La Suisse et le Luxembourg également intéressés par l'AIIB, les Etats-Unis enragent

 |   |  362  mots
L'AIIB veut s'imposer comme l'anti-Bretton Woods, en instaurant une banque d'investissement à l'image de la Banque Mondiale.
L'AIIB veut s'imposer comme l'anti-Bretton Woods, en instaurant une banque d'investissement à l'image de la Banque Mondiale. (Crédits : Reuters)
Après Rome, Paris, Berlin et Londres, c'est deux autres pays européens qui pourraient rejoindre la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII, ou AIIB en anglais). Les États-Unis sont réticents à cette institution qu'ils considèrent comme une concurrente de la Banque Mondiale et de la Banque asiatique de développement...

La Suisse et le Luxembourg veulent rejoindre la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII ou AIIB en anglais) initiée par Pékin, a indiqué samedi dans un communiqué le ministère des Finances chinois, après le ralliement de plusieurs autres pays européens.

Emboîtant le pas au Royaume-Uni, Paris, Berlin et Rome ont annoncé de concert mardi leur intention de devenir "des membres fondateurs potentiels" de l'AIIB, dont l'objectif sera de financer des travaux d'infrastructures en Asie.

Un anti-Bretton Woods

Le projet, dévoilé en octobre par la Chine, se heurte aux réticences des Etats-Unis qui redoutent la concurrence portée à la Banque mondiale -- une des deux institutions de Bretton Woods (avec le FMI) basée à Washington -- ainsi qu'à la Banque asiatique de développement (BAD), dominée par les Etats-Unis et le Japon. Les Américains craignent également que les standards de gouvernance soient insuffisants en matière sociale ou écologique.

Selon le ministère chinois des Finances, la Suisse deviendra officiellement un membre fondateur de l'AIIB si cette candidature est approuvée par les autres membres, ce qui pourrait intervenir d'ici la fin du mois. Pékin a précisé ans un communiqué séparé que le Luxembourg avait également manifesté sa volonté de rejoindre la nouvelle institution bancaire asiatique.

Un budget de 50 milliards de dollars

Le ministre des Finances chinois Lou Jiwei a relevé vendredi que l'AIIB comptait 27 membres fondateurs potentiels, selon l'agence officielle de presse Xinhua. La date limite pour présenter sa candidature est fixée au 31 mars et la banque devrait être mise en place d'ici la fin de l'année avec un capital initial de 50 milliards de dollars.

En visite vendredi à Pékin, Angel Gurria, secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), s'est voulu conciliant.

"Le fait que certains pays européens s'associent désormais à ce projet me convainc encore davantage que [l'AIIB] sera dirigée de façon très professionnelle et transparente", avait-il déclaré, lors d'une conférence de presse.

Lire aussi: France, Italie et Allemagne rejoignent la banque asiatique AIIB, un revers pour les Etats-Unis

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/03/2015 à 15:08 :
Trop de russes sur ce poste se faisant passer pour des français et vec des pseudos français d'où leur anti-américanisme simplet.

Je dois leur rappeler que la russie ne fait pas partie de cette banque. Et il devrait savoir que cette banque n'est ni exceptionnelle, ni indispensable, ni puissante, ni parmi les plus riches de l'Asie encore moins du monde. Ce n'est qu'une banque ordinaire, une banque résolument REGIONALE avec une limite géographique dans son rayon d'action. Bref, une banque parmi des milliers d'autres opérant en Asie.
Réponse de le 24/03/2015 à 16:21 :
Cette banque est au contraire aussi utile qu'indispensable, que la Russie en fasse partie ou non et elle la rejoindra certainement si cela correspond à ses intérêts.
Soit le pouvoir bancaire du système Rotschild est en effet combattu sur son propre terrain, soit sa politique criminelle d'asservissement par la violence de toutes les nations ira à son terme.
Et nous vivrons sous la dictature impitoyable de la minorité qu'il est nécessaire de priver de pouvoir.
a écrit le 23/03/2015 à 8:26 :
Un jour le pouvoir vous echappe....attention danger car la bete va se debattre ...
a écrit le 22/03/2015 à 17:59 :
Les USA ont peur de la concurrence, alors qu'ils nous l'imposent par une mondialisation déloyale. Ils savent qu'en fait, la concurrence est destructrice comparé à la coopération. Les grands projets scientifiques ne se font pas concurrence, mais font souvent l'objet d'une coopération internationale. Il doit bien y avoir une raison...
a écrit le 22/03/2015 à 16:46 :
Voila une autre conséquence de la perte de crédibilité économique du dollar, et des USA en général. Les Etats qui en ont la possibilité cherchent à élargir l'éventail de l'offre.
a écrit le 22/03/2015 à 10:22 :
Si differents pays en Europe ont pris la meme decision, c'est qu'il y a de bonnes raisons. Standards americains, japonais, etc... ne sont pas les memes, pourquoi des gens en Europe seraient-ils si incompetents et naifs. Les E.Unis n'admettent pas de perdre de l'hegemonie financiere, c'est une evidence. Ce pays habitue a controler les instances financieres mondiales depuis longtemps, ne peut se rejouir que des pays europeens se tournent vers la Chine ( l'ennemie ideologique).
a écrit le 22/03/2015 à 8:27 :
Nous sommes en guerre économique.
Certains grands pays (USA, Chine, Allemagne....) ont une stratégie à long terme. Et la France, qu'elle est sa stratégie à part la prochaine élection ou pour les syndicats que rien ne bouge ?Après il ne faut pas s'étonner que le FN fasse des scores aux élections.
Les grands principes ne valent rien face aux intérêts surtout quand on a rien sauf le désespoir.
a écrit le 22/03/2015 à 0:53 :
On peut discuter des améliorations possible des standards américains mais franchement les standards chinois sont vraiment très éloignés de ceux des démocraties occidentales, et probablement inamovible quand on voit le respect de la Chine envers la démocratie et du respect des droits des citoyens: sécurité sociale absente, droit de vote et liberté d'expression... Tous ceci c'est de la magouille de banksters de paradis fiscaux. Le modèle de développement de la Chine est encore plus bâclé que celui des USA.
Réponse de le 25/03/2015 à 13:39 :
oui mais dis les usa ont provoqués combien de guerre dans le monde
a écrit le 21/03/2015 à 20:24 :
Et ce n'est pas fini ! D'autres pays vont suivre. L'Australie doit confirmer lundi son désir de compter au nombre des membres fondateurs. Puis suivront la Corée du Sud et, qui sait même le Japon, dont l'adhésion à l'AIIB divise pour l'instant le gouvernement,le ministre des finances y étant favorable. Pour la première fois, trois des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU sur cinq et quatre membres du G7 s'opposent ouvertement aux Etats-Unis sur une question touchant au système financier international. Face l`échec de leur diplomatie, Les Etats-Unis ne peuvent plus faire pression sur les derniers pays indécis; il ne leur reste que le choix entre se rallier finalement à la nouvelle banque (ce que certains experts avaient préconisé) ou d'accepter leur défaite tout en essayant de contenir l'influence de celle-ci en ne s'opposant plus à la révision des quotas de voix au sein de la Banque mondiale et du FMI. Quoi qu'ils décident, la AIIB marquera plus que la banque des BRICS (qui n'a plus la priorité des Chinois) un tournant dans le remodelage du système financier international.
a écrit le 21/03/2015 à 19:53 :
Et ce n'est pas fini ! D'autres pays vont suivre. L'Australie doit confirmer lundi son désir de compter au nombre des membres fondateurs. Puis suivront la Corée du Sud et, qui sait même le Japon, dont l'adhésion à l'AIIB divise pour l'instant le gouvernement,le ministre des finances y étant favorable. Pour la première fois, trois des membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU sur cinq et quatre membres du G7 s'opposent ouvertement aux Etats-Unis sur une question touchant au système financier international. Face l`échec de leur diplomatie, Les Etats-Unis ne peuvent plus faire pression sur les derniers pays indécis; il ne leur reste que le choix entre se rallier finalement à la nouvelle banque (ce que certains experts avaient préconisé) ou d'accepter leur défaite tout en essayant de contenir l'influence de celle-ci en ne s'opposant plus à la révision des quotas de voix au sein de la Banque mondiale et du FMI. Quoi qu'ils décident, la AIIB marquera plus que la banque des BRICS (qui n'a plus la priorité des Chinois) un tournant dans le remodelage du système financier international.
a écrit le 21/03/2015 à 18:47 :
"Les americains craignent également que les standards de gouvernance soient insuffisants en matière sociale ou écologique" ça c'est drôle! Mais quelqu'un leur a t'il expliqué ce que cela signifiait?
a écrit le 21/03/2015 à 17:52 :
"Les Américains craignent également que les standards de gouvernance soient insuffisants en matière sociale ou écologique."....Nous connaissons la manière dont les US envisagent le social et l'écologie. Du foutage de gueule. Ils veulent surtout préserver leurs intérêts, maintenir des salaires bas, exploiter les travailleurs, les enfants, utiliser les matières premières comme bon leur semble, à moindre coût et en se foutant complètement des conséquences écologiques. Ceux qu'il faut craindre, ce sont les AMERICAINS.
Réponse de le 21/03/2015 à 19:58 :
À propos, les néocons sont en train de préparer un autre "Maïdan" dans les républiques de l'Asie Centrale. Nuland et autres ont été vus à l'Ouzbekhstan, au Turkhmenistan et au Kirzikhstan ces jours. Les US se trouvent absolument désespérés à ce moment et jouent le tout pour le tout contre la Russie. Le doute cependant c'est si ils vont compter sur l'UE cette fois. Malgré Washington, le RU, la France, l'Allemagne et l'Italie s'allient économiquement du côté de la Chine. En se voyant perdus, les US veulent faire une guerre en Europe pour installer le chaos ici et reprendre la main sur la planète. Mais rien n'est moins sûr qu'ils y parviendront.
a écrit le 21/03/2015 à 17:38 :
Pas seulement ceux-là, l'Australie et la Corée du sud emboîtent déjà le pas des Britanniques. Alors, fidélité atlantique oblige, il faut que La Tribune s'engage contre ces pays qui osent défier la nation la plus hyper-puissante de tout l'Univers, Obamanuland States of America.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :