La Banque nationale suisse a perdu 23 milliards de francs en 2015

 |   |  463  mots
La banque centrale de Suisse a subi de lourdes pertes en 2015
La banque centrale de Suisse a subi de lourdes pertes en 2015 (Crédits : reuters.com)
Avec le renforcement du franc, la BNS affiche de lourdes pertes, mais moins lourdes qu'anticipées en juillet. La banque versera même un dividende à ses actionnaires.

La Banque Nationale Suisse (BNS) devrait avoir perdu en 2015 près de 23 milliards de francs suisses (environ 21,1 milliards d'euros), selon un communiqué publié ce vendredi 8 janvier par l'institution. Ce résultat - qui devra être confirmé en avril lors de la publication officielle des chiffres de la BNS - représente un effondrement par rapport au bénéfice de 38,1 milliards de francs enregistré en 2014 et même par rapport aux 9 milliards d'euros de perte de 2013.

Conséquences de l'abandon du seuil pour le franc suisse

Il s'agit cependant là d'une des conséquences les plus visibles de la décision prise le 15 janvier 2015 par la BNS de mettre fin - à la surprise générale - au seuil officiel du franc suisse à 1,20 franc pour un euro. Cette décision a conduit à un ajustement à la hausse de la monnaie helvétique qui a même brièvement enfoncé la parité avec la monnaie européenne pour valoir jusqu'à 97,55 centimes de francs pour un euro. Néanmoins, l'établissement de taux négatifs très forts (la cible de la BNS a été abaissée jusqu'à -1,25 % le 15 janvier), ainsi que de fréquentes interventions de la BNS sur le marché pour soutenir le franc ont permis à la monnaie helvétique de revenir au deuxième semestre à des niveaux moins élevés (entre 1,08 et 1,09 franc par euro).

Moins pire que prévu

En conséquence, les pertes enregistrées par la BNS sur son immense stock de devises acquis lors de la défense du « seuil » (600 milliards de francs) se sont révélées moins fortes que prévu en juillet, lorsque l'institution prévoyait une perte globale de 50 milliards de francs. Cette perte sur devises est de 20 milliards de francs, à laquelle s'ajoute 4 milliards de francs de perte sur la valeur des stocks d'or de la BNS. A l'inverse, la banque a gagné un milliard de francs sur le taux négatif.  Du coup, ces 23 milliards de francs de pertes apparaissent presque comme une victoire pour la BNS. Au point même que, cette perte étant inférieure aux réserves de la Banque, la contribution d'un milliard de francs à la Confédération et aux Cantons sera bien versée. La BNS se paiera même le luxe de verser un dividende de 15 francs par action à ses actionnaires qui sont, outre les cantons et leurs banques cantonales (à 55 %), des particuliers et des entreprises. Compte tenu du cours de l'action de la BNS (1.098 francs à Zurich), son rendement reste modeste (1,36 %), mais intéressant dans un contexte de taux négatifs...

Ces résultats de la BNS sont l'illustration de l'effet du « choc du franc fort » sur la Suisse : un choc sensible, réel, mais finalement surmontable pour une des économies les plus stables du monde.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2016 à 1:50 :
Cher monsieur la distribution de dividende est possible même lorsque vous faites des pertes sur un exercice, et même selon le droit français. Sans aller dans des considérations comptables exigeantes, si vous avez gagné 100€ en 2014 mais que vous perdez 50€ en 2015, vous avez le droit de vous distribuer 50€ malgré votre perte. Voilà je vous invite à vous renseigner.
a écrit le 08/01/2016 à 21:07 :
Monsieur Gaudin,
La BNS n'intervient pas pour soutenir le franc mais justement pour l'affaiblir en achetant la paire EURCHF ou USDCHF
a écrit le 08/01/2016 à 15:46 :
Je n'ai jamais vu une société qui distribue des dividendes suite à une perte. Ceci serait illégal selon le droit français.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :