La Crimée plongée dans le noir après la coupure de l'électricité venant d'Ukraine

 |   |  843  mots
Un magasin, en Crimée, pendant le blackout survenu dans la nuit de samedi 21 au dimanche 22 novembre 2015.
Un magasin, en Crimée, pendant le blackout survenu dans la nuit de samedi 21 au dimanche 22 novembre 2015. (Crédits : Reuters)
La Crimée était en grande partie plongée dans le noir dimanche en raison d'une coupure totale d'électricité venant d'Ukraine, à la suite d'explosions au niveau des lignes à haute tension, forçant les autorités à décréter l'état d'urgence dans cette péninsule ukrainienne annexée en mars par Moscou.

La Crimée était en grande partie plongée dans le noir dimanche en raison d'une coupure totale d'électricité venant d'Ukraine, à la suite d'"explosions" au niveau des lignes à haute tension, forçant les autorités à décréter l'état d'urgence dans cette péninsule ukrainienne annexée en mars par Moscou.

"Depuis 13 heures (10H00 GMT), plus de 1,64 million de personnes n'ont plus accès à l'électricité", a déclaré le ministre russe de l'Energie dans un communiqué, annonçant à la suite l'instauration dans la péninsule de l'état d'urgence.

L'électricité venant d'Ukraine a été coupée dans la nuit de samedi à dimanche, à 00H25 heure locale, soit 22H25 GMT, a précisé la branche locale du ministère russe des Situations d'urgence dans un communiqué, sans préciser la raison de cette coupure totale.

Pour le Premier ministre de Crimée, Sergueï Axionov, l'Ukraine est à l'origine de ce sinistre. "Ses agents l'ont peut-être fait eux-mêmes, j'estime qu'elle (leur) a donné son accord", a-t-il dit sur les ondes de la radio moscovite Govorit Moskva en doutant des recherches éventuelles.

De son côté, l'Ukraine, qui a confirmé que des explosions avaient eu lieu au niveau des lignes à haute tension, a assuré ne pas connaître les responsables: "L'enquête suit son cours. Pour l'instant il n'y a pas d'hypothèses, les enquêteurs y travaillent", a déclaré à l'AFP la porte-parole du ministère ukrainien de l'Intérieur, Natalia Stativko.

 Acte terroriste

La compagnie ukrainienne d'électricité d'Etat Ukrenergo a publié sur son site des photos d'un pylône électrique abattu et d'un autre endommagé, situés dans la région ukrainienne de Kherson, au nord de la Crimée. La nature de ces dégâts évoque un "tir d'artillerie ou l'utilisation d'engins explosifs", a-t-elle précisé dans un communiqué.

Vendredi, très tôt dans la matinée, deux autres pylônes avaient été détruits, a annoncé Iouri Kassitch, vice-directeur d'Ukrenergo, précisant que des "éclats d'obus" avaient été retrouvés sur place. Or, l'approvisionnement de la Crimée en électricité dépend entièrement de ces quatre lignes ukrainiennes à haute tension.

"L'ensemble des quatre lignes qui fournissent la Crimée en électricité ont été coupées. Plus tôt dans la journée, nous avons tenté de rétablir le courant, mais ce fut un échec", a poursuivi Iouri Kassitch, lors d'une conférence de presse, ajoutant que les mesures techniques prises pour pallier le manque d'électricité sont "très dangereuses", a-t-il ajouté.

Des Tatars de Crimée, une minorité musulmane majoritairement opposée à l'annexion, manifestaient au pied des pylônes depuis samedi, et appelaient à un blocus de la péninsule pour protester contre l'arrestation de plusieurs de ses membres en Crimée, selon l'agence de presse russe RIA Novosti.

Refat Tchoubarov, l'un des dirigeants de cette communauté, a refusé de répondre lorsqu'un journaliste lui a demandé si les Tatars de Crimée étaient impliqués dans le sabotage des lignes, a indiqué l'agence. Le député russe pro-Kremlin Frants Klintsevitch a qualifié la coupure d'électricité de "véritable acte terroriste" , d'après RIA Novosti.

Annexée par Moscou en mars 2014, la Crimée dépend toujours de son ancienne patrie, l'Ukraine, pour son approvisionnement en eau, en produits alimentaires mais surtout, en électricité. En décembre, Kiev avait déjà coupé l'électricité plusieurs fois, asphyxiant son ancienne péninsule pour faire pression sur les autorités russes.

Lundi décrété jour férié

Il faudra 24 heures pour rétablir une ligne, mais "deux, trois, voire quatre jours" pour remettre en service la deuxième, a estimé le vice-directeur d'Ukrenergo, Iouri Kassitch, si les manifestants pro-ukrainiens permettent aux techniciens d'accéder au site.

Lundi a été décrété férié par les autorités de Crimée, à l'exception des fonctionnaires qui devront se rendre au travail. Si plus de 150 écoles ne sont plus fournies en électricité, les hôpitaux et autres établissements qualifiés de "vitaux" pour la population restent alimentés par des générateurs, a indiqué le ministère russe des Situations d'urgence.

D'autres générateurs permettent de "fournir partiellement" de l'électricité aux villes de Simféropol, Yalta et Saki. A Sébastopol, principale ville de la péninsule et port d'attache de la flotte russe en mer Noire, les quartiers étaient alimentés chacun à tour de rôle en électricité, a constaté un journaliste de l'AFP sur place, mais la moitié restaient toujours dépourvus de courant.

"Je n'ai pas eu d'électricité toute cette nuit. Les autorités sont inefficaces, elles ne savent pas s'occuper de la ville et elles n'ont toujours pas construit de centrale électrique locale", s'insurgeait Konstantin, 49 ans.

"Ce n'est pas la première fois que l'Ukraine coupe l'électricité à la Crimée, nous sommes habitués aux coupures d'électricité et nous avons prévu des batteries", a de son côté raconté à l'AFP Oleg, 56 ans. "Le souci, c'est le frigo qui ne cesse de s'éteindre."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2015 à 14:54 :
@ BONJOUR ; Comme mon intervention a mystérieusement disparue (encore un coup de POUTINE je suppose) je vais la retranscrire à nouveau : donc un petit rappel historique : la CRIMEE n'a jamais "appartenue" à l'UKRAINE c'est un mensonge de prétendre le contraire ! la CRIMEE a été conquise sur l'EMPIRE OTTAMAN par la RUSSIE à la fin de XVIIIème siècle ! l'armée russe a libéré l'UKRAINE de la domination OTTOMAN ......... EN 1954 le camarade KROUTCHEF a "donné" la CRIMEE à l'UKRAINE sans rien demandé aux habitants....... Les habitants de la CRIMEE majoritairement parle le russe et pas l'ukrainien tout comme les provinces de l'est séparatistes !!!! mais comme notre résident Normal rampe devant els U.S.A. un petit mensonge ne peut pas faire de mal. M. HOLLANDE a préféré défendre les intérêts stratégiques américains au intérêts économiques français Les USA avaient besoin de la CRIMEE et du port de SEBASTOPOL sa flotte pour finir l'encerclement de la RUSSIE !. DOMMAGE pour els américains il fallait profiter du poivrot ELTSINE une caisse de vodka et l'affaire était réglée !
a écrit le 23/11/2015 à 1:11 :
1. Cela a été prévisible. Déjà il y a eu des explosions des pylônes, mais sans coupure totale. Qu’est-ce qu’il y a été fait du côté russe en un an et demie pour la prévention ? Pas grande chose.
2. Probablement il n’y aura aucune réponse du côté russe.
3. Possiblement cela est lié aux relations commerciales entre les pays, mais la version de l’action des forces qui cherchent une confrontation à tout prix est également probable.
a écrit le 22/11/2015 à 21:16 :
L'Ukraine n'aura pas supporté bien longtemps le retour en grâce de la Russie grâce à son combat efficace contre les islamistes en Syrie... C'est vrai que c'était opportun de nous rappeler qu'elle existe : on finissait par ne plus penser à elle, pris que nous sommes par de véritables problèmes désormais : les nôtres, pas les siens...
a écrit le 22/11/2015 à 20:09 :
Annexée, annexée... comme vous y allez... rattachée à la Russie. Ce n'est pas parce que cela n'arrange pas les USA, vos maîtres, qu'il faut être grossiers...
Réponse de le 22/11/2015 à 20:54 :
Je n'aurais pas dit mieux :o)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :