Le scandale Petrobras engloutit la politique brésilienne

 |   |  423  mots
En vertu de la loi brésilienne, les ministres, sénateurs et députés ne peuvent être traduits en justice que devant la Cour suprême, où le processus juridique requiert habituellement plusieurs années.
En vertu de la loi brésilienne, les ministres, sénateurs et députés ne peuvent être traduits en justice que devant la Cour suprême, où le processus juridique requiert habituellement plusieurs années. (Crédits : © Ueslei Marcelino / Reuters)
Plus de 80 nouvelles enquêtes ont été ouvertes par le procureur général brésilien dans le cadre du scandale Petrobras. D'autres pourraient encore suivre.

La procédure fleuve autour du scandale Petrobras, qui a coûté son poste à Dilma Rousseff et pour lequel l'ancien président sera jugé, ne semble jamais finir. Le procureur général brésilien a étendu mardi l'enquête pour corruption impliquant le conglomérat du BTP Odebrecht et la classe politique, en ouvrant 83 nouvelles enquêtes sur la base de témoignages mettant en cause des responsables publics.

Des contrats de chantiers surfacturés

Pour rappel, la plus importante affaire de corruption de l'histoire du Brésil est définie par le parquet comme un système d'"entreprises qui s'enrichissaient sur le dos de l'Etat, de dirigeants de Petrobras qui monnayaient leurs services", lesquels sont qualifiés de "blanchisseurs d'argent professionnels". De grands groupes de BTP ont constitué un cartel pour faire main basse sur les marchés de construction de Petrobras en lien avec des directeurs du géant pétrolier, eux-mêmes désignés par des hommes politiques. Les pots-de-vin servaient ensuite à financer des partis de la coalition de centre gauche alors au pouvoir. Les contrats de ces chantiers étaient surfacturés de 1 à 5% de leur valeur réelle. Des agents de change géraient ensuite les paiements et blanchissaient l'argent sale.

Le procureur général, Rodrigo Janot, a également demandé le renvoi vers des juridictions inférieures de 211 autres requêtes fondées sur ces témoignages de dirigeants d'Odebrecht.

Lire aussi : Brésil : l'ex-président Lula sera jugé pour corruption dans l'affaire Petrobras

Deux ministres actuels visés ?

En vertu de la loi brésilienne, les ministres, sénateurs et députés ne peuvent être traduits en justice que devant la Cour suprême, où le processus juridique requiert habituellement plusieurs années. Les noms des responsables politiques et des autres suspects mentionnés au cours de l'enquête et dans les témoignages n'ont pas été divulgués par le procureur, et restent sous scellé.

Rodrigo Janot a toutefois demandé au juge de la Cour suprême Edson Fachin, chargé de l'affaire au début du mois dernier, de lever le secret sur ce dossier afin d'assurer sa transparence, dans l'intérêt public. La semaine dernière, une source proche de l'enquête rapportait que deux ministres du gouvernement du président Michel Temer étaient visés.

Ce dernier a déclaré le mois dernier que tout ministre qui ferait l'objet d'une enquête serait suspendu mais qu'un renvoi définitif n'interviendrait qu'en cas de mise en examen pour corruption.

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2017 à 10:24 :
Merci beaucoup pour cette information, noté que quand c'était le gouvernement de gauche qui était compromis dans cette énorme histoire de corruption généralisée, tous les médias du monde les montraient du doigt en disant que la gauche brésilienne était corrompu alors que nous savions déjà que le nouveau dirigeant de droite du Brésil, celui qui a putsch le pouvoir donc, était déjà impliqué dans cette énorme magouille.

Là vous allez voir que maintenant que l'on voit que le gouvernement actuel est au moins aussi corrompu que celui qu'il a éjecté les médias vont êtres très discrets. Le fait que tous les outils de production n'appartiennent qu'à quelques personnes est en train d'anéantir la démocratie.

""entreprises qui s'enrichissaient sur le dos de l'Etat, de dirigeants de Petrobras qui monnayaient leurs services"," Bref le néolibéralisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :