Microsoft : des bonus pour les cadres qui promeuvent la diversité

 |   |  574  mots
La part des femmes chez Microsoft aurait diminué entre 2015 et 2016 malgré des efforts effectués en matière de diversité dans les recrutements.
La part des femmes chez Microsoft aurait diminué entre 2015 et 2016 malgré des efforts effectués en matière de diversité dans les recrutements. (Crédits : © Mike Segar / Reuters)
La firme américaine veut encourager la diversité sociale au sein de ses effectifs, l'homogénéité des profils dans les entreprises technologiques étant souvent critiquée.

Le géant de la tech veut mettre un point d'honneur à amplifier la diversité au sein de son groupe. Dans un post de blog publié la semaine dernière, Gwen Houston qui est chargée de la diversité et de l'inclusion au sein de la compagnie a évoqué "un récent progrès" dans la diversité des effectifs tout en soulignant une sous-représentation des minorités visibles. Mais l'éditeur de logiciels a fait des propositions pour améliorer le recrutement des personnes issues des minorités.

Souvent pointées du doigt pour le manque de mixité dans leurs effectifs, les start-up et les géants du web essayent de faire des efforts pour améliorer leurs statistiques dans ce domaine. Mais le sujet fait régulièrement polémique outre-Atlantique et le gouvernement américain a publié une étude en mai dernier qui souligne que "le manque de diversité parmi les employés du secteur technologique est devenu une préoccupation centrale de l'action gouvernementale."

>>Lire aussi : Silicon Valley, French Tech : où sont les femmes et les minorités ?

La part des femmes en baisse

D'après les dernières données de Microsoft, la part des femmes serait en légère baisse entre 2015 et 2016 passant de 26,8% à 25,8% (31.064 employées en 2015 contre 29.302 en 2016). Gwen Houston explique cette diminution par des restructurations dans le domaine de la téléphonie qui a entraîné des fermetures d'usines. La main d'oeuvre de ces lieux de production était essentiellement composée de femmes et ces fermetures ont donc eu des conséquences sur la représentation des femmes dans les effectifs. La responsable rappelle néanmoins que les femmes sont de plus en plus présentes pour des postes à responsabilité.

houston

Gwen Houston en charge de la diversité et de l'inclusion chez Microsoft. Crédits : Microsoft.

Du côté des minorités ethniques, "nous voyons de modestes gains dans la représentation des employés noirs et hispaniques," explique Mme Houston. Si les progrès sont très faibles pour ces dernières minorités, "nos récentes tendances dans les recrutements nous donnent quelques raisons d'être optimiste."

Des mesures pour renforcer la diversité

Pour accélérer ces récents progrès, Gwen Houston a proposé une série de mesures visant à renforcer la mixité dans les embauches. L'une des plus importantes et inédite au sein du groupe concerne la hausse des bonus pour les cadres seniors qui font des progrès en matière de diversité dans leurs équipes. Peu de précisions ont été apportées en ce qui concerne le montant de ces bonus. En revanche, d'autres mesures et renforts ont été détaillées :

  • Poursuivre une culture du lieu de travail qui doit être plus "inclusif" avec tous les employés
  • Poursuivre des campagnes de recrutement pour attirer et retenir plus de talents issus de la diversité
  • Lancer un site nommé "Inclusive Hiring" (recrutement inclusif) pour élargir les sources de recrutement et attirer plus de talents
  • Etendre la portée de la formation interne "Dialogue Across Differences" pour atteindre plus de 7000 employés et 900 cadres à travers le monde
  •  Investir dans l'éducation et des programmes de formation en interne
  •  Lancer des produits pour des audiences diverses comme la Xbox Gaming for Everyone

La mesure d'encouragement sous forme d'incitation financière aux managers pourrait servir d'exemple pour d'autres firmes comme Facebook où seulement 16% des ingénieurs seraient des femmes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2016 à 23:24 :
Favoriser des personne en se basant sur leur appartenance raciale car il y a "trop de Blancs".... et le clamer haut et fort avec une prime à la clé. Si ça ce n'est pas du racisme, alors je ne vois pas ce que c'est. Ca rentre parfaitement dans la définition légale de la discrimination raciale.
Et si, par miracle et en ne tenant pas compte de la loi, ce n'est pas du racisme, alors dites-moi pourquoi par exemple ne favorise-t-on pas aussi la "diversité" dans le foot ou le rap en y ajoutant plus de Blancs? En effet, ceux-ci sont drastiquement sous-représentés par rapport à leur poids démographique... Nous sommes dans des pays occidentaux ne l'oublions pas. Et va-t-on aussi aller en Afrique ou en Asie reprocher aux entreprises locales de ne pas engager plus de Blancs? La "diversité" y est en effet inexistante et ne semble exister qu'en Occident (somme toute, à l'échelle mondiale, ce sont les Occidentaux la minorité).
Je suis désolé, mais ce genre de mesures et le fait qu'elles soient médiatisées me choque profondément. Le pire étant probablement que cela semble normal à tout le monde, voire même souhaitable. Le cours de l'Histoire semble n'être constitué que d'extrêmes.
a écrit le 23/11/2016 à 9:40 :
Donc ce n'est pas de la diversité "sociale" c'est de la diversité tout simplement.

S'ils se concentraient sur la lutte contre les diversités sociales c'est les pauvres qu'ils cibleraient en premier ceux qui n'ont pas forcément lesm oyens de payer à leurs enfants des études en informatique afin d'intégrer microsoft.

Alors certes la pauvreté touche dans nos pays occidentaux d'abord les immigrés car les autochtones ayant peur qu'ils viennent manger leur pain, qu'ils donnent par contre abondamment et sans hésiter aux banquiers, maintenant la pauvreté se développe et touche dorénavant tout le monde.

Un excellent article du monde diplomatique qui fait ce rapprochement entre racisme ethnique et racisme social permettant de voir par delà ces clivages habituels dont nos médias de masse usent et abusent: "Islamophobie ou prolophobie ?" https://www.monde-diplomatique.fr/2015/02/BREVILLE/52625 (gratuit et passionnant)
Réponse de le 23/11/2016 à 23:28 :
Les "prolophobes" semblent plutôt être ceux qui accusent les électeurs de droite d'être "ignorants" et "campagnards", comme par exemple lors de l'élection de Trump ou des votations présidentielles en Autriche. Ce qui est singulier considérant que l'électorat de gauche est majoritairement constitué de cadres moyens modérément cultivé et d'immigrés non cultivés. La scission sociale d'aujourd'hui est assez similaire à celle qui a donné lieu à la guerre civile américaine: d'un côté des citadins tenants d'n monde globalisé et idéalisant des "migrants" sans pour autant les fréquenter, et de l'autre des "campagnards" désirant leur indépendance et un mode de vie plus "local". Le parallèle est frappant pour ceux qui ont étudié cette période.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :