n'atteignent l'objectif d'inflation de 2% ». Le resserrement serait donc faible et pourrait en réalité n'être qu'une adaptation à un marché obligataire souverain baissier. Mais, il n'empêche, ce serait clairement un signe que la BoJ prend un autre chemin et ralentit ses interventions sur le marché.

Inflation en accélération grâce au pétrole

Les sources citées par Reuters préviennent cependant que rien n'est écrit d'avance et que la possibilité d'une hausse de la cible des taux est liée à un net relèvement du taux d'inflation. Sous la pression conjuguée du pétrole et d'un yen affaibli par la hausse du dollar alimentée par la Fed, les prix japonais pourrait rapidement se redresser. Les signes de redressement du commerce mondial et de stabilisation de la croissance chinoise pourraient également favoriser l'activité et l'inflation, même si la croissance des salaires demeure toujours faible au Japon. En octobre, le taux d'inflation japonais est ainsi repassé en territoire légèrement positif à +0,1% sur un an après six mois de baisses des prix. Mais l'inflation sous-jacente est restée nettement négative pour 8 années consécutives à -0,4% contre -0,5% en septembre.

Choix délicat

La BoJ va donc devoir faire un choix délicat. L'inflation se redresse, mais pas grâce à une dynamique interne, ce qui rend les marges de manœuvre de la BoJ très étroites. Prendre le risque de renverser sa politique si l'inflation sous-jacente est encore faible serait prendre le risque d'un affaiblissement de l'activité, les marges des entreprises prenant l'essentiel des hausses des prix de l'énergie. Ce serait prendre le risque de peser sur une demande finale encore très faible, sans être sûre, compte tenu de la pression sur les marges, que les salaires s'ajustent. Mais si l'inflation se redresse rapidement, une politique trop accommodante entretiendra cette dynamique en pesant sur le yen et, donc, réduira le pouvoir d'achat des ménages. La BoJ pourrait alors être tenté de freiner le mouvement.

La BoJ consciente de sa perte de contrôle

Reste qu'il semble que la banque centrale nippone a clairement depuis plusieurs mois pris la mesure de l'insuffisance de son action et qu'elle se montre plus prudente qu'auparavant. Sa décision de cibler les taux longs annonçaient une volonté de disposer de plus de flexibilité pour ajuster sa politique. La BoJ observera donc également les effets du plan de relance annoncé par le gouvernement de Shinzo Abe. En cas de succès, une dynamique interne pourrait alors être lancée et soutenir le scénario d'un resserrement monétaire. Mais cette perspective semble à nouveau incertaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2016 à 8:37 :
C'est normal, c'est la FED qui dirige les taux d’intérêts sur la planète . Donc si la FED les augmente, alors les crédits vont coûter plus chers aux particuliers partout, et les dettes publiques de tous les pays du monde vont exploser.
a écrit le 16/12/2016 à 17:36 :
Dans le sillage de la FED c'est tout à fait normal et l'Europe va suivre également, elle ne peut faire autrement !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :