Première rencontre Trump-Macron

 |   |  291  mots
« Il y a des sujets sur lesquels nous n'avons pas forcément la même lecture, il y a des choix qui ont été faits mais nous avons échangé de manière extrêmement directe, avec une volonté affichée de renforcer notre partenariat et notre coopération en matière de lutte contre le terrorisme », a indiqué Emmanuel Macron après son premier entretien avec Donald Trump, le président des Etats-Unis.
« Il y a des sujets sur lesquels nous n'avons pas forcément la même lecture, il y a des choix qui ont été faits mais nous avons échangé de manière extrêmement directe, avec une volonté affichée de renforcer notre partenariat et notre coopération en matière de lutte contre le terrorisme », a indiqué Emmanuel Macron après son premier entretien avec Donald Trump, le président des Etats-Unis. (Crédits : JONATHAN ERNST)
Lors de son arrivée à l’ambassade des Etats-Unis, jeudi à Bruxelles Donald Trump a chaleureusement accueilli Emmanuel Macron.

Pour leur première rencontre, en marge d'un « mini-sommet » de l'OTAN organisé jeudi 25 mai à Bruxelles, Donald Trump, le président des Etats-Unis a chaleureusement accueilli Emmanuel Macron, le président français lors de son arrivée à l'ambassade des Etats-Unis. Résumé de leurs échanges lors du déjeuner de travail de plus d'une heure.

Vous avez mené une campagne incroyable et remporté une formidable victoire. (...) Le monde entier en a parlé », a commencé Donald Trump.

Un éloge auquel Emmanuel Macron a répondu ainsi :  " Je suis très heureux de pouvoir ensemble, changer beaucoup de choses », lui a répondu, en français, le président français. " On a un agenda extrêmement large à discuter au sujet de la lutte contre le terrorisme, l'économie, les sujets climatiques et énergétiques ", a poursuivi le chef de l'Etat français.

Un premier test dans le domaine de la politique internationale

A quelques jours du sommet du G7 à Taormina en Sicile, les 26 et 27 mai, où les deux chefs d'Etat se retrouveront, cette  rencontre avec son homologue américain était perçue comme un test par la communauté internationale, qui s'interroge sur les capacités de ce président de 39 ans à résister au milliardaire américain de 70 ans.

A l'issue du déjeuner, le président français a fait état de discussions « franches » et « pragmatiques » avec son homologue américain.

« Il y a des sujets sur lesquels nous n'avons pas forcément la même lecture, il y a des choix qui ont été faits mais nous avons échangé de manière extrêmement directe, avec une volonté affichée de renforcer notre partenariat et notre coopération en matière de lutte contre le terrorisme », a poursuivi Emmanuel Macron.



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2017 à 10:37 :
Belle prestation médiatique. Reste à connaître les dessous de l'histoire, car je me méfie du journalisme spectacle, et sans profondeur, auquel on a souvent droit en France. A suivre donc :-)
a écrit le 26/05/2017 à 13:43 :
Macron a réussi a broyer la main du géant Trump,aura-t-il autant de succès et de courage face au géant Martinez de la cgt?
a écrit le 26/05/2017 à 12:36 :
il a vu qui c'etait raoul le donald et le suivant c'est vladimir...non mais sans blague !
superdupond is back !
a écrit le 26/05/2017 à 7:28 :
L'action dans les domaines de l'économie, du climat et de l'énergie se résume à appliquer les dispositions de la note n°6 du conseil d'analyse économique, à savoir une taxe sur l'énergie pour protéger le climat, retrouver un peu de croissance et réduire le chomage. Il faut agir sans tenir compte des Américains pour en tirer un avantage. Mais il faut le faire sur le plan européen en relation avec les Allemands.
a écrit le 25/05/2017 à 18:59 :
En fait, nous ne partageons pas grand-chose avec les Américains, nous les subissons.
La France et surtout l'Europe ne font rien pour entraver cette domination (impérialisme) américain. Bien au contraire, outre la domination des GAFA et autres UBER, nous laissons le champ libre à leurs Fonds de Pension vampiriser nos entreprises, nous acceptons aussi sans rechigner toutes les folies financières de leurs banques, hedges funds, produits dérivés... L'Amérique: un pays "vautour" dirigé par des "faucons" qui manipulent un "clown", un clown dépendant du CMI, un clown qui fera la guerre, un clown "triste" pour des tristesses infinies.
Réponse de le 25/05/2017 à 20:04 :
Courage Valbel, il y aura des jours meilleurs.
Le rôle de Macron est de défendre les intérêts français. Souvent, sur nombre de dossiers, la réponse à cette hégémonie US passe par une meilleure cohésion européenne. Il y a du travail et cela prendra du temps.
Réponse de le 26/05/2017 à 4:17 :
Mais non, Valbel, il y a aussi les bons cotes: Mac Donald, entre autre. Un bon hamburger aux hormones et hop, ca repart.
Si ca ne marche pas, il reste les tranquillisants.
L'optimisme aussi, mais en France on aime broyer du noir.
Réponse de le 26/05/2017 à 17:36 :
Pauvre garçon, antiaméricain primaire..
Les Européens sont faibles et arrogants. L'Europe déchirée et démunie a de beaux jours avec les losers comme vous.. LOL

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :