Risques financiers : le rôle de la banque centrale chinoise va être renforcé

 |   |  584  mots
La finance est le sang et le pouls de l'économie et a pour vocation divine de servir l'économie réelle, a affirmé le président Xi Jinping. (Photo: siège de la Banque populaire de Chine, la banque centrale chinoise).
La finance est le "sang et le pouls" de l'économie et a pour "vocation divine" de servir l'économie réelle, a affirmé le président Xi Jinping. (Photo: siège de la Banque populaire de Chine, la banque centrale chinoise). (Crédits : Reuters)
Avant la tenue du Congrès du Parti communiste chinois (PCC), le président Xi Jinping a annoncé que le rôle de la Banque populaire de Chine (la banque centrale) va être renforcé pour parer au risque de crise systématique du secteur financier. Une Commission gouvernementale va également être créée pour superviser la gestion des risques financiers, qui dépend aujourd'hui de plusieurs régulateurs, et améliorer la transparence du secteur.

La banque centrale chinoise va jouer un rôle plus important dans la gestion macro-prudentielle et la prévention des risques systémiques dans le système financier, a annoncé le président Xi Jinping au terme d'une conférence gouvernementale qui s'est tenue en fin de semaine dernière. La sécurité financière est un élément vital de la sécurité nationale, a fait valoir Xi à la Conférence nationale sur le travail financier, une réunion qui se tient tous les cinq ans avant le congrès du Parti communiste chinois.

Le rôle accru du Parti

La Chine entend renforcer le rôle du Parti dans la gestion des risques financiers et va créer une Commission de la stabilité et du développement financiers qui dépendra du Conseil des Affaires d'Etat (le gouvernement central), a-t-il dit, cité par les médias nationaux. Aucun détail n'a été fourni sur cette nouvelle structure ni sur le renforcement du rôle de la Banque populaire de Chine (BPC).

La surveillance du complexe secteur financier chinois est actuellement assurée par plusieurs régulateurs, dont aucun n'a de vue d'ensemble sur les mouvements de capitaux. Cela complique la recherche de manipulateurs de marché qui transfèrent en secret des fonds vers des produits financiers risqués pour obtenir de meilleurs rendements. Les autorités ont aussi dénoncé les "crocodiles géants" qui font des raids sur des entreprises en Bourse.

Xi Jinping a ajouté que le pays poursuivrait ses efforts de désendettement des entreprises d'Etat et contrôlerait strictement les nouveaux emprunts des administrations locales. Pékin va également renforcer la surveillance des financements sur internet, a-t-il dit.

Des régulateurs davantage responsabilisés à l'avenir

La finance est le "sang et le pouls" de l'économie et a pour "vocation divine" de servir l'économie réelle, a affirmé Xi, cité par l'agence Chine nouvelle. Il a aussi demandé que les régulateurs financiers soient davantage responsabilisés, affirmant qu'ils se rendraient coupables de "négligence" s'ils n'identifiaient pas correctement les risques et de "malfaisance" s'ils s'abstenaient de les signaler et de les contenir.

Les principaux organes de supervision financière en Chine sont la Commission de régulation bancaire, la Commission de régulation boursière et la Commission de régulation de l'assurance. Xi a souhaité que ces instances partagent davantage des données au sein de leur juridiction et coordonnent leurs réglementations financières.

La mauvaise gestion du krach boursier

En 2015, le Premier ministre Li Keqiang avait ouvertement critiqué la mauvaise coordination des régulateurs financiers, accusés d'avoir tardé à répondre à un krach boursier. Egalement présent à la conférence, Li a assuré que la Chine maintiendrait une politique monétaire prudente et un taux de croissance du crédit à un niveau "approprié".

"Les efforts chinois pour améliorer le risque systémique sont louables mais semblent surtout dictés par le souhait d'un 19e Congrès du Parti sans taches", commente Brock Silvers, directeur général de Kaiyuan Capital, une société de conseil financier installée à Shanghai. "Les régulateurs n'ont pas annoncé de mesures détaillées et ne le feront probablement pas avant le Congrès. Dans l'intervalle, je n'attends aucun changement majeur comme la création d'un super-régulateur unifié", a-t-il ajouté.

Le Congrès du Parti communiste chinois qui se tiendra à l'automne devrait voir Xi consolider encore son pouvoir à la tête du pays.

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/07/2017 à 23:12 :
JE REFUSE d'avoir un rôle quelconque dans ce binz. Amen ou autre.
a écrit le 17/07/2017 à 15:17 :
"risque de crise systématique du secteur financier"
=> "crise systémique", non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :