Trump nomme Carl Icahn, partisan de la dérégulation...pour réguler l'économie

 |   |  783  mots
A 80 ans, la fortune de Carl Icahn est estimée à 16,5 milliards de dollars.
A 80 ans, la fortune de Carl Icahn est estimée à 16,5 milliards de dollars. (Crédits : Reuters)
[Portrait] Le financier américain aura la charge de conseiller Trump sur les moyens de "se débarrasser des régulations destructrices d'emplois qui freinent la croissance économique". Après avoir décliné le poste de secrétaire au Trésor, le milliardaire pourrait réserver encore quelques surprises.

La dérégulation revient à la Maison Blanche par la grande porte. Donald Trump a annoncé mercredi 21 décembre qu'il nommait Carl Icahn en tant que conseiller spécial pour l'aider dans une réforme des régulations de l'économie américaine. Le nouveau président ajoute donc un nouveau financier dans son équipe.

>> Lire aussi : Trump nomme un ancien dirigeant de Goldman Sachs au Trésor

Dans un communiqué diffusé par l'équipe présidentielle de transition, il est précisé que M.Icahn aura pour mission de conseiller Trump sur les moyens de "se débarrasser des régulations destructrices d'emplois qui freinent la croissance économique."

Un redoutable investisseur

Carl Icahn est un investisseur connu et redouté des milieux de Wall Street. Il a fabriqué sa notoriété en faisant pression sur les entreprises dans lesquelles il possède des participations (Netflix, Apple ou Herbalife). Ce lobbying intensif a notamment eu pour but d'augmenter les rémunérations des actionnaires. Le Wall-Street Journal le décrit comme une personne qui "a consacré les quatre dernières décennies [...] en tant qu'investisseur activiste, qui a déjà eu une très large influence dans l'équipe de transition de Donald Trump". Il a également joué un rôle central dans la sélection du prochain directeur de la Securities and Exchange Commission (SEC), qui est l'organisme fédéral américain chargé de la réglementation et du contrôle des marchés financiers.

D'après le journal américain, l'octogénaire a également exercé une influence auprès de M.Trump au moment du choix de ses proches conseillers et secrétaires d'Etat pour constituer son équipe gouvernementale. Dernièrement, M.Icahn propriétaire d'une raffinerie de pétrole "a passé des mois à réprimander l'Agence de protection de l'environnement sur une règle qui gênait l'industrie selon ses dires et a conseillé par la suite M.Trump a choisir un candidat pour diriger cette agence." Il a également pesé auprès de Donald Trump au moment de la nomination de Steven Mnuchin au Trésor américain et Wilbur Ross au commerce.

>> Lire aussi : Trump nomme un climatosceptique à l'environnement

Un coup à un milliard

Le financier américain a soutenu  la candidature de Donald Trump dès le lancement de sa campagne lors des primaires républicaines. S'il n'a pas eu de rôle majeur dans la course à la Maison Blanche, l'investisseur a fait parler de lui au moment de l'annonce du scrutin final. En effet, au moment des festivités post-résultats organisées par l'équipe de Trump, M.Icahn qui a fêté ses 80 ans cette année a préféré rentrer chez lui pour acheter des actions américaines d'environ un milliard de dollars comme le relate Le Temps. "J'aurais aimé pouvoir investir davantage mais je n'ai pas réussi à placer davantage qu'environ 1 milliard de dollars lorsque le marché a ouvert. Je suis néanmoins satisfait," a-t-il déclaré dans une interview accordée à Bloomberg. Depuis l'élection de Trump son portefeuille d'actions aurait gagné près de 500 millions de dollars.

Une volte-face inattendue

Même s'il s'est montré comme un soutien indéfectible du magnat de l'immobilier, M.Icahn a pendant longtemps exprimé sa volonté de ne pas jouer de rôle dans l'administration de la Maison Blanche. Pourtant beaucoup d'observateurs le voyaient comme le futur secrétaire au Trésor, mais lui a toujours revendiqué son indépendance. Avec ce poste de conseiller, le Wall-Street Journal rappelle que son poste "n'est pas une fonction officielle de gouvernement et qu'il ne devrait pas être payé pour ça". Par ailleurs, il ne devrait pas abandonner ses activités au sein de sa holding très lucrative qui regroupe des participations dans plusieurs secteurs (énergie, finance, automobile, mines, métaux, immobilier, emballages, alimentaires).

Un investisseur controversé

Avec un portefeuille d'actions américaines estimé à plus de 20 milliards de dollars, la réussite de Carl Icahn est indéniable dans le monde de la finance. Malgré de nombreuses opérations réussies, le New-Yorkais est une figure controversée chez les financiers américains. En effet, Le Temps rappelle qu'il s'est fait "connaître dès les années 1980 par ses prises de contrôle hostiles de diverses entreprises, comme la compagnie aérienne TWA. Pour rembourser son acquisition financée par l'emprunt, il a alors systématiquement revendu l'entreprise par morceaux afin de garder les plus rentables. Une stratégie qui a donné naissance à l'expression de «corporate raider»." La dérégulation financière devrait ainsi figurer à l'agenda de la Maison Blanche malgré les critiques suscitées après la crise de 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2016 à 11:50 :
IL EST TROS TOT POUR SPECULER SUR CE QU IL VONT FAIRE? ILS ONT SURTOUT LE POUVOIR DE SOIT RETABLIR LA PAIX OU LA GUERRE SUR TERRE? DANS LES DEUX CAS ILS SERONT GAGNENT???/// N ATTENDEZ PAS DE SOLUTION DES HOMMES POLITIQUE CE SONT EUX QUI EN SONT LA CAUSSE ///COLUCHE///
a écrit le 23/12/2016 à 11:50 :
IL EST TROS TOT POUR SPECULER SUR CE QU IL VONT FAIRE? ILS ONT SURTOUT LE POUVOIR DE SOIT RETABLIR LA PAIX OU LA GUERRE SUR TERRE? DANS LES DEUX CAS ILS SERONT GAGNENT???/// N ATTENDEZ PAS DE SOLUTION DES HOMMES POLITIQUE CE SONT EUX QUI EN SONT LA CAUSSE ///COLUCHE///
a écrit le 23/12/2016 à 5:31 :
A JC. Bien vu, les enarques vont devoir apprendre l'anglais, et fissa.
"En affaires, il n'y a pas de sentiments".
a écrit le 23/12/2016 à 1:20 :
Icahn est connu pour être un financier sans pitié. Il s'est enrichi sur les dos des salariés. Quel exemple ! J'attends de voir si les gens seront aussi enthousiastes dans 4 ans...les américains vont vivre comme les chinois sauf l'establishment qui va continuer à faire des courbettes à leur ami Trump.
a écrit le 23/12/2016 à 0:20 :
La dérégulation a déja créé les grandes crises de 1929 et 2008 dont on n'est pas encore sortie, il va avoir du sang sur les murs pour la suivante. Et ce n'est rarement au profit des plus pauvres.
Réponse de le 23/12/2016 à 11:27 :
Pour ce qui est de la deregulation a l'origine des crises de 29 et 2008 revoyez vos auteurs. Je pense que vous manquez de la plus élémentaire formation économique
a écrit le 22/12/2016 à 21:02 :
L'entourage de D T est le fait de " sucessful, " people " c'est à dire des personnes qui ont réussi leurs vie professionnelle en gagnant beaucoup d'argent par leur compétence. ce sont des personnes qui ont démontrer concrètement leur savoir faire. C'est inexistant chez nous, les gens qui nous gouvernent ne sont que des politiciens. Pour un Français, catho, pétrie d'égalitarisme, et qui culpabilise face à l'argent, c'est très difficile à comprendre. Ce ne sont que des " milliardaires " avec toute la connotation péjorative que cela implique.
Réponse de le 23/12/2016 à 0:57 :
@réussite financière
"des personnes qui ont réussi leurs vie professionnelle en gagnant beaucoup d'argent par leur compétence"!!!...En vendant à la découpe des entreprises et en laissant sur le "carreau" des dizaines de milliers de travailleurs américains, puis en spéculant avec à la clé de nouvelles "charrettes" de travailleurs envoyés au chômage à travers le Monde...Puis en plaçant leur argent "bien gagné" dans les paradis fiscaux On peut donc effectivement admirer et jalouser la "réussite" de ces gens là. Une seule consolation, il est vieux, il n'en a plus pour très longtemps et je doute que son coffre-fort suive le corbillard qui l'emmènera ... au diable si possible.
Réponse de le 23/12/2016 à 8:41 :
Ce que vous décrivez VALBEL89 existe mais heureusement ce n'est pas la majorité. Vous raisonnez comme il y a 40 ans. BIll Gate l'homme le plus riche du monde n'a pas " vendu à la découpe" des entreprises. Il a créé de la richesse comme beaucoup de cette génération ne nouveau entrepreneur. Aujourd'hui il utilise sa fortune pour aider à régler les problèmes des plus pauvres.
Réponse de le 23/12/2016 à 10:54 :
@Fortunefortune : Je n'ai pas l'impression que Trump soit trop la tasse de thé de Bill Gates...
Réponse de le 23/12/2016 à 11:34 :
" trop la tasse de thé de BG ". Ce n'est pas la question. La question est d'avoir la bonne personne pour prendre les bonnes décisions, le reste n'est que politique politicienne. Après avoir géré leurs affaires ils doivent démontrer leurs capacités à bien gérer les USA
Réponse de le 23/12/2016 à 11:34 :
" trop la tasse de thé de BG ". Ce n'est pas la question. La question est d'avoir la bonne personne pour prendre les bonnes décisions, le reste n'est que politique politicienne. Après avoir géré leurs affaires ils doivent démontrer leurs capacités à bien gérer les USA
a écrit le 22/12/2016 à 16:08 :
Excellent ! Purée avec toutes ces personnes il sera difficile pour un petit politicard d'y comprendre quoi que soit ! Imaginez Icahn parlant à Sapin hahahaha tout ça en Anglais hahaha ! Musk (patron de Tesla) parlant Solaire/batterie ... à LA ROYALE ... Trump d'immobilier avec Cosse ... hahahaha ! etc etc bon ça va être sport même si la France est fier de son communiso capitalisto humano quataro saoudi droit de l'homme :-))) L'ENA et "ses" croutons vont prendre un sacré coup de vieux !
a écrit le 22/12/2016 à 15:45 :
Qd je vois les ministres et conseillers choisis par Donald Trump, j'ai l'impression qu'ils vont réussir à créer des emplois aux Etats-Unis. Mais à quel prix ? Déjà, ce sont ces ministres/conseillers et les riches qui vont bien bien s’enrichir grassement: ils seront les premiers à tirer profit de la présidence de Trump. Ensuite, puis plus de régulation (on se refait une petite crise de subprimes?), destruction de l’environnent, détérioration des relations avec plusieurs états....
Réponse de le 22/12/2016 à 22:07 :
Icahn, en imposant aux entreprises de cracher des rémunérations considérables des actionnaires, bien évidemment au détriment de l'emploi et de l'investissement. Que reste-t-il de TWA aujourd'hui ? En attendant l'UE doit effectivement se préparer pour anticiper et encaisser le choc de la prochaine crise financière que ne manquera pas de provoquer un Trump ainsi inféodé au pire de la finance.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :