Le Japon relance la guerre des monnaies

 |   |  1160  mots
La Banque du Japon lance l'offensive dans la guerre des monnaies
La Banque du Japon lance l'offensive dans la guerre des monnaies (Crédits : Reuters)
En appliquant aux dépôts un taux négatif, la banque du Japon a cherché - et réussi - à déprécier le yen. Un mouvement qui va nécessiter des répliques partout dans le monde et qui annonce un engrenage périlleux.

La décision de la Banque du Japon (BoJ) d'imposer des taux négatifs - même selon une méthode plus modérée que la BCE ou la Banque nationale suisse - ouvre un nouveau chapitre dans la guerre des monnaies que le Japon avait lui-même lancé lorsque le nouveau premier ministre Shinzo Abe, en 2012, avait publiquement fait savoir qu'il chercherait à déprécier le yen.

La BoJ dépassée !

Le choix de l'arme utilisé ce 29 janvier par le gouverneur de la BoJ, Haruhiko Kuroda, n'est, en effet, pas anodin. Il est clair que la politique monétaire japonaise devait répondre à la détérioration des perspectives de l'économie nippone et, notamment, de l'inflation. La BoJ a revu sa prévision d'inflation de 1,4 % à 0,8 %. Surtout, les effets de sa politique d'assouplissement quantitatif de 80.000 milliards de yens (607 milliards d'euros) par an commencent à s'essouffler sur le marché des changes. Logique, car la BoJ, longtemps en pointe dans les politiques expansionnistes s'est fait dépasser par la BCE et ses 720 milliards d'euros de rachats annuels alliés à des taux négatifs.

Freiner la hausse du yen

Le yen avait ainsi recommencé à s'apprécier, faisant encore pression sur les perspectives d'inflation. Face au dollar, le yen avait gagné 6 % en trois mois. Face à l'euro, le gain était encore plus fort, de près de 9 %. Pour les exportateurs japonais, dans un contexte de ralentissement du commerce mondial, ces appréciations étaient une catastrophe et ne pouvait que peser sur les perspectives des entreprises. Impossible alors pour la BoJ d'espérer obtenir un regain d'investissement et surtout une hausse suffisante des salaires dans ces conditions. L'ajustement du yuan chinois à la pression à la baisse des marchés a encore rajouté une pression supplémentaire à Haruhiko Kuroda. La Chine est le client principal de l'Empire du Soleil Levant. Il fallait donc réagir avec un geste assez fort pour peser rapidement et durablement sur le yen.

Une décision symbolique, mais indispensable

Dès lors, l'arme du taux négatif était devenue indispensable. Rajouter des yens aux rachats de titre aurait été considéré sur les marchés comme un simple ajustement. Rajouter une arme est un signe plus fort, c'est faire rajouter de l'assouplissement « qualitatif » à l'assouplissement « quantitatif. » C'est aussi se donner une arme que d'autres banques centrales ont déjà acquise. C'est le signe que la BoJ étend son arsenal dans la guerre des monnaies et se dote de tous les moyens disponibles. Lorsque le taux de refinancement est nul, jouer sur les taux pour faire baisser sa monnaie passe par les taux de dépôts. La BoJ l'affirme donc crânement : elle n'est plus l'arme au pied : elle agit et peut encore agir davantage. Les marchés doivent en prendre compte et, logiquement, le yen s'est vendredi fortement déprécié.

Le caractère symbolique de cette décision est évident : la BoJ est très prudente. Elle ne frappe du taux négatif de 0,1 % que les réserves excédentaires nouvelles, tandis que les réserves obligatoires demeurent non rémunérées et que les réserves excédentaires actuelles sont toujours rémunérées 0,1 %. L'idée de Haruhiko Kuroda est donc de préserver pour le moment les banques et c'est donc moins un effet réel direct sur l'économie qu'un effet psychologique sur les marchés qu'a visé la BoJ.

Pékin pris en étau

Ce symbole ne doit pas être négligé : il annonce la volonté de Tokyo de contre-attaquer dans la guerre des monnaies. Et, de fait, désormais, la tâche des autres banquiers centraux va être plus complexe. A Pékin, les autorités tentent d'éviter la dégringolade du yuan, mais avec cette décision nippone, leur tâche va devenir plus malaisée. Les entreprises chinoises risquent de peiner davantage sous le poids du yuan fort. La tentation de laisser glisser encore le yuan sera donc considérable. Entre Pékin et Tokyo, les autres émergents d'Asie orientale, Taïwan, Corée du Sud ou Indonésie, vont être tentés de répliquer pour ne pas subir le contrecoup de cette bataille des devises. La guerre des monnaies est clairement relancée par cette décision. Rien de plus normal : lorsque le gâteau de l'inflation et de la croissance mondiale se réduit, on se montre d'autant plus agressif pour conserver sa part et l'augmenter.

La Fed piégée

De fait, la BCE et la Fed seront également interpelées par cette décision japonaise. Cette baisse du yen et l'éventuelle baisse du yuan qui en découlera ne pourront pas rester sans conséquences sur le dollar et la croissance américaine, qui, précisément, vient de s'affaiblir. La Fed pourra-t-elle demeurer le dindon de la farce de la guerre des monnaies au nom de la nécessité théorique de durcir sa politique monétaire ? Mais si elle dévie de sa trajectoire, les autres banques centrales devront se montrer encore plus actives pour empêcher l'affaiblissement du dollar.

La BCE va devoir réagir

De son côté, Mario Draghi pourra, en mars, se prévaloir de la décision de la BoJ pour obtenir du Conseil des gouverneurs un nouvel assouplissement de sa politique. Certes, le yen ne pèse que pour 5,5 % des échanges commerciaux de la zone euro, mais la perspective d'une relance de la guerre des monnaies ne peut qu'encourager la BCE à conserver son avance. Francfort ne saurait se permettre de voir l'euro s'apprécier face aux principales monnaies. En 2015, l'affaiblissement de l'euro a permis de gagner un point d'inflation et, donc, d'éviter une inflation négative fort dangereuse. Si cet effet disparait, la BCE risque de se retrouver désarmée pour relancer l'activité et les prix. Les effets de sa politique de rachat ne sont certes pas nuls, mais, comme pour la BoJ, ils s'essoufflent. La croissance des crédits en zone euro en décembre a commencé à se ralentir, c'est un signe inquiétant pour Mario Draghi.

Décision lourde de conséquences

On le voit, la décision japonaise, quoique limitée concrètement, ne sera donc pas sans conséquence. L'histoire - courte - des assouplissements quantitatifs montre que les effets des annonces et même des actes plus concrets demeurent toujours limités dans le temps sur le marché des changes. Ce dernier va donc demander à coup sûr de nouveaux gages à la BoJ, autrement dit soit un élargissement de ce taux négatif, soit un taux encore plus négatif. Déjà, les observateurs attendent une nouvelle baisse en juillet... Haruhiko Kuroda a mis le doigt dans un engrenage qui pourrait entraîner le monde entier. Et laisser peu de gagnants, car au petit jeu de la guerre des monnaies généralisée, les vainqueurs ont souvent des airs de vaincus. Et pourtant, ne pas combattre est impossible.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2016 à 18:27 :
On ferait des guerres de monnaies et de mots ? Une entreprise démocratie directe avec carte de crédit pour tous ? 60 millions de cotisants qui se connectent plusieurs fois par jour, une emairie, on fait bien des objets connectés… Avec des cordes truquées vous opposez les opinions. En ayant le droit de voir les mises des cordes sont on est actionnaire… ainsi peut-on devenir riche à ne rien faire en 5 minutes avec un code barre pour établir des prix variables, en dénonçant les injustices, est-ce que ça pourrait faire flores.
Qu'est ce que l'Etat?
a écrit le 30/01/2016 à 14:17 :
OMG !

C'est une nouvelle fantastique pour les peuples ça ! ^^
Espérons de tout cœur que ça contamine le monde !
C'est typiquement le genre de petit choc qui pourra entraîné l'économie à se fluidifié si on a le bonheur de voir une bonne guerre des monnaies se généralisé !

Super nouvelle pour les gens, terriblement mauvaise pour les ultra riche :)
a écrit le 30/01/2016 à 11:28 :
ils sont quand même mal barrés nos amis japonais. Ca fait pas loin de 30 ans de stagflation déjà et pour ainsi dire je vois pas comment ils vont changer cela...Avec la concurrence en plus de leurs voisins, je préfère être européen! Un jour ou l'autre ca va être game over pour eux, car la valeur d'une monnaie dépend de la confiance qu on a en elle et franchement je pense que même les Japonais vont finir par se poser des questions sur leur Yen..
Logiquement l'Euro devrait monter, les états réduisent leur déficit, les perspectives éco sont relativement plus porteuses même si elles sont "timides" et les marchés financiers relativement bas par rapport aux US. Au vue de la structure de notre commerce extérieur national, je ne suis pas convaincu que ce soit une catastrophe surtout avec encore des taux très bas. En 2016 mon plein à - de 1€/L? Ma télé 4K à 300€? Pourquoi pas, mais que nos amis Allemands regardent bien la situation du Japon. Ils en ont peut être déjà tiré une décision en ouvrant les portes à l'immigration, ce que les Japonais ce sont toujours refusés à faire.
Réponse de le 30/01/2016 à 12:28 :
A part la jument grise ........tout va très bien!
Réponse de le 30/01/2016 à 13:11 :
Il est aussi important de savoir que le Japon est un protectorat us depuis la dernière guerre mondiale. Ce sont d'ailleurs les us qui les ont poussé à installer du nucléaire sur faille. C'est une technologie particulière : il est bien connu qu'on casse plus d'atomes quand on les secoue avec un bon tremblement de terre. Et, les us ne lâcheront PAS le Japon. En bien comme en mal. Surtout mal, d'ailleurs...
a écrit le 30/01/2016 à 8:11 :
Hier je me suis gavé sur USD/JPY !
Réponse de le 30/01/2016 à 10:24 :
@xavier
...Et t'as produit quoi? Rien. Le pognon que t'as gagné sert ton petit intérêt personnel au détriment de l'économie réelle. Une économie vue sous l'angle de la spéculation est intenable à long terme. Profites, la fête a toujours une fin.
Réponse de le 30/01/2016 à 11:30 :
hier on a embauché notre notre 5ème CDI!
Réponse de le 30/01/2016 à 13:40 :
VAlBEL89 :Economie Réel: J'ai encaissé mon argent, ce qui m'a permi de faire mes courses et le plein de la voiture payé mon broker donc ses et des employers en France ...Et si cela continu comme ça (Pas que USD/JPY) pour la fin de l'année je ferai peu être quelques travaux dans la maison ^^
a écrit le 30/01/2016 à 5:41 :
La monnaie c est comme le drapeau elle indique qu il y a un Etat . La défendre est primordial.
Si des Etats changent les codes il faut s adapter . Je ne vois pour l instant qu une seule réplique qui peut avoir deux solutions soit on fait pareil soit on fait fifti fifti dans les échanges avec soit l or ou le dollar comme étalon.
Et éviter de m opposer le pathos du repli sur soi !
a écrit le 30/01/2016 à 2:08 :
Sinon, pour les américanistes primaires, l'endettement total de la Chine se situerait à 50 000 milliards de dollars. Et ils viennent de vider leur "réserve" de dollars de 105 milliards (qe-fed). Bonne nouvelle, non..??
a écrit le 30/01/2016 à 0:50 :
Un autre signal à la fin de la chronique de Béchade sur bfmbusiness : dans les dernières secondes, le "présentateur" semble dire qu'il vaudrait mieux que malgré l'énorme qe de la banque de Chine, ça craque de leur coté... Ca devient croustillant, la situation.
Réponse de le 30/01/2016 à 10:31 :
Au début, ça croustille....ensuite ça brûle. Ca peut même en enflammer le four et "cramer" la maison.
Réponse de le 30/01/2016 à 14:27 :
Quand la maison est pourrie jusque ds ces fondations, entourée de barbelé, de mur et de maton armé de lois coercitive.

Mieux vaut qu'elle brûle... Faudra de toute façon en passer par la d'une manière ou d'une autre si on veut un meilleur toit au dessus de nos tête.

a écrit le 29/01/2016 à 23:10 :
C'est normal, Madame : la guerre, c'est le nerf de l'argent. Sinon, j'ai entendu dire qu'il y avait une guerre économique mondiale venant des us. Comme en 1929. Quelqu'un pourrait-il me le confirmer..??
a écrit le 29/01/2016 à 22:01 :
Si on commence enfin à comprendre que chacun défend d'abord ses intérêts, c'est qu'on commence à progresser... Mais qu'est-ce que la BCE nous aura fait perdre comme temps avec son euro fort. : les 3 600 000 chômeurs français savent largement d'où ils viennent.
Réponse de le 29/01/2016 à 23:12 :
Vous devriez, en effet, retourner en Britannica. Parait qu'y a pas de chômeurs...
Réponse de le 31/01/2016 à 10:48 :
Des chômeurs chez les Britanniques, vous n'y pensez pas !

Ils ont tous un contrat, bon même s'ils ne font pas une heure de travail dans le mois, et touchent peanut, c'est pas grave non, puisqu'ils ont un contrat ?

Ah que ce doit être bien de vivre là-bas ...
a écrit le 29/01/2016 à 17:33 :
Comme on le constate un peu dans tous les pays chacun tire et pousse les leviers qu'il peut afin de compenser cette crise sans fin dans laquelle les banques nous ont piégé.

Tout le monde sait qu'il va y avoir une énorme crise en 2016 mais tout le monde continue ses sales manies.
a écrit le 29/01/2016 à 17:19 :
On ne peut qu'être entièrement d'accord, cette fois, avec l'analyse de Romaric Godin. De fait la stratégie monétaire joue au final à modifier le "point mort", seuil de rentabilité des entreprises pour les pousser à la faillite. Avec ces modifications, celles qui ont une marge par exemple de 10 passent à 5 mais celles qui peinent à 5 disparaissent. [Voir post sur Airbus A380]. On voit que ce type de manoeuvre n'est pas innocente... et aussi que beaucoup peuvent y avoir intérêt. Nous devons boycotter les produits japonais car quelque soient les commanditaires, c'est ce pays qui crée la crise sur ce point.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :