La Chine veut limiter les investissements "irrationnels" à l'étranger

 |   |  428  mots
La Banque centrale chinoise appelle notamment à réduire les investissements dans le sport et la culture.
La Banque centrale chinoise appelle notamment à réduire les investissements dans le sport et la culture. (Crédits : REUTERS/Stringer.)
Le gouvernement chinois s'inquiète de la folie des investissements à l'étranger et de la baisse des réserves de change qu'ils entraînent. En 2016, ils ont atteint 170 milliards de dollars - soit un bond de 44% sur un an selon les chiffres du ministère du Commerce.

Vers encore plus de contrôles des capitaux en Chine. En marge de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire - le Parlement chinois - le ministre du Commerce Zhong Shan a critiqué samedi les investissements "aveugles et irrationnels" à l'étranger, rapporte le New York Times. En 2016, ils ont atteint 170 milliards de dollars - soit un bond de 44% sur un an, selon les chiffres officiels. Des montants mirobolants qui attisent aussi les critiques de la Banque centrale chinoise.

"Certains ne sont pas conformes à nos exigences et nos politiques pour les investissements étrangers", comme la culture et le sport, assurait vendredi dernier, le gouverneur chinois Zhou, selon des propos rapportés par le Financial Times.

Et d'ajouter : "Cela n'a pas apporté beaucoup de bénéfices à la Chine et a causé quelques plaintes à l'étranger." C'est notamment le cas aux Etats-Unis, où la multiplication d'investissements chinois dans le cinéma inquiète Hollywood quant aux censures qu'ils pourraient entraîner.

Les restrictions imposées par Pékin sur les sorties d'argent hors du pays seraient à l'origine de l'échec du rachat des Golden Globes pour 1 milliard de dollars par le conglomérat chinois Wanda ce week-end, selon l'agence Bloomberg. Il avait déjà mis la main sur la chaîne américaine de cinémas AMC en 2012 et le studio Legendary (producteur de "Jurassic World", "Batman"...) pour 3,5 milliards de dollars en 2016.

     | LIRE AUSSI : Les Etats-Unis incités à interdire les acquisitions par les entreprises publiques chinoises

Interdiction des "méga-acquisitions"

Depuis 2014, la Chine assiste à l'explosion des investissements directs à l'étranger. L'élément déclencheur de cette frénésie : la dépréciation du yuan face au dollar, entamée après une décennie de hausse face au billet vert. Pour tenter de les enrayer et redresser ses réserves de change, Pékin annonçait début décembre vouloir appliquer trois types de restrictions jusqu'à septembre 2017 :

  • interdiction des "méga-acquisitions" de plus de 10 milliards de dollars (soit 9,43 milliards d'euros) ;
  • interdiction des investissements immobiliers de plus de 1 milliard de dollars pour les entreprises d'Etat ;
  • interdiction des investissements de plus de 1 milliard de dollars qui sortent du coeur d'activité de l'entreprise chinoise acheteuse.

Ces mesures porteraient déjà leurs fruits. En janvier, les investissements chinois à l'étranger, hors secteur financier, ont plongé de 35,7% par rapport à la même période en 2016. Selon les chiffres du ministère du Commerce, cités par l'AFP, ces investissements se sont élevés en janvier à 7,73 milliards de dollars.

| LIRE AUSSI : Fuite des capitaux : la Chine s'attaque aux investissements directs à l'étranger

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/03/2017 à 9:25 :
Les années qui viennent vont être dures pour la Chine c'est une certitude, heureusement qu'elle peut toujours compter sur la vénalité de nos détenteurs de capitaux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :