La France somme la Turquie de ne plus bombarder les Kurdes en Syrie

 |   |  513  mots
La Turquie redoute que les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), qui contrôlent déjà une grande partie du nord de la Syrie, n'étendent leur influence à la quasi-totalité de la zone frontalière avec la Turquie.
La Turquie redoute que les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), qui contrôlent déjà une grande partie du nord de la Syrie, n'étendent leur influence à la quasi-totalité de la zone frontalière avec la Turquie. (Crédits : © Rodi Said / Reuters)
La tension monte en Syrie. La France demande à la Turquie et au pouvoir syrien d'arrêter "immédiatement" de bombarder les kurdes, tandis que Barack Obama demande à Vladimir Poutine de stopper les frappes aériennes russes sur l'opposition syrienne modérée.

La France a appelé dimanche à la "cessation immédiate des bombardements" en Syrie, par la Turquie dans les zones kurdes et par Damas et ses alliés dans tout le pays, selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Exprimant "sa préoccupation à l'égard de la dégradation continue de la situation dans la région d'Alep et au nord de la Syrie", la France "appelle à la cessation immédiate des bombardements, ceux du régime et de ses alliés sur l'ensemble du pays, et ceux de la Turquie dans les zones kurdes", selon le texte.

"La priorité absolue va à l'application du communiqué de Munich et de la résolution 2254 du Conseil de sécurité des Nations Unies, comme à la lutte contre Daech", ajoute le communiqué.

Obama demande à Poutine de faire cesser les frappes sur l'opposition modérée

De son côté, le président américain Barack Obama a demandé à son homologue russe Vladimir Poutine de mettre fin aux frappes de l'armée russe en Syrie contre des groupes de l'opposition modérée, conformément à l'accord international conclu à Munich jeudi

Les grandes puissances impliquées dans le dossier syrien, tout particulièrement la Russie, alliée de Damas, et les Etats-Unis, partisans de l'opposition, ont conclu jeudi un accord à Munich prévoyant une "cessation des hostilités" en Syrie dans un délai d'une semaine.

Mais la situation sur le terrain s'aggrave chaque jour et est marquée par une implication grandissante des acteurs extérieurs. Pour la deuxième journée consécutive, l'armée turque a bombardé au mortier dimanche des positions kurdes dans le nord de la Syrie, aux alentours de la ville syrienne d'Azaz, dans la province d'Alep.

Les Etats-Unis, alliés et partenaires de la Turquie au sein de l'Otan, ainsi que le gouvernement syrien, ont également condamné ces bombardements.

La Turquie craint l'expansion des YPG kurdes

La Turquie redoute que les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), qui contrôlent déjà une grande partie du nord de la Syrie, n'étendent leur influence à la quasi-totalité de la zone frontalière avec la Turquie. La progression des YPG à l'ouest de l'Euphrate en Syrie constitue "une ligne rouge", a expliqué le vice-Premier ministre turc Yalcin Akdogan, avertissant que la Turquie ne resterait pas "les bras croisés".

Par ailleurs, l'armée syrienne de son côté continue de progresser au nord d'Alep et ne se trouvait plus dimanche qu'à environ trois kilomètres au sud de Tall Rifaat, l'un des trois bastions qui restent aux insurgés dans cette région. La localité, qui a été visée samedi par plus de 20 raids russes, est également attaquée à l'est par les Kurdes.

L'offensive dans la région d'Alep lancée le 1er février par le régime de Bachar al-Assad a provoqué l'exode de dizaines de milliers de personnes qui restent notamment bloquées au nord d'Azaz, tout près de la frontière turque, espérant que les autorités turques les laissent entrer.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2016 à 15:30 :
Pour comparer les Kurdes à une armée de barbares intégristes et aux services secrets d’un pays sunnite, il faut être soit ignorant soit dangereux. Pourtant ce discours stigmatisant et hostile a trouvé son public, ce qui a permis au parti d’Erdogan de retrouver la majorité absolue aux dernières élections législatives. La culture kurde est fondée sur le profond respect de l’être humain, de sa liberté et de l’égalité avec ses semblables. C’est pourquoi une aide réelle aux combattants kurdes doublée de la reconnaissance de leur indépendance est une des clefs qui permettra de désamorcer la situation dans la région. De toutes les parties d’Irak, seul le Kurdistan irakien a su garder une stabilité depuis qu’il a gagné son autonomie. Alors pourquoi ne pas s’inspirer de cet exemple et faire de même avec le Rojava en Syrie ? Pourtant à Paris, ce sont plusieurs appels qui ont mobilisés successivement des centaines de personnes, jusqu’à un millier parfois. Ces rassemblements se sont heurtés à un mur policier et ont subi dispersion et gazages. Les intérêts de la Turquie en France sont bien protégés. Cela permet l’acceptation de cette guerre menée avant tout contre les civils par le gouvernement Erdogan, bien décidé à « en finir » avec les Kurdes qui revendiquent leur autonomie de destin dans le cadre d’une République Turque capable de faire vivre ensemble tous ses Peuples.
Réponse de le 17/02/2016 à 13:10 :
Je suis pour l'éclatement de la Turquie actuelle, afin que les populations opprimées par l'invasion Turque depuis longtemps, soit enfin libérées (refus de les autoriser à parler leur langue, refus de toute démocratie et autonomie politique de territoire, agressions incessantes des forces de police). Les Turcs doivent être virés de tous territoires qui ne leur appartiennent pas (Grêce historique inclue) !
Pour les Kurdes, je suis pour une fusion du Kurdistan Turc, du Kurdistan Syrien et Irakien, avec la création d'un Etat Kurde libre. Mais je suis aussi pour l'écrasement du gouvernement islamiste d'Erdogan , que ces islamistes malades paient tous leurs crimes, comme les dirigeants nazis à Nuremberg.
La République Française doit intervenir militairement pour briser ce joug totalitaire, elle peut le faire et le doit. Il faut arrêter de dormir ! La France doit reprendre en main son projet d'UE, saboté par des dirigeants français qui ont laissé ouvrir l'UE selon le voeu de l'Angleterre une fois dedans, pour en faire un marché alors qu'ils 'agit de créer une puissance rivale des anglo-saxons pour retrouver notre indépendance, perdue lors de la 2eme guerre mondiale !
Cette UE ne peut exister qu'en réunissant un nombre restreint de pays de l'ouest, et sans l'Angleterre évidemment (mais avec l'Ecosse ..).
a écrit le 16/02/2016 à 9:12 :
La Turquie avec un Erdogan extrême ? C est difficile de sortir de la Syrie erdogane ils marche a la voile et va peur ?
a écrit le 15/02/2016 à 13:36 :
Et Hollande va envoyer des troupes pour empêcher les forces armées turques de pénétrer, avec l'Arabie Saoudite, en Syrie prochainement? Tout le problème d'être dans l'OTAN avec des pays qui ont une double vision antagoniste. Je tape sur qui je veux et si il y a une réponse désagréable je pleure pour que les les membres de l'alliance viennent à mon secours... Et tout le problème d'être un pays de seconde catégorie sans les moyens de sa politique étrangère, du moins si on en a une...
a écrit le 15/02/2016 à 11:55 :
Une magnifique désillusion pour ceux qui ont pu croire que l'OTAN pourrait empêcher les agressions. La Turquie est membre de cette organisation et pourtant n'hésite pas à agresser un autre pays. Bien entendu, "qui veut noyer son chien..." et les Kurdes sont des terroristes malgré qu'ils soient en première ligne contre Daesh. Mais peut-être les Américains cherchent-ils à déclencher un conflit mondial en se disant que la Russie va réagir ? À suivre donc :-)
a écrit le 15/02/2016 à 11:13 :
Quelqu'un a entendu parler de l'Uberisation des conflits? On y vient!
a écrit le 15/02/2016 à 7:37 :
"Opposition modérée" Obama joue au c-- et nous prend pour des benêts.
Réponse de le 15/02/2016 à 8:21 :
opposition modérée , ça veut dire Al Qaida et consort , ceux qui font du "bon boulot" comme disait un de nos ministres
a écrit le 15/02/2016 à 6:31 :
Et quand la France s' en est allée bombarder la Syrie au lendemain des attentats de Paris pour se "défoulé" sans aucune utilité militaire ou en obstruant les dégâts civils collatéraux on en parle? Ou même de rappelé le parallèle incroyable avec les US en Irak ou en Afghanistan, presqu' aucun média le fait .
Réponse de le 15/02/2016 à 8:22 :
sans oublier la Libye à laquelle nous avons apporté la paix, la démocratie et la stabilité.
a écrit le 15/02/2016 à 3:40 :
La complexite de la situation fera des analysises retrospectives interessantes. J'aimerais pas etre a la place de Kerry ni de Fabius....
a écrit le 14/02/2016 à 23:14 :
C'est incroyable ce que des dictateurs peuvent faire comme dégâts. Bachar d'un côté qui aurait dû céder sa place depuis longtemps, Poutine qui a d'abord mis un veto qui s'est avéré catastrophique et qui maintenant parle de 3e guerre mondiale alors que c'est lui en serait l' un des principaux responsables. Tous ces gens se fichent du peuple syriens et des conséquences des migrations et déstabilisations en chaîne dans les pays voisins.
Réponse de le 15/02/2016 à 9:32 :
Henri... vous vous imbibez un peu trop de la ^presse mainstream... Vous regardez la chaine allemande ZDF qui invente des soldats russes au Donetz ou bien le journal d'antenne 2 qui montre des frappes russes enSyrie, prétendant qu'il s'agit de frappe propres américaines... Trop drole Pujadas... La situation actuelle tant en Ukraine qu'en Syrie demande un peu plus de nuances... Il n'y a pas d'un cote les méchants dictateurs et de l'autre les bons occidentaux... Ces bons apôtres occidentaux avec leurs bonnes paroles, leur droits de l'homme et leur démocratie plein la bouche, qu'ils ont merveilleusement importé en Lybie par exemple... Pour l'instant, les dégâts, causés par les occidentaux, ce sont plutôt vos méchants dictateurs qui les réparent
a écrit le 14/02/2016 à 23:06 :
Bon. Donc, il ne faut surtout pas parler de la responsabilité des us. Noté. Mais ça vous retombera dessus. Chacun fait ses "choix".
a écrit le 14/02/2016 à 22:50 :
Bon. Donc, il ne faut surtout pas parler de la responsabilité des us. Noté. Mais ça vous retombera dessus. Chacun fait ses "choix".
Réponse de le 15/02/2016 à 0:05 :
Les US ?
Chutttt pauvre fou...
a écrit le 14/02/2016 à 22:10 :
"alors que Barack Obama demande à Vladimir Poutine que les Russes stoppent les bombardements sur l'opposition modérée" En effet, léger "malaise"... :-) Et tu voudrais croire que la Turquie et l'Arabie Saoudite sont du coté d'Assad..?? Là, les us veulent te vendre un 4x4 sans roues pour éviter qu'il pollue... Dure la vie de commercial, dure... Le pire est qu'hollande est affidé un max. Triste. US GO HOME!
a écrit le 14/02/2016 à 21:51 :
La France somme la Turquie de ne plus bombarder les Kurdes en Syrie ...

L'efficacité à décréter d'urgence,

interdire l'importation de tous les produits de marque Française en provenance de Turquie :

interdire l'importation massive des Renault de Turquie, interdire l'importation de tous les produits habits, vetements, cosmétiques,
a écrit le 14/02/2016 à 21:37 :
La "résistance" syrienne ou le "terrorisme" selon les points de vue, n'a pas vaincu en 5 ans. Une telle guerre civile avec terreur est intenable pour la population. Il faut bien conclure un jour. Les US et la France ont perdu du fait de la mollesse de leur engagement en fourniture d'armes adaptées et de soutien militaire suffisant. Il est clair que les Syriens sont un peuple évolué capable de gérer leurs affaires. Tout comme le Liban a retrouvé la paix et la prospérité après le départ des étrangers.
a écrit le 14/02/2016 à 21:13 :
Notre petit caporal en scooter ! Veut faire Peter ses galons ! Luî qui n a jamais été capable de prendre le moindre engagement vis à vis d'une femme ! 😂💉🐷
Réponse de le 15/02/2016 à 12:15 :
Ouhaou, quand vous sortez les arguments économiques vous ça dégage...

C'est épuisant ce genre de commentaire insipide, merci.
a écrit le 14/02/2016 à 20:48 :
Belles interventions simultanées, on ne peut définitivement pas faire confiance aux pouvoirs turque et russe pour les laisser faire tranquillement leurs petites guerres de leur côté.

Il faut renforcer à tout prix et appuyer l'étouffement financier de l'EI afin que ce dernier implose. Parce qu'on commence à se retrouver dans la région avec des conséquences auxquelles personnes n'avaient pensé.
a écrit le 14/02/2016 à 20:45 :
Quand des pays comme la Turquie, l'Arabie Saoudite, le Quatar qui sont soit disant de notre côté, mettent de l'huile sur le feux. Les Russe sont ouvertement du côté de Damas, pour leurs intérêts propres. Il serait temps que tous le va en guerre occidentaux regarde derrière eux, et vous le résultat des interventions passés au proche orient. Que se passera ils quand des troupes ou des avions Turque ou Saoudien franchirons la frontière Syriennes ( en dépit du droit international), et que l'armée Syriennes ou les force Russe répondrons une troisièmes guerres mondial.
a écrit le 14/02/2016 à 20:11 :
Poutine est arrivé en Syrie après avoir mis son droit de veto à une intervention de l'Onu pour séparer les belligérants 1 an seulement après le début de cette crise, on voit le résultat catastrophique, depuis c'est une méga- gabegie comme partout où il passe, Ukraine, Géorgie, Moldavie, bientôt pays baltes etc. et peut être une guerre mondiale. Les russes pendant ce temps en font les frais et pas seulement.
Réponse de le 14/02/2016 à 20:36 :
Il est vrai que la gestion Américaine et Européenne en Irak, Afghanistan, et Libye est exemplaire de se s'il faut faire
Réponse de le 14/02/2016 à 23:09 :
Non mais ils en ont tiré les conclusions. Ce que ne fait pas Poutine qui va nettement plus loin dans la gabegie totale.
Réponse de le 15/02/2016 à 6:59 :
La (petite) différence entre les pays baltes et l'Ukraine, la Moldavie et la Georgie est que, sitôt indépendants de l'URSS, ils ont compris que leur indépendance leur imposait d'adhérer à l'UE et surtout à l'OTAN sans délai. L'OTAN est leur seule garantie.
Réponse de le 15/02/2016 à 8:29 :
les Russes ont surtout compris le jeux des occidentaux après le désastre Libyen , le mandat de l'ONU avait été largement outrepassé et les occidentaux ont détruit la Libye et auraient fait de même avec la Syrie.
La méga-gabégie est due aux actions inconsidérées de l'UE et des USA en Géorgie et en Ukraine.
Les pays baltes n'ont rien à craindre des Russes , sauf bien sur si l'Otan les utilisent comme base pour installer des missiles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :