Coups de grisou en Russie : 36 personnes sont mortes

 |   |  318  mots
Les 26 personnes qui se trouvaient dans la mine au moment de l'un des deux coups de grisou n'avaient aucune chance de survie.
Les 26 personnes qui se trouvaient dans la mine au moment de l'un des deux coups de grisou n'avaient aucune chance de survie. (Crédits : Reuters)
Deux coups de grisou dans une mine de charbon du Grand Nord de la Russie ont fait 36 morts.

Deux coups de grisou dans une mine de charbon du Grand Nord de la Russie ont fait 36 morts, les 26 mineurs portés disparus depuis jeudi étant désormais considérés comme décédés dimanche par la compagnie opérant la mine qui a annoncé la fin des opérations de sauvetage. L'accident à la mine de Severnaïa, située près de Vorkouta, à plus de 100 km au nord du cercle polaire, est le plus meurtrier survenu en Russie ces dernières années.

Mort de six autres personnes

Quatre personnes avaient été tuées jeudi par un premier coup de grisou et 26 mineurs portés disparus. Une nouvelle explosion de méthane dimanche dans la mine a entraîné la mort de six autres personnes, presque toutes des sauveteurs. "D'après le conseil technique d'expertise, les 26 personnes qui se trouvaient dans la mine (au moment du coup de grisou) n'avaient aucune chance de survie", a écrit Tatiana Bouchkova, porte-parole de Vorkoutaougol, qui opère la mine de Severnaïa, dans un courriel adressé à l'AFP. "Il a été mis fin aux opérations de secours".

5 sauveteurs décédés

Auparavant un porte-parole du ministère des Situations d'urgence dans la région arctique de Komi, où est située la mine de charbon de Severnaïa, avait annoncé qu'une nouvelle explosion avait fait six morts dimanche. "Six personnes sont mortes, dont cinq sauveteurs" envoyés à la recherche des disparus de l'explosion de jeudi, a déclaré à l'AFP Anton Kovalichine, porte-parole du ministère.

Conditions difficiles pour les secouristes

Le ministre des Situations d'urgence, Vladimir Poutchkov, qui s'était rendu sur place jeudi, avait indiqué que les centaines de secouristes travaillaient dans des conditions difficiles, sans visibilité, tandis que des explosions de gaz se poursuivaient. 110 personnes au total étaient présentes dans la mine lors de l'accident jeudi, survenu à une profondeur de 748 mètres.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2016 à 19:17 :
Mourir pour du charbon en 2016 avec une chute des prix de l'énergie et une baisse constante de la demande c'est ballot.

Chaque décision d'actionnaire génère des conséquences que le peuple paie parfois bien trop cher.
Réponse de le 29/02/2016 à 10:46 :
En Russie, le charbon est une énergie importante et bon marché, qu'ils peuvent obtenir malgré les sanctions européennes. Ils n'ont peut être pas trop le choix.
Réponse de le 29/02/2016 à 12:00 :
C'est bien ce que je dénonce en permanence cher DUCAT, le capitalisme ne laisse aucun choix aux salariés.

Et le néolibéralisme amplifie cette dépendance vis à vis d'un dogme économique aussi stupide qu'inhumain.
Réponse de le 29/02/2016 à 15:34 :
Malheureusement , il y avait déjà beaucoup d' accidents dans les mines au temps de l' URSS . Le capitalisme n'y est pour rien .
Réponse de le 01/03/2016 à 8:57 :
Le capitalisme est le système économique du monde, comment pouvez vous affirmer qu'il n'est pour rien dans les dégâts économiques de plus en plus importants que subissent les peuples ?

Merci de sortir de la pensée binaire quand vous faites une analyse cette dernière sera bien plus enrichie et plus agréable à lire et penser.

L'URSS est morte il y a plus de 20 ans, je ne vois pas comment l'échec du système soviétique peut être comparé avec l'échec du capitalisme si ce n'est ce besoin accru de productivisme des deux concepts qui pourraient d'ailleurs nous mettre la puce à l'oreille, tiens une dictature comme l'URSS était elle aussi productiviste comment cela se fait ?

Qui plus et l'URSS était une dictature en se disant communiste comme nous avons actuellement une politique de droite avec un gouvernement qui se dit socialiste.

Il y a les théories d'un côté et la réalité de l'autre, ces premières ne valant au final que dalle comparée à la pratique bien plus poche de la vérité, elle.

Il serait temps que chacun sorte de ses peurs et obsessions personnelles, cela empêche cruellement de prendre du recul lors de sa pensée ou de son analyse.
a écrit le 28/02/2016 à 11:37 :
Les travaux souterrains figurent parmi les plus accidentogènes : toutes les mesures de prévention des risques ont-elles été appliquées ? : http://www.officiel-prevention.com/formation/securite-btp/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=94&dossid=456

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :