La Russie a achevé le règlement de la dette extérieure de l'ex-URSS

 |   |  281  mots
(Crédits : DR)
La Russie a annoncé lundi avoir achevé le règlement de la dette publique extérieure héritée de l'époque soviétique, avec le versement à la Bosnie-Herzégovine de 125,2 millions de dollars dus au titres des échanges commerciaux entre l'URSS et la Yougoslavie.

Un accord entre la Russie et la Bosnie-Herzégovine sur le règlement de cette somme a été signé à Moscou le 21 mars et est entré en vigueur le 20 juillet.

"La Fédération de Russie a réglé le 8 août 2017 la dette devant la Bosnie-Herzégovine", a indiqué le ministère des Finances dans un communiqué. "La Bosnie-Herzégovine était le dernier Etat-créancier étranger de l'ex-URSS (...) devant lequel la dette n'était pas réglée ."

La Russie de tourner définitivement la page de la dette soviétique

A la chute de l'URSS, qui avait accumulé quelque 70 milliards de dollars de dette extérieure, contractée surtout pendant les temps difficiles de la Perestroïka (1985-1991), la Russie a été reconnue comme l'héritière unique de cette dette.

Après des années 1990 douloureuses avec comme point culminant un humiliant défaut sur sa dette en 1998, la Russie a bénéficié au début des années 2000 d'un afflux de pétrodollars grâce à l'envolée des prix du pétrole et du gaz.

En 2006, à l'issue d'intenses négociations, Moscou a réglé par anticipation sa dette de plus de 20 milliards de dollars (95% du poids des emprunts soviétiques) envers 17 pays créanciers de l'URSS réunis au sein du Club de Paris.

Alors que certains experts s'inquiétaient du risque d'épuisement financier, Vladimir Poutine a cependant érigé en priorité de préserver la solidité des comptes de l'État lors des deux ans de crise qui viennent de frapper la Russie à cause des sanctions occidentales visant Moscou en raison de la crise ukrainienne, mais aussi de la chute des cours des hydrocarbures.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/08/2017 à 15:19 :
"risque d'épuisement financier" d'un pays extrêment riche en ressources naturelles ! Jusqu'où ira donc la tentative de décrébilisation des médias occidentaux ? La Russie se tourne vers d'autres amrchés, dont la Chine et l'Inde, et il sera très difficile pour les Occidentaux de récupérer le marché russe après les sanctions :-)
a écrit le 22/08/2017 à 15:16 :
Petite question technique, si la Russie a fait défaut sur sa dette en 1998, alors on a effacé ses dettes, non ? Quand on fait défaut, on ne rembourse pas après. Ou alors c'était un défaut partiel seulement ? Merci de m'éclairer.
Réponse de le 22/08/2017 à 18:19 :
@défaut: la Russie avait, selon cet article, une dette de 70 milliards de DOLLARS à la chute de l'URSS et elle n'a aujourd'hui plus aucune dette envers qui que ce soit. Par comparaison, la France a enregistré une hausse de 62,3 milliards d'EUROS de sa dette au premier trimestre 2017 selon Le Point (http://www.lepoint.fr/economie/la-dette-publique-de-la-france-se-rapproche-des-100-du-pib-30-06-2017-2139426_28.php). Sans être mathématicien, on voit bien que la situation de la Russie, qui a du pétrole et des idées, est beaucoup plus enviable que celle de la France, quoi qu'en disent les médias occidentaux :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :