"Trump va nous conduire à une récession économique"

 |   |  1009  mots
Ce qui va arriver avec l'administration Trump, j'en suis sûre, c'est une récession, prévient Deirdre McCloskey.
"Ce qui va arriver avec l'administration Trump, j'en suis sûre, c'est une récession", prévient Deirdre McCloskey. (Crédits : Flickr/Gage Skidmore. CC License by.)
L'économiste américaine Deirdre McCloskey publie "Les péchés secrets de la science économique" où elle critique le réductionnisme économique et plaide pour l'étude des "humanomics", qui prend en compte les sciences humaines. Elle participait récemment à un séminaire à Paris, occasion pour l'interroger sur son ouvrage et connaître son opinion sur les premiers jours du mandat de Donald Trump.

Malgré les avertissements lancés par les économistes sur les conséquences d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, les Britanniques ont pourtant voté pour le Brexit le 23 juin. La même logique s'est appliquée à peine cinq mois plus tard aux Etats-Unis où les électeurs américains ont choisi Donald Trump.

Cette incapacité des économistes à se faire entendre de l'opinion publique est-elle le résultat d'une production de savoirs trop abstraite, dominée par des modèles inapplicables dans le réel ? Certains le pensent.

Reconnue pour son travail en cliométrie (l'application des méthodes de statistiques, de l'économétrie dans l'étude de l'histoire), l'économiste américaine Deirdre McCloskey(*), ex-marxiste devenue libertarienne, a décidé il y a quelques années de changer d'approche.

De passage à Paris pour participer à un séminaire au Centre d'Économie de la Sorbonne, organisé notamment par l'université Paris-1 et par l'École de la Liberté, Deirdre McCloskey a fait part à La Tribune de sa critique du réductionnisme économique et de son jugement sur les premiers jours du mandat de Donald Trump.

LA TRIBUNE - Dans votre livre, vous exposez les "péchés" des économistes. Quels sont-ils ?

DEIRDRE McCLOSKEY - Le problème avec les économistes est qu'ils sont très fermés et trop techniques. Dans mon livre, j'essaie d'élargir l'économie aux sciences humaines : la littérature, la philosophie, le théâtre... à l'ensemble de la culture. C'est ce que j'appelle les "humanomics" consistant à tenir compte de l'ensemble de la culture pour parler d'économie. Il s'agit d'une question de méthodologie qui est très utile pour comprendre comment nous vivons.

Rejetez-vous l'approche de l'économie par les mathématiques ?

Quand j'étais jeune j'étais marxiste, puis je suis devenue keynésienne, en fait, j'ai été tout ce qu'on peut être! Je ne suis pas contre les modèles mathématiques que j'ai étudiés et utilisés. Le problème n'est pas là, mais dans la résistance des économistes à prendre en compte la culture, à ne pas considérer le contexte global dans lequel les êtres humains vivent.

Dans mon livre, je parle du sacré et du profane. L'être humain possède ces deux faces. Il y a les éléments relevant du sacré : la famille, la nation, dieu... et ceux du profane : louer un appartement, boire du thé... Certains pensent qu'il est simple d'appliquer les mathématiques au profane. L'économiste Gary Becker tentait d'ailleurs d'expliquer que tout relève du profane, que tout n'est qu'une question de prix, de revenu... Sa théorie n'intégrait pas cette dimension du sacré. C'est une erreur non seulement scientifique mais également éthique. Je peux d'autant plus le dire que moi-même j'y ai cru.

Au moment où l'on parle désormais de "faits alternatifs" - comme l'a fait la conseillère de Donald Trump après la polémique créée sur l'importance de la foule qui a assisté à l'investiture du nouveau président -, pensez-vous que la manière dont les économistes produisent des faits, des statistiques est contestable ?

Les faits sont les faits. Et je leur prête un intérêt particulier. Sur ce point, je pense que la foule était moindre à l'investiture de Donald Trump qu'à la première de Barack Obama, et même la seconde. Donald Trump est un homme terriblement dangereux et fou.

En revanche, je ne pense pas que l'on puisse prouver quoi que ce soit avec des statistiques. Ce qui compte c'est le point de vue. Par exemple, je trouve que l'obsession de l'égalité qui parcourt le livre de Thomas Piketty, "Le Capital au XXIe siècle", est particulièrement contre-productive. Le coefficient de Gini [mesure de la distribution des revenus, ndlr] est un fait, on peut le calculer, mais ce n'est pas un fait important. Ce qui l'est en revanche, c'est la condition de la classe ouvrière, et ça n'a rien à voir avec le coefficient de Gini.

À l'heure de la post-vérité, la bataille porterait davantage sur le plan culturel ?

Je pense que c'est vrai. Ce que nous devons faire par dessus tout est de nous battre pour le libéralisme. C'est l'idée que la liberté est fondamentale et que le gouvernement ne doit pas interférer. Protéger les emplois est une mauvaise idée, car cela crée du chômage et pèse sur la croissance économique. Je suis sûre que l'administration Trump va nous conduire à une récession. Après huit années de croissance, soit l'une des plus grandes périodes d'expansion dans l'histoire de l'Amérique, il est plus que probable qu'il y aura une récession dans les quatre années à venir. Nous verrons à ce moment-là comment réagit l'administration Trump.

Ses choix politiques vont-ils aggraver la situation?

Pas nécessairement, mais il sera blâmé par ses électeurs à cause de la récession. Ceux de Pennsylvanie vont perdre leurs emplois et vont se dire: "J'ai voté pour Trump pour sauver mon emploi et voilà ce que ça a donné". C'est une façon naïve de voir les choses, mais ça se passera probablement ainsi.

Existe-t-il une mesure du programme de Donald Trump que vous jugez utile ?

Oui, la baisse de l'impôt sur les sociétés. Le problème de cet impôt est que personne ne sait qui le paie. Est-ce les employés, les actionnaires, les clients ? Une société n'est pas une personne, c'est une entreprise. Cela fait 60 ans qu'on en débat et aucun économiste n'est capable de dire précisément qui le paie. Il n'y a pas de consensus. Les Etats-Unis ont le niveau d'impôt sur les sociétés le plus fort du monde, 35%, c'est ridicule. Mis à part ça, la plupart des mesures que Donald Trump propose sont stupides, en particulier en ce qui concerne le commerce international.

Propos recueillis par Jean-Christophe Catalon

____

(*) Deirdre McCloskey, Les péchés secrets de la science économique, Editions Markus Haller, janvier 2017, 109 pages, 14€

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2017 à 18:42 :
Dernières nouvelles :

- D’après des métrologistes réputés mondialement, avec TRUMP, on va vers des pluies de grenouilles

- D'après des sismologues tout aussi réputés mondialement, la faille SAN ANDREA en CALIFORNIE, va s'ouvrir toute grande et engloutir San FRANCISCO et LOS ANGELES

- D'après des experts astronomiques, la comète de HALLEY va revenir spécialement pour frapper la Terre

- Avec TRUMP, on risque la pénurie de HAMBURGERS (aucune idée pourquoi), et la crème NUTELLA sera interdite (trop bronzée).

- Etc.
a écrit le 20/02/2017 à 12:13 :
Pauvre Trump il en prend plein la figure tous les jours par des gens revanchard qui n ont pas encore avalé que le peuple avait élu Trump à la place de leur championne !!!donc pour eux le peuple est nul ,il vote mal et donc il faut le changer
Réponse de le 20/02/2017 à 19:31 :
@mortimer
En effet. La bonne question à se poser est celle de savoir ce que perdent ou craignent de perdre ceux qui font du Trump bashing. Ensuite qui a le pouvoir de créer toutes ces manifestations à l'échelle planétaire et pourquoi ?
a écrit le 20/02/2017 à 11:53 :
Sauf grin de sable inattendu, les 1000 milliards du pogrome Trump devrait quand même faire un beau feux de paille. Déjà les indices US sont a leur record absolu. Après, par contre, si la FED fini par réduire sont bilan et monter se taux, La BCE arrète sont QE de 80/60 milliards etc... Evidement que l'on finira par tomber en récession. D'autant plus si le marché obligataire hypertrophié implose. Mais il ne faut pas se tromper de timing. Ceux qui sont parti trop tôt sur l'achat de CDS y on perdu leur chemise.
a écrit le 19/02/2017 à 21:18 :
Les faits sont les faits. Et je leur prête un intérêt particulier. Sur ce point, je pense que la foule était moindre à l'investiture de Donald Trump qu'à la première de Barack Obama, et même la seconde. Donald Trump est un homme terriblement dangereux et fou.

Tout est dit. Quand on invoque les faits en primauté pour ne considérer ensuite que des opinions, on démontre avantageusement son incurie et son biais cognitif. Mais bon, elle est du camp du bien, non? Quelle mascarade minable.
a écrit le 19/02/2017 à 18:03 :
"Trump va nous conduire à une récession économique". Elle a oublié de parler aussi d'une invasion de sauterelles, d'une pluie de grenouilles , de la grêle, les rivières qui se changent en sang, etc. A moins que de puissants lobbies ne poussent à la roue ...
a écrit le 19/02/2017 à 11:44 :
D'anciens marxistes repentant qui déclarent s'être trompés , et maintenant ils ont découvert la lumière et leur parole est eau de source , buvez la jusqu'à plus soif et demain vous serez dans la cohorte des nouveaux assistés
a écrit le 19/02/2017 à 10:37 :
La présidentielle est finie et ils n'admettent pas que le pouvoir leur échappe des mains, et bien on peut comprendre ils vivaient du système de père en fil et de mère en fille. Vous verrez si Marine Le Pen remporte l'élection , on subira le même matraquage médiatique de ces nouveaux révolutionnaires .
Réponse de le 19/02/2017 à 13:25 :
Vous nous parlez de Trump, n'est ce pas?

Celui qui voit ses décrets retoqués par les juges, ses conseillers contraints de se démettre, ses administrations dire publiquement l'inverse de ce qu'il tweete et qui vient de se sentir obligé de tenir un meeting de campagne électorale pour se rassurer?

Non seulement Lepen n'arrivera pas au pouvoir mais le FN éclatera en 2017 quand MLP aura raté (une fois de plus) la présidentielle, que le parti sera ruiné par les amendes de Bruxelles et le coût de sa campagne.

MLP sera personnellement condamnée pour fraude fiscale, emplois fictifs, et autres facéties financières. Et ça c'est pas du matraquage médiatique.
Réponse de le 19/02/2017 à 15:25 :
Je vous trouve méchante , il faut se détendre , dites nous : plutôt ce que vous avez à perdre simplement ceci serait clair , enfin c'est mon avis d'homme libre .
Réponse de le 19/02/2017 à 21:14 :
"Celui qui voit ses décrets retoqués par les juges"
Vous parlez des juges de la 9ème cour d'appel n'est-ce pas? Celle dont les jugements sont si exemplaires qu'ils sont retoqués si souvent que c'en est dérangeant, sauf bien entendu pour les juges en question et ceux qui s'en prévalent comme vous.
Je vous conseille de lire par exemple ceci: Supreme Court Reversal Rates: Evaluating the Federal Courts of Appeals. By Roy E. Hofer. qui donne les stats cour par cour de 1999 à 2008. Pou rigoler: en 2008 sur 18 décisions, 16 ont été retoquées. Je vous laisse faire le calcul. Je n'ai pas tous les chiffres, mais en 2010 c'est 79% en 2011 71% en 2012 80%. Il est impossible d'avoir des chiffres beaucoup plus récents car il faut que la Cour Suprême soit saisie des dossiers et ait statué pour faire les stats.
Les faits seuls comptent, pas la lecture qu'on veut bien en donner selon son avis...
Réponse de le 20/02/2017 à 11:24 :
Je vois que vous lisez votre avenir à travers le Vidal , mais dans la vie , les vraies valeurs sont celles qui vous occupent tous les jours , l'avenir de vos enfants pas une idée supposée ( idéologique) d'un très grand penseur . si non ! on vie sa vie par procuration et plus tard on s'aigrie . L'Amérique profonde a fait un choix et il faut le respecter , c'est exactement celle qui fait ce beau pays avec une belle démocratie que l'on peut envier sous bien des détails . Demain respectons le choix de la France profonde de nos aïeux qui ont fait ce que nous sommes .
a écrit le 18/02/2017 à 22:03 :
Elle enfonce des portes ouvertes et fait juste la promotion de son bouquin quoi...
Je suis quand même étonné par les "libertariens" qui pensent que la liberté totale des acteurs économiques est synonyme de prospérité maximale. La dérégulation bancaire aux USA et la catastrophe économique qu'elle a entraînée pour des millions de gens et des dizaines de pays est un bon contre-exemple parmi de nombreux autres je pense.
a écrit le 18/02/2017 à 14:32 :
" Marine Le Pen va nous conduire a la recession economique"
on a les meme a Cdans l'air....
Réponse de le 18/02/2017 à 17:55 :
Probablement ! L'offre électorale est pour le moins catastrophique .... l'histoire FILLON à pour effet de mettre en lumière la gabegie financière des élus ! Ce n'est plus un parlement et un sénat que nous avons ... AUX FRAIS DU CONTRIBUABLE ....c'est la caverne Alibaba ! Tous les potentiels candidats se gardent bien de parler du déficit ... et là il double, vu le montant des empreints chaque mois !!!!!!!!!!!!! Les jours noirs sont à venir !!!!!!!!
Réponse de le 18/02/2017 à 19:02 :
Surtout que ce qui gène dans l'histoire, est que 1929 a donné 1939. Certains s'en souviennent encore. Mince.
a écrit le 18/02/2017 à 11:33 :
Elle rejoint les experts qui nous assurent que pour la France le décalage de l'age de la retraite à 67 ans réduirait le chômage en France alors que la simple loi Fillon décalant l'âge de départ à 62 ans est le début de la hausse continue du chômage des seniors !
a écrit le 18/02/2017 à 8:56 :
C'est plutôt ce pessimisme orienté qui pourrai casser l'économie mais c'est le pragmatisme de la situation qui nous éloignera de la récession!
a écrit le 18/02/2017 à 8:31 :
Le seul but de Trump c'est de creuser les déficits et la dette pour faire baisser le $ !
a écrit le 18/02/2017 à 6:15 :
On ne comprend pas par quelle logique ni quel cheminement intellectuel elle parvient à ses prédictions mais elle donne probablement une partie de la réponse en expliquant "qu'elle a été un peu tout". Je pense que ce qu'il en reste c'est "beaucoup n'importe quoi".
a écrit le 18/02/2017 à 0:07 :
Un économiste, c'est un type qui cherche a expliquer pourquoi son modèle ne fonctionne jamais comme prévu.
Oubliant le fondement humaniste voire philosophique de cette discipline, l'économiste a remplacé l'astrologue dans les cabinets ministériels pour faire des prévisions pseudo scientifiques avec le même taux de réussite que ses prédécesseurs..
Un exemple parmi d'autres, les monétaristes nous assuraient le retour de l'inflation avec un chômage bas ( USA, UK) et assurément l'hyper inflation avec les QE, On attend toujours.
a écrit le 17/02/2017 à 21:08 :
Quand on lit Wikipedia Sur les info's la confer any Elle et Sa famille... On en fait pas un fromagede CE que nous fit une libertarienne communiste....
a écrit le 17/02/2017 à 21:05 :
C'est dur de reconnaître sa défaite, hein ? C'est pourtant ce qu'il faut pour devenir un homme, ou une femme, dans une démocratie.
a écrit le 17/02/2017 à 20:40 :
Trump a été élu....eh bien maintenant il fait ce qu'il a clamé durant la campagne électorale. Les étasuniens verront bien.....en France nous allons avoir rapidement le même sujet!
Réponse de le 18/02/2017 à 20:27 :
"en France nous allons avoir rapidement le même sujet!" Vous voulez dire un candidat qui insisterait pour appliquer son programme? Ca semble improbable, quand même.
a écrit le 17/02/2017 à 19:01 :
Je n'ai jamais pensé que l'économie était une "vraie" science. C'est un domaine où il y a de nombreuse chapelles, de nombreux "gourous" qui promeuvent des idées dont on peut voir tous les jours les effets négatifs qu'elles produisent sur la vie des gens "normaux" et les bienfaits positifs pour la minorité possédante. L'économie des chiffres, des algorithmes c'est une nouvelle forme d'esclavagisme et d'exclusion.
De l'article ci-dessus je ne retiendrai que: " Donald Trump est un homme terriblement dangereux et fou."Comment pourrait-il en être autrement dans un pays où l'on fait croire que tout le monde peut devenir rapidement très riche... où un certain G Bush a dit: "Le niveau de vie des américains ne se discute pas"! Un pays dans lequel 800 000 000 d'armes sont en circulation. Effectivement de quoi devenir fou.
Réponse de le 17/02/2017 à 19:46 :
Evidemment que l'économie n'est pas une science. Suffit de lire Marx pour se rendre compte que le but du capitalisme est de créer un ... capital. Soit, prendre plus et encore plus sur celui des "autres". Sans limite. Quitte à lancer une guerre comme en 1939 parce que 1929 est arrivé. Là, nous, c'est 2007...
a écrit le 17/02/2017 à 17:45 :
Les économistes se sont toujours trompés, et continuent à se tromper, dans leur prévisions. Cette dame, avec son look à faire peur, ne fait pas d'exception. Pas la peine de lui consacrer de l'espace dans vos colonnes.
Réponse de le 17/02/2017 à 21:16 :
Les économistes , il y a 2 ans nous promettaient un baril à plus de 200$...
Avec ces types d'individus , des qu'ils promettent quelques choses soyez sur que c'est le contraire qui arrive!
Pourtant et c'est le problème , nos politiques les écoutent comme paroles d'évangiles... C'est la ou ce cache le sacré chez les économistes .
Réponse de le 19/02/2017 à 12:05 :
@observateur bis
Ce sont surtout certains courtiers traders de l’ICE à Londres très écoutés dans le milieu de la spéculation pétrolière, comme Monsieur T. Boone Pickens , qui pariaient, déjà en 2005 2007 sur l’augmentation des prix du baril vers des valeurs hors réalité 150/ 200 dollars de telles déclarations "ressemblent plus à des objectifs à atteindre qu'à des prévisions réalistes.
A l’époque on parlait de peak oil , de réserves pétrolières a sec, dans la réalité, à part certains grands patrons de compagnie et chefs d’état des pays producteurs ,personne ne connait ce qu’il en est. Ces informations sont des données trop stratégiques pour être divulguées, même dans les presses spécialisées. Réécouter en podcast cette émission de France inter 2013 :
http://www.franceculture.fr/emissions/du-grain-moudre/petrole-quand-y-en-plus-y-en-encore
a écrit le 17/02/2017 à 17:33 :
Les USA ont le taux d'impôt sur les sociétés le plus fort au monde qui est de 35%, j'ai bien lu? Aller donc de mander aux suédois ce qu'ils en pensent. La bas, les sociétés paient 50% sur l'IS.
a écrit le 17/02/2017 à 17:15 :
C'est clair qu'ajouter un dieu dans le machin aurait un coté pratique... Sinon, coller la responsabilité des effets de la crise qui a commencé en 2007-2008 sur Tromp, là, je dis chapeau. Parce qu'en même temps, il est milliardaire, le gars. Certains vont se faire des noeuds dans les boyaux de la tête, je le sens...
a écrit le 17/02/2017 à 17:15 :
La récession est très bien pour se faire beaucoup d'argent. Comme le marché boursier permet de parier à la baisse des cours, ils suffit de parier sur la chute de la croissance pour s'en mettre plein les poches. Le bilan financier des plus grosses fortunes de la planète n'a jamais été aussi positif que depuis la "crise" de 2008.La vente a découvert a toujours été une menace pour la croissance, mais une source de gros profit pour ceux qui peuvent en user.
a écrit le 17/02/2017 à 16:52 :
La peur fausse l’entendement, je préfèrerai lire du concret plutôt que des prédictions parce que c'est essentiellement cela qu'elle nous fait là. Je n'ai lu aucun argument sérieux là dedans.

Je sais que ce n'est pas facile de se débarrasser de toc les gars mais à un moment il va falloir y penser parce que cet haro sur trump mériterait quand même un minimum d'organisation et de recul sur le phénomène, tout prendre ce qui tombe à charge contre lui c'est faire exactement ce que vous lui reprochez.

Cette dame est une caricature de tout ce que nous proposent nos médias de masse en terme d'économistes, quelqu'un qui vient prêcher un dogme, une prêtresse donc, mais c'est la mode semble t'il des délires ésotériques chez les possédants. Pas surprenant.
Réponse de le 17/02/2017 à 17:34 :
Car ils ont beaucoup à perdre sur le recentre ment des économies .


Excuse moi cher citoyen je n ai pu m empêcher de terminer ta phrase .
Réponse de le 17/02/2017 à 18:03 :
Pour voir les effets concrets du Trumpisme, comme du Brexit, il faudra quand même attendre un peu... "Cette dame", comme vous dites, reconnait quand même que la baisse de l'IS voulue par Trump est une bonne chose (tout comme ce serait une bonne chose de le diminuer de moitié en France d'ailleurs). Ceci étant, que penser de la sincérité d'un président se voulant protectionniste mais qui vole au secours de la marque de vêtements de sa fille Ivanka lorsque celle-ci est déréférencée par une enseigne de la grande distribution... alors que la totalité de la gamme Ivanka Trump est importée de Chine et du Vietnam ? Dans le genre faites ce que je dis et pas ce que ma famille fait...
Réponse de le 18/02/2017 à 9:05 :
@ bruno_bd - On voit les effets concrets de l'UE et de l'euro, avec le temps, on doute toujours!
Réponse de le 18/02/2017 à 20:31 :
@bruno_bdIl va au secours de sa fille, tout simplement parce qu'elle est "ciblée" pour des raisons purement politiques. Ce serait quand même fort de la laisser tomber, alors qu'il est la cause de ses ennuis.
Réponse de le 19/02/2017 à 19:46 :
Et oui le paysan, c'est le frein à tout progressisme économique qui se voit de mieux en mieux, tout ces serviteurs d'un système incompétent ne le sont que parce qu'en profitant, le capitalisme a généré un cercle de plus en plus vicieux dans lequel tout le monde perd sauf les propriétaires des capitaux et des outils de production.

Au secours

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :