La Russie annonce un plan de relance de 9 milliards d'euros

 |   |  528  mots
Vladimir Poutine doit affronter la chute du rouble et des cours du pétrole, dans un contexte de sanctions économiques et commerciale infligées à son pays.
Vladimir Poutine doit affronter la chute du rouble et des cours du pétrole, dans un contexte de sanctions économiques et commerciale infligées à son pays. (Crédits : © POOL New / Reuters)
Le gouvernement russe tente de conjurer la crise économique qui sévit en Russie sous le double effet de la chute du rouble et des cours du pétrole.

Le plan anticrise que prépare le gouvernement russe pour soutenir l'activité économique, plombée par l'effondrement des prix du pétrole, représente un coût d'environ 750 milliards de roubles, soit 9 milliards d'euros, a annoncé jeudi le ministre de l'Economie, Alexeï Oulioukaïev.

Le coût "est de l'ordre de 750 milliards de roubles", a déclaré M. Oulioukaïev, cité par l'agence Tass, dont 310 milliards de roubles (3,7 milliards d'euros) de crédits aux administrations régionales déjà inscrits au budget 2016.

Rouble et pétrole ont sévèrement chuté

Le principe de ce nouveau plan de relance de l'économie, qui suit un premier paquet de mesures pris il y a un an, avait été dévoilé la semaine dernière alors que le rouble plongeait au plus bas niveau de son histoire face au dollar. La monnaie russe est plombée par l'effondrement des cours du pétrole, qui représente avec le gaz environ la moitié des rentrées budgétaires.

La Russie, visée également par des sanctions occidentales liées à la crise ukrainienne, a déjà vu son produit intérieur brut chuter de 3,7% l'an dernier et le Fonds monétaire international attend un nouveau recul de 1% cette année.

Selon plusieurs journaux russes, le plan préparé par le gouvernement comprend 96 points répartis en quatre chapitres: aides aux régions, soutien des secteurs les plus en difficultés (automobiles) ou prioritaires (agriculture), mesures sociales et réformes structurelles.

Les hausses des retraites rejetées

Il comprendrait ainsi de nombreuses mesures destinées à améliorer le climat des affaires pour les petites et moyennes entreprises, en réduisant les contrôles actuellement menés par de nombreux organismes et en renforçant l'indépendance des juges.

Certaines mesures proposées par le bloc social du gouvernement auraient en revanche été rejetées, comme une hausse des retraites en plus de celle, modeste, déjà prévue ou la limitation des salaires des dirigeants d'entreprises publiques.

En revanche, le plan pourrait contenir une mention de la nécessité d'entamer le débat concernant un relèvement de l'âge de la retraite, que le président, Vladimir Poutine, a récemment jugé inévitable à long terme.

Le flou perdure sur les sources de financement du plan

La question du financement de ce plan reste floue alors que la chute des cours du pétrole plombe le budget et que le président a ordonné que le déficit reste inférieur à 3% du PIB.

M. Poutine a réuni mercredi les responsables économiques du pays: conseiller économique du Kremlin, ministres de l'Economie et des Finances, président de la banque centrale.

La nouvelle année de baisse du niveau de vie des Russes qui se profile constitue un revers pour Vladimir Poutine, qui a bénéficié dans les années suivant son arrivée au pouvoir de taux de croissance spectaculaires alimentés par la manne pétrolière.

Cette prospérité a permis d'augmenter le pouvoir d'achat et de réduire la pauvreté parmi la population après les douloureuses années 1990, assurant au président une impressionnante popularité.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2016 à 23:18 :
Avec ses rêves d'annexion, poutine va renvoyer la russie dans les années 60.
Réponse de le 29/01/2016 à 9:18 :
@Patriote9: Dans les années 60 l'URSS avait une puissance énorme et le niveau technologique le plus proche à l'Occident en le dépassant dans plusieurs domaines. La plupart des problèmes de l'URSS ne sont pas encore apparues. Donc, vous souhaitez la grandeur de la Russie :)
a écrit le 28/01/2016 à 21:19 :
Bien fait le prix à payer pour la guerre en aukrenia et les 9000 morts pour le plaisir de la dictature de Poutine
a écrit le 28/01/2016 à 19:50 :
Pas facile pour Mr Poutine pour gérer cette crise géopolitique , pourtant la Russie a beaucoup de gaz et de pétrole .Bien sûr ce n'est malheureusement pas suffisant avec la baisse des cours actuels ! c'est une vraie partie d'échecs pour Mr Poutine sur sa politique extérieure et beaucoup d'incertitudes liées à l'économie intérieure .
a écrit le 28/01/2016 à 16:46 :
ça paraît peu ces 9 milliards non, par rapport au 2100 milliards de $ de PIB ?
Réponse de le 28/01/2016 à 17:20 :
@norel93: D'où vient le chiffre de 2100 mlrd. dollars du PIB? Approximativement 73 000 mlrd. roubles de PIB 2015 (estimation). On divise par 76.6 roubles/USD ce moment, cela nous donne 950 mlrd. dollars.
a écrit le 28/01/2016 à 16:36 :
http://fr.sputniknews.com/economie/20160128/1021285441/russie-sanction-levee-investisseurs.html

Les prix des actions russes ont dégringolé cette année, mais leurs indices MSCI EM et S&P 500 restent positifs. Imaginez ce qui va se passer lorsque les sanctions seront levées", a écrit l'analyste.
Réponse de le 28/01/2016 à 21:48 :
J' adore tout ce que vous dites, écrivez cher Adolph...
a écrit le 28/01/2016 à 15:42 :
1. Il n'est pas sûr que ce plan marche, car les problèmes sont concentrés dans la demande. Au niveau de la demande tout va mal, en plus il y a des problèmes au niveau de la stabilité (c'est pas visible, mais il y en a) et de la dépendance des importations dans plusieurs secteurs clés.
2. Le soutien du secteur d'automobile, c'est bien, mais là-bas le problème, c'est aussi la demande. Encore plus d'aide à l'achât? Déjà avec la chute du rouble et la guerre des prix des constructeurs, la Russie doit être le marché, où les prix des voitures sont parmi les plus bas du monde. Pour l'exemple: Kia Cee'd -à partir de 7500 Euros, Ford Mondeo et Mitsubishi Outlander -12000 Euros, Mazda 6 -13.000, Nissan Juke - 8.000 etc. Mais malgré ces prix le marché est en chute libre. Bon, au moins cela va amortir le choc pour les constructeurs.
3. Les mauvaises langues disent que la statistique russe n'a pas grande chose à voir avec la réalité et la réelle baisse du PIB de 8-12% en 2015. Je ne sais pas exactement, mais les données officielles russes, il faut les prendre avec une précaution.
4. La condition nécessaire pour une reprise plus au moins sérieuse est la hausse des prix du pétrole. C'est aussi la question de survie de certains groupes d'élite russe. Donc, s'ils peuvent la payer par le sang russe, ils n'hésiteront pas... Actuellement en Syrie cela peut être une petite répétition seulement.
a écrit le 28/01/2016 à 14:19 :
Si M POUTINE a besoin encore de quelques centaines de millions ou de milliards d'euros, qu'il demande à notre gouvernement socialiste. Il distribue à tour de bras l'argent des Français. Qu'il fasse vite, car se trouvent en ce moment à la caisse agriculteurs, éleveurs, producteurs laitiers, taxis et peut-être par la suite marins pêcheurs, transporteurs, etc.
Réponse de le 28/01/2016 à 15:25 :
Il ne peut guère demander aux 90 millions d'américains sans emploi, aux 46 qui sont à la soupe populaire...
Réponse de le 28/01/2016 à 16:40 :
De quoi parlez-vous ? De quel argent ? Quelle est cette ânerie ?
a écrit le 28/01/2016 à 14:15 :
Dans la bouche de Strafor encore qualifiée de CIA de l' ombre, c'est dire..

"Dans l'imaginaire de l'Occident, la Russie est au bord du gouffre: la chute des prix du pétrole aussi que les sanctions imposées par l'Occident pèsent lourd sur le pays et la population, ce qui risque de provoquer des troubles économiques et sociaux, et de déboucher au final sur le renversement de Vladimir Poutine. Néanmoins, cette image reste très éloignée de la vérité."

http://fr.sputniknews.com/russie/20160126/1021235447/stratfor-russie-poutine-stabilite.html
Réponse de le 28/01/2016 à 15:20 :
Sputnik......pourquoi pas channel 1 ...il s agit de médias de propagande russe.

la crise est bien réelle, venez sur place et vous constaterez..
Réponse de le 28/01/2016 à 16:40 :
Cessez d' énerver loo ping, voyons, enfin...! Qui confond Sputnik.fr avec la pressse otanienne...!

Il s' en sort avec un ...bleu au pif ...!
a écrit le 28/01/2016 à 13:26 :
Si ces dépenses permettent de restructurer l'économie russe pour ne plus dépendre du tout des autres, c'est plutôt une bonne nouvelle pour le pays.
Réponse de le 28/01/2016 à 14:48 :
KEYNES, sort de ces corps....
Réponse de le 28/01/2016 à 15:54 :
@Monti Python: la politique de Keynes n'a rien à voir avec la restructuration de l'économie russe...mais encore faudrait-il connaître la Russie au-delà des livres de propagande, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 29/01/2016 à 9:54 :
@Tricky Patrick
Aucune économie n'est totalement indépendante des autres, même les cocos avaient créé un marché commun (Comecon, ça vous dit qq chose?). Quand à Keynes je ne pense pas qu'il n'ait jamais fait de politique, il a donné naissance à une théorie économique. Mais encore faudrait-il connaître l'économie au-delà de ce que lisez sur Sputnik News, n'est-ce pas :-)
a écrit le 28/01/2016 à 13:12 :
Il va encore falloir qu'il envahisse un pays...
Réponse de le 28/01/2016 à 15:23 :
Bein voyons, dans ton imaginaire..
Réponse de le 29/01/2016 à 9:49 :
et la crimée ? Et l'Ukraine ?

Vous en faites pas je lui ai pas fait de mal à votre chère poutine...

ET lui ne viendra pas vous féliciter parce que vous venez le défendre contre moi vous savez.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :