La croissance chinoise devrait ralentir en 2017

 |   |  466  mots
(Crédits : © Jason Lee / Reuters)
Le Premier ministre chinois Li Keqiang a fait état ce dimanche d'une prévision de croissance de 6,5% en 2017, contre 6,7% en 2016.

En ouvrant la réunion annuelle du Congrès national du peuple, le Parlement, le Premier ministre chinois Li Keqiang, a annoncé une révision à la baisse de l'objectif de croissance de la Chine en 2017. "On attend une croissance d'environ 6,5%, même si nous nous efforcerons de faire mieux", a déclaré le Premier ministre Li Keqiang devant les près de 3.000 membres du Parlement chinois (ANP). Cette prévision est inférieure à la croissance de 6,7% réalisée l'an dernier, sa plus mauvaise performance depuis 26 ans. Pour rappel, la croissance doit atteindre au moins 6,5% par an sur la période 2016-2020 pour que soit tenu l'objectif officiel d'un doublement du produit intérieur brut (PIB) et du revenu par habitant par rapport aux niveaux de 2010.

355 milliards d'euros d'investissements

La priorité est donnée à l'encadrement des risques sur le soutien à l'activité. Le record des nouveaux prêts bancaires et une augmentation de la dépense publique, ont alimenté les craintes des responsables chinois quant à un surendettement et une surchauffe du marché immobilier. La dette dépasse déjà 270% du PIB et Pékin investira cette année 355 milliards d'euros dans des projets ferroviaires, d'autoroutes et voies fluviales. Néanmoins, l'objectif de déficit budgétaire est maintenu à 3% du produit intérieur brut (PIB) pour 2017, inchangé par rapport à l'an dernier.

 "Les fondamentaux sont solides"

En abaissant considérablement le coût du crédit depuis 2014, Pékin voulait doper l'activité mais ces énormes liquidités ont surtout alimenté la spéculation et une énorme bulle dans l'immobilier, que les autorités s'efforcent désormais de dégonfler -comme l'a admis Li Keqiang.

Cependant, le Premier ministre s'est empressé de rassurer: "Les fondamentaux économiques sont robustes. Nous avons les capacités de maîtriser les risques systémiques", a-t-il martelé, rappelant que le désendettement des entreprises, particulièrement les groupes d'Etat, était "une priorité".

Les banques (qui ferment leurs portes aux firmes privées pour privilégier les groupes publics et les placements spéculatifs) doivent "se concentrer" sur le financement de "l'économie réelle", a tonné le Premier ministre chinois.

La Chine va continuer à appliquer une politique budgétaire proactive et une politique monétaire prudente, a-t-il par ailleurs déclaré, ajoutant que le gouvernement mettrait en oeuvre des réformes axées sur l'offre et prendrait des mesures pour garantir la sécurité du secteur financier.

"En général, la position de politique de la Chine s'est tournée vers le 'contrôle des risques' et le 'dégonflement des bulles'. Cela veut dire que la politique monétaire va graduellement se resserrer", estime Zhou Hao, économiste spécialiste des marchés émergents pour Commerzbank AG à Singapour. L'objectif d'inflation des prix à la consommation a été maintenu à un niveau inchangé de 3% pour l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2017 à 6:03 :
La crise s'est pour tous le monde, mais bon 500 000 emploi én moins, s'est un départ à la retraite des plus vieux d'un secteur de production.... Ensuite ils faudrai des brads pour construire les nouvelle autoroute, ligne de chemin de fer et vois de navigation . Çe n'est pas comme dans notre pays où il n'y a pas de travail, meme mal payer...
a écrit le 06/03/2017 à 0:44 :
Y'aurait-il une crise économique démarrée depuis 2007 que l'on m'aurait caché à l'issue de mon plant grès..?? Quel scandale !
a écrit le 05/03/2017 à 15:59 :
L’économie, c'est facile.

Les voilà arrivés quasiment au même stade que tous les pays déjà développés. Sauf qu'il leur reste encore un potentiel de croissance de plusieurs années devant eux.
Ils dépendent trop des exportions et de l'industrie et doivent maintenant trouver des relais de croissance interne. Ce qui veut dire les infrastructures, la consommation et les services.

Idem pour le système financier, qui devrait théoriquement "financer l'économie réelle", mais qui préfère spéculer ou prêter à l’Etat.

Ce qui va immanquablement amener la question de la politique de l'offre ou de la demande ?

Comme quoi il n'y a pas besoin de fermer les frontières ou de créer des conflits, là où il n'y en a pas besoin. Il suffit d'un peu de régulation et de règles clairement définies de commerce international, pour que chacun y trouve son compte.

Reste à trouver une alternative à la croissance, ou à accepter l'idée qu'elle ne peut être perpétuelle. Mais ça c'est déjà l’étape d'après et personne ne semble encore avoir trouvé la solution.
a écrit le 05/03/2017 à 11:15 :
Oui oui les chinois virent 500000 emplois et on croit à fond à leur enthousiasme débordant. D'autant que plusieurs de vos articles nous ont bel et bien démontré que les statistiques chinoises n'étaient pas fiables.

Dans ce contexte, ces statisticiens peu fiables chinois prévoyaient une croissance de 6.7, maintenant de 6.5, pour à la fin de l'année tomber à 5.5 et dans la réalité dépasser à peine 3% peut-être puisque au final on ne sait rien.

C'est exactement le même problème que dans le bio, les autorités chinoises ont tendance à valider des produits agricoles pétroliers, entre autres, comme bio et du coup de diffuser dans le monde du bio contaminé chimiquement.

Mais notre europe choquée des mauvaises manières de trump va se précipiter dans leurs bras.

Vite un frexit.
Réponse de le 06/03/2017 à 13:44 :
vous croyez que les médias occidentaux disent la vérité? Alors là vous croyez au père Noël!!! Vos médias sont les menteurs professionnels!!!! Ils mentent comme ils respirent.
Réponse de le 06/03/2017 à 15:46 :
"vous croyez que les médias occidentaux disent la vérité? Alors là vous croyez au père Noël!!! Vos médias sont les menteurs professionnels!!!! Ils mentent comme ils respirent"

Une grosse obsession peut-être ? N'hésitez pas, consultez !

Sinon, même si cela n'a rien à voir avec mon commentaire, non je ne crois pas, ou très peu dans les médias français, par exemple, étant donné que 95% d'entre eux appartiennent à 7 milliardaires.

Arrêtez les fixettes c'est très mauvais pour l'analyse et dans un forum c'est carrément désastreux étant donné que nous constations bien que vous n'êtes pas la pour discuter, ni pour débattre ni même pour émettre des idées venant de vous, non vous n'êtes là que pour rabâcher un dogme.

Je vous conseille fortement d'arrêter d'avoir peur et de vivre, il n'est jamais trop tard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :