Quand les footballeurs argentins ouvrent le bal des manifestations contre l'austérité

 |   |  331  mots
(Crédits : Reuters)
Des centaines de milliers d'Argentins ont protesté mardi en Argentine contre la politique d'austérité du gouvernement du président de centre-droit de Mauricio Macri, qui a entraîné une forte perte de pouvoir d'achat. Sans salaires depuis plusieurs mois, les footballeurs argentins s'étaient mis en grève dès vendredi contre les mesures d'austérité.

La rentrée 2017 après l'été austral est agitée dans le pays sud-américain. Avant les manifestations de mardi, les enseignants avaient déclenché un mouvement de grève, obligeant un report du début des classes. Idem dans le secteur hospitalier.

Les joueurs de football, se plaignant de salaires non payés, avaient ouvert le bal des revendications vendredi dernier, provoquant le report de la journée de reprise du championnat après la trêve estivale.

Inflation galopante de 40%

Souvent divisés, les syndicats étaient unis mardi pour dénoncer les licenciements qui se sont multipliés depuis que la 3e économie d'Amérique latine est entrée en récession en 2015. Ils exigent également des augmentations de salaires tenant mieux compte de l'inflation, de 40% en 2016.

Les dirigeants de la centrale CGT menacent de convoquer en avril une grève générale si le gouvernement "ne rectifie pas sa politique économique".

"Nous espérons que le gouvernement tiendra compte de la mobilisation car nous avons des diagnostics et des visions totalement différents", a déclaré un des leaders de la CGT, Carlos Schmid.

Sur diverses banderoles, on pouvait lire "défense de l'industrie nationale", car les pertes d'emplois ont notamment été enregistrées dans l'industrie.

Des élections à haut risque pour le gouvernement

Luis Arias, 50 ans, ouvrier depuis 24 ans d'une usine fabriquant des machines agricoles dans la province de Santa Fe, s'inquiète de l'avenir de la métallurgie.

"Depuis le gouvernement (du président ultralibéral Carlos) Menem, c'est la première fois que les travailleurs vivent une telle situation".

Alors que des élections de mi-mandat auront lieu en octobre, le gouvernement voit derrière la mobilisation "des motivations politiques", selon les propos du ministre de la Production Francisco Cabrera.

Le gouvernement prévoit une reprise économique en 2017 et plus de 3% de croissance cette année. Après avoir assaini les finances publiques, les autorités tablent sur une inflation annuelle autour de 17%.

(avec l'AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2017 à 9:39 :
L'argentine s'en était vraiment bien sortie en refusant de payer sa dette maintenant élections après élections se sont des politiciens à la botte de la finance qui ont fini par gagner, du coup les problèmes reviennent et si les gens ne descendent pas dans la rue, décideurs politiques et économiques feront vite de se débarrasser de ceux qui les gênent.

"En Argentine, les régimes passent, la corruption reste" https://www.monde-diplomatique.fr/2016/04/GABETTA/55186 (article gratuit)
Réponse de le 08/03/2017 à 10:20 :
Il ne faut pas oublier l'ancienne présidente...

Nationalisation des médias, corruption avec les grands groupes pour des marchés publics, un réseau électrique qui est digne du tiers monde etc...

Et quand on s'endette on est conscient qu'on doit rembourser un jour, quand on vit au dessus de ses moyens, il faut assumer un jour ou l'autre... que les politiques soient corrompus, incompétent ou non.
Réponse de le 08/03/2017 à 10:46 :
"que les politiques soient corrompus, incompétent ou non"

Désolé mais un peuple n'a pas à répondre des actes de ses élus corrompus, trop facile pour l'oligarchie cette hypocrisie là.

Au pire si l'électorat français élit fillon par exemple, là en effet il pourra difficilement dire qu'il ne savait pas même si hélas cela ne concerne jamais la majorité des citoyens.

Mais à moins que cela ne soit annoncé officiellement, un peuple n'a pas à endosser la responsabilité des mensonges de ses politiciens et vous le savez très bien.
Réponse de le 08/03/2017 à 11:46 :
La dette argentine avait ete apurée apres négociation avec les principaux prêteurs.....hormi deux fonds vautours.....qui avaient racheté de la dette a très vil prix.....mais ont moultes procès ...poir exiger le remboursement a hauteur du principal initial, apres s etre gobergé...d intérêts pendant 10 ans.....le mec de,t gouvernement refusait, l actuel.....a négocié. Un remboursement qui met plus au a mal la,finance argentine....bref...les lo UI ps se nourrisseent ensemble...au,detriment des pays et de leurs habitants....
Réponse de le 08/03/2017 à 17:40 :
Pour illustrer vos propos:"En Argentine, les fonds vautours tenus en échec" https://www.monde-diplomatique.fr/2014/10/WEISBROT/50852

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :