Tunisie : vers un plan d'aide du FMI de 2,6 milliards d'euros

 |   |  229  mots
Une délégation du FMI qui vient d'achever une mission en Tunisie a fait savoir qu'il fallait maintenant affiner les besoins du pays en matière de réformes et définir les besoins de financement pour cette année.
Une délégation du FMI qui vient d'achever une mission en Tunisie a fait savoir qu'il fallait maintenant affiner les besoins du pays en matière de réformes et définir les besoins de financement pour cette année. (Crédits : Reuters)
Le FMI dit vouloir appuyer le programme de réformes économiques du pays. Les créanciers internationaux demandent à la Tunisie de réduire la dépense publique et les déficits.

Le Fonds monétaire international (FMI) a fait savoir jeudi 3 mars qu'il était proche d'un accord avec la Tunisie sur un plan d'aide de 2,8 milliards de dollars (2,6 milliards d'euros) sur quatre ans destiné à appuyer le programme de réformes économiques du pays.

Une délégation du FMI qui vient d'achever une mission en Tunisie a fait savoir qu'il fallait maintenant affiner les besoins du pays en matière de réformes et définir les besoins de financement pour cette année. "Aller de l'avant avec les réformes est crucial pour une économie tunisienne confrontée à plusieurs défis de taille", souligne le FMI dans un communiqué.

Plan de soutien de la France

Les créanciers internationaux demandent à la Tunisie de réduire la dépense publique et les déficits et d'introduire des réformes pour relancer l'emploi et soutenir la croissance. La France a annoncé en janvier qu'elle mettrait en œuvre un plan de soutien au pays d'un milliard d'euros sur les cinq prochaines années.

Dans le pays, le chômage et le coût élevé de la vie, notamment dans l'intérieur du pays, suscitent un mécontentement croissant. Le pays est également sous la menace des islamistes qui ont revendiqué des attentats meurtriers l'an dernier et qui sont en train de se renforcer en Libye, pays frontalier de la Tunisie.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2016 à 19:20 :
Une aide ou un crédit à 15%
a écrit le 04/03/2016 à 22:15 :
le milliard d'euros que la France s'engage à apporter serait sans doute bien utile à nos caisse de retraites ou notre système de santé ; à moins qu'il en revienne une partie à quelque parti politique !
a écrit le 04/03/2016 à 12:27 :
Les déficits publics sont largement dus aux rémunérations et avantages donnés à la classe dirigeante. Comme en France d'ailleurs. Il paraît logique d'éviter le "coulage" des aides et des crédits octroyés pour le bien être du peuple, le développement et la croissance.
a écrit le 04/03/2016 à 10:43 :
"Les créanciers internationaux demandent à la Tunisie de réduire la dépense publique et les déficits."

La sale rengaine néolibérale qui a mené le monde dans sa plus profonde et grave crise économique de son histoire.

Et à part ça qu'est-ce qui change ? Rien.

Et demain qu'est-ce qu'on mange ? Rien.
Réponse de le 08/03/2016 à 12:29 :
Ce qui se traduit par une demande de réformes qui devraient permettre de diminuer la corruption à tous les étages du mille-feuilles administratif, et tous les trafics et arnaques au bas de l'échelle. Et ca commence dès que vous descendez de l'avion pour les taxis.
Réponse de le 09/03/2016 à 9:13 :
Tant que la corruption régnera dans le privé elle demeurera dans le public.

La corruption est le fondement même du système capitaliste aucune réforme ne pourra lutter contre, réforme d'ailleurs est un mot que se sont appropriées décideurs économiques et politique le vidant de tout son sens.

Il n'y a de réformes que pour les gogos qui y croient et ils sont de moins en moins nombreux pensez-le bien.
a écrit le 04/03/2016 à 9:56 :
Il me semble que l'Europe devrait aussi lui offrir une protection contre les terroristes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :