La dette de la Chine inquiète les agences de notation

 |   |  477  mots
L'endettement des entreprises chinoises augmenterait encore de 77% sur les cinq prochaines années pour atteindre 28.800 milliards de dollars.
L'endettement des entreprises chinoises augmenterait encore de 77% sur les cinq prochaines années pour atteindre 28.800 milliards de dollars. (Crédits : KIM KYUNG-HOON)
Alors que la Banque centrale chinoise a pris de nouvelles mesures pour faciliter les prêts des banques, Moody's et Fitch s'inquiètent de la dette galopante, publique et privée, et pointent une "hausse prévisible des créances douteuses".

Ce n'est pas une dégradation, mais cela s'en rapproche. Moody's a fait passer la dette souveraine chinoise en perspective négative mais la maintient à Aa3, la quatrième plus forte note possible, mercredi 2 mars. SI l'agence de notation fait planer une menace de dégradation de la note de la Chine, c'est parce qu'elle doute de la capacité des autorités à mener des "réformes sérieuses et efficaces". Car sans celles-ci, Moody's considère que:

"la croissance du PIB de la Chine ralentirait de manière plus marquée, une dette lourde entravant l'investissement des entreprises et l'évolution de la démographie se révélant de plus en plus défavorable. La dette publique augmenterait de manière bien plus nette que nous ne le pensons actuellement", écrit Moody's mercredi.

Moody's évalue la dette publique chinoise à 40,6% du PIB fin 2015. Mais Standard & Poor's estimait en juillet que la dette des entreprises représentait déjà 160% du PIB en 2014, deux fois le niveau de celle des Etats-Unis, contre 120% en 2013. Pis: cet endettement augmenterait encore de 77% sur les cinq prochaines années pour atteindre 28.800 milliards de dollars.

L'accélération du crédit inquiète par les agences de notation

L'agence Fitch signalait de son côté l'accélération de la croissance du crédit et les risques que cela comporte pour les banques chinoises:

"La réduction d'un demi-point du coefficient des réserves obligatoires entrée en vigueur mardi, ainsi qu'une croissance record du crédit en janvier, pourraient laisser penser que les autorités modifient leur politique dans le sens d'une croissance davantage alimentée par le crédit", écrivent des analystes de Fitch.

"Augmenter l'encours de la dette ne fera que retarder, et non traiter, une hausse prévisible des créances douteuses", insistent-ils.

En effet, une nouvelle fois, lundi, la banque centrale chinoise (PBOC) a abaissé les ratios de réserves obligatoires imposés à ses établissement financiers. Dans le détail, la part de leurs dépôts que les banques sont tenues de garder dans leurs coffres et qu'ils ne peuvent donc pas prêter l'économie chinoise va diminuer de 0,5 point de pourcentage. Cela pourrait bien entraîner de nouveaux prêts massifs, alors que ceux-ci ont atteint un record de 385,40 milliards de dollars en janvier.

Les Bourses chinoises boostées

Pour le moment, cette annonce de la PBOC a donné un coup de fouet aux Bourses chinoises. Shenzhen, la deuxième place boursière chinoise, clôturait en hausse de 4,70%. La Bourse de Shanghai a bondi de 4,26%.

Marie Diron pour Moody's, dont les propos sont rapportés par le Financial Times, prévoit qu'il y aura "de nouvelles stimulations financières et monétaires pour maintenir la croissance à un niveau solide. Mais si cela retarde les réformes, nous pensons que ce sera un mauvais signal".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/03/2016 à 13:31 :
Depuis le temps qu'ils accumulent des projets immobiliers non-rentables, des prêts aux industries d'Etat inefficaces et des surcapacités dans tous les domaines, ca devait arriver. On commence à se rendre compte que la politique joue plus de rôle dans l'économie chinoise que le bon sens.
a écrit le 03/03/2016 à 0:31 :
Les nuages s'amoncellent. Lorsque rien ne va plus, il reste la guerre pour résoudre les problèmes... et il y tellement de problèmes que cela paraît inexorable.
a écrit le 02/03/2016 à 15:28 :
La natalité chinoise est sur un plan décroissant mais l'indice de santé est lui sur un plan croissant tandis que le pays doit "urbaniser" les 2 tiers de sa population. La Chine peut donc s'endetter sans risque pour peu que ce rythme de transformation soit maintenu. les agences de notation font la meilleure publicité au pays pour la solidification de sa devise, les spéculateurs pensent surtout que dette veut en réalité dire crédit et que crédit veut dire expansion. Ils ont raison, il s'agit donc d'une dette "positive" comme disent certains économistes populistes de radio. Les rencontres récentes portent on le voit quelques fruits.
Réponse de le 02/03/2016 à 17:24 :
Haa .. c'est pour cela que le shadow-banking a explosé. Et que leurs sociétés industrielles sont devenues des banques. Merci de cette explication.
a écrit le 02/03/2016 à 14:46 :
Clair qu'ils sont "communistes" ha ha ha ...
a écrit le 02/03/2016 à 13:25 :
Les camarades capitalistes ont triché eux aussi. Ils surproduisent avec notre dette ... Aie Aie, ça va mal finir
a écrit le 02/03/2016 à 12:21 :
c'est un empire aux pieds d'argile ha ha ha ^_^
a écrit le 02/03/2016 à 12:17 :
Le problème c'est qu'avec leur PQ ils rachètent (chateaux bordelais Aéroports, ect.....
Cherchez l'erreur ???
a écrit le 02/03/2016 à 12:14 :
La Chine est le premier créancier des US, avant le Japon, et est assise sur une montagne de dollars. Les agences de notation craignent donc que la Chine demande le remboursement de sa créance plutôt qu'autre chose, car les US étant bien incapables de rembourser, on serait alors dans un scénario de guerre mondiale :-)
Réponse de le 02/03/2016 à 16:09 :
Les us s étant endetté en dollar ils ne peuvent pas faire faillite il leur suffit d imprimer de la monnaie

=> par contre le dollar risque de s effondre (mais cette monnaie de singe est pour l instant stable malgré la quantité de papier imprimée par ma FED
Réponse de le 02/03/2016 à 17:41 :
@Michel: et si le "mighty" dollar s'effondre, c'est tout le système financier actuel qui s'effondre et on se retrouve aussi dans un scénario de guerre mondiale. De plus, il est peu probable que les Chinois demandent un remboursement en monnaie de singe. Les Américains n'ont pas affaire ici à de petits pays qu'il suffit d'envahir pour les ramener dans le rang :-)
a écrit le 02/03/2016 à 11:31 :
Le mirage économique ... s’effondre ?
a écrit le 02/03/2016 à 11:29 :
Il serait temps qu'ils s'attaquent au "koutdutravail" dans ce pays non mais !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :