"Onward Together" : la déclaration de guerre d'Hillary Clinton à Donald Trump

 |   |  745  mots
Je suis plus certaine que jamais que l'engagement citoyen est vital pour notre démocratie. Je suis tellement inspirée par toutes ces personnes qui luttent pour organiser et diriger [l'Amérique], explique Hillary Clinton sur Twitter.
"Je suis plus certaine que jamais que l'engagement citoyen est vital pour notre démocratie. Je suis tellement inspirée par toutes ces personnes qui luttent pour organiser et diriger [l'Amérique]", explique Hillary Clinton sur Twitter. (Crédits : JOSHUA ROBERTS)
Hillary Clinton a annoncé ce lundi 15 mai le lancement de son nouveau projet "Onward Together", consécutif à sa défaite lors de l'élection présidentielle américaine de novembre 2016. La Démocrate veut encourager les citoyens américains à se mobiliser et à participer dans sa lutte contre son adversaire : le président Donald Trump.

"Résistez, insistez, persistez, engagez-vous." C'est le slogan du nouveau parti politique "Onward Together", soit en français "En avant ensemble",  lancé par Hillary Clinton ce lundi 15 mai 2017. Son but : encourager les Américains, et notamment ceux qui ont voté pour elle lors de l'élection présidentielle de 2016, dans la lutte contre le nouveau président des Etats-Unis, Donald Trump. Cette organisation a pour objectif de soutenir l'engagement politique des citoyens.

"Nous lançons Onward Together pour encourager les gens à s'impliquer, à s'organiser et même à être candidats"

L'ex-candidate démocrate explique sur Twitter avoir passé des mois en vacances et en famille à réfléchir à son prochain coup. Elle semble aujourd'hui avoir trouvé sa prochaine mission : empêcher les démarches de Trump qu'elle considère dangereuses pour le futur des Etats-Unis.

Hillary Clinton appelle ainsi les Américains à la rejoindre dans son mouvement, sur le site de "Onward Together", en insistant sur l'importance de l'engagement politique des citoyens et de leur importance sur la route du changement.

"L'engagement citoyen est essentiel à tous les niveaux pour une démocratie forte et vivante. Ces derniers mois, nous avons vu ce qui était possible lorsque les gens se rassemblent pour lutter contre le harcèlement, la haine, les mensonges et la division, et se battent pour une Amérique plus juste et plus inclusive", explique Clinton sur son site.

La démocrate, que le Monde décrit comme une nouvelle "mentor politique", demande plus particulièrement à ses 66 millions d'électeurs de novembre dernier de se mobiliser pour les années à venir.

"Les obstacles auxquels nous faisons face en tant que pays sont bien réels. Mais qui sait ce que nous pouvons atteindre si nous abordons les combats à venir avec la passion et la détermination que nous ressentons aujourd'hui et que nous apportons cette énergie en 2017, 2018, 2020 et au-delà," encourage la Démocrate.

Avec son mouvement "Onward Together", dont le nom rappelle le mouvement "En Marche !" du nouveau président français Emmanuel Macron, Clinton s'oppose clairement et directement à Donald Trump. Elle va même jusqu'à apporter son soutien, sous-entendu financier, sur Twitter, à des organisations qui se battent contre les discriminations et pour les victimes de la politique de Trump. Parmi ces associations, on trouve Indivisible Team, Color or Change et Run for Something. Toutes luttent pour faire entendre la voix des citoyens démocrates, et se préoccupent de certains problèmes de racisme et de sexisme au sein de la sphère politique.

Bien qu'Indivisible Team ne souhaite pas recevoir de soutien financier, ils apprécient tout de même l'aide que leur apporte Clinton : "Nous sommes tellement reconnaissants qu'elle nous aide à nous répandre [pour toucher plus de gens]."

D'après l'ancienne première dame, certaines figures politiques importantes participeraient aussi au projet, notamment Howard Dean, ancien président du Democratic National Committee (le Comité National Démocratique) et candidat à la primaire démocrate en vue de l'élection présidentielle en 2004.

Les Républicains sereins: Clinton n'est pas une menace

En automne prochain, Hillary Clinton compte sortir son livre sur ses réflexions et les raisons de sa défaite le 8 novembre 2016 face aux Républicains. Elle y expliquera notamment l'impact que l'intervention du FBI a eu à la fin de sa campagne, suite à l'affaire de confidentialité d'emails.

Lire aussi : Clinton sort de son silence et règle ses comptes avec le FBI et Trump

De son côté, le parti républicain américain a fortement critiqué la démarche "Onward Together" d'Hillary Clinton. Selon eux, cette organisation n'est simplement que son ancienne campagne ("Stronger Together", soit "Plus forts ensemble") cachée sous une nouvelle formule.

Le porte-parole du Republican National Committee (Comité National Républicain), Michael Ahrens, a affirmé que Clinton ne pourrait concrètement rien faire qui puisse faire peur à son parti.

Selon lui, "il y a six mois, les Américains ont rejeté Hillary Clinton parce qu'elle n'était pas à l'écoute, n'inspirait pas confiance, et représentait les démarches politiques ratées du passé. Si les démocrates étaient intelligents, ils réaliseraient qu'il est maintenant temps pour eux d'aller de l'avant et d'oublier Hillary Clinton."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 14:01 :
Je la croyais partie une dizaine d'année pour raison de lifting!
a écrit le 17/05/2017 à 9:21 :
"En avant ensemble". Bizarre, ça me rappelle quelque chose... mais quoi ?
Réponse de le 21/05/2017 à 22:13 :
Je lis vos réponses successives sur cette page et je me demande si vous avez réellement lu le contenu des mails de Podesta ou de Clinton pour continuer de la défendre à ce point là. La presse n'en a pas fait état mais cela n'empêche pas d'y prêter soi même un regard au moins par curiosité. Entre ses mails et sa vie privée on cumule corruption jusqu'au sommet de l'Etat, échange de faveurs administratives contre pétrodollars, mensonges à gogo, manipulations, aux ordres des banksters, financement du terrorisme, abandon du diplomate américain a Benghazi, destruction de son serveur personnel pour ne pas que le FBI puisse l'incriminer sur les informations classées top secrètes qui ont fuité car elle n'a pas utilisé son adresse mail du gouvernement, utilisation par Huma Abedin et son mari pédophile d'un pc sur lequel des mails ultra secrets ont été transférés puis effacés, blanchiment via sa fondation, mari accusé de viols, liens avec le pédophile Jeffrey Epstein et son " Lolita Express", .. , c'est sans fin. Le système des votes US évite justement qu'un état surpeuplé comme New York puisse faire l'élection face à ceux qui le sont moins comme celui du Wyoming. Je vous rappelle qu'elle a triché à la primaire avec le soutien du parti démocrate que l'on a découvert dans le leak du DC, primaires que Sanders avait visiblement gagné...Il manquerait plus qu'elle soit élu à vous lire!
a écrit le 17/05/2017 à 9:10 :
Pitoyable, elle démontre que les américains ont eu raison de ne pas la mettre au pouvoir elle a peut-être encore plus de ressentiments que trump.
Réponse de le 18/05/2017 à 11:24 :
Quand on est battu dans ces conditions, le ressentiment est plus que légitime. Hillary Clinton a largement gagné le vote populaire, (+3 millions de suffrages par rapport à Trump) et en plus tous les états "significatifs". En plus il y a eu le déterrement de l'affaire des mails privés sur un serveur privé, opportunément déterrée à 10 jours de l'élection... pour la réenterrer aussitôt. Le doute que ça a semé dans une opinion passablement déboussolée a malheureusement suffi pour faire basculer l'élection dans le sens que l'on sait. Et le gag absolu, c'est que l'impeachment désormais quasi-certain de Trump sera causé par le limogeage de Comey, justement le dirigeant du FBI qui, en réouvrant cette enquête sur le serveur de mails, a donné le coup de pouce à Trump pour être élu.
a écrit le 17/05/2017 à 9:01 :
Bad loser !
a écrit le 17/05/2017 à 3:19 :
Mme Clinton a des aigreurs.
Digestion difficile d'un echec du a son assurance d'etre l'elue : un refus net de la part des votants americains.
L'arrogance de l'argent.
Réponse de le 17/05/2017 à 9:26 :
"Un refus net" alors que H. Clinton a recueilli près de 3 millions de voix de plus que son adversaire (un record dans le cas où le président élu ne gagne pas le vote populaire...). Et qu'en fait ce résultat n'a été acquis qu'à cause de la valse-hésitation du FBI sur l'affaire du serveur privé, déterrée à 10 jours de l'élection et réenterrée aussitôt. Le patron du FBI, Comey, limogé depuis par Trump, n'a pas été très bien remercié de sa contribution décisive à l'élection de Trump.
a écrit le 17/05/2017 à 2:17 :
Ça sent l'Empeachment et Clinton avance ses billes, sinon elle ferait des conférences à $500,000 comme tout le monde. On notera la similitude avec le slogan En Marche ! Quand on roule plus ou moins pour les mêmes intérêts, ça ne surprendra pas... Peut-être même partageaient-ils une même licence du logiciel NationBuilder ?
Réponse de le 17/05/2017 à 9:30 :
Même en cas d'impeachment c'est le vice-président Mike Pence qui deviendrait président. et s'il venait à son tour à l'être, c'est le vice-président qu'il aurait nommé (c'est à dire un type jamais passé devant les électeurs dans le "ticket" présidentiel) qui lui succéderait.
a écrit le 16/05/2017 à 19:05 :
elle ne digère toujours pas sa défaite et veut s'opposer à trump président. elle parle de démocratie mais il faut aussi accepter sa défaite et laisser le président travailler. trump aurait créé des mouvements de contestation s'il avait été battu? il aurait eu quelques semaines pour le digérer et puis passer à autre chose. il est un homme d'affaire mais elle ne fait que politique et c'est pour cela qu'elle ne peut que contester et contester encore. c'est comme si grâce à ces manifestations, elle pourrait renverser trump et le remplacer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :